AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Zenji Waichirô

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zenji Waichirô

avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 11/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Zenji Waichirô   Mar 15 Avr - 1:03

Nom : Zenji
Prénom : Waichirô
Surnom : Il possède maintes surnom, à commencer par l'abréviation de son nom en Wai. Le reste est plus de passage et reflète souvent son caractère.
Age et date de naissance : Né un six mai, Waichirô va sur ses dix neuf ans.
Sexe et sexualité : Waichirô est axé sur les femmes qu'il respecte au plus haut point. Un baise main ou une bise en guise de salutation, son jolie minois et sa courtoisie fait qu'il sait les charmer sans le vouloir. Les hommes quand à eux, sont pour lui de grands amis, il n'aurait jamais dans l'idée de les mener jusqu'à son lit néanmoins si un homme lui fait des avances et que Wai se retrouve dans une situation particulière, il est fort probable qu'il ne repousse pas la personne. Si Wai venait à aimer, il aimerait non pas le corps de la personne mais l'âme de cette dernière.

Famille : C'était une famille de sept enfants, quatre garçons, trois filles et puis les deux parents. Une bonne famille bien vivante jusqu'à ce qu'un jour son aîné décide qu'il devait en être autrement et assassine sept membres de la famille n'épargnant qu'une personne : lui.
Waichirô n'a plus que son frère jumeau comme famille et même s'il regrette les autres, il a pardonné à son aîné et il est heureux de l'avoir même s'il ne comprend pas toujours son comportement.

Métier : Waichirô est un sans emploie, il n'a pas besoin d'effectuer un travail pour avoir tout ce qu'il désire car son aîné prend soin de lui néanmoins il envisage depuis quelques temps de s'engager dans la police ou dans un quelconque réseau de sécurité et d'aide.

Armes : Waichirô n'utilise pour arme qu'une simple paire d'éventail de combat ainsi qu'un cadeau de sa famille. Il a reçu en cadeau une merveille qui a été fait sur mesure pour lui. Un sabre qui est un chef d'œuvre d'un grand forgeron. Parfaitement équilibrée, fine et bien aiguisée, la lame est en parfaite harmonie avec son porteur et elle se laisse contrôler sans protestation tant que leur âme vont dans la même direction. Le sabre du jeune homme est constitué d'une saya et d'une tsuka blanche, la tsuba est en forme de goutte pleine avec un simple point vide, si cette garde est réunis avec celle du sabre de Kyûichirô, elles formeront le ying et yang.
L'arme de Waichirô sert à protéger, elle n'ôtera jamais la vie d'un innocent voire même d'un criminel en revanche elle n'a rien contre le fait de blesser l'adversaire. Ce sabre est nommé Jihi soit bienveillance. Elle a pour seule intention d'aider l'humanité et s'en remet à son porteur pour régler les choses par la parole plutôt que par la violence. Jihi n'est la que pour dissuader ou convaincre. Son but protéger et secourir.
Si jamais cette arme venait à être utiliser avec une intention qui lui déplait, la l'âme du sabre se mettra en conflit avec la votre et soyez sur que ce n'est pas vous qui gagne.

Hobbies : Contrairement à son aîné, Waichirô s'occupe avec tout et rien. Il s'extasierait devant une coccinelle mais cela ne durerait qu'un instant avant qu'il ne passe à autre chose. Le jeune homme tient rarement en place et à toujours besoin de nombreuses choses pour se divertir car il se lasse très vite de tout ce qu'il fait. Généralement il aime passer du temps avec des gens et jouer avec eux, le mieux serait de le laisser dans une garderie…Les jeux sont déjà plus de son âge et les personnes aussi.

Aime : Aimer est un grand mot mais la liste des choses aimer par ce jeune homme est d'autant plus grande. En effet, le petit aime tout ce qui est possible d'être que cela lui soit offert par la nature ou par le génie humain. Il sait savourer toute chose et surtout il a la ferme intention d'aimer et de vivre pleinement chaque seconde de sa vie. C'est pourquoi si quelque chose venait à lui déplaire, il le ferait tout de suite savoir et chercherait une solution pour que tout aille pour le mieux, seulement il est bien rare qu'il se plaigne ou perde sa bonne humeur. Wai apprend à aimer et à ouvrir son cœur à tout, même aux choses qu'il n'arrive pas à comprendre parce qu'il sait qu'il faut de tout pour faire un monde et ce monde même s'il va mal, il l'aime.
Le jeune homme apprécie tous les animaux, des plus dangereux aux plus inoffensifs, des plus bêtes aux plus intelligents et des plus beaux aux plus laids, l'humain ne fait pas d'exception. Il connaît les souffrances de l'humanité, il sait combien les gens se font du tord mais il s'efforce de faire de son mieux pour que tout aille bien. Selon lui-même l'âme la plus damnées à le droit d'être aimée. Waichirô est un homme qui apprécie les choses et les gens à leur juste valeur. Il est très ouvert à tout, c'est pourquoi il pourrait se montrer un peu contradictoire ou paradoxale par moment mais il est comme ça tout bêtement.

Déteste : Tout comme son aîné ne le comprend pas sans pour autant le détester, Waichirô le lui rend bien. Le comportement de Kyûichirô est tout ce que le jeune homme peut détester, froid, distant, peu loquace et surtout un homme qui n'a aucun respect pour toute chose et tout être vivant. Si Waichirô devait haïr quelque chose se serait sûrement tout cela pourtant il n'en est rien. Le jeune homme sait passer outre de la souffrance qu'il éprouve à voir des évènements qui sont illégaux ou tout simplement blessant pour une personne et il transforme cette souffrance en une éducation afin de savoir comment il pourrait agir pour que tout aille au mieux. Waichirô prend donc son mal pour un bien en effectuant des raisonnements pas possible et complètement dépourvus de sens pour en conclure qu'il faut de tout pour faire un monde même s'il a toujours beaucoup de mal à accepter le bizutage et la violence gratuite.

Compagnon : Le jeune homme possédait bien quelques chats, souris et zoziaux lorsqu'il était enfant mais ces derniers ont tous disparus depuis et il ne lui reste aucun animal de compagnie ce qui lui convient parfaitement puisqu'il n'est jamais seul, étant surveillé constamment par son aîné.

Sa plus grande phobie :Une âme aussi pure que celle de ce petit ne devrait avoir de craintes que les souillures de ce monde. Ce qui est presque le cas. En effet, si Waichirô peut s'approcher de tous les criminels sans reculer, s'il peut observer les malheurs des autres et vivre dans ce monde sans trembler à chaque seconde terrorisé par le poison qui ronge l'humanité. Le jeune homme est tout à fait incapable de s'imaginer les mains couvertes de sang. Sa plus grande peur est celle de devenir un jour un criminel, non, bien plus que cela, il craint de blesser une personne, ne serait ce qu'un peu.
La perte de son frère jumeau est aussi une peur qui le ronge chaque jour. Il ne veut pas se retrouver sans famille mais surtout si Kyûichirô venait à disparaître, il aurait l'impression de perdre une partie de lui-même, cela le détruirait totalement et il s'arrangerait pour retrouver cette moitié quelque soit les moyens.

Son plus grand désir : Si un jour Kyûichirô venait à s'ouvrir au monde, à montrer des sentiments, ne serait ce que sourire, rire ou pleurer, ce jour là serait marqué comme le plus beau jour de toute une vie. En effet, bien qu'il accepte son aîné tel qu'il est, Waichirô aimerait le voir un peu plus expressif, plus heureux, plus vivant, au quotidien.
Le jeune homme ne souhaite que la paix dans le monde et il fait en sorte que tous ceux qui souffrent oublient en sa présence le mal qui les ronges et qu'ils soient heureux ne serait ce qu'un instant, car qu'importe la situation, qu'importe comment vont les choses, il faut vivre et ne pas perdre son temps à douter, à sombrer.

Son point faible : La souffrance d'autrui est sa plus grande faiblesse. Le jeune homme est tout à fait incapable de supporter qu'une personne souffre sous ses yeux et il serait capable de sombrer dans n'importe quel piège ou d'avouer n'importe quoi pour qu'une personne cesse de souffrir. Son cœur est trop bon, trop pur, trop innocent pour qu'il accepte le mal sans éprouver le besoin d'agir et d'essayer d'y remédier.

Son point fort : Une âme d'enfant heureux et bien décidé à l'être. L'inconscience de son esprit et surtout la force mentale qu'il possède pour accepter les évènements aussi durs soient ils avec un grand sourire est effrayant. Le jeune homme ne se laisse jamais abattre, il se présente toujours de bonne humeur, rarement démoralisé. Selon lui la vie est trop précieuse pour que l'on prenne le temps de s'attarder sur des détails. Wai est capable d'intérioriser tous ses sentiments pour s'en remettre aux autres, généralement il garde toute sa peine pour lui et cherche à prendre la part des autres en même temps.

Physique : Le parent qui tente de dire à sa progéniture de rester calme et d'avoir un comportement plus adulte serait désespéré d'expliquer cela après que son enfant est croisé la grande chose qu'est Waichirô. Allez dire à un enfant qu'il ne doit pas faire de caprice, qu'il de doit pas hurler à tue tête, qu'il ne doit pas sauter et courir dans tous les sens après qu'il est vu le jeune homme…Cela est impossible.
Waichirô haut d'un mètre quatre vingt ne passe jamais inaperçu où qu'il aille et il faut avouer qu'il ne cherche pas du tout à passer inaperçu. Un grand sourire aux lèvres, les yeux pétillants de joie et la voix toujours mélodieuse, le jeune homme passe son temps à sautiller, à danser, à chantonner, à courir, à se comporter comme un véritable gamin haut comme trois pommes qui joue dans la récréation avec quelques copains.
Vêtu généralement de la même manière que son frère, il est en tout point identique à ce dernier, la même couleur bleu nuit des yeux, le même teint de peau, seule la couleur de leurs cheveux varie un peu. En effet celle de Waichirô serait plutôt partagé entre le roux et le brun. Si un jour Waichirô se décide à se tenir tranquille avec un peu plus de sérieux, les jumeaux ne pourraient être reconnus que par leurs cheveux ou leurs armements.

Signes particuliers : Son comportement est une manière pratiquement sur pour le reconnaître, ajouté à cela le fait qu'il est rarement seul et que tous ces vêtements sont ornés du blason familial du yin et yang entouré de deux dragons dont les gueules se font faces, il est impossible de ne pas retrouver le jeune homme avec ces informations là. Éventuellement, Waichirô porte à son flanc Jihi, son sabre qu'il prend de plus en plus souvent sous la demande de son aîné.

Mental :S'il existe en ce bas monde une créature plus douce que ce jeune homme, je la plaints. Waichirô est d'un amour sans limite et si l'on dit que l'amour est aveugle cela expliquerait qu'il aime autant l'humanité et accepte tous ces défauts. Le jeune homme est la douceur, la tendresse, la gentillesse, la bonté, l'innocence, la naïveté, le respect incarné. Il possède un grand cœur qui est prêt à aider toute âme qui vive qu'elle soit bonne ou mauvaise. Wai ne voit pas d'ennemi ni d'adversaire, il ne voit que des gens qui pour une raison ou pour une autre ont un comportement qui n'est pas toujours le meilleur. Les gens le diront bêtes car ayant une confiance en tout être il croira tout ce qui est dit pour être la vérité. Il n'arrive pas à penser qu'une personne puisse lui mentir pour le blesser et le pire dans tout cela est qu'il pardonne facilement. Si dieu est dit miséricordieux à côté de ce jeune homme, il ressemblerait au diable. Wai ne condamne personne sans une raison valable et il ne porte pas l'incident sur des générations. L'erreur pour lui n'est du qu'à un être, ses enfants et ses proches n'y sont pas toujours mêlés et cet être peut se rattraper.
Le jeune homme est facilement manipulable par son innocence, sa naïveté mais aussi par le fait qu'il aime aider et qu'il veut aider les gens. Ces derniers n'ont aucun scrupule à se servir de lui et ne pensent jamais aux sentiments qu'il pourrait éprouver. Waichirô a toujours s'occuper des autres, s'oublie souvent et renferme tout en lui, ce qui n'est pas forcément une bonne chose pourtant cela prouve une force de caractère assez surprenante car il ne recule devant rien tant qu'il peut être un minimum utile.

Autres :Il est rarement laissé seul par lui-même.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Waichirô

avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 11/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Zenji Waichirô   Mar 15 Avr - 1:03

Histoire : Comme aimait le dire mon frère, "il y a le bon à rien et le bon à tout faire. Toi, tu es juste un mélange des deux." Je ne comprenais nullement ce qu'il essayait de me dire. Mes parents me définissaient comme sans talent particulier mais j'arrivais à jouer de plusieurs instruments, à manier quelques armes, à chanter, danser, dessiner, écrire comme les autres. Il est vrai que mes frères et sœurs excellaient dans un domaine en particulier ce qui n'était pas mon cas, j'étais plutôt un touche à tout. Intrigué je demandais des explications à mon jumeau pour qu'il m'éclaire un peu sur sa phrase que de mon point de vue je ne pouvais pas comprendre et tout ce qu'il eut à me répondre fut "tu n'es qu'un bon à rien à qui l'on croit bon de tout faire faire." La conclusion de cette réponse était que je m'enfonçais plus dans l'incompréhension qu'autre chose. J'avais neuf ans à cette époque et les paroles de mon aîné n'était qu'un murmure à côté de ceux de mes parents qui me comblaient de compliments et d'affections.
Mes trois sœurs et mes deux frères avaient souvent besoin de mon aide pour toute chose, devoir, corvées, idées, ils me questionnaient souvent, ils accouraient souvent auprès de moi et je les accueillais toujours avec un grand sourire. C'était un véritable plaisir de se sentir utile dans cette famille nombreuse et puis cela me sortait un peu de mon territoire qui se résumait à ma chambre, la bibliothèque et une immense salle de jeu. Je n'avais pas besoin de plus, entouré de mes nombreuses peluches, trains, puzzles, voitures, avions et robots, j'avais tout ce qu'il fallait pour m'occuper même si cela plaisait pas forcément à mes géniteurs qui aux cours des années commençaient à s'interroger. Était ce normal qu'un garçon de treize ans joue encore avec des jouets d'enfants de trois ans ? Était ce normal que leur fils continue à parler d'une manière qui avait l'air enfantine, qu'il se comportait comme un enfant, sautant et gueulant comme un enfant ? Le doute planait mais personne ne disait rien, tout le monde me souriait et je le leur rendais bien.
Un jour où je voulais jouer un peu avec des amis, qui au passage était âgé de quelques années de moins que moi, je refusais de venir en aide à mes frères et sœurs. J'avais envie d'être un peu tranquille pour une fois et surtout je ne me sentais pas bien depuis la veille, comme si un soupçon de maladie planait autours de moi. J'avais peut être attrapé quelque chose ? Je n'en avais pas la moindre idée mais je voulais ce jour là rester tranquille et me reposer un peu plutôt que de courir à droite et à gauche pour aider tout le monde. C'est avec un sourire navré que je du refuser mon aide et sans que je ne comprenne rien je me retrouvais rouer de coups. Je réussis à m'enfuir tant bien que mal, pensant que c'était la seule chose qui me restait à faire puisque personne n'écoutait mes plaintes et mes supplications. Ma fuite me poussa sur le territoire de mon jumeau que je ne voyais pas souvent à l'époque car il passait son temps à s'entraîner et n'admettait aucun regard indiscret. Il aimait sa tranquillité, je l'enviais un peu d'une certaine façon mais je n'arrivais pas à le comprendre non plus, lui qui restait toujours seul loin des autres et ne parlait que très rarement. Il n'avait pas l'air d'une personne très agréable pourtant chaque fois que j'étais auprès de lui je me sentais bien, je ne sais pourquoi…
Recroquevillé sur le territoire de Kyûichirô, les yeux en larmes, je voulais rester ici, j'avais l'impression d'être à l'abris, comme si une personne était là pour me protéger, comme si ici tout ne me voulait que du bien, c'était étrange cette sensation qui semblait vouloir me montrer que la maison était un territoire dangereux pour moi. Je commençais à peine à réfléchir lorsque je sentis face à moi une personne, j'eu l'espoir que se fusse un de mes proches qui venait se faire pardonner et à qui j'aurais pu présenter mes excuses pour mon comportement plus tôt mais ce n'était personne d'autre que mon jumeau qui se tenait là et qui s'adressa à moi pour me demander ce qui s'était passé ou plutôt qui m'avait mis dans l'état lamentable dans lequel je me trouvais. Je lui expliquai la situation pensant trouver un petit réconfort auprès de ce frère pratiquement inconnu mais j'eu pour toute réponse un "tu es trop bête" avant qu'il ne s'en aille me laissant seul avec moi-même et ma confusion.
Le temps passait et je restais là, dans le jardin qui me berçait et me protégeait. J'avais l'impression d'être observé pourtant il n'y avait personne, j'avais la sensation d'être réconforté pourtant j'étais seul mais cela me poussa à rentrer à la maison où je m'excusai auprès des autres et leur demandait en quoi je pouvais leur être utile. Je fis tout ce qu'il me demandait avec un sourire aux lèvres, trop content de constater que personne ne m'en voulait pour le refus que j'avais pu leur faire quelques heures auparavant. Tout allait bien à la maison, c'était une ambiance agréable, cette impression d'utilité était agréable, je pouvais ressentir de l'amour d'une certaine manière comme si ma présence était plus que nécessaire pis j'aimais beaucoup les caresses de mes sœurs qui me passaient une main sur la tête, secouant affectueusement ma tignasse ou encore les petites tapes que me donnaient amicalement mes frères sur la tête tout en me remerciant avec un sourire. J'aimais beaucoup tout cela, je me sentais un peu aimé…
Le lendemain de l'incident, tout semblait normal à la maison, le soir s'était bien déroulé, le matin semblait bien partie pour. J'avais mis la table pour aider les domestiques qui préparaient le petit déjeuné, apporté les plateaux, posé les boissons, les céréales et autres aliments prêts à être consommés, ce qui nécessitaient de la préparation comme les œufs, le chocolat chaud, le café était à l'ordre des servantes et je ne pouvais pas le faire car tout ce qui était chaud était servis chaud et à ce moment là j'aurais été installé à table avec les autres. D'ailleurs tout le monde fini par arriver et le petit déjeuné allait pouvoir commencer dès l'arriver de mon jumeau. Ce dernier était en retard, ce n'était pas dans ses habitude, généralement il était levé deux heures avant les autres pour s'échauffer avant le premier repas mais nous pensions qu'il avait du se laisser un peu emporter par la fatigue ou tout simplement par ses entraînements, avec lui tout était un mystère et personne n'avait de réponse. Kyûichirô arriva seulement dix minutes en retard, suffisamment pour que ma sœur la plus râleuse passa ses dix minutes à émettre des commentaires mais dès qu'il arriva ce fut un grand silence. Toute la famille était figée, surprise mais en même temps terrifiée, le Kyûichirô qu'elle voyait là semblait différent de d'habitude, il dégageait une aura meurtrière et cela se confirma dès la première vie qu'il prit.
Paralysé, je n'arrivais pas à faire le moindre mouvement, je voyais mes frères combattre et mes sœurs courir se mettre à l'abris mais je n'arrivais pas à bouger, il y avait tant de sang. Je pris ma tête entre mes mains, j'hurlai, tombant à genou, je supportais plus ses bruits, ses souffrances que j'entendais je n'arrivais pas, je ne pouvais pas….Je me relevais d'un bon et regardais autours de moi, tout était fini et Kyûichirô se tenait face à moi. Je crus que c'était mon tour, je balbutiais quelques mots, complètement perdu, noyé par les évènements mais voila qu'il se mit à table et mangea comme si de rien n'était.
Les années passèrent, nous avons un peu voyager, traverser le pays pour venir atterrir dans une ville dont je n'arrive pas à retenir le nom. Notre demeure est plus modeste mais me convient et puis du moment que je suis avec mon jumeau, cela me suffit. Il n'a d'ailleurs pas changé, je doute même qu'il se soit arrangé mais je suis bien avec lui, il prend soin de moi.

Comment avez vous connu le forum :Par une invitation sur ma messagerie.
Vos disponibilités :Environ trois fois par semaine sans compter le week end.
Votre email : Par mp.


FICHE VALIDEE

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Zenji Waichirô
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kyuja Zenji
» ZENJI
» [PLAYLIST ♪] Cool Cat in Town (Zenji YouplaDoll) p.9 23.1.17

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sudden-Game :: Hors Jeu :: Passports-
Sauter vers: