AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Coincé dans la nature... Au secours !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ayame Koryu

avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 14/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Coincé dans la nature... Au secours !   Mar 15 Avr - 22:15

La nuit tombait et le soleil couchant agonisait de tous ses feux, peignant de rouge et de jaune la végétation alentours, transformant les couleurs somptueuses des fleurs pour en faire tout un tableaux de nuances savantes, métamorphosant la rivière qui coulait non loin en miroir mouvant où nageaient mille éclats lumineux dans les tons feu et or. C'était un spectacle splendide, loin de la griseur de la ville, et l'air pur se chargeait des dernières senteurs tentatrices des fleurs sur le point de fermer leur pétales pour la nuit, un lieu idéal où méditer et rêver.

Koryu se prit à moitié les basket dans une racine et se lança dans une série de jurons variés autant qu'imaginatifs impliquant la vertu et la lignée supposées du végétal, lesquels étaient à l'en croire loin d'être satisfaisants au point de vue social.

Putain, il détestait vraiment la nature. C'était moche, ça sentait mauvais, c'était pas pratique d'y marcher... Franchement, à quoi ça servait ? Il avait bien entendu parler de masochistes qui aimaient jardiner ou passer des heures à observer un jardin, mais franchement, quel intérêt ? C'était du vert, du brun grisâtre moche... Et les fleurs pouvaient certes être jolies au premier coup d'oeil, mais la lassitude venait rapidement. Et puis il y avait plein de cailloux et de racines partout.

Au moins, on pouvait y enterrer des objets compromettants - à savoir, dans son cas, un petit paquet informe au contenu mou et inidentifiable remis par son oncle avec comme instruction de l'enterrer le plus profondément possible dans un coin de cette putain de forêt - mais, là encore, la chose avait ses désavantages. Par exemple, le sol était vachement dur à creuser. Résultat, il avait dû passer une heure à travailler le sol avec sa lame avant de se déclarer satisfait du résultat, y balancer son paquet, reboucher le tout, jeter quelques feuilles dessus et aller se laver les mains à la rivière en maudissant Dame Nature et ses méfaits.

L'air peu aimable, Alucard pesant lourdement dans le sac qui pendait de son épaule gauche et contenait suffisement de matériel d'art pour accréditer sa couverture d'"artiste venu dessiner les beautés de la forêt sous les lumières vespérales" et Ashura pendant à sa ceinture, le roux shoota dans un cailloux et manqua à nouveau s'étaler à cause d'un terrier de bestiole inidentifiée dont le plafond céda sous son poid.

Koryu HAISSAIT la nature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Kyûichirô

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 11/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Mer 16 Avr - 0:52

Waichirô était à la maternelle. Il apprenait à compter, à dessiner, à lire, à patauger dans la peinture avec d'autres enfants ou plutôt, il était censé apprendre tout cela à des enfants mais aux yeux de son aîné, ce n'était pas crédible, un gamin apprendre à d'autres gamins de son âge à faire quelques choses de constructifs…Kyûichirô n'arrivait tout simplement pas à y croire pourtant d'après le proviseur qu'il avait croisé une fois parce qu'il avait osé le confondre avec son cadet, Waichirô était un enseignant doué. Difficile à digérer que cette vérité mais peut être était ce son comportement qui rendait les enfants plus attentifs et donc plus…Kyûichirô n'en savait rien et à dire vrai, il n'y portait aucun intérêt du moment que son cadet s'amusait c'était tout l'intérêt qu'il y avait à cette maternelle.

Seul, c'était l'état actuel dans lequel se trouvait le jeune homme. Il était seul, seul avec lui-même, seul avec la nature, seul et heureux de l'être. Il n'avait pas à attendre les cris des jeunes filles en extases devant un quelconque 'beaux gosses' ni les sifflements des hommes en chaleur parce qu'ils avaient oublié la venu du printemps et n'avaient donc pas fait attention à leur entourage jusqu'à ce qu'ils s'aperçoivent que tous leurs copains étaient casés et qu'eux ils restaient seuls comme des cons à relooker les filles sans pouvoir s'en faire une. La jeunesse,…c'est beau.
Kyûichirô marchait silencieusement, il aimait la forêt pour son calme, les animaux lui étaient sympathie et surtout eux n'égalaient pas le bruit de la ville. Généralement ils étaient trop effrayés pour faire le moindre bruit en présence de la chose qu'était ce jeune homme, c'est-à-dire un humain.

Il errait depuis un moment, cinq heures peut être, à respirer un air pur, à entendre le bruit d'une chute d'eau et le petit chant d'un oiseau qu'il avait envie de se faire pour le dîner, tout comme le lapin qui lui tournait autours depuis un moment. Ce dernier avait l'air bon et constituerait un dîner pour quatre à lui seul. Kyûichirô se retient de saliver, son estomac apparemment lui criait famine, il se rendait compte qu'à chaque fois qu'il était seul, il oubliait de se nourrir. Quel con!

D'un bon il attrapa le rongeur par les oreilles, manquant de s'étaler lamentablement et s'en sortir les mains vides mais par chances ses réflexes de guerriers lui avait permis de réagir à temps pour attraper la boule de poils qui se ferait dévorer sans pitié. Kyûichirô trimballa le cadavre de la bestiole à bout de bras, le long de son corps, il ramassait quelques morceaux de bois avant de gratter une allumette et de se mettre à faire cuire son petit repas. Il n'allait pas le manger seul, loin de là, mais son cadet n'était pas encore arrivé et d'ici peu qu'il se perdait de la sortie de la maternelle à la forêt, cela ne surprendrait pas le jeune homme qui au fond était légèrement inquiété, cette ville était un peu particulière…il n'aimait pas l'idée que son protégé soit seul mais bon, que pouvait il faire ? Waichirô avait assuré qu'il viendrait par lui-même, apparemment il voulait être un peu indépendant de temps en temps, il grandissait peut être un peu.

Kyûichirô renifla l'air et tendis l'oreille, il y avait quelqu'un dans les parages, pas très loin. Il alla voir, laissant le repas sans surveillance mais sachant que personne ne viendrait lui voler. Guidé par son instinct ou plutôt par le bruit, le jeune homme se retrouva bientôt face à un homme aux cheveux roux. C'était la première chose qu'il repéra avant de baisser un peu plus le regard pour y découvrir un visage puis un corps puis enfin une personne. Tiens, il y avait des gens qui traînaient dans la forêt à cette heure ci de la journée ? Personne ne leur avait appris que les forêts étaient dangereuses la nuit ? Déjà que le jour c'était pas très sur… Kyûichirô l'observa un instant avant de tourner les talons, il avait un lapin sur le feu, pas le temps de s'occuper d'un homme qui venait de se rétamer comme un…pas doué.

Il ne prêta pas plus attention à l'homme et s'en alla vers son lapin comme s'il ne l'avait pas vu, comme si leur regard ne s'était pas croisé même si une idée lui traversa l'esprit….il avait du temps devant lui…Il chassa l'idée, il préférait s'entraîner…enfin c'est-ce qu'il se fit croire.
Kyûichirô retourné auprès du feu, se mit à une distance correcte et commença ses exercices au sabre. Il commençait lentement, tranquillement, réglant sa respiration sur ses gestes puis petits à petits il s'enflamma et entama une danse déchaînée dévoilant une maîtrise parfaite de cette arme qu'était le katana. Il ne s'arrêta qu'un instant plus tard, sentant un regard posé sur lui. Son arme retourna dans son fourreau et il tourna la tête pour voir qui était là.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayame Koryu

avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 14/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Mer 16 Avr - 21:39

Koryu finit enfin par maîtriser le phénomène dit des "attaques féroces et surprises des racines venant lâchement surprendre les pieds des promeneurs distraits", concentré sur sa route, s'efforçant malgré l'obscurité tombante de repérer les pièges du chemin ; et cette concentration fut sans doute le facteur expliquant qu'il ne repéra pas immédiatement l'être humain qui l'observait. Cependant, l'instinct reprenant le dessus sur la nouveauté de l'environnement, il finit au bout de quelques secondes par s'apercevoir de la présence de l'autre homme et tourna vivement la tête vers lui, alarmé.

La luminosité était assez médiocre maintenant, l'obscurité tombant peu à peu, mais elle restait suffisante pour pouvoir distinguer son admirateur : un jeune homme aux longs cheveux sombres dont les traits baignées d'ombre étaient d'une beauté presque angélique, sa grande taille encore augmenté par l'aura dominatrice qui émanait de lui. Equipé mais l'arme - un sabre, bon sang, qui utilisait un sabre de nos jours ? - au fourreau, ce qui était déjà un acquis, mais combinant donc les trois facteurs qui exaspéraient le plus Koryu chez un homme : beauté, grande taille et vieille attitude de mâle alpha. Un bon début pour une explication chaleureuse sur les raisons pour lesquelles il le matait comme ça. Si c'était pour le draguer, il allait enfin pouvoir se défouler sur quelqu'un des maux que lui infligeait cette putain de forêt avec ses cailloux et ses plantes épineuses... Il croisa le regard du type, ouvrit la bouche -

Et se retrouva réduit au silence comme celui-ci lui tournait froidement le dos avant de s'éloigner comme si de rien n'était. Qu'est-ce que... Il se foutait de lui ??... Pétrifié par la stupeur, il contempla une ou deux secondes le type s'éloigner avant de faire un pas vers lui dans le but de se mettre à courir et le rattraper, se prenant aussitôt le pied dans un nœud de ronces et s'étalant dans les fourrés.

Une bordée de jurons lui monta aux lèvres, qu'il étouffa par pure fierté - pas question de laisser savoir au bea... au connard brun qu'il s'était lamentablement croûté. Se relevant aussi dignement que possible, il enleva précautionneusement les quelques épines qui s'étaient plantées dans son bras gauche avant de s'épousseter. Bordel, comme s'il avait besoin de se blesser davantage avec les bandages qu'il portait toujours aux deux bras, témoins de sa dernière lutte en date avec la saleté de chat qui squattait son appartement de temps à autre. La damnée bestiole ne griffait jamais assez profond pour laisser une cicatrice, consciente sans doute que Koryu n'hésiterait pas à enfumer l'appartement entier de vapeur de mort-aux-rats si elle l'énervait suffisamment, mais quant à le faire saigner, elle n'avait strictement aucun scrupule.

Retourné donc sur ses pieds, il se mit en demeure de suivre l'inconnu de loin, sans tomber cette fois-ci. Celui-ci finit par s'arrêter près d'un feu où cuisait un lapin - détail qui fit écarquiller les yeux au citadin. Huh ? Un homme de la forêt ? Il vivait et chassait ses proies sur place ? C'était un malade mental ou q...

Toute réflexion s'interrompit lorsque le type ramassa son sabre, ses gestes assurés révélant l'aisance d'un guerrier-né. Se tenant droit, le jeune homme commença à effectuer quelques mouvements, lents au départ puis de plus en plus rapide, transformant l'exercice en véritable danse, ses gestes souples et gracieux. Yeux écarquillés, toute velléité hostile oubliée, Koryu le contempla fixement. C'était beau... La danse, évidemment, pas l'homme, enfin si, mais pas dans ce sens-là évidemment, mais...

Sans s'en rendre compte, il commença à se détendre un peu, imaginant déjà comment il pourrait retranscrire la scène en image, crayonnant mentalement l'esquisse qui pourrait retranscrire la beauté de la chose... La danse, hein ? Que la danse...

Puis le type cessa, se tournant vers lui, et il réalisa qu'il s'était fait prendre en plein délit de matage et non c'était pas du matage c'était de l'admiration et enfin non mon dieu le gars allait penser qu'il était homo et...

- Euh... C'est pas ce que ça semble être ! lâcha-t-il dans une tentative désespérée quoique peu efficace d'explication de son innocence, reculant d'un pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Kyûichirô

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 11/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Jeu 17 Avr - 0:24

Leur regard se croisèrent, l'inconnu semblait en admiration devant lui, il avait eu un regard si intense lorsque Kyûichirô effectuait son exercice que le jeune homme avait pu ne faire autrement que de remarquer sa présence et au moment où cela était devenu un peu trop insistant, il s'était arrêté pour le regarder. Kyûichirô n'aimait pas être observer, surtout lorsqu'il était en pleine pratique, son talent pour lui n'avait pas à être donné en spectacle à n'importe qui, n'importe où, c'était un secret qu'il gardait pour lui, c'était un don qu'il chérissait et qu'il voulait conserver. Un don comme le sien, devenait vite un sujet d'exploitation lorsqu'il était découvert et même s'il était une tête dure et que personne n'arrivait à lui faire faire quelque chose contre son gré, le jeune homme ne voulait pas prendre le risque d'être découvert parce que cela engendrerait des problèmes et qu'il ne voulait pas se prendre la tête avec le reste du monde. Qu'on lui foute la paix, c'était ce qu'il y avait de mieux à faire.

Kyûichirô resta impassible, aucune expression ne s'affichait sur son visage, porterait il un masque que personne n'y verrait une différence, si le masque exprimerait sûrement plus de sentiment que lui. Il regardait droit dans les yeux l'étranger qui se trouvait là, ce dernier venait de prononcer une phrase en toute hâte, apparemment il cherchait à justifier un comportement que le jeune homme ne comprenait pas. Qu'est-ce que cela pouvait sembler être ? Un inconnu sans nul doute perdu dans une forêt qui regardait un autre inconnu s'entraîner au sabre…deux camarades venus s'amuser dans une forêt ? Un maître qui donnait des leçons à son disciple ? Kyûichirô ne voyait pas cet aspect d'une observation pure et dure comme si l'être pouvait être amoureux de lui…Il ne voyait pas cet angle là mais en même temps il fallait avoir l'esprit tordu pour penser cela directement, ils venaient juste de se rencontrer, l'autre était sûrement tombé sous le charme de son savoir faire, c'était tout. Kyûichirô ne chercha pas à savoir car pour savoir il fallait poser des questions, et pour poser des questions il fallait parler, ce qu'il n'avait pas du tout envie de faire alors son regard qui fixait l'inconnu se détourna et un son s'éleva dans l'air sous la forme d'un "hum." qui ne voulait strictement rien dire mais pour certains pouvaient laisser sous entendre bien des choses.

Le jeune homme se détourna complètement et alla voir son lapin qui continuait de cuir tranquillement. Il le tourna un peu et il s'interrogea sur l'aliment qui pourrait aller avec, son frère aimait bien avoir quelque chose pour accompagner sa viande…lui non. Il regarda aux alentours, il pourrait trouver des herbes s'il venait à vaincre la paresse qui le possédait et puis il y avait cet humain dans le coin, faudrait y pas qu'il vienne lui voler son lapin !

"hum?" Kyûichirô releva la tête et jeta un coup d'œil dans une direction, celle du jeune homme, ce dernier pouvait peut être se rendre utile pour quelque chose ? Après tout maintenant qu'il l'avait vu manier Reikoku il n'allait pas vivre bien longtemps alors avant de mourir il pourrait sans nul doute lui trouver quelques herbes pour accompagner le dîner ? Ce qui était pratique lorsque l'on faisait une rencontre en forêt c'est que le terrain pour planquer le corps était déjà prêt, il suffisait juste de creuser un peu et de tout bien recouvrir après et le tour était joué, personne ne retrouverait le disparu et impossible de remonter jusqu'à l'assassin puisque ce dernier avait fait attention à ne laisser aucune trace qui pourrait le trahir.

Kyûichirô songeait à quelques élèments avant de finalement couper toute réflexion, de se relever et d'observer l'inconnu ou plutôt derrière l'inconnu...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Waichirô

avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 11/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Jeu 17 Avr - 0:50

"yahoooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo !" Criait un jeune homme qui passait d'un trottoir à un autre en sautillant joyeusement dans tous les sens sans faire attention à tout ce qui l'entourait. Il avait sur le dos un petit sac noir, au flanc un sabre blanc et dans une main un éventail avec lequel il s'amusait bêtement. Son regard observait les gens, un à un, il leur souriait des fois il allait les saluer et entamé un morceau de conversation. Oui, les parents disent souvent ne parlez pas à des inconnus, cet enfant là avait du louper une étape de son éducation car il parlait à n'importe qui et comme il ne connaissait pratiquement personne…

"yahooooooooooooooooooooooooo ! Trop belle journée !" Gueulait il à tue-tête sans prêter attention au seau d'eau qui tombait derrière lui dans un grand splash suivit d'un bruit plus lourd qui indiquait que le seau avait été jeté après le liquide. Un miracle qu'il ne se faisait pas toucher, sans doute était ce parce que son déplacement ressemblait à celui d'un lapin, il zigzaguait d'un coin à un autre, pas trop de risque qu'il se fasse tirer dessus au moins, ou plutôt pas trop de risque qu'il se fasse toucher.
Ce jeune homme vous l'aurez deviné est tout bêtement Waichirô le jumeau de l'autre chose peu sympathique qui se trouve en ce moment même entrain de préparer le dîner et qui songe aux diverses manière de tuer un homme d'un petit calibre.

Waichirô venait de finir sa journée, les enfants avaient tous eu un comportement correcte, parfait et ils avaient tous ensembles appris de nombreuses choses mais aussi passé d'agréables moments. C'était ça l'éducation, s'amuser, découvrir, apprendre mais pas s'ennuyer et même le professeur était content sans doute était ce pour cela qu'il avait hâte comme ses élèves d'aller en cours le lendemain. Il avait fait de la pâte à modeler, il avait découvert qu'il n'avait pas de talent de sculpteur et avait fait semblant d'être jaloux d'un de ses élèves qui lui avait présenté son œuvre, cette dernière aurait pu faire pâlir Rodin…

Le jumeau arrivait à la forêt, il ne s'était pas perdu contre toute attente, en revanche il avait pris son temps et avait fait quelques courses histoire de…faire des courses. En fait il avait repéré quelques choses dans une vitrine, plusieurs en réalité et n'avait pas su s'empêcher de faire une pause shopping. C'était tout lui, mais lorsqu'il débarquerait avec les affaires, il savait que Kyûichirô ne dirait rien parce qu'il était trop habitué à tout cela et que de toute manière il ne disait jamais rien.

"euuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuh….C'est par où déjà monsieur l'oiseau ?" D'accord, il était un peu perdu et un peu abruti au passage mais tandis qu'il avait son nez en l'air vers un petit piaf qui chantonnait encore à cette heure tardive de la nuit, ce qui n'était sûrement pas normal, Waichirô repéra une petite fumée suivit d'une odeur agréable. Il se passa la langue sur les lèvres, salivant presque et reprit sa route en sautillant joyeusement pour arriver à l'endroit de rendez vous.

Là, il aperçut son frère, il leva les bras, faisant des grands mouvements et gueulant haut et fort qu'il ne s'était pas perdu et qu'il était content de sa journée. Il approchait à grand pas, courant joyeusement comme une petite fille dans les près puis soudain il disparu du champ de vision, ou plutôt il rétrécit considérablement. Waichirô fit une tête avant de hurler "hitaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!" et de se prendre le genou dans les mains avec une tête de chien battu lever son frère qui se tenait à côté.

"Tiens, c'est quoi çaaaaaaaa ?" Une de ses mains agrippa un truc roux qui ressemblait étrangement à des cheveux, il tira dessus avant de se rendre compte que le sol était plutôt mou par ici. "heeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeey ! C'est vous qui m'avez fait tombé ?"

Il se releva d'un bond pointant l'homme du doigt. "Kyûwiwi !! Le monsieur m'a fait mal !" En réalité, il n'avait rien et c'était plutôt lui qui avait bousculé l'étranger jusqu'à lui tomber dessus carrément. Il sembla s'en rendre compte à un moment ou un autre et tendit une main vers la créature étaler au sol avec un grand sourire aux lèvres.
"Vous n'avez rien ?" demanda-t-il d'une voix chaleureuse et pleine de bonne attention.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayame Koryu

avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 14/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Jeu 17 Avr - 22:18

Koryu s'était attendu à beaucoup de chose, mais certes pas à ce que le gars le contemple un instant avant de se détourner sur un "hum" mystérieux pour aller s'occuper du gibier qui cuisait à son feu. Il était tombé sur l'homme des bois du coin ? La légende de la forêt, l'âme inapaisée d'un autiste tué par un passant qui souhaitait lui voler le lapin qu'il faisait cuire au moment de sa mort et qui, depuis, attirait les étrangers vers le campement où il s'entraînait au sabre et les regardait fixement de toute la force de son regard vide...

Une histoire à donner le frisson (ou non), mais en attendant, il n'était pas venu passer sa soirée à regarder un inconnu cuisiner des bestioles des bois sur un feu primitif, aussi intéressant à dessiner fût-il. Il tourna prudemment les talons, prêt à une attaque surprise - tant par habitude que par simple paranoïa/réalisme : il ne faisait pas vraiment confiance aux autistes armés qu'il rencontrait seuls dans les bois -, mais un second "hum" le fit se retourner. Le type le regardait, l'air d'attendre quelque chose.

Huh ? Il s'attendait à quoi, que Koryu devine ses paroles par la pensée ? Ou ses "hum" étaient-ils une tentative de communication morse ? Franchement, entre les jogger, les amoureux de la nature et ce genre de spécimen, la forêt était décidément un repère de phénomènes. En tout cas, lui ne pratiquait pas encore le noble art de la télépathie, donc l'autre handicapé aurait à apprendre à parler ou à renoncer à ses tentatives de conversation avec un membre de la race humaine : en tout cas, lui se barrait de cet asile de fou naturel.

Ce fut alors qu'un vacarme un peu équivalent aux piétinements rageurs d'un troupeau de sangliers attira son attention juste derrière lui, sa main venant instinctivement chercher Ashura dans son fourreau comme il commençait à se retourner...

Et se faisait percuter avant par quelque chose de bruyant et d'humanoïde qui l'envoya faire à nouveau connaissance avec ses amis le sol dur, les plantes moches et les cailloux durs. A moitié assommé par le choc, il se paya le luxe d'une demi-seconde d'inconscience avant que la douleur et surtout le poids pesant sur sa cage thoraciques ne le ramènent au monde de l'éveil. Aïeu... Bordel... Qu'est-ce qui s'était passé ?...

On lui agrippa les cheveux et tira sans douceur excessive, le réveillant définitivement. Son grognement agonisant de protestation fut cependant noyé par une voix inconnue :

- Heeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeey ! C'est vous qui m'avez fait tomber ?

Le poids disparut pendant qu'il cherchait quel choix d'insulte exactement pouvait exprimer le plus ardemment son courroux quelque peu légitime.

- Kyûwiwi !! Le monsieur m'a fait mal ! couina la voix juvénile.

Qu'il nous soit permis, par mesure de décence et afin de conserver quelque décence dans ce récit déjà fort violent, de garder pour lui les quelques pensées qui traversèrent l'esprit de Koryu à cet instant. Quelque chose bougea et il leva la tête, une lueur meurtrière dans le regard, pour voir un jeune homme souriant lui tendre la main :

- Vous n'avez rien ?

S'il N'AVAIT RIEN ? Il se releva, refusant la main tendue, et foudroya son interlocuteur du regard tout en s'époussetant.

- Ca allait mieux trente secondes plus tôt, rétorqua-t-il d'un ton sec. Ca va pas de foncer dans les gens comme ça, ouais ?!

Il nota confusément, malgré sa colère, une ressemblance évidente entre l'attardé mental nouvellement arrivé et l'autiste à l'épée. Oh. La démence devait venir des gênes et non pas du vécu, manifestement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Waichirô

avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 11/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Sam 19 Avr - 15:20

La main tendue avait été refusée et un regard noir se posa sur le jeune homme qui recula pour aller se cacher derrière son aîné. Courbé de manière à ce que seulement sa tête dépasse de l'épaule de Kyûichirô, Waichirô regardait avec de grands yeux légèrement attristés la personne qui se relevait et lui répondait sur un ton dur, sévère, méchant, en colère apparemment. Le plus jeune des jumeaux posa sa tête sur l'épaule de son aîné avec un air abattu, il avait pas voulu embêter le monsieur, ni lui tomber dessus d'ailleurs mais il l'avait pas vu ! Ce n'était pas sa faute, si ?

Les deux mains posées sur le dos et bras de son frère, il hésitait à se remontrer entièrement, le monsieur allait peut être le taper vu son état de rage mais pourquoi était il si énervé ? Après tout ce n'était qu'un accident, cela pouvait arriver souvent mais Waichirô ne trouva pas les mots pour le lui expliquer, lui dire qu'il ne l'avait pas vu pouvait sûrement se montrer vexant si le jeune homme était susceptible cela ne ferait qu'aggraver la situation alors il songea un instant avant de sauter de derrière son frère et de se courber d'une manière si base que cela annonçait les excuses qu'il allait présenter.

"Je suis vraiment désolé. J'essayerais de faire plus attention la prochaine fois !"
Waichirô se redressa, un petit sourire un peu gêné aux lèvres, il avait bien dit essayer, il se connaissait, il oubliait vite les incidents et d'ici une heure il aurait sûrement oublié qu'il avait brutalement heurté une personne qu'il ne connaissait pas, qu'il lui avait tiré les cheveux et qu'il l'avait mis en colère. Le jeune homme pencha la tête sur le côté, regardant l'inconnu longuement avant de faire un grand sourire et de demander d'une voix toute enfantine et enthousiaste alors qu'il n'y avait vraiment rien de joyeux dans tout cela.
"Qui êtes vous ? Je me présente, Zenji Waichirô et lui là c'est mon frère Kyûwiwi !" Dit il en pointant du doigt l'homme qui restait debout sans rien dire. Il avait oublié de le présenter correctement et s'était contenté du surnom comme présentation mais cela suffirait amplement.

"Qu'est-ce que vous faites en forêt ? Kyûi vous à inviter à partager notre dîner ?" Cela aurait été fort surprenant que l'aîné des jumeaux le fasse mais d'une certaine manière Waichirô attendait une réponse affirmative pour que cet étranger reste manger avec eux. Cela mettrait un peu d'ambiance, c'était dur de s'amuser avec Kyu Il ne disait rien, ne faisait rien , parler à un mur revenait au même alors une personne de plus changerait un peu ! Seulement quelle personne…si Wai avait su qu'elle était tout aussi associable que son aîné peut être aurait il renoncé à le retenir.

"J'ai faiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiim ! C'est bientôt prêt ? J'ai apporté des légumes ! Regarde dans le sac, tu peux les préparer ? Merciiii !"
Il n'avait pas attendu la réponse de son frère pour lui remettre le sac.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayame Koryu

avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 14/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Lun 21 Avr - 13:20

Koryu contempla d’un œil furieux le spécimen numéro deux comme celui-ci allait se cacher derrière ce qui était apparemment son jumeau. Merde. Il voulait juste aller enterrer un truc, bordel ! Pas se retrouver avec les Incroyables Frères Folies au milieu de nulle part !

Deux grands yeux attristés se fixèrent sur lui et il cligna des yeux, presque perdu pour une fraction de seconde dans deux iris bleu nuit emplis de désolation sincère, avant de se reprendre et de repartir en mode Regard Noir Powa. Apparemment, cela devait avoir plus d’effet que la moyenne sur le grand gamin puisque celui-ci demeura un instant terré derrière son frère avant de bondir devant celui-ci et de s’incliner :

- Je suis vraiment désolé, promit-il d’une voix claire et juvénile. J'essayerai de faire plus attention la prochaine fois !

Il se redressa, l’air vaguement gêné – un point pour lui, reconnut Koryu à contrecœur – puis sembla l’observer un moment avant de sourire largement – quoi, il avait quelque chose de rigolo, peut-être ? D’accord, il était un peu couvert de terre malgré ses efforts d’époussetage, mais étant donné que le type était responsable de cet état de fait, il n’avait pas intérêt à en sourire ! – et d’entreprendre des présentations. Zenji Waichirô et… Kyûwiwi ?... Le deuxième nom ressemblait plutôt à un surnom, mais il ne se souvenait pas de les avoir entendus à la radio ou à la télé accompagnés de la mention « recherchés pour le meurtre féroce de leurs gardiens après s’être échappés de l’asile de fou le plus proche de notre belle cité ». Certes, cela ne signifiait pas que ce n’était pas le cas, mais au moins… Au moins…

… Il fallait qu’il trouve un prétexte pour s’échapper…

Ce fut à l’instant même où cette pensée lui effleura l’esprit que le gamin ruina ses plans :

- Qu'est-ce que vous faites en forêt ? Kyûi vous a invité à partager notre dîner ?"

Merde. Il avait dû repérer son envie pressante de fuir – ou alors, étant donné le plan assez indépendant de la réalité dans lequel le brun semblait évoluer gaiement, l’idée lui avait simplement semblée rigolote et il l’avait lancé comme ça. Koryu lança un coup d’œil rapide aux armes des deux hommes. Les sabres étaient certes une arme de crétin poseur souhaitant impressionner les gonzesses, mais si près, ils étaient bien plus à craindre qu’un flingue. Le tueraient-ils s’il refusait de partager le repas ? Cette invitation signifiait-elle en réalité qu’il souhaitait l’ajouter, avec le lapin, à la liste des aliments du repas ? Impossible à savoir. Entre l’autiste et le suractif, il était impossible de prédire leur réaction. Certes, le comportement du gamin semblait indiquer une santé mentale plus présente que celle dont l’avait d’abord qualifié le roux au premier abord, mais en l’absence de certitude…

- … Je m’appelle Koryu, répondit-il de son ton le plus réservé. J’étais parti dessiner la forêt et… je ne voudrais pas vous déranger si vous vouliez dîner entre vous deux…

Et la prochaine fois qu'on tenterait de lui filer une mission en forêt, "on" subirait un destin court mais violent. Il savait bien qu'il n'y avait que des déments à se balader dans la nature !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Kyûichirô

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 11/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Lun 21 Avr - 23:10

La forêt apportait bien des choses et il semblait qu'aujourd'hui elle leur apportait quelques ennuies, du moins c'est-ce-qu'il lui semblait dans un premier temps car à force d'observer la chose, en question, apporté par le vent, Kyûichirô constatait qu'il n'y avait rien de particulier chez cet être. Ce n'était qu'un homme, ni petit ni grand, d'une taille dîtes moyenne comme on en voyait de moins en moins dans les rues ou peut être n'y faisait il plus attention, ce qui était fort probable aussi. C'était un homme ordinaire, roux aux yeux gris…des yeux gris… des beaux yeux gris…Kyû s'attarda un instant sur le regard de l'inconnu, aurait il été un peu plus prédateur que cela aurait été joli. Le jumeau soupira intérieurement, qu'est-ce qu'il racontait encore ? Ou plutôt à quoi pensait il encore ? Au sex…Pour changer.

Le jeune homme eut un moment d'absence, il restait conscient sur ce qui se passait, prêt à intervenir si quelques choses tournaient mal mais les évènements s'enchaînèrent plutôt rapidement si bien qu'il se retrouva avec un sac dans les bras sans comprendre ce qu'il devait en faire. Il regarda sin cadet un moment, un regard vide ou presque car le cadet savait ce que cela signifiait puis il se retourna et partit vers le gibier qui dorait merveilleusement bien sur la broche improvisée. Alors qu'il était accroupit à côté du feu, et qu'il tournait le lapin, son regard glissait de temps en temps vers son cadet qui pouvait à tout moment faire des bêtises mais apparemment rien ne se passait, il y avait juste eu cette invitation à rester dîner et cette présentation plutôt brève mais suffisante de l'inconnu. Apparemment il avait peur de gêner, seulement ce qu'il ne savait pas c'était le fait que Wai n'était jamais dérangé. L'appellerait on en plein milieu de la nuit pour poser une question qu'il serait ravi d'y répondre sans même se plaindre qu'il dormait et qu'il était fatigué. C'était comme un commerce, ouvert sept jour sur sept et vingt quatre heures sur vingt quatre pour le bon plaisir des clients. L'avantage était que tous ces proches savaient sur qui compter pour une quelconque information, de l'aide ou autre service urgent ou non et ils ne se sentaient jamais coupables de se tourner vers Waichirô, jamais…Ce qui énervait grandement Kyûichirô qui ne disait rien et gardait sa rage enfoui tout au fond de lui ainsi que son impassibilité, son visage fermé, son silence, son indifférence, tout pour ne rien laisser voir et être en paix.

Le jeune homme ouvrit le sac, il y découvrit quelques légumes de toutes sortes, autant ses préférés que ceux de son frère, apparemment le cadet avait pensé aux goûts de son aîné qu'il ne connaissait que d'une manière, par l'observation. En effet à la fin des repas il restait tout ce que Kyûichirô n'aimait pas dans son assiette et à force de vivre avec lui il avait repéré les aliments qu'il dévorait et ceux qu'il mangeait avec plus de méfiance comme incertain de les aimer ou non…

Le jeune homme installa une sorte de poêle, qui était plus un morceau de métal plus ou moins grand, sur le feu et entreprit de faire cuire les légumes. Une fois le tout fait, il se lava les mains dans la cascade pendant qu'une voix pu se faire entendre, la sienne bien évidemment qui disait :

"Restez."

Au moins cela avait le mérite d'être clair mais mieux ne valait pas devenir drogué à la voix de Kyû car les manques se feraient très fréquents, d'un côté, aucun risque d'overdose. Le jeune homme pourtant ne ressentait pas le besoin d'en dire plus, il aurait pu rajouter un 'si vous le désirez' mais il aurait du prononcé quatre mots de plus ce qui était au-delà de ses capacités ou plutôt de ses motivations, de ses intentions. Kyûichirô n'allait pas forcer l'homme à rester, néanmoins son frangin pouvait peut être se montrer plus insistant…Cela risquait d'être embêtant, peut être qu'un regard noir suffirait à convaincre l'étranger de rester à leur…table n'était pas le mot…mais l'idée était là.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayame Koryu

avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 14/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Mar 22 Avr - 0:04

Autiste-man - décidemment, il ne pouvait pas l'appeler Kyuwiwi, pas en gardant son sérieux du moins - se saisit du sac avant de partir s'occuper de son gibier, son regard retombant de temps à autres sur son frère. Peut-être craignait-il que le grand gamin ne se remette à courir partout et à sauter sur les inconnus ? Koryu pouvait le comprendre étant donné le spécimen dont il était question. Serait-il doué d'un semblable jumeau que lui aussi éprouverait quelques inquiétudes à le laisser tout seul... Heureusement, ses frère et soeurs à lui savaient se débrouiller tout seuls, ce qui était tant mieux vu le degré d'entente cordiale qui régnait entre eux. Chaque réunion familiale ressemblait à un remake de la Guerre Froide, avec Koryu dans le rôle de l'anarchiste communiste et le reste des membres de la famille en Amérique capitaliste.

Et son oncle dans le rôle de la Suisse : zone neutre quoiqu'un peu louche sur le plan financier.

Sortant de ses pensées, il contempla discrètement Autiste-man comme celui-ci se chargeait de la cuisine. Celui-ci semblait... peut-être plutôt normal, finalement. D'accord, il ne parlait jamais, mais Koryu avait déjà rencontré des silencieux dans son genre... Enfin... Bien entendu, c'était à voir, mais apparement, les jumeaux comptaient vraiment manger de la viande d'animal et pas d'humain, donc c'était toujours ça. Tant que le grand gamin ne se mettait pas à nouveau à lui sauter dessus...

Enfin bon, le roux demeurait quand même méfiant. Juvénile ou non, le second des jumeaux arborait lui aussi un sabre, ce qui n'était pas le cas de la plupart des innocents. Il en aurait entendu parler si des jumeaux tueurs rôdaient dans la région, non ?... Enfin, vu sa propension à écouter les infos... Il n'y pouvait rien si la stupidité humaine l'exaspérait.

Maintenant que Koryu se sentait moins acculé, la note de défi perpétuel qui rôdait habituellement dans son regard commençait à nouveau à transparaître à nouveau, et sa pause à se faire plus défiante : il pouvait bien tenter de paraître inoffensif, le naturel avait toujours tendance à revenir au galop. S'adossant à un arbre - au moins, comme ça, il ne risquait pas de se prendre les pieds dans une racine surprise... Ou, du moins, il aurait quelque chose pour le ratraper -, il contempla le jumeau muet finir de cuisiner et se laver les mains avant qu'une voix mâle ne s'élève :

- Restez.

La phrase sonnait comme un ordre et Koryu résista à la tentation de lui indiquer ce qu'il pouvait faire de son "restez". Bon sang, il détestait les espèce de connards trop sûrs de leur beauté et de leur pseudo-charisme, surtout ceux qui se baladaient avec un sabre dans le but évident d'attirer les soupirs enamourés des foules ! Le sabre était une arme de con, voilà tout. Quoiqu'efficace à une si courte distance, se rappela-t-il dans un effort pour rester calme. Et puis, de toute façon, vu le mal qu'il avait eu à enterrer un petit paquet de rien du tout, deux cadavres seraient infernaux à liquider.

Mais ce n'était pas faute d'avoir envie de finir le jour de cet espèce de connard trop beau... Son jumeau était tout aussi fautif à la réflexion, curieux qu'il n'aie pas envie de le tuer aussi. Ca devait être à cause des yeux... Il n'aurait pas dû être permis d'avoir un regard comme ça, bon sang. Seules les gonzesses auraient dû avoir un regard si... si...

... Il détestait aussi l'innocent, décida-t-il en répliquant d'un ton tendu, sinon très moyennement aimable :

- C'était bien mon attention, merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Waichirô

avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 11/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Mar 22 Avr - 1:08

Quelque chose n'allait pas, un sentiment, une atmosphère, une mauvaise onde, il y avait sur ce tableau chaleureux quelque chose de sombre qui rendait la toile mauvaise, qui gâchait la joie qui aurait du être exprimer ici. Toute une zone était gribouillée, recouverte d'un coup de pinceau comme pour cacher ce qui s'y trouvait derrière, ce n'était pas une erreur, c'était une manière de masquer. Un masque….non plutôt un voile… Un rideau derrière lequel on tentait de cacher quelque chose….

Wai s'était assit par terre, sans se poser de question, il avait choisit un morceau de terre relativement sec et avait posé son derrière dessus, ses jambes tendues devant lui et ses bras tendues derrière lui pour le soutenir. Il ferma les yeux, la lune éclairait son visage légèrement basculé en arrière. Un large sourire sur les lèvres, il reflétait la tranquillité de la plage où les jeunes gens passent leur temps à se dorer au soleil seulement lui, il ne connaissait pas la plage, il n'y était jamais aller ou peut être une fois, mais il n'en ressentait pas le besoin, la plage, qu'Est-ce qu'il y avait de plus là bas qu'ici ? Du sable, de l'eau salée et beaucoup beaucoup beaucoup trop de gens. En fait cela pouvait être amusant d'aller à la plage ! Waichirô penserait à demander cela à son frère, un voyage au bord de mer.

Doucement il entrouvrit les yeux et tourna légèrement la tête vers Koryu. Son regard se posa sur cet homme, un regard triste, fragile, blessé. Il l'observa longuement avant qu'une petite moue vienne s'inscrire sur son visage puis il détourna la tête, fermant de nouveau les yeux après un regard jeté à la lune. Une petite larme coula le long de sa joue mais sa main vint la chasser délicatement avant que le jeune homme ne retrouve un grand sourire et se lève d'un bond souple pour aller sautiller dans les quatre coins, il manqua presque de glisser dans la cascade en effectuant un faux pas sur un rocher. Rattrapé de justesse et au vue du regard que lui lança son frère, Waichirô esquissa un grand sourire, riant bêtement et il s'élança vers Koryu laissant penser qu'il ne ferait pas une autre bêtise comme le risque de se jeter involontairement à l'eau surtout avec Jihi, une si belle lame, moins elle voyait l'eau mieux cela était.

Waichirô arriva en courant vers Koryu, il s'arrêta proche de lui, lui prit les deux mains avec un grand sourire tout innocent et lui dit d'une voix toute joyeuse :

"Il ne faut pas faire cette tête ! Détentez vous un peu ! Et cessez d'éprouver cette haine injustifiée envers nos personnes ! Nous ne vous voulons aucun mal et nous ne vous avons fait aucun mal pourquoi êtes si tendu ? Voudriez vous jouer ? Un défis peut être ?" Waichirô enchaînait les paroles, il ne marquait pas de poses, il reprenait certaines phrase, recommençait des fois à se répéter , il sautillait sur place avec les deux mains dans les siennes, son comportement était digne de celui d'un enfant mais au fond de lui il avait mal à ressentir l'agressivité de la personne envers eux car il lui semblait n'avoir rien fait de mal.

"Quelque chose ne va pas Koryu ?" Demanda Waichirô avec de grands yeux intrigués et une voix très douce.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Kyûichirô

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 11/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Mar 22 Avr - 1:29

Kyûichirô constata le changement de comportement de la personne qui pour lui restait une étrangère malgré les présentations. Un nom ne valait rien, ce n'était qu'un nom, cela ne pouvait même pas faire office d'une identité, d'une information sur car il aurait été facile pour cet homme de mentir lors de sa présentation, après tout qu'avait il dit ? Qu'il se nommait Koryu et c'était tout, rien n'était vérifiable la dedans mais cela n'avait pas une grande importance puisque de toute manière Kyûi n'avait pas l'intention de faire ami ami avec cet inconnu contrairement à son frère qui lui tendait de se lier avec n'importe qui. L'aîné des jumeaux étaient d'ailleurs surpris que son cadet soit si calme, assit sur le sol, à ne rien faire, comme s'il se reposait, c'était presque inquiétant de le voir agir ainsi mais son comportement devait sûrement cacher quelque chose et c'est à la larme couler qu'il comprit. Son cœur avait du saisir quelque chose et c'était pour cela qu'il avait été si calme durant l'espace d'un instant, ce n'était pas grand-chose mais suffisant pour que Waichirô se fasse une idée et se remette à aborder un comportement qui lui était normal, c'est-à-dire sautillant, gueulant, plein de vie.

Kyûichirô commençait à découper la viande fin cuite, et à partager les légumes entre trois parts, dans le sac du cadet se trouvait quelques assiettes, pas deux mais bien tout un set comme s'il s'attendait toujours à avoir quelques invités surprises à ses repas, c'était sa manière d'être prêt à toutes les situations. Il servit et regarda les deux hommes qui se tenaient au loin. Son esprit se surprit à penser, l'homme qui se trouvait là, qui allait manger avec eux, avait dans le regard une lueur de défis, cherchait il à les provoquer en un quelconque duel ? Après tout il avait vu la présentation de Kyûichirô qui s'était contenté de faire quelques prouesses rapides avec son sabre, alors peut être que ce Koryu voulait à son tour faire quelque chose pour lui prouver qu'à côté de lui, il n'était rien ? Non, cela ne devait être que ses airs normaux…Kyûi n'en savait rien et s'il avait songé à cela, il ne chercha pas plus loin, réfléchir s'était bien mais lorsqu'il en avait vraiment envie, ce qui n'était pas le cas à ce moment là. Il renonça à comprendre cette attitude, chacun se comportait comme il voulait et il n'allait pas être le premier à poser des questions puisque pour lui cela n'avait qu'un intérêt minime comme tout d'ailleurs.

Le repas était prêt mais les assiettes restèrent posées au dessus du feu pour que le plat ne refroidissent pas car le jeune homme ne se sentait pas d'appeler son cadet et l'autre chose venir manger tout de suite. Il sentait qu'il y avait quelque chose qui se passait, et puis son frère ne risquait plus de tomber à l'eau pour le moment donc il pouvait bien attendre encore un peu avant de le faire asseoir pour prendre son repas tranquillement….Son ouïe lui indiqua que quelques mots, beaucoup en fait, étaient prononcés et tous pour le moment venait de la part de son cadet, moulin à paroles, il allait bien finir par assommer le pauvre inconnu, pauvre…il n'avait qu'à pas se trouver par ici après tout.

Kyûichirô serra sa main sur la garde de Reikoku, ce dernier avait envie de sang tout comme son porteur mais il ne bougea pas, attaquer, il ne devait pas, il devait apprendre à se passer de meutre...en présence de son cadet.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayame Koryu

avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 14/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Mar 22 Avr - 2:59

Les deux jumeaux demeurèrent silencieux, manifestement accoutumés à fonctionner indépendement chacun de leur côté. Curieusement, l'excité s'était un peu calmé : assis sur un coin de terre, sa posture détendue et confiante comme s'il se trouvait en présence d'amis au lieu de celle de son frère et d'un parfait étranger, il souriait à la lune montante comme si de rien n'était. Comme pour son frère, Koryu ne put s'empêcher de remarquer à quel point sa pose serait idéale pour un dessin - l'innocence du regard, l'aspect confiant et tranquille de son apparence, la beauté innocente des traits, l'idéal pour une peinture, sans compter la luminosité idéale...

Il se reprit. Ce n'était pas le lieu ni le moment où penser au dessin ! Pas alors qu'il se trouvait en compagnie de deux psychopathes potentiels !

Cependant, sa détermination nouvellement récupérée faillit complètement lorsque le gamin tourna les yeux vers lui pour lui lancer un regard ineffable de tristesse et de douleur, paralysant momentanément toute humeur asociale ou paranoïaque. Aaaargh ! Ces yeux... Ces yeux... C'aurait dû être interdit !! Pas... Merde ! Non, quelque soit les facteurs qui causaient ces larmes, ce n'était sûrement pas de sa faute ! Et puis il arrêtait de le regarder, oui ? Il n'était pas une nana pour s'émouvoir dès qu'on la regardait trop intensément ! Bon, il regardait autre chose, oui ?!

Son souhait se trouva exaucé comme le jeune homme détournait la tête, yeux clos, une moue courbant ses lèvres. Quelque chose glissa le long de sa joue, accrocha les rayons de la lune - une... larme ?! Non, ce n'était pas possible ! Il ne pleurait pas pour lui, quand même ?? Enfin... Juste parce qu'un inoconnu se montrait un peu associal, il... Enfin !!

Le garçon s'essuya le visage d'un geste avant de se lever vivement, bondissant aux alentours et manquant s'étaler dans l'eau, un regard de son jumeau l'incitant à adopter un comportement plus prudent. Bon, au moins, ça expliquait pourquoi l'autre autiste le surveillait si étroitement : à part ses penchants à pleurer pour n'importe quoi - et non, il ne culpabilisait pas, bordel, il n'avait rien fait d'abord, c'était le grand gamin qui l'avait envoyé manger le sol, pas l'inverse, et il avait parfaitement le droit de se montrer réservé en public et non, il ne se cherchait pas d'excuse -, le type était manifestement un peu... imprudent.

Le jeune homme fonça soudainement sur lui et il manqua avoir une crise cardiaque - sans pour autant, curieusement, avoir le réflexe de sortir Ashura du fourreau où il attendait patiemment -, pour rien manifestement puisque le phénomène se contenta de stopper net devant lui, s'emparant d'autorité de ses deux mains avec un grand sourire :

- Il ne faut pas faire cette tête ! Détendez-vous un peu ! Et cessez d'éprouver cette haine injustifiée envers nos personnes ! Nous ne vous voulons aucun mal et nous ne vous avons fait aucun mal pourquoi êtes si tendu ? Voudriez vous jouer ? Un défi peut être ? débita-t-il en sautillant.

Noyé dans un flot de paroles, Koryu se contenta de cligner des yeux. Gné ? Se détendre ? Un défi ? Jouer ? Il avait l'air d'avoir quel âge ? Et puis ce n'était pas qu'il haïssait les Jumeaux Maléfiques, c'était juste que... C'était son comportement normal, quoi ! Il ne voyait pas de raison de faire exception pour une paire de types peut-être à moitié fous et en tout cas tout saufs normaux, surtout quand ils se baladaient avec des sabres... Et que l'un d'eux correspondait en tout point à son type de personne suprêment antipathique et semblait penser qu'il était près à obéir au moindre de ses ordres... Et que l'autre avait de grands yeux qui l'empêchaient de penser normalement !

- Quelque chose ne va pas Koryu ? s'enquit Waichirô, image même de l'innocence et de la curiosité sincère.

Il cligna à nouveau des yeux. Le jumeau était trop près, sa taille supérieure et le contact de leurs mains le rendant un peu trop nerveux à son goût. Argh. Il avait toujours détesté les hommes plus grands que lui - à savoir, étant donné sa taille, quatre-vingt pour cent de la population mâle mondiale - ; au moins, le grand gamin n'avait pas la même aura dominatrice que son frère, auquel cas il aurait pu se laisser aller à des actes violents autant qu'imprudents. Cependant, il avait des yeux perturbants qui paralysaient ses pulsions agressives, et Koryu n'était pas sûr de préférer cet état de fait à un combat pur et simple. Au moins, les batailles étaient simples : on essayait de tuer et de survivre. Pas d'yeux bizarres à vous dérangez vos instincts associaux...

- ... Ca va parfaitement, assura-t-il de son ton le plus sincère, prêt à tout pour cesser d'être acculé contre son arbre et surtout pris sous le feu des yeux bleu nuit de son interlocuteur. Je suis juste un peu... Tendu. J'ai eu une journée éprouvante.

Il faillit ajouter quelques détails sur ces damnées racines aux effets trébuchants, mais se retint à temps. Il était déjà suffisement humilié en le sachant tout seul sans en plus permettre à d'autres de se foutre de sa gueule en bonus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Kyûichirô

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 11/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Mar 22 Avr - 23:43

Cette personne allait mal, elle ne se sentait pas à l'aise, c'était aisé de le constater mais Wai s'il le savait essayait à sa manière de la détendre un peu. Il cherchait à lui faire comprendre qu'il n'y avait nul danger à traîner avec un couple de jumeaux surtout lorsqu'il était tout aussi ordinaire qu'eux. Après tout c'était normal de croiser deux jumeaux haut d'un mètre quatre vingt, armés de sabre, dont l'un était une vrai boule d'émotions et l'autre qui justement venait à en manquer. Il avait du y avoir un loupé quelques part, leurs parents n'avaient pas du leur apprendre correctement la vie, ce n'était peut être pas faux d'un certain point de vue, mais ce n'était pas tout à fait vrai non plus. Simplement leur éducation avait été plus que particulière, ils avaient certaines connaissances en moins et pouvaient par moment passer pour des idiots incultes pourtant il y avait des domaines où penser les vaincre n'étaient plus possible.

Kyûichirô prêtait attention à tout ce qui se passait plus loin, il n'allait pas intervenir, il n'avait pas de raison de le faire néanmoins lorsque Koryu prit la parole, il comprit qu'il serait peut être préférable de séparer un peu les deux jeunes hommes. Wai pouvait être très fatiguant et s'il se montrait trop insistant, la chose risquait de s'énerver, et lui, il n'avait pas envie de se bouger avant le dîner, alors il décida qu'il était temps d'appeler les deux petits à manger. Si l'image d'une mère s'occupant de ses enfants lui traversa l'esprit il fit tôt de l'effacer et de reprendre l'image du guerrier qui s'occupe de ses troupes ou de sa famille, quelques choses de plus masculin.

Le jeune homme fit craquer sa nuque, puis son dos ses doigts, il décrivit une courbe pour faire craquer le moindre os, avant de s'arrondir un peu le dos puis de se remettre droit, en tailleur, le sabre posé à côté de lui. Il s'empara d'un petit accessoire sur lequel il tapa, produisant un bruit sourd, et oui, un mini gong à emporter ! C'était pratique lorsque son frère jouait seul en forêt, cela le faisait revenir plus vite et surtout cela évitait à l'aîné de s'égosiller. Ce qui pour lui était tout ce qu'il y avait d'intéressant à la possession de ce petit gong.

Alors qu'il fit sonner la soupe trois fois, ce qui était largement suffisant puisqu'au premier coup son cadet avait compris le signal, Kyûichirô songea qu'après le repas il aurait peut être quelques ennuis, pas grand-chose, espérait il, mais un peu tout de même puisque son cadet allait sûrement exiger quelques chose de Koryu, une histoire peut être, un spectacle, ou autre, il n'était pas dans la tête de son petit frère donc il ne pouvait pas savoir mais il n'avait aucun doute sur le fait qu'il allait y avoir quelque chose, il le présentait, peut être se trompait il mais cela l'étonnerait fortement quoi que pas tant que ça en fin de compte. Le jeune homme songeait à ce qu'il allait pouvoir faire après le repas, il avait la sieste en tête mais ce n'était pas la meilleure option car il risquait de s'endormir un peu, rien de grave jusqu'à là, seulement il avait un programme assez chargé pour cette nuit et il n'avait pas de temps à perdre, il devait raccompagner son jumeau chez eux et éventuellement se passer sous l'eau avant de partir travailler ou comme il le dit si bien à son cadet écumer les bars afin de se trouver quelques charmantes compagnies.

Kyûichirô mangea en silence, son regard posé sur son assiette, il ne prêtait pas attention aux discussions qui prenaient place. Son frère posait de nombreuses question à Koryu, apparemment il voulait savoir quel âge il avait, d'où il venait, ce qu'il faisait dans la vie, quelles étaient ses passions, et bien d'autres choses encore. Kyûichirô songea vaguement qu'il était bien heureux de ne pas être à la place de l'inconnu, d'un côté il l'avait été, plus jeune, lorsque son frère ne le connaissait pas vraiment, il avait eu le droit à toutes ses questions seulement Waichirô n'avait eu le droit à aucune réponse. Essayer de faire parler Kyû était une mission dine d'être classée impossible pourtant on pouvait y parvenir avec beaucoup de patience et un peu de savoir faire.

Le jeune homme lorsqu'il eu terminé de manger s'abreuva à la cascade avant de s'étirer un peu et de se lever. Il fit quelques pas, il se dégourdissait les jambes puis il se fit une petite foulée autours de la clairière avant de finalement s'immobiliser au centre, la tête haute, la nuque bloquée, le dos droit et le regard plongé dans les flots de la cascade. Le vide s'installa complètement dans son esprit, il ferma les yeux et il pu entendre à ce moment là le chant de Reikoku. Une douce mélodie sur lequel il synchronisa sa respiration et les battements de son cœur. En harmonie avec son arme, il commença un enchaînement de quelques mouvements qui ressemblait vaguement à celle que Koryu avait pu apercevoir précédemment sauf que cette fois ci, le rythme prit vite une tournure plus enflammée et les mouvements étaient beaucoup plus complexe. Accompagnés d'une souplesse et d'une grâce du corps, Kyû se lança dans une véritable gymnastique, salto, roue à une ou sans main, le sabre qui vole et est rattrapé plus tard d'une manière extraordinaire. Le jeune homme se donnait corps et âme dans cet entraînement, il ne prêtait plus attention à ce qui se passait autours de lui, il était dans un autre monde, son monde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayame Koryu

avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 14/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Jeu 24 Avr - 0:59

Koryu venait à peine de finir sa phrase lorsqu'un bruit de gong empêcha Wai d'élever la voix. Yeux écarquillés, le roux tourna la tête vers Autiste-man, lequel tenait à la main... Un gong ? D'abord les sabres et les éventails, ensuite le lapin, ensuite le gong... Il était accidentellement retourné au Moyen Age ou quoi ? Allait-il découvrir une ville médiévale s'il tentait de revenir à son appart ?... Il espérait bien que non, la connexion internet était essentielle pour sa survie. Encore que, au Moyen Age, les meurtres étaient moins régulés... Oui, mais les armes à feu étaient inexistantes ou primitives, selon les époques... Dilemne, dilemne.

Le grand gamin, en tout cas, ne semblait pas le moins du monde et sautilla gaiement jusqu'à leur "table", ou il se laissa tomber assis en tailleur. Hah. Peut-être était-ce un moyen d'appeler le machin, un peu comme les sifflets spéciaux que seuls les chiens entendaient ou les sifflements personnalisés pour les chevaux ? Il fallait reconnaître que l'excité n'était guère différent d'un petit animal affectueux...

Il s'assit gracieusement entre les deux jumeaux, avachis dans une position peu gracieuse avec les jambes à moitié repliées - oui, c'était bien beau de croiser les jambes, mais lui se coupait la circulation sanguine s'il essayait de rester comme ça. A peine avait-il saisi son assiette, cependant, qu'il se faisait submerger par un torrent de questions diverses : son âge, ses activités, ses passions, ses phobies... Perdu dans un déluge de paroles, il avait à peine le temps de répondre avec plus ou moins d'exactitude tout en collant au maximum à la vérité - les mensonges ne servaient guère qu'à se confondre soi-même - que l'irresponsable l'interrogeait à nouveau. Et le jumeau muet n'avait pas l'air de se sentir l'âme d'un sauveteur, puisqu'il mangea en silence pendant que le roux sombrait peu à peu sous les assauts verbaux de son frère.

Le grand machin fut le premier à finir de dîner, se levant aussitôt pour aller boire avant de commencer à courir autours de la clairière, ce qui raviva les doutes mourants de Koryu sur la santé mentale du jeune homme, puis de demeurer immobile comme un poteau au milieu de ladite clairière. Les autistes aussi avaient des rituels étranges... A moins que ce ne soit les tueurs psychopathes ?

... Définitivement les tueurs psychopathes. Merdeeeeeuuuu, dans quoi il s'était f...

Ce fut à cet instant que le grand autiste commença à bouger, et Koryu oublia tout doute ou inquiétude. Le jeune homme avait recommencé ses mouvements au sabre, et c'était... magnifique, la lame reflétant la lueur de la lune et des étoiles dans la semi-pénombre, les gestes de l'escrimeur fluides et harmonieux. Bordel, si seulement il avait eu la luminosité suffisante pour dessiner ce spectacle, pour tenter de rendre sur papier la beauté de ce spectacle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Waichirô

avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 11/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Ven 25 Avr - 0:50

Wai n'avait eu que très peu de réponses et généralement minime, il ne s'était pas rendu compte qu'il avait enchaîné avec rapidité les questions sans même lui laisser le temps de répondre. Il ne s'en était pas rendu compte, poussé par sa curiosité animé par la présence d'un étranger, c'était tellement rare que des gens viennent auprès d'eux qu'il en était content mais sa joie l'emportait un peu trop et il perdait sa faculté d'écoute qu'il n'avait pas déjà grande alors là, c'était complètement réduit à néant. Le jeune homme termina son repas en bon dernier, prenant son temps pour manger ou plutôt oubliant de manger tellement il était concentré à assommer le pauvre Koryu de questions. Il fallait bien quelqu'un s'intéresse à lui, et cela ne risquait pas d'être Kyû, au grand malheur de cet inconnu qui devait souffrir de l'interrogatoire du petit surexcité.

Wai lorsqu'il vit son frère se lever tourna légèrement la tête pour le voir se déplacer, il savait ce que son aîné allait faire mais il était toujours aussi curieux pis il aimait bien le regarder s'entraîner, c'était marrant, et surtout très jolie. Kyû savait toujours rendre son art magnifique, il savait accorder, relier les mouvement les uns avec les autres pour que cela donne un enchaînement bien construit et Wai adorait observer parce qu'il ne savait pas faire tout cela, lui. Ce n'était pas son don inné contrairement à son aîné. C'était juste ce qu'il avait appris à faire, rien de plus, aucun talent particulier mais il n'était pas jaloux, il savait qu'il avait autre chose en retour, seulement lui il n'avait pas la moindre idée de ce que cela pouvait être. Cela aurait du l'attristé mais il n'en était rien, il voyait la vie en couleur, cela lui suffisait amplement.

Le jeune homme observa la danse de son frère, c'était beau comme d'habitude mais il préféra ne pas trop regarder, il savait que Kyû n'aimait pas et même si au stade où il était le jumeau aîné ne se rendrait pas compte de ces regards posés sur lui, Wai savait que s'il venait à s'en apercevoir cela briserait son univers, et la rupture pouvait être trop brutale et le rendre dangereux d'une certaine manière. Enfin il ne savait pas tout mais il savait qu'il préférait éviter d'énerver son frère en le fixant constamment c'est pourquoi il détourna la tête et fit un grand sourire à Koryu. Ce dernier aurait pu prendre peur, tout le monde l'aurait compris car le sourire de Wai bien qu'innocent était effrayant par sa grandeur et surtout sa soudaineté, qu'est-ce qu'il voulait ? Qu'est-ce qu'il attendait ? Qu'est-ce qu'il s'apprêtait à faire ? Toutes ses questions pouvaient se poser mais en fait, il n'y avait rien à craindre, enfin presque rien Wai voulait simplement jouer seulement il fit la moue tout de suite après, il n'avait pas eu le temps de demander de jouer, parce qu'il venait de se souvenir de quelque chose, lui aussi après le repas devait faire quelque chose, alors il ne pouvait pas s'amuser tout de suite, même s'il trouvait ce quelque chose de très divertissant. Wai était déçu parce qu'il voulait jouer avec une personne, pour une fois qu'il pouvait !

" Diiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiites !! Je dois moi aussi m'entraîner mais après vous voulez bien jouer avec moiiiiii ? Tiens ! Je vous laisse choisir le jeu pendant que je m'exerce !"

Wai se leva d'un bond et alla sautiller dans un coin de la clairière, il se tenait loin de Kyû, cela se remarquait, il avait choisi un endroit, un tout petit peu isolé vers le pied de la cascade pour ne pas prendre de place, lui il n'avait pas besoin d'espace, pas beaucoup. Wai s'empara de deux éventails, un noir, l'autre rouge avec le blason de la famille dessus, rouge pour l'éventail noir et noir pour l'éventail rouge. D'un geste habille il déplia ses deux accessoires et commença à les manier. Ses gestes trahissaient l'habitudes. Certains se souviendront des danses des Geishas avec leurs éventails, Wai faisait la même chose, dans un premier temps mais son allure et son rythme changea rapidement, sa grâce resta mais se transforma vite en une grâce guerrière, il n'était plus entrain d'effectuer une danse lente et féminine, non, cela devient rapidement un rythme plus rapide, et ses mouvements, ses gestes, tout cela c'était l'art des éventails de combats.

Wai s'arrêta un instant plus tard, tout joyeux, il s'était bien pris au jeu et avait même perdu contre son adversaire imaginaire mais il était content tout de même car il avait fait mieux que la dernière fois et puis il avait fini, il allait pouvoir se divertir maintenant !

" heeeeeeeeeeeeeeeeeeey ? alooooooooooooooors ? Le jeu c'est quoiiiiiii ?" Demanda-t-il alors qu'il vint s'asseoir, ou plutôt qu'il vint se laisser tomber à côté de Koryu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayame Koryu

avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 14/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Mar 29 Avr - 20:07

Koryu était captivé par le spectacle offert par l'autre grand con, mais le sourire subit que lui décocha le moulin à parole fut suffisement flippant pour le tirer de son état de concentration. Maîtrisant virilement sa première réaction (un hurlement horrifié), il contempla le dément de son air le plus figé. Le gosse continua à sourire, l'air absolument sincère et naïf comme un gamin - enfin, un gamin issu des fantasmes littéraires d'une gonzesse en mal de fécondation. Les gosses n'étaient des anges de pureté et de douceur que dans les bouquins, les films, les jeux vidéos et autres mangas. Dans la réalité, quiconque avait côtoyé plus de cinq seconde un enfant ordinaire savait que ces petites saloperies n'étaient guère que des brutes vicieuses dont la seule raison pour laquelle ils n'avaient pas encore tué ou blessé gravement une quelconque victime se résumait à leur taille de gnome et leur force de larve. Il y avait une raison pour laquelle Dame Nature avait fait les enfants plus frêles que leur parents : pour qu'ils soient plus faciles à tabasser et soumettre. Point.

Le sourire fit soudain place à une petite moue, puis à quelques nouveaux mots. Le début d'une nouvelle tirade de question ? redouta le roux, prêt à commettre une tentative de meurtre/suicide/fuite, quitte à devoir se poignarder sauvagement à coup de branche jusqu'à ce que mort s'ensuive, avant de se voir rassuré : le gamin voulait juste s'entraîner pendant que lui...

Pendant que lui...

Choisissait un jeu pour jouer avec le gosse ?...

... Y'avait écrit Mère Thérésa sur son front ou quoi ? Il avait une tête à jouer les babysitters ? Perdant quelque peu son calme légendaire, il s'apprêtait à expliquer son point de vue de manière quelque peu abrupte à M. Yeux-Hypnotiques lorsque celui-ci se redressa vivement pour sautiller jusqu'au bout le plus éloigné de la clairière. S'emparant de ses deux éventails, le gars commença lentement à bouger, ses gestes sûrs et fermes. Tiens ? Un geisha masculin ? Il vendait son corps dans des établissements select pour fournir des pierres à aiguiser les sabres à son frère l'homme des bois ? En tout cas, il devait bien gagner sa vie : il était doué, et Koryu devait admettre qu'il y avait une certaine grâce dans ses mouvements... Enfin, une grâce féminine, évidemment. La grâce masculine n'existait guère que pour les pédés, desquels, les dieux en soient loués, il faisait tout sauf partie.

Peu à peu, la "danse" gagna en rapidité et en intensité et Koryu se retrouva sans s'en rendre compte à regarder le jumeau immature de la même façon qu'il avait observé son frère quelques instants auparavant, ses mains dessinant instinctivement dans le vide les esquisses d'un portrait des deux jumeaux. Son regard embrassa le tableau tout entier. La pénombre gênait un peu sa visibilité, mais il en voyait assez pour pouvoir imaginer ce qu'il pouvait en faire - deux guerriers s'affrontant dans un décors médiéval, une dance meurtrière, le combat de deux frères contre une horde de yokai...

L'un des deux jumeaux finit par s'arrêter et il cligna des yeux, arraché à une transe dont Wai - celui-là même qui venait de cesser - se chargea de le sortir définitivement :

- Heeeeeeeeeeeeeeeeeeey ? Alooooooooooooooors ? Le jeu c'est quoiiiiiii ? demanda l'homme-enfant en venant s'asseoir à côté de lui.

Pris au dépourvu, il passa cinq minutes de panique cérébrale avant de trouver une solution convenable :

- Ce que ton frère voudra, demanda-t-il avec un sourire hypocrite.

Après tout, y'avait pas de raison pour qu'il soit seul à se faire martyriser pendant que môssieur faisait joujou avec sa lame.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Kyûichirô

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 11/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Ven 2 Mai - 3:46

Plongé dans une danse enflammée, le jeune Kyûichirô s'enfermait dans une bulle que nul ne pouvait briser à moins de venir l'attaquer ou de se mettre sur son chemin ce qui généralement n'arrivait jamais puisque les gens n'osaient jamais approcher de ce jeune homme dont l'entraînement, le visage même était si sérieux et impressionnant qu'il faisait peur à des mètres, alors venir plus près, les gens évitaient lorsqu'ils avaient ne seraient ce qu'une once de conscience.
Kyûi n'avait vu qu'une partie de l'entraînement de son cadet, lorsque ce dernier s'était trouvé face à lui, ou plutôt lorsque son enchaînement l'avait mis dans la bonne position pour qu'il puisse apercevoir l'entraînement de son petit frère. Ce dernier semblait progresser de jour en jour et la souplesse des ses mouvements ne laissaient aucun doute sur le tranchant de ses éventails. Kyû songea vaguement qu'il pourrait bientôt laisser son protégé se promener seul sans son ombre protectrice constamment derrière lui mais si cette pensée lui traversa l'esprit, il était aussi certain qu'il ne l'appliquerait pas avant un petit moment. Wai pourrait être seul lorsqu'il irait dans un lieu fixe, hors de question qu'une promenade en pleine ville soit faite en solo. Kyûichirô n'aimerait pas retrouver la tête de son frère sur une pique dans un coin de rue mal fréquentée.

Son entraînement devient de plus en plus violent, le rythme atteint un niveau que seuls des professionnels pouvaient atteindre, du moins c'est-ce que d'un point de vue extérieur pouvait penser car Kyûichirô n'avait pas du tout l'impression de forcer énormément, son niveau était encore bien plus supérieur seulement il n'avait pas l'intention de le montrer, il n'avait pas totalement oublié la présence de quelques personnes autours de lui, deux dont un étranger. Son entraînement se termina par un étrange mouvement dans son enchaînement, il avait fait un faux pas et cela avait brisé toute sa concentration, mettant ainsi fin à toute suite.
Légèrement essoufflé, le jeune homme s'immobilisa, rengainant d'un geste habitué son sabre dans le fourreau et c'est à ce moment là qu'il entendit la voix de son frère s'élever dans les airs, et une répondre plus neutre, plus sombre se fit entendre par la suite. Kyûichirô tourna la tête pour voir les deux autres personnes qui se trouvaient par là. Ils parlaient de lui et le pire dans tout cela, ils attendaient quelque chose de lui. Le jeune homme observa longuement le duo avant de se décider à se rapprocher.

D'une démarche particulièrement lente il avança vers eux, sa vitesse laissait difficilement croire qu'un homme qui se déplace aussi lentement puisse effectuer ce qu'il avait fait un instant auparavant comme quoi l'apparence ne suffisait pas pour connaître une personne. Kyû arriva à quelques mètres d'eux. Il regarda son frère puis l'autre individu puis de nouveau son frère. Ce dernier demanda soudainement en sautillant tout joyeusement ce qu'il avait décidé. Kyûichirô n'eut aucune réaction pourtant sa passivité n'arrêta pas son cadet qui lui tourna autours, sautillant tellement qu'il aurait pu en avoir la nausée mais il était habitué, il fallait le croire.

"Hmm…."

Apparemment le fait qu'il était questionné était le résultat de ce maudit rouquin, il fallait donc qu'il trouve un jeu qui mette ce dernier dans une sale situation…mais qui plaise aussi à Waichirô. En fin de compte il s'était fait avoir, le jeune homme l'avait poignardé dans le dos, beau coup, il devait le reconnaître même s'il ne le prononcerait jamais de vive voix. Kyûichirô regarda fixement le tape l'incruste.

"Chat-souris sur un périmètre de trois cents mètres carré."

Le rouquin allait peut être avoir du mal à respecter les limites du territoire, c'est sur que pour une personne qui ne connaissait pas la forêt cela pouvait se montrer difficile mais Kyûi n'était pas censé savoir que ce Koryu ne connaissait pas le lieu et puis il n'avait pas fallu demander à ce jumeau de choisir un jeu, il allait bien sur prendre quelque chose où il avait la totale avantage, son frère aussi au passage. Les arbres allaient être leurs alliés, grimper, se percher, se cacher, un chat souris qui pouvait être très prometteur mais qui sait, Kyûichirô avait peut être mal vu…Ce Koryu savait peut être très bien se débrouiller en forêt…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayame Koryu

avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 14/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Mer 7 Mai - 23:06

Le grand gamin commençait à lui prendre la tête à force de sautiller, lui filant légèrement la nausée, et la grande asperge ne faisait absolument rien pour l'arrêter - apparement, elle devait être habituée aux gesticulations incessantes du machin. Koryu, pour sa part, n'avait tendance à voir de gestes vifs que dans des situations du style dangereuses et tout ce tapage commençait à le rendre nerveux.

Le grand machin calme tourna lentement son regard-laser vers lui et lui lança une oeillade qui, malgré son inexpressivité apparente, semblait contenir une certaine dose de rancune autiste. C'était pas comme si le pauvre gars pouvait trouver un moyen quelconque de le feinter, de toute façon... Il avait pas l'air de dédier plus de trois neurones à autre chose que la pratique du sabre.

- Chat-souris sur un périmètre de trois cents mètres carré.

... Le connaaaaard.

Il ne pouvait pas décemment avouer qu'il était handicapé sur terrain forestier... Mais ça allait être un massacre... Il était incapable de faire un mètre sans s'étaler et escalader les arbres allait lui bousiller les mains, ce qui lui était doublement essentiel tant comme artiste que comme tireur.

... Et puis merde ! Il allait pas se laisser impressionner par une putain de forêt ! Il se débrouillerait et puis voilà ! Au pire, il s'agripperait par les dents au mollet de la grande asperge numéro un et se laisserait traîner. Ca lui apprendrait à proposer des jeux à la con ! Et puis pourquoi il participait d'ailleurs ? ... Bon, parce que les jumeaux avaient des armes et savaient s'en servir. Il avait presque oublié.

Sans compter qu'il était hors de question qu'il admette sa faiblesse devant quiconque d'autre que lui-même. C'était absolument contraire à son code de vie. Koryu n'avait pas de tort ou de déficiences : c'était juste le reste du monde qui était un connard.

Ou plutôt, techniquement, plusieurs connards, mais on n'allait pas commencer à chipoter sur les métaphores.

- C'est d'accord, annonça-t-il d'un ton de défi, sans que son expression aie jamais affiché son tulmute intérieur..

Il allait le regretter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Kyûichirô

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 11/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Jeu 8 Mai - 2:10

Deux yeux observèrent fixement le rouquin, scrutant pour la moindre réaction qui pourrait trahir une quelconque émotion face à la décision qui venait tout juste d'être prise. Il n'y en eu aucune du moins c'est-ce qu'un regard inexpérimenté aurait conclu pourtant Kyûichirô qui était un guerrier avait appris à lire dans le regard de ses adversaires et il y lisait quelques petits trucs qui se révélaient plutôt intéressant. Le jeune homme était content de constater que l'étranger ne reculait pas devant un défis même lorsqu'il savait que ce dernier était perdu d'avance, c'était une chose qu'il aimait, admirait et respectait. Cet inconnu gagnait un peu d'estime mais il était loin de gravir la première marche de l'escalier, s'il désirait monter plus haut, il allait devoir faire plus d'effort, seulement Kyûichirô savait parfaitement que ce Koryu n'avait aucune intention de monter dans son estime et lui-même se moquait bien qu'il le veuille ou non. L'importance était le fait qu'il ne le haïssait pas, en même temps, qu'haïssait il ? Pas grand-chose non plus mais au moins il supportait la présence de cet étranger ce qui n'était pas forcément le cas pour tous. Koryu aurait peut être la chance de finir la soirée en restant en vie mais dans quel état…

Le regard plongé l'un dans l'autre, aucun mot n'avait été prononcé depuis l'acceptation du chat souris. Un air de duel planait dans l'air, il y avait un conflit qui se préparait et tout cela se jouerait sur un jeu de gamin. L'aîné des jumeaux n'exprimait aucune émotion, aucun sentiment, il était égal à lui-même pourtant au fond de lui il éprouvait de l'excitation, il aimait tous les défis aussi minime puissent-ils être et ce qu'il appréciait le plus ici c'était de ressentir ce doute qui vivait dans l'esprit de son adversaire. Ce dernier avait une crainte qui se faisait ressentir, elle n'était pas bien grande, bien cachée dans le fond seulement Kyû pouvait la distinguer parce qu'il le sentait. Comme un animal pouvait ressentir la peur ou tout autre danger, lui il arrivait à détecter cela chez un être humain mais il n'y fit aucun commentaire.

Le plus grand défaut de l'homme était sa soif de pouvoir, son orgueil, son arrogance, son envie de dominer le monde, s'était de se croire invincible et s'était un défaut que Kyûichirô ne se permettait pas de posséder, il en avait une part cela était certain mais il savait perdre en gardant la tête haute et surtout il savait reconnaître ses défaites ce qui n'était pas le cas de tout le monde. Après il y avait connaître ses limites et s'arrêter à temps, lui, il ne savait pas, il voulait toujours aller plus loin, aller jusqu'au bout, surtout dans un duel, il ne pouvait pas en sortir perdant et continuer à vivre, s'il devait perdre, il mourrait en se donnant jusqu'à sa dernière force sans jamais se rendre ou implorer merci.

Son regard se détourna du rouquin, quelque chose clochait, il n'entendait plus un seul bruit et cela n'était pas normal notamment lorsqu'il y avait son jumeau dans les parages. Il tourna la tête pour observer Waichirô. Ce dernier était tout calme et il regardait les deux personne avec un grand sourire aux lèvres et une lueur d'interrogation dans le regard puis il demanda s'ils pouvaient commencer le jeu. Kyû hocha vaguement de la tête pour toute réponse puis tourna le regard vers Koryu avant d'entendre son cadet dire d'une voix toute joyeuse qu'il serait le chat. Apparemment il avait vraiment envie d'être le prédateur puisqu'il sautait sur place, le bras tendu comme un arc vers le ciel. Comme c'était le désir de son cadet il ne trouva rien à redire et tourna le dos, Wai posa une main sur son épaule, et il demanda à l'autre étranger de se tourner avant qu'il ne pose une main sur son épaule. Le signal de départ serait lorsqu'il n'y aurait pu aucun contact et ils avaient une minute pour tracer leur route avant que le prédateur ne vienne les chercher .

Kyû dès l'instant où il ne sentit plus la main partit comme une flèche pour s'engouffrer dans la forêt mais son but n'était pas de courir et se cacher, son but était de tracer l'inconnu et il allait le faire mais pour le moment il se mettait à l'ombre des arbres pour repérer le rouquin s'en aller et ainsi le suivre une fois qu'il serait dans les bosquets. La nuit était bien sombre et ne faciliterait malheureusement pour le rouquin pas le jeu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayame Koryu

avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 14/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Lun 12 Mai - 14:56

La grande asperge lui retourna son regard, aussi froide et impassible qu'une statue, et Koryu, ne voulant pas être en reste, le soutint. Le jour où il baisserait les yeux devant quiconque n'était pas encore venu - et, selon toute probabilité, ne viendrait pas avant longtemps. Sa fierté ne lui permettrait jamais de reconnaître la supériorité de quiconque, même s'il était nettement perdant. S'il avait dû choisir entre supplier et mourir, il aurait choisi la deuxième option sans hésitation.
Une tension digne d'un combat à mort régnait dans l'air, ce dont il aurait volontier rit s'il n'en avait pas lui aussi ressenti les effets. C'était grotesque, évidemment - ce n'était qu'un jeu de gamin, après tout - mais... mais il voulait bien être pendu s'il allait admettre sa défaite. Il perdrait peut-être - et encore ! C'était pas décidé, il pouvait toujours avoir une illumination de dernière minute sur l'Art de Se Déplacer Rapidement en Milieu Forestier... -, mais dans l'honneur.
Sans doute sensible à l'ambiance, le grand gamin était calme - pour une fois... - et fut désigné pour être chat. S'il ne l'avait pas vu s'exercer à l'éventail et n'avait pas connu ses liens génétiques avec l'Homme des Bois Numéro Un, Koryu aurait pu avoir quelques espoirs sur sa capacité de survie : un type qui confondait les roux avec la végétation ambiante avait logiquement peu de chance de l'attraper, désavantage moteur ou non.
En l'occurance, il allait plutôt se faire repérer, chasser et sauter dessus sauvagement par un phénomène hurlant. La perspective n'était guère rassurante. Enfin, l'autre frère l'aurait probablement pourchassé le sabre à la main, alors autant positiver...
Ils se mirent en position, les règles laissant une minute d'avance aux "souris" - ce qui n'était que justice étant donné les capacités du roux. Sauf si...
Il se laissa tomber à genoux dès que la main quitta son épaule pour ôter ses baskets et ses chaussettes en deux ou trois secondes. S'il sentait le terrain sous ses plantes de pieds, il... bon, d'accord, il allait douiller, mais au moins, il connaîtrait à peu près la configuration du sol et il évoluerait avec davantage de rapidité. Il avait toujours été plus à l'aise pied nu qu'en chaussure et, comme ça, il pourrait escalader les arbres... Ou du moins tenter de. Il était un citadin, lui, pas un homme des bois, et les derniers arbres qu'il avait escaladés remontaient aux quelques spécimen arboricoles peu reluisants qui croissaient dans la cours de récréation de son collège, lorsqu'il se juchait au sommet des banches pour balancer des cailloux aux bandes de crétins qui l'embêtaient. Et il n'avait jamais réussi à escalader celui qui n'avait pas de branches basses.
Mais bon ! Fallait rester positif, hein ? songea-t-il comme, débarassé de ses chaussettes, il se tapait un sprint avec une grâce quelque peu douteuse mais une motivation manifeste et passait directement en mode "ohbordeohbordelohPUTAINDEBORDELDECAILLOUXDEMERDE" sitôt que l'herbe tendre de la clairière laissait place au sol ordinaire (et caillouteux) d'un sentier de forêt. Putain, ça faisait mal !! Ils auraient pas pu bétonner, non ??
Il s'aperçut qu'il avait tendance à ralentir ses pas pour éviter de se faire trop mal et combattit fermement contre cette précaution stupide. Il avait la plante des pieds dures (enfin... A peu près quoi), il résisterait. En plus, dans le noir, il devenait difficile de discerner le sol et il étouffa quelques fermes jurons comme il manquait s'étaler à quelques reprise ou se meurtrissait contre un cailloux plus pointu que les autres.
Il fit à peu près cinquante mètres, Ashura et Alucard, qu'il avait mises avant de débuter le jeu - du diable s'il laisserait ses armes bien-aimées à la merci d'un rôdeur -, battant ses flancs, avant de découvrir un arbre qui lui convenait, à la fois doté de branches basses et dont la ramure se mêlait à celle de ses congénères végétaux ; ainsi, si l'autre gamin le découvrait, il pourrait sautiller gracieusement d'arbres en arbres tel un spécimen d'écureuil roux particulièrement mutant et aggressif. Il n'avait aucune idée de si, ou non, un tel subterfuge était autorisé par les règles du jeu, mais ils n'avaient qu'à le préciser avant. Dans le doute, ne t'abstient pas, comme ne disait pas le proverbe.
Une douleur vive éclata soudain dans tous ses pieds comme il piétinait un parterre d'herbes inidentifiables dans l'ombre pour escalader la première branche. Lâchant un "bordel" maladroitement étouffé où la douleur transparaissait nettement, il recula d'un bond avant de tomber, ses pieds meurtris incapables de soutenir son poids.
Il jeta un coup d'oeil aux plantes et la lumière se fit.
Des orties. Il avait marché dans des orties.
Parfois, son propre génie l'étonnait lui-même. Respirant profondément, il se redressa putaindebordeldemerdeçafaittropmal et, évitant cette fois-ci de toucher même du bout de l'orteil à quelque plante que ce soit, commença à grimper la branche basse. Continuant à inspirer et expirer profondément, il commença son ascension tout en se maudissant mentalement.
Avec son pot actuel, il allait certes probablement se casser la gueule mais, au moins, ce serait dans l'honneur de la lutte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Waichirô

avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 11/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Lun 19 Mai - 0:31

Le cœur battant à vive allure sous l'excitation grandissante de la chasse, le petit Wai avait grande peine à rester en place. Son corps tout entier trahissait une envie croissante de sautiller sur place et de partir tel une fusée à la poursuite de ses proies en cavales seulement il tenait en place, calme et patient autant qu'il pouvait l'être. Il comptait chaque seconde à haute voix, de manière neutre, pour que ses petites souris puissent l'entendre durant leur fuite mais cela lui permettait surtout de respirer correctement. Wai avait par les bons soins de son aîné découvert que sous la pression, il oubliait parfois de respirer ou dans le meilleur, si l'on puit dire, des cas il avait des simples difficultés respiratoire. Son jumeau lui avait conseillé une petite astuce pour reprendre une bouffée d'air. Il lui avait dit qu'il fallait en expulser un peu pour en récupérer une petite dose juste après et il lui avait donc proposé de hurler longuement pour expirer et ainsi automatiquement le corps allait faire un petit rappel et lui faire un signe pour qu'il inspire un peu d'air. Cela lui permettait d'une certaine manière de bien respirer mais ce n'était pas tout à fait discret, surtout que le jeune homme avait tout pris au pied de la lettre, et dès qu'il se sentait sous pression, il poussait un cris et se concentrait seulement sur celui-ci, oubliant ainsi ce qui l'entourait et la pression qu'il éprouvait. Cela pouvait expliquer le fait que le gamin passait son temps à gueuler…

L'oreille à l'écoute, Waichirô s'efforçait d'entendre tous les bruits qui étaient émis pas ses camarades de jeu mais il savait qu'il laissait échapper pleins de petits sons que son audition ne lui permettait pas de capter. Le jeune homme n'était pas au niveau de son frère, il n'avait pas l'oreille aussi fine et attentive que son jumeau mais il s'entraînait chaque jour, un tout petit peu afin de s'assurer une bonne audition et ainsi permettre à Kyûi d'être un peu plus rassurer lorsqu'il le laissait seul. Entendre le bruit avant que la personne ne soit dans la maison, comprendre que c'était dangereux, alerter quiconque, c'était un moyen de se protéger et ce n'était selon lui jamais de trop. Les yeux fermés, la voix vive, il commençait à être à la fin du décompte mais il ne se pressait pas pour autant, il prenait le temps, continuant à compter sur le même rythme. Il avait un peu près réussis à tracer les chemins qui avaient été empruntés par les deux jeunes hommes mais s'il connaissait la direction, il ne savait pas leur localisation exacte, il allait devoir chercher dès l'instant où il serait parmi les arbres…Un large sourire apparut sur son visage et il hurla haut et fort "J'ARRIVE !!"

Ses yeux s'ouvrirent, son regard se posa au sol, il vit les affaires de Koryu, il arqua un sourcil, une lueur de curiosité et d'amusement brilla dans ses yeux. Cette personne était divertissante et très gentille selon lui. Elle avait accepté de jouer à un jeu mais elle ne semblait pas comprendre comment fonctionnait le terrain, à moins que ce n'était que Wai qui ne connaissait pas cette méthode qui consistait à courir pieds nus à travers les racines, ronces, orties, épines, branches, cailloux et bien des choses qui pouvaient être dangereux pour le cuir de la peau…Si Koryu s'en sortait indemne, il voudrait savoir pour sur son secret parce que cela lui paraissait particulièrement étrange. Le jeune homme sautilla un peu sur place comme pour réactiver son pauvre corps qui s'était endormi durant la minute offerte puis il se mit en marche, Et non ! Il ne courrait pas, il marchait. Son regard glissa vers un coin de la forêt puis il tourna la tête vers une autre direction.

Il se déplaçait tranquillement, il ne prêtait attention qu'à peu de choses mais lorsqu'il commença à s'enfoncer dans les bois, il scruta la végétation, il cherchait une brindille, une branche fraîchement brisée, il regardait l'état de l'herbe, des feuilles et analysait vaguement, y avait il quelque chose de vivant qui était passé par là et avait perturbé la pousse naturel de la forêt ? Il regardait, remontait tranquillement les pistes, perdant des fois le fil et retournait sur ses pas. Il aimait bien ce jeu mais si les souris devaient être prises par une pseudo peur du à l'excitation du jeu, lui il était complètement affolé. Il prenait la place du prédateur mais aussi de la proie, il se sentait traqué aussi bien qu'il traquait. Il se sentait observer mais lui ne voyait rien. Son souffle légèrement accéléré, il ressemblait à un guerrier qui faisait face à son adversaire sauf que la situation était beaucoup moins belle, pure, noble, dans le cas du jeune homme. Être aussi emballé pour un chat et souris, c'était tout de même ridicule, pourtant derrière un simple jeu pouvait se cacher bien des choses….Tellement que Wai ne pouvait s'empêcher d'avoir peur, il savait que rien ne pouvait lui arriver mais il savait que tout pouvait se passer….

*Parce que ce n'est pas toujours le chat qui chasse la souris…*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Kyûichirô

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 11/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Lun 19 Mai - 1:05

Tapis dans l'ombre des feuillages, le regard fixe, le dos légèrement courbé, les ongles plantés dans l'écorce d'un arbre, Kyû observait avec une attention prédatrice la créature qui fuyait sous son regard. Sa langue sans qu'il n'en fut conscient vint caresser ses lèvres, trahissant sa faim grandissante. Son frère était un grand joueur, innocent d'une certaine manière, il était un enfant mais lui, un jeu n'était rien d'autre qu'une manière de se mettre en valeur et de se divertir, au fond, il voyait cela comme un duel. Un guerrier était vraiment une personne irrattrapable. Le jeune homme respirait calmement, ses deux yeux suivaient l'ombre fuyarde, et l'excitation n'aurait été que meilleure s'il avait su qu'elle le fuyait lui mais il allait se contenter de cette situation, ne lui suffisait il pas de devenir chat pour attraper la souris ? L'appétit le prit petit à petit et si son estomac était plein, son esprit lui hurlait famine, et son corps, ce corps avide de contact avec un autre corps…attendait avec impatience que le jeune homme veulent bien le nourrir.

Kyû tapa de son poing l'arbre à porter de main. Ce n'était qu'un petit coup, trop fort pour être qualifier de 'frappe amicale' et trop faible pour avoir été sérieusement porté dans un but de violence. Ce n'était qu'un coup qui indiquait pour le prédateur que la chasse était ouverte mais une pensée le stoppa dans son élan et il laissa exprimer un"hum" de mécontentement avant de lever le nez vers les cieux. A travers les branches touffues des arbres, il ne pouvait voir que partiellement l'étendu noir qui se trouvait au dessus de sa tête pourtant cela lui suffit. Il baissa la tête vers le sol et expira silencieusement un soupire avant de se mettre tranquillement en route. Son pas léger et silencieux, il prêtait attention à ne faire aucun bruit puis il grimpa doucement et toujours en silence dans un arbre. Il devait reconnaître que ses chausses n'étaient pas les plus pratique pour l'escalade végétale mais il y parvint sans trop de soucis, après tout, il était entraîné, alors les situations ne lui posaient rarement du fils à retorde, suffisait de réfléchir un peu, d'être patient et surtout rester calme. Ce qui d'après ce qu'il avait pu comprendre de cette espèce de chose rousse, n'était pas du tout évident pour tout le monde. Après tout, quel con ôtait ses chaussures en pleine forêt pour aller courir en plus sur un sol totalement inconnu auquel il ne semblait même pas habituer ne serait ce qu'un peu. Quand on est citadin, on reste en ville ! Point barre.

D'un côté, il était plutôt content, si le mot convenait, que ce petit truc énergétique soit arrivé en forêt, cela lui permettait de se divertir un peu, et s'il était encore en vie ce n'était que pour cette seule raison…et un peu aussi parce que son cadet était arrivé et qu'il ne pouvait tuer personne sous les yeux de cet hippy, qui croyait dur comme fer que le monde pouvait être en paix et arrêter toute violence du jour au lendemain. Utopie….M'enfin il ne faut jamais ôter les rêves à un enfant, sinon on en fait des monstres, des vermines, des déchets de l'humanité. Kyû le savait que trop bien. Il connaissait le désespoir qui régnait dans les sombres quartiers de la ville, il savait la noirceur qui planait dans ces zones à risque et il en connaissait parfaitement les raisons. Pourtant lorsqu'il les regardait et qu'il se comparait à eux, il réalisait qu'il n'était en soit pas très différent…Il était un hors la loi, un meurtrier, une ombre mais la ressemblance s'arrêtait là. Lui, il pouvait marcher la tête haute, regarder avec indifférence cette humanité déchue, garder le silence en présence de vils provocateur. Lui, il savait ce qu'il était et il n'en avait aucune honte et surtout lui, il n'était pas un faible.

Kyû aperçut son cadet qui par rapport au rouquin se trouvait carrément à l'opposer. Apparemment ses talents de traqueur étaient vraiment médiocre, ce qui était plutôt dommage. Un policier aurait tout de même bien besoin de savoir remonter les pistes s'il veut pouvoir aider la population et arrêter les criminels…Peut être qu'avec le temps, il y parviendrait mieux. Kyû n'en avait pas la moindre idée et comme à ses bonnes habitudes, il s'en moquait royalement. Son regard se posa sur son frère, il avait plusieurs idées en tête. L'autre qui avait accepté naïvement de jouer ne connaissait pas les règles et cela pouvait être particulièrement intéressant de le faire devenir le prédateur du jeu mais être lui-même le prédateur pouvait se montrer aussi divertissant…

*Tout est dans l'art de prétendre…*

Kyû songeait à atterrir proche de Koryu et de lui souffler délicatement un, 'le chat va croquer une belle souris' avant de lui donner le temps de courir et de le prendre en course juste pour lui dire à la fin, lorsqu'il l'aurait attrapé un, 'trop facile' mais en même temps ce serait mettre son frère hors jeu jusqu'à ce que ce dernier les trouve…et ce jeu pouvait aussi lui permettre de tester les réflexes de son cadet, pouvait il laisser de côté un pseudo entraînement pour un amusement total ? Bien sur… Pourquoi ne le pourrait il pas, après tout, qu'est-ce qui avait de plus important que le bon vouloir de sa personne ? Rien. Et ce qu'il voulait à ce moment c'était mettre à plat cet audacieux qui avait osé le regarder avec un air de défis.
*Il n'a jamais été dis qu'une souris n'avait pas le droit de tromper l'un de ses semblables…tant que je ne porte aucun coup, je suis dans les règles…M'arranger pour attirer mon petit frère chéri dans les parages pour que l'autre devienne le chat juste après mon petit tour…et je pourrais ainsi le prendre en chasse juste après…Alors qu'il penserait sûrement être entrain de me chasser…Je verrais, pour le moment, m'approcher….*

Le jeune homme fit remuer une branche sur la gauche de Koryu avant de se retrouver dos à lui et de susurrer au creux de son oreille :
"Un festin de choix…miaou…"
Kyû s'éloigna, se propulsant d'un bon pour aller se plonger dans l'obscurité d'un arbre voisin et sa voix se balada dans les airs, murmurant un :
"Courez, fuyez ou soyez dévoré."

Bien sur Kyû partait sur la base qu'un chat-souris se basait sur le contact. La transmission des rôles se faisait dès que le chat touchait une souris et la logique voulait donc que pour gagner, le rouquin se mette à courir pour être hors de porter et ainsi ne pas devenir le prédateur…mais le jumeau voyait deux réactions possible, il avait vu l'air de défis dans le regard de l'autre alors, il n'écartait pas la possibilité que ce dernier veuille lui faire face, seulement dans ce cas là, n'allait il pas à une 'mort' certaine ? Puisqu'il était impossible de retoucher la personne qui fut chat…Fuir ou se livrer…

Kyû dans l'ombre esquissa un sourire, bien qu'une situation lui semblait plus alléchante qu'une autre, il se trouvait que toute lui plaisait. Un jeu…c'était si facile de s'y croire…

*Wai, Trouve le chemin jusqu'à nous, fais de ce roux un chat, devient une souris, et nous nous amuserons. Comme cela peut être dangereux, les rongeurs…*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayame Koryu

avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 14/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Jeu 22 Mai - 21:18

Bien installé dans son arbre et massant silencieusement ses pieds douloureux (ce qui ne faisait qu'aggraver la douleur, mais passons) en se forçant à respirer régulièrement, Koryu sentait peu à peu son corps commencer à se ressaisir et à envoyer de l'endorphine dans ses membres, apaisant la souffrance. Bah, il avait connu pire, hein ? Et puis, par ce moyen, il allait effectivement plus vite - il ne s'était presque pas pris les pieds dans des racines !

- J'ARRIVE ! hurla une voix tonnante dans le silence de la forêt, flanquant probablement une crise cardiaque à la moitié de la faune environnante.

L'autre ahuri. Au moins, il l'entendrait venir... Et, pourtant, il se sentait nerveux. Il avait l'impression qu'il y avait quelqu'un d'autre non loin de lui, ce qui était grotesque parce qu'il n'y avait évidemment personne. La preuve : il se refusait obstinément à tourner la tête pour vérifier. D'ailleurs, qui cela pourrait-il être ? Le jumeau autiste ?

L'image mentale de la grande asperge l'observant, un sourire sadique aux lèvres et une étincelle louche dans le regard, lui fit fermer étroitement les yeux. Naaaaan. On était pas dans un film d'horreur ici. Putain, une telle image était presque suffisante pour lui donner un avant-goût de la peur du noir qu'il n'avait jamais connue....

Une branche bruissa à sa gauche et il se retourna en même temps que quelques mots se trouvaient murmurés à son oreille :

- Un festin de choix... miaou...

Il n'eut que le temps d'apercevoir une forme sombre avant que celle-ci ne se propulse dans un arbre voisin.

- Courez, fuyez ou soyez dévoré, souffla-t-on.

Ohputain.

Il manqua se casser la figure de son arbre. Il aurait bien tiré dans le type pour la peine, mais c'était contre les règles du jeu et puisqu'il les avait acceptées, pas question de s'en défaire - Koryu était un homme d'honneur, en quelque sorte. Se laissant tomber à terre avec toute la souplesse, la grâce et l'efficacité du paresseux se laissant mollement tomber de sa branche pour s'écraser au sol, il toucha terre - sans ortie ! Hallah soit loué ! - et se mit à courir. Vu ses talents d'homme des forêts, ça allait rameuter tout le quartier, mais bon.
Tiens, ils avaient parlé de limites au fait...

... Euh... Il était à quelle distance de leur point de départ, là ?

En fait... Où était-il tout court ?

Il tourna à quatre-vingt-dix degrés vers la clairière où ils avaient commencé le jeu et putaindebordeldebrindillesdemerdeuuuuu. Une espèce d'exaltation perverse l'envahissait, l'excitation de la chasse - et son rôle importait peu dedans : proie ou chasseur, il appréciait tout autant d'attraper ou d'être traqué.

... Ouh là. Euh... Il était en train de ressentir quoi, là ?

Il n'aurait pas su dire pourquoi, mais il sentait que ce jeu allait rapidement dégénérer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayame Koryu

avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 14/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Jeu 29 Mai - 22:09

Les pieds de Koryu le faisaient souffrir d'une manière que d'aucun auraient qualifiée d'atroce, mais, s'accrochant à son orgueil viril, le roux ne se permit que des "ouïlle, ouïlle, OUÏLLE" intérieur. En milieu urbain, il arrivait à courir relativement vite, mais dans un truc aussi atroce que cette putain de forêt caillouteuse au sol jonché de trucs pointus, il parvenait à peine à ne pas s'étaler... Hypothèse d'autant plus tentante que, bon sang de bordel de dieu, ses pieds lui faisaient vraiment mal !

Tout entier absorbé par ses jurons mentaux, l'état de ses pieds et la tâche complexe d'éviter les branches qui cherchaient sournoisement à le frapper en douce pendant qu'il courrait, il manqua avoir une crise cardiaque lorsque son poursuivant se téléporta sur sa droite pour lui glisser un "où courrez-vous ainsi, souris ?" prononcé d'un ton suave.

Sous le choc, il manqua se prendre un arbre qu'il évita avec toute la grâce de l'éléphant de mer échoué sur une plage mazoutée, faillit s'étaler, se reprit, jura mentalement qu'il ne jouerait plus jamais à quelque jeu enfantin que ce soit avec des inconnus et continua à courir, s'efforçant d'insuffler un surplus de vitesse à ses jambes martyrisées. Bobo pieds...

Preuve de l'optimisme forcené que cachait Koryu sous ses apparences cyniques, il crut presque avoir semé son poursuivant avant que celui-ci ne revienne lui murmurer au creux de l'oreille :

- Une brebis égarée est d'autant plus appétissante...

PUTAIN. Koryu re-presque crise cardiaquisa sous la stupéfaction. Aaaaargh !! C'était quoi ce type qui jouait comme ça avec lui ? Et puis pourquoi des trucs pareils ? En plus, il avait bien l'impression qu'il avait voulu sous-entendre quelque chose. Personne ne prononçait "appétissantes" comme ça à moins d'avoir des idées bien particulières en tête ! Des cannibales peut-être ? Mais courir la viande la faisait durcir, non ?

Et puis...C'était quoi cette façon de jouer avec lui ? Ce n'était pas le type du grand gamin, non ? Celui-ci aurait plutôt hurlé que murmuré. Alors du jumeau autiste ? Il s'était déjà fait toucher par son frère ? Mais c'était un grand truc amorphe d'habitude ! Ce n'était pas dans son genre de se mettre à murmurer des trucs bizarre à l'oreille des gens... Si ?

Absorbé par ses délibération, notre roux national ne réalisa pas tous de suite la présence d'un grand truc sombre et humanoïde devant lui. Il tenta de freiner, mais dans l'état de ses pieds, cela équivalait plutôt à une démonstration d'optimisme forcené et il percuta/s'affala avec violence sur le malheureux Wai, que le lecteur aura aisément reconnu à la description détaillée qui débute ce paragraphe.

... C'était pas sa soirée aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Coincé dans la nature... Au secours !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Déchet dans la nature
» Une épave dans la nature.
» Petite promenade dans la nature
» qu'aimez vous dans la nature??
» photographier la faune dans la Nature

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sudden-Game :: Archives :: Messages supprimés-
Sauter vers: