AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Coincé dans la nature... Au secours !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Zenji Waichirô

avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 11/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Lun 9 Juin - 1:28

Alors qu'un flash roux traversa tout juste son champ de vision avant qu'il ne s'effondre de tout son long à terre avec un corps lourd contre le sien, Wai mit un temps à comprendre ce qui s'était passé et regarda la chose qui lui était tombée dessus, c'était un jeune homme, roux, qui avait à peine trois heures auparavant voire moins, fait tout une crise sur le fait qu'il lui avait par mégarde sauter, ou plutôt foncé dessus et maintenant…Voila que monsieur le percutait de plein fouet…alors qu'il aurait eu largement le temps de freiner. Le cadet des jumeaux poussa délicatement le Koryu un peu dans un drôle d'état, il le fit glisser sur le côté puis se releva en se dépoussiérant attentivement. Il grimaça et tapa du pied comme un gamin parce qu'il y avait une tâche sur le vêtement qu'il portait puis il s'immobilisa soudainement. Son regard posé sur le jeune homme, un regard neutre, sans émotion, avec une lueur prédatrice. Il se passa une langue sur les lèvres et s'avança d'un pas lent vers le rouquin. Notez la ressemblance avec son aîné, ils ne sont pas jumeaux pour rien, enfin presque pas pour rien…

Si proche de Koryu, il courba le dos, omoplates redressées, position prédatrice puis, un énorme sourire aux lèvres, il chantonna avec enthousiasme et joie "Touuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuché ! C'est vous le chat !" Bon d'accord, techniquement il ne l'avait pas touché puisque le rouquin lui était tombé dessus mais il y avait eu un contact physique et c'était tout ce qu'il fallait pour que le rôle soit transmis donc
Koryu se retrouvait le chasseur et eux les chassés. Pourtant loin d'avoir peur de leur prédateur, les jumeaux se tenaient à deux pas. Kyu un sourire satisfait aux lèvres et Wai dans les bras de son aîné. Ce dernier reprit très vite une expression inexpressif tandis que ses pensées traversaient maintes idées.
Wai lui souriait bêtement, il ne disait rien, il se logeait confortablement contre son frère, la main posée sur le bras protecteur qui l'entourait. Il tourna la tête vers le visage de sa moitié, un air innocent affiché sur la bouille pendant que Kyu lui le regardait sans mot dire. De manière tout à fait synchronisée, ils tournèrent la tête vers Koryu, avec la même idée. *Ce n'est pas toujours le prédateur qui chasse la proie*

Ils firent un pas pour s'avancer vers le rouquin puis Wai tendit la main vers la personne, un grand sourire aux lèvres et déclara d'une voix toute légère "C'était un jeu amusant ! J'espère pouvoir recommencer bientôt!" La phrase qu'il prononça surprit intérieurement son aîné qui ne s'attendait pas à ce que la fin fusse si proche néanmoins il ne dit rien, et garda comme toujours le silence et l'immobilité.
"Si vous voulez venir passer la nuit chez nous se sera avec plaisir que nous vous accueillerons ! Sinon nous sommes navré de devoir vous abandonner ainsi mais je commence à me sentir un peu fatigué ! Voulez vous rentrer avec nous ?"

Bien sur la question était posée en toute innocence par la ravissante bouche de Wai mais Kyu ne l'entendait pas ainsi seulement en présence de son cadet, il ne ferait rien…Il savait se retenir mais si le rouquin s'attardait chez eux, et que le petit travaillait, peut être pourrait il s'amuser à torturer cette nouvelle connaissance…Personne ne pénètre à la légère sur son territoire ni ne sympathise avec son protégé aussi aisément, quoi que quelque chose murmurait à l'oreille de Kyu que le rouquin déclinerait l'offre, ayant trop envie de s'en aller, de les fuir, et surtout de ne plus les revoir…Quel dommage, mais ils se retrouveront forcément nez à nez un jour où l'autre par hasard…ou non.

Wai gardait la main tendue vers Koryu et attendait une réponse, son sourire aux lèvres et ses yeux pétillants.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayame Koryu

avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 14/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Ven 13 Juin - 1:15

A moitié assommé par la collision et très occupé à avoir mal, Koryu se laissa pousser sur le côté sans protester. Gné... Bobo...

Un mouvement attira son attention et il leva mollement les yeux. Le jumeau gamin, celui aux cheveux courts... Alors c'était le grand machin qui l'avait pourchassé ?... Savait pas qu'il pouvait se montrer expressif...

... C'était lui ou le gosse le regardait bizarement ?...

Le brun se passa la langue sur les lèvres et s'avança lentement vers le roux, lequel revint pleinement à l'état d'éveil grâce à une salutaire dose de panique, avant de manquer lui flanquer une crise cardiaque en se fendant soudain d'un grand sourire :

- Touuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuché ! C'est vous le chat !

PUTAIN. C'était quoi ces deux frères pervers ?! Ils étaient homo ou quoi ?! Le haricot autiste rejoignit son frère et le gamin se logea dans ses bras avant que les deux ne tournent soudain les yeux vers le malheureux Koryu. Mais c'était quoi cette famille ?! Ils cherchaient à prouver que le regard bizarre se transmettait par les gènes ou quoi ?

Puis, à nouveau, le gamin dissipa la tension en lui tendant la main :

- C'était un jeu amusant ! J'espère pouvoir recommencer bientôt! Si vous voulez venir passer la nuit chez nous se sera avec plaisir que nous vous accueillerons ! Sinon nous sommes navré de devoir vous abandonner ainsi mais je commence à me sentir un peu fatigué ! Voulez vous rentrer avec nous ?

Un jeu amusant ? Putain, ils ne devaient pas avoir la même notion "d'amusant" ! Et Koryu voulait bien être pendu s'il passait une seconde supplémentaire en compagnie de ces dangereux schyzophrènes. Grimaçant, il se mit à genoux en poussant sur ses paumes écorchées, ignorant tant la douleur que la main tendue. Vu leur accès de bizzarerie-éclair, il ne voulait pas se retrouver soudain câliner par une espèce de machin manieur d'éventail.

- Nan, merci. Vais rentrer tout seul. J'ai juste besoin de récupérer mes baskets et mon sac et...

Ses baskets et son sac. C'était une excellente idée, mais... Faudrait peut-être qu'il sache où il était avant ?...

- ... Je vous accompagnerait jusqu'à la clairière, évidemment, concéda-t-il de mauvaise grâce.

Ouais. Et d'ailleurs, elle était où, cette foutue clairière, par rapport au reste de la forêt ? Il sentait qu'il allait passer le restant de la nuit à chercher son chemin... Rhaaah, autant rester optimiste : il ne prendrait peut-être que cinq ou six heures ?

Etouffant un grognement, il se remit debout... pour aussitôt s'écrouler à nouveau avec un cri de douleur. PUTAIN ! Ses pieds avaient fait si mal quand il courrait ?! L'andrénaline avait dû lui faire oublier la souffrance, mais maintenant qu'il était à l'arrêt, il pouvait pleinement savourer la sensation procurée par des pieds ortifiés, farcis d'épine, incrustés de petits cailloux et couvert de contusions - sans oublier que l'une de ses chevilles lui faisait bizarre (dans le sens bizarrement mal), que ses paumes étaient éraflées, que son genou était douloureux et qu'il était acheteur de tout corps de remplacement proposé par une divinité bienfaisante sur le moment.

... Et s'il rampait, tiens ? C'était sympa de ramper. Convivial, original et tout. Marcher était très glorifié, certes, mais le sage savait se distinguer de la masse ignare. Et non, il était hors de question qu'il marche à quatre pattes, surtout en compagnie de deux dangereux spécimens jumeaux à double personnalité.

Non. Il ne montrerait la moindre faiblesse devant l'autre autiste - question de fierté masculin. Se forçant à respirer régulièrement et tentant sans succès de masquer sa douleur, il s'agrippa à un arbre pour se redresser lentement. Ngh. Sisi, il pouvait le faire. Il était un mâle viril, nom de dieu ! Il aurait tout le temps de s'écrouler en pleurant dès que les deux jumeaux seraient hors de portée d'oreille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Kyûichirô

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 11/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Ven 4 Juil - 19:15

Si Kyû avait gardé le silence jusqu'à présent, au fond de lui il ne pouvait s'empêcher de ressentir un petit regret naissant. Il aurait tellement aimé prendre en chasse ce nouvel inconnu, le poursuivre longuement jusqu'à ce qu'il s'effondre à ses pieds et le supplie de mettre fin à ce jeu, de le laisser en paix. Oui, comme il aurait aimé entendre une phrase de renoncement de la part de cette petite personne mais si son frère décidait que tout était fini, alors tout devait être fini et lui, il n'avait pas à protester, pourquoi l'aurait il fait de toute manière ? Il se moquait bien de ce qu'il allait faire, chaque seconde de sa vie était décidée par son cadet et il en serait sûrement toujours ainsi, personne ne pouvait changer le coup de sa vie, il était né pour être une ombre, il resterait éternellement une ombre, à suivre comme un mouton son reflet opposé, et ce, à son plus grand bonheur.

Son regard posé sur la chose lamentable qui se trouvait à ses pieds, le jeune homme ne jugea pas nécessaire de l'aider et de toute manière il n'avait pas assez de bonté pour proposer son aide de lui-même. Les gens avaient de bras, deux jambes, et une tête, ils n'avaient qu'à se débrouiller par eux même, et apparemment Koryu le faisait très bien, quel grand gaillard ! …. *Il fait pitié quand même.*
L'aîné observait le rouquin se redresser du mieux qu'il pouvait et il retint un rire intérieur lorsqu'il entendit que monsieur voulait bien les raccompagner jusqu'à la clairière, savait il qu'ils n'avaient pas besoin d'y repasser pour retourner en ville car contrairement à monsieur, eux n'avaient rien laissé en arrière…Kyu allait se mettre en route pour retrouver sa demeure en n'empruntant surtout pas le chemin de la clairière mais son frère l'arrêta tout en prononçant à l'égard du rouquin quelques paroles qui lui firent comprendre qu'il n'allait pas s'en tirer à si bon compte. Son frère pouvait être vexant des fois.

"Bien évidemment, nous pouvons parcourir le chemin jusqu'en ville ensemble ! Il est tard, mieux vaut que nous évitions toute séparation ! Et puis je ne saurais me résoudre à vous laisser seul en forêt ! Il y a bien trop de danger." Pourquoi Wai jeta-t-il un regard du coin de l'œil vers son aîné lorsqu'il prononça cette dernière phrase ? Kyû eut à peine le temps de se poser la question que la réponse lui sauta à la figure ; parce qu'il devait être l'être vivant le plus dangereux de cette forêt en ce moment même mais il n'était pas obligé de le faire remarquer !Le jeune homme se contenta de regarder son cadet en retour et de se détourner avec un petit mpf de protestation mais rien de plus.

D'un pas lent, son pas presque habituel, qui permettait aisément à Koryu de le suivre même en grand blessé qu'il était, Kyû se mit en route vers cette fichue clairière qu'il aurait du éviter juste pour embêter ce maudit rouquin, vraiment, il ne peut même plus s'amuser ! Une espèce de grimace traversa son visage lorsqu'une pensée caressa son esprit, il trouverait bien une autre consolation, il n'en doutait pas, et cette minuscule chose rousse qui s'était mise en travers de son chemin et qui avait osé le prendre sur un air de défis, serait remise à sa place, tôt ou tard…Il se consolait avec cette idée, bien qu'en fin de compte, il se moquait de lui comme tout ce qui avait pu se passer ce soir là. *J'ai peut être juste envie de jouer ?* Kyû s'affirma que c'était le cas et cela expliquait ce drôle de sentiment qui germait dans son cœur, ce manque de quelque chose, quelque chose qu'il n'avait pas pu faire lors de cette chasse, maudit soit ses pulsions à la con de prédateur. Il prit une grande inspiration et l'expira tout doucement, s'efforçant de vider sa tête, demain, il aurait tout oublié et recommencerait sa vie de fantôme sans désir quelconque, il n'en avait aucun doute.

Il marchait tranquillement vers la clairière, entendant son frère parler avec Koryu ou du moins entrain de parler à Koryu, ce dernier avait il le temps d'en placer une ? Kyû avait des doutes mais cela n'avait guère d'importance puisque cela ne le concernait pas, et du moment que son frère ne lui " KYUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU !!! Tu voudrais pas porter Koryu ? Il a l'air dans un triste état et à ce rythme nous ne serons jamais arrivés ! Dis dis ! Tu veux bien hein ?"

Le jeune hystérique tirait sur la manche de son aîné et le regardait avec de grands yeux, Kyû ne pouvait alors donner qu'une seule réponse mais cette dernière tarda à venir. En effet, il continua de marcher, répugnant l'idée de devoir prendre sur son dos l'autre fou, il n'était pas un porte rouquin ! Une quinzaine de pas plus tard, il s'arrêta, attendant que les deux autres personnes le rejoignent, lorsqu'ils furent suffisamment prêt, il se laissa tomber à genou, permettant ainsi à ce grand blessé de grimper aisément sur son dos. Wai le remercia chaleureusement et poussa Koryu sur le dos de son aîné avant que ce dernier ne se relève, tenant fermement le rouquin. Il reprit sa route sans prononcer aucun mot...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayame Koryu

avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 14/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Lun 21 Juil - 15:46

Le grand autiste, comme il fallait s’y attendre, demeura impassible et s’apprêtait à partir lorsque son cadet l’interrompit en se jetant sur cette merveilleuse occasion de raconter à nouveau sa vie à une victime non-consentante :

- Bien évidemment, nous pouvons parcourir le chemin jusqu'en ville ensemble ! Il est tard, mieux vaut que nous évitions toute séparation ! Et puis je ne saurais me résoudre à vous laisser seul en forêt ! Il y a bien trop de danger.

De danger ? Que diable pouvait-il y avoir de dangereux dans une forêt ? A part les jumeaux maléfiques, le plus grand péril à rôder dans les parages se limitait aux éventuels sangliers et, à part dans Princesse Mononoke, ceux-ci évitaient en général d’agresser les hommes. Enfin, selon les vagues connaissances de Koryu en biologie forestière. Peut-être que le grand gamin était tellement piégé dans l’enfance qu’il croyait à la présence de pirates ou de ninja maléfiques… En tout cas, l’endive numéro un eut l’air peu satisfaite de ce choix, et seul les vagues lambeaux d’instincts de survie qui s’accrochaient désespérément au cerveau reptilien du roux l’empêchèrent de lui signaler sèchement que s’il souhaitait se barrer, Koryu ne le retiendrait surtout pas.

Ravalant son amertume, il entreprit péniblement de suivre l’autre lâche tandis que le bavard l’abreuvait de parole. Chaque pas était une torture : non seulement ses plaies et les quelques épines/cailloux enfoncés dedans appréciaient moyennement de se retrouver compressés par l’appui de ses pieds sur le sol, mais en plus la terre et les saletés du chemin pénétraient dans les blessures, le tout résultant en une sensation si charmante qu’il se retrouva forcé d’écouter le laïus dont le gratifiait l’autre machin pour se changer les idées, un sort qu’aurait certainement interdit la convention de Genève. Surtout quand… Wai (c’était bien Wai le nom de la créature, non ?) semblait décidé à lui raconter par le menu sa palpitante journée, à commencer par un dialogue édifiant avec une petite horreur de cinq ans. Entre souffrance physique et mentale, Koryu avait quelques difficultés à choisir. Le grand gamin s’interrompit soudain et le regarda fixement avant de se mettre à hurler, pulvérisant les tympans de sa victime au passage :

- KYUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU !!! Tu voudrais pas porter Koryu ? Il a l'air dans un triste état et à ce rythme nous ne serons jamais arrivés ! Dis dis ! Tu veux bien hein ?"

… Qôa ?! Comment ça, « un triste état » !? Comment ça, « nous ne serons jamais arrivés » !? Il allait parfaitement… Euh… Bon, d’accord, il avait les pieds destroyés, mais… mais s’il pouvait combiner une absence de douleur et l’exploitation du haricot géant, ça serait vachement sympathique… Rien qu’à la manière dont l’autiste prit son temps pour répondre, Koryu pouvait voir combien la perspective lui répugnait. Mwahaha, vengeaaaaaance !

Le grand jumeau s’arrêta soudain, attendant les deux retardataires dans un silence stoïque, avant de se laisser tomber à genoux. Ce fut à ce stade seulement que Koryu réalisa que se laisser porter par le machin allait l’obliger à *monter sur son dos*. Comme une nana. En s’agrippant à son cou et ce genre de connerie.

En se retrouvant forcé de se presser contre ce dos musclé et viril… Et de serrer les bras autours de ces épaules vigoureuses… Rhaaah ! C’était tout bonnement écœurant ! Y’avait bien qu’une nana qui aurait pu faire ça ! Vengeance démoniaque ou non, Koryu n’allait pas agir comme une lycéenne romantiquement transbahutée par son romantique petit copain parce qu’elle avait un peu mal au pied. Non môssieur, pas question. Il n’était pas une fille, ni un homo ! Il ne trouvait aucun plaisir à se coller contre le répugnant corps d’éphèbe d’un phénomène mi-autiste mi-légume !

Il s’apprêtait donc à protester lorsque, totalement contre son gré, le jumeau maléfique numéro un le poussa sur le dos du jumeau maléfique numéro deux, lequel s’empara fermement de son fardeau et commença à s’avancer tranquillement. Brièvement paralysé par ce contact corporel involontaire, notre roux national reprit cependant promptement le contrôle, sinon de la situation, du moins de ses muscles, lesquels lui servirent à gesticuler tant et si bien qu’il finit par s’échapper de la prise peu motivée de Kyu pour chuter lourdement à terre.

- Nan mais ça va pas ?! Je suis pas une gonzesse ! protesta-t-il vigoureusement. Au pire, je veux bien que tu m’aides en me soutenant pendant que je marche, mais pas me porter sur ton dos, bordel !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Kyûichirô

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 11/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Mar 22 Juil - 1:36

Apparemment la brillante idée du jeune Wai ne plaisait ni au porteur ni au porté, au moins ces deux là pouvaient avoir des pensées communes et d'un point de vue extérieur Kyu se rendait compte qu'unis, ils seraient un duo mortel…lement comique…mais pas moins redoutable. Le jeune homme n'avait pas porté plus d'une minute la chose sanguinolente que cette dernière se retrouva le cul par terre et étalait déjà son mécontentement sous forme d'une autre solution pour soutenir mÔsieur qui ne voulait pas se faire passer pour une demoiselle en détresse qui avait besoin d'être porté par son beau chevalier musclé. Le jeune homme qui avait du faire office de porteur laissa à peine le temps au rouquin de terminer sa phrase qu'il s'agenouilla devant lui, approchant son visage très proche du sien, se doutant bien que le Koryu, s'il se souvenait bien de son nom, allait se reculer pour éviter une tentative d'embrassade ainsi ils allaient se retrouver très proches.

Kyu porta ses lèvres à l'oreille de la petite chose qui se trouvait sous lui. Un sourire s'afficha sur ses lèvres, trahissant sa perversion. Il passa un léger coup de langue sur le lobe de la mauvaise tête puis lui susurra de manière à ce que son cadet qui trottinait dans un coin ne l'entende pas... même si selon lui il n'y avait pas trop de risque pour.

"Tu te fais porter… ou tu te fais violer."

L'un n'allait peut être pas empêcher l'autre mais le rouquin n'était pas obligé de le savoir. Le jumeau se retira de sur la petite chose mais n'oublia pas avant de s'éloigner de lui passer un petit coup de langue sur les lèvres, y déposant un baiser, court mais suffisant pour soutenir sa menace. Kyu, dont le visage n'exprimait plus aucune expression, regarda Koryu alors qu'il s'éloignait un peu, très peu, juste assez pour se mettre un genou à terre et le dos tourné vers la chose pour qu'elle vienne se poser sur lui. Sa main pianotait sur son genou, signalant le fait qu'il ne devrait pas trop prendre son temps, la patience s'était bien, l'impatience, c'était encore mieux mais s'il faisait cela ce n'était pas parce qu'il était aux bords de ses limites, loin de là, il ne faisait que s'amuser. D'accord, il ne l'admettrait jamais à haute voix mais au fond de lui il ne se gênait pas, ce n'était pas un divertissement très sain que de jouer sur des menaces mais il fallait faire son petit bonheur, même s'il savait pertinemment que l'inconscient était protégé par le gamin…Dieu devait être un enfant…Ces moindres conneries étaient pardonnés, par contre celles des autres…C'était à son jugement et son jugement laissait les préférés en avant, les autres en oublie. Dieu devait vraiment être un gamin, au moins ça expliquait les caprices.

Kyu attendait encore, et toujours, il sentait Wai revenir petit à petit par petits bonds puis s'arrêter. Il voyait deux pieds. Il leva la tête, regardant son frère de bas qui souriait à pleine dents. Premier réflexe, à quoi pense ce petit ? Second réflexe, mieux vaut en fin de compte ne pas le savoir. Wai repart tranquillement vers le chemin de la clairière et Kyu grogne intérieurement, émettant tout de même un léger son pour signaler au petit qu'il ferait mieux de se dépêcher….

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayame Koryu

avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 14/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Mar 22 Juil - 19:01

Koryu venait à peine de finir que l’asperge se penchait sur l- se penchait su- se…

Tropprèstropprèstropprès ohbondieu il allait le OH BON DIEU

Des lèvres chaudes s’approchèrent de son oreille, et il sentit quelque chose ressemblant fortement à un léger coup de langue sur son lobe d’oreille. A ce stade, le cerveau du roux décida que c’en était assez, qu’il en avait suffisamment supporté pendant cette soirée de merde et que, puisque c’était comme ça, il retournait chez sa mère et c’était inutile de tenter de le retenir. Indigné par cette désertion, les muscles, lesquels avaient déjà entamé une grève de paralysie suite à l’approche injustifiée de cet individu manifestement dangereux, entamèrent une rébellion redoublée à coup de paralysie rigide aggravée. Suite à cette révolte particulièrement violente, Koryu, absorbé par le chaos chimico-corporel qui venait de se déclarer dans son individu, entendit les paroles qui furent murmurée à son oreille comme d’autres entendent la voix de Dieu, Satan ou autre autorité divine putative dans les déserts :

- Tu te fais porter… ou tu te fais violer.

Il est impossible de retranscrire précisément les pensées du roux à ce stade, surtout les images mentales qui lui passèrent par la tête et que, par respect pour la pudeur et la décence publiques, nous nous abstiendrons de détailler ; cependant, qu’il suffise de dire qu’une légère vague de panique aux dimensions de tsunami déferla gaiement sur les plages orageuses et peu accueillante de la conscience de notre héros. Ceci, évidemment, ne fit qu’ajouter à la paralysie complète du roux, surtout quand Kyu décida d’encore aggraver les choses en faisant quelque chose à sa bouche que la conscience de Koryu censura immédiatement pour le plonger dans les sombres abymes du Souvenir Refoulé A Mort.

Il enregistra vaguement la façon dont le brun s’éloigna pour s’agenouiller. Son sens de self-preservation, seul à travailler maintenant que le reste de l’organisme s’était mis en grève, alla menacer la mémoire pour la forcer à revenir dans la zone de la conscience, puis tabasser les muscles nécessaires jusqu’à ce qu’ils acceptent de fonctionner au moins le temps de se lever, tituber jusqu’à Kyu, se laisser tomber sur son dos et de repartir en congé payé jusqu’à amélioration de l’environnement social (traduire : jusqu’à ce que l’aîné des jumeaux soit parti).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Kyûichirô

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 11/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Mer 23 Juil - 0:18

Kyu eut un sourire satisfait lorsqu'il sentit le corps de la petite chose nerveuse contre son dos. Un sourire qui resta relativement longuement, ce qui de sa part était exceptionnel mais peut être éprouvait il quelques sentiments d'auto satisfaction ce soir là et puis cela faisait un moment qu'il n'avait jouer avec personne d'autre que son cadet alors peut être que cela jouait sur lui. Dans tous les cas, il retrouva très vite son visage inexpressif et se leva dans un soupire ; il était partagé entre le désir de laisser tomber le rouquin et de le piétiner et celui de le garder contre lui tout le restant de la nuit. Aussi loin qu'il puisse le dire, il ne l'appréciait pas particulièrement, il avait de l'affronter et de le mettre en charpie mais en même temps, il aimait son caractère….pis il était mignon, il donnait par sa petite taille l'impression d'une peluche, un petit ours ? ou un écureuil un peu teigneux…Le fait est qu'il rendait agréable tout comme détestable et Kyû ne savait plus trop comment se positionner. Sa fierté en portant cette personne en prenait un coup, i n'était pas un serviteur, et en même temps cela ne le dérangeait pas d'une part parce que c'était l'ordre de son cadet, d'autre part parce qu'il aimait bien cette chaleur contre son dos, qui tranchait avec la fraîcheur nocturne de la forêt. La seule conclusion de tout ceci fut qu'il verrait comment les évènements s'enchaînaient, il n'allait pas se prendre la tête entre deux sentiments opposés pour un étranger qu'il allait de toute manière oublier le lendemain.

Kyû marchait d'un pas légèrement plus rapide, d'une part parce qu'il voulait rentrer chez lui, d'autre part parce qu'il essayait de garder son frère à porter de vue, ce qui se montrait être une tache relativement difficile car ce dernier bien qu'il est protesté un brin de fatigue pour mettre un terme au jeu de chat, semblait en pleine forme. L'aîné des jumeaux avançait d'un pas sur, il gardait le dos droit malgré la charge qu'il portait. Ses bras tenaient fermement les jambes du rouquin qu'il le désire ou non, afin d'éviter qu'il ne glisse et l'étrangle au passage. Si Kyû détestait porter les gens de cette manière, ce n'était pas pour rien mais rares étaient les personnes qui aimaient être portées telles des sacs à patates, donc il faisait un peu preuve de courtoisie en se transformant en gentil poney… les gens avaient tout de même de la chance, ce grand bonhomme était vraiment prêt à tout pour mettre une personne dans son pieu, heureusement il obtenait généralement tout rapidement et avait pas besoin de faire des pieds et des mains…De toute manière, il ne se prenait pas la tête à faire trop d'efforts non plus, juste le minimum. *Je me demande si je ne suis pas un peu paradoxal des fois…*

Le jeune homme arriva tranquillement à la clairière sans avoir échangé un seul mot avec son sac orange qu'il hésita à faire tomber ou à déposer délicatement au sol. Finalement il fit son choix, il s'avança vers les affaires du rouquin, puis fléchit un genou pour le poser à terre. Il relâcha son étreinte sur Koryu, le libérant ainsi avec délicatesse. Ce dernier avait intérêt à le remercier, quoi qu'en fait, il s'en moquait.
Wai vint sauter vers eux, il se posa à côté de son frère, grand sourire aux lèvres et l'enlaçant, l'embrassant sur la joue et hurlant joyeusement un grand merci.

_ Hum…Fut sa réponse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayame Koryu

avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 14/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Lun 28 Juil - 22:19

Koryu enregistra à peine son long transport à dos de jumeau, trop occupé par le combat féroce que se menait son refoulement contre ses hormones, éveillées d’une longue torpeur par le contact d’un corps chaud et ferme. Le premier était certes puissant et féroce, mais ses adversaires en avaient assez de leur inaction forcée et comptaient bien profiter de l’occasion pour rappeler leur existence au malheureux Koryu, lequel était déjà plongé dans un état profond de misère humaine.

Pourquoi il avait accepté de monter sur son dos ??... Y’avait plein de zones corporelles en contact qui n’auraient pas dû être en contact ! Il avait les bras noués autours de ses épaules, le menton posé sur l’une desdites épaules, le corps pressé contre son dos et… RHAAAAH !! C’était… répugnant ! Voilà ! POURQUOI avait-il donné son accord à un truc pareil ? Il savait que le jumeau s’était approché de lui, et… et il ne se souvenait pas vraiment de la suite, mais une part de son inconscient lui conseillait fortement de se laisser sagement porter sous peine d’évènements atroces quoiqu’indistincts. Peut-être que les deux jumeaux allaient le torturer, ou un truc du genre… Ca l’aurait pas étonné de la part du jumeau silencieux. Le type était une espèce de vieux sadique caché, il en était sûr ! C’était quoi cette manie de rester tout le temps silencieux et impassible ? Il se prenait pour un grand brun ténébreux ou quoi ? Bon, d’accord, il était un grand brun ténébreux, mais… quand même ! C’était pas parce que monsieur avait un corps de rêve et un physique de rêve et des muscles partout où il fallait et il avait oublié la fin de sa phrase… Il aurait bien aimé récupérer un cerveau en état de marche, parce que le sien marchait définitivement de manière bizarre et c’était dur de penser tout en se souvenant de s’agripper aux épaules de son porteur pour ne pas se casser la figure.

Son calvaire finit cependant à leur arrivée à la clairière, le brun s’agenouillant pour le déposer lentement à terre. Ces précautions, cependant, ne servirent à rien puisque le roux, toujours en phase de paralysie partielle, s’étala lamentablement en tentant de lâcher prise. Il avait à peine réussit à se redresser, les membres engourdis et les mains tremblantes, que le jumeau gamin sautait sauvagement sur son frère pour le câliner. Argh… Entre ses pieds et ça (et bon, aussi le fait qu’il ne savait absolument pas où il était), il était hors de question qu’il puisse rentrer tout seul, et surtout à pied. Cependant, il était HORS de question qu’il se fasse à nouveau porter par M. Brun-Et-Ténèbreux, ce qui lui laissait une solution… Appeler son frère.

Sauf que s'il téléphonait à celui-ci maintenant, le gamin était capable d'insister pour le raccompagner (donc le porter) jusqu'au bout, donc il allait falloir faire preuve de ruse et attendre que le duo démoniaque parte pour ce faire. Il était tard, certes, mais Yumiko se couchait rarement tôt, donc il avait toutes ses chances. En attendant... se débarasser des deux psychos restait l'essentiel - sauf que, songea-t-il en les regardant se faire des câlins (ou plutôt en regardant l'autiste subir les assauts de son frère) -, évidemment, ils n'avaient pas trop l'air en état de l'écouter.

Prêt à décamper en rampant s'il voyait le niveau d'affection déborder ses limites de tolérance et/ou se rapprocher dangereusement des ébats forestier, il attendit donc que cesse les démonstrations de tendresse du machin affectueux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Waichirô

avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 11/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Mar 29 Juil - 0:36

Le temps passait et la fatigue se faisait de plus en plus ressentir. Le corps semblait plus lourd, les muscles tiraient un peu et pourtant il savait que ce n'était qu'un peu de fatigue car la douleur était minime. Il devait avouer que la journée avait été longue et maintenant qu'elle touchait à sa fin, elle avait du mal à finir. Wai voulait juste qu'elle prenne fin, et qu'il finisse dans un lit, sous une couverture, la tête dans l'oreiller et endormi mais il constatait qu'il était encore loin d'y être, pourtant cela ne le démotivait pas et ne changeait rien en son comportement de crevette sautillante. Son regard de temps en temps se posait sur les deux jeunes gens qui lui tenaient compagnie ou du moins qui étaient ici, et marchait à quelques mètres devant lui.

La clairière n'était, fort heureusement, plus très loin. Ils avaient parcourut le plus gros du chemin, une fois les affaires de Koryu récupérées, ils n'auraient plus qu'à tracer en direction de la ville et la maison serait de plus en plus proche, si proche que Wai pourra se mettre à rêver du confort de son lit, il avait vraiment hâte, il commençait à fatiguer, et si un petit comme lui fatiguait, c'était qu'il avait vraiment besoin de se reposer. Le jeune homme s'encouragea intérieurement et luttait contre lui même pour ne pas demander à son aîné de le porter en plus de porter le jeune rouquin. Il était d'ailleurs au fond de lui un peu jaloux de constater que Kyû prenait soin de ce petit étranger et le laissait à l'écart. Ce n'était pas souvent le cas, voire jamais, et il savait que c'était lui même qui avait demandé à son jumeau de porter le blessé mais il voulait qu'il prenne soin de lui aussi ! Wai trépignait dans son coin, partagé par la fatigue, la jalousie, et l'envie de pleurer parce qu'il était dans un état bizarre. OUI, il était un enfant et se comportait comme tel !

Une fois arrivée à la clairière, le jeune enfant alla sautiller vers son aîné et le remercia pour ce service rendu bien qu'il n'avait dans un premier temps pas été motivé pour. Il n'obtenu qu'un simple Hum pour réponse et fut un peu déçu même s'il était tout à fait habitué, peut être désirait il ce soir là un peu plus d'affection parce qu'il avait eu la sensation que tout avait été pour ce Koryu. Wai se colla une claque mentale, comment osait il penser de cette manière et comment pouvait il se laisser ronger par un sentiment aussi noir que celui de la jalousie ? Il s'en voulut un instant avant de tourner la tête avec un gros point d'interrogation marquer au dessus de lui. Il sentait quelque chose d'étrange venir de la part de ce nouvel ami, quelque chose qui le mettait mal à l'aise et l'attristait, si bien que sa moue prit une mine triste l'espace d'un instant avant qu'il ne souffle quelques mots à l'oreille de son aîné. Ce dernier affirma d'un nouveau "Hum" et Wai se tourna vers le rouquin. Il esquissa un léger sourire et dit d'une voix douce et murmurante comme s'il ne voulait pas briser la paix de la forêt alentours qui dormait déjà, ses quelques mots.

_ Nous n'allons pas vous importuner plus longuement. Je vois à votre regard que nous vous mettons mal à l'aise et après réflexion, je constate que vous ne voulez peut être pas quitter de sitôt la forêt. Donc, si vous désirez rester en forêt, nous allons vous abandonner ici.

Wai gardait sa tête souriante pourtant il était un peu triste, il sentait au fond de lui sans savoir si c'était un vrai sentiment ou une invention de sa pauvre petite personne que Koryu avait hâte de se débarrasser d'eux. *Je dois rêver un peu... C'est tout.*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayame Koryu

avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 14/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Mar 29 Juil - 1:50

- J'attends des amis qui doivent aller me chercher, répondit Koryu le plus sobrement possible sans vraiment se soucier de si, ou non, sa réponse était vraiment vraisemblable (à savoir, bof quand même).

Le mettre mal à l'aise ? C'était un doux euphémisme ! Et non, il ne céderait pas au pouvoir des Yeux de Chaton (TM) pour tenter d'être aimable ! Cependant, presque malgré lui - à moins que ce ne soit les restants d'éducation dispensé par sa mère qui ne remontent soudain à la surface -, il prit quand même le temps d'ajouter quelques paroles supplémentaire :

- Salut, et merci pour le transport.

Bon, OK, c'était plutôt "une phrase" que "quelques paroles", mais pour le principe. Il s'adossa avec soulagement à un tronc d'arbre, se prit la main gauche avec sa dextre pour cacher qu'elles tremblaient et considéra l'honneur sauf. Bon. Il avait mal, il s'était fait traumatiser, un grand haricot muet l'avait dragué, il était à moitié paralysé et il se sentait dans l'ensemble absolument crevé et misérable, mais à part ça... à part ça...à part ça, il avait enterré son putain de truc et il aurait plus à le faire plus tard, voilà ! Si c'était pas un bilan positif, ça, hein ? Il lui manquait plus que l'amputation de la main gauche et sa journée serait vraiment parfaite !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Kyûichirô

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 11/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   Ven 15 Aoû - 20:09

Waichirô écoutait l'explication qui devait justifier le fait que môsieur le rouquin voulait rester en forêt et Kyûichirô lui n'y vit qu'un moyen de se débarrasser d'eux, ce qui en soit ne le dérangeait nullement puisque de toute manière cela lui permettait de se retrouver seul avec son cadet chéri, ce qui pour lui était de loin le plus important. Wai lui sauta dans les bras, et si ses réflexes n'avaient pas été aussi développés, ils seraient sans nul doute tous les deux tombés à terre mais deux petits pas de reculs lui suffirent à retrouver son équilibre et à tenir ce gamin qui lui servait de frère. Ce dernier lui grimpa dans le dos avec un agilité surprenante, démontrant sans nul doute une habitude. Le cou entouré de deux bras, et la taille encerclée par deux jambes, Kyû se retrouvait avec une nouvelle charge sur le dos, charge qui lui souffla à l'oreille en posant sa tête sur son épaule :

_ Je suis fatigué, tu me portes jusqu'à la maison ?

Bien évidemment ce n'était pas vraiment une demande puisqu'une d'une part il savait que son aînée allait accepter et d'autre part il se trouvait déjà sur son dos. Kyû savait qu'il était difficile de déloger son jumeau lorsque ce dernier avait décidé de s'installer quelque part, ce qui par conséquent voulait dire qu'il était forcé de le porter dès à présent jusqu'à ce qu'il de descendre lui même puisqu'il n'avait aucune intention de faire l'effort de le faire descendre.

_ Hm, affirma-t-il simplement.
_ Au revoir Monsieur Koryuuuuu ! J'espère que nous nous reverrons bientôt ! Lança Wai d'une voix enjoué sans penser un instant que l'oreille de son aîné était à proximité et ce fut encore pire lorsqu'il secoua la main pour lui donner les salutations de séparations, il manqua de lui crever un oeil.

Kyû attrapa délicatement cette main qu'il abaissa vers sa gorge puis il s'inclina légèrement vers la petit chose avant de se détourner d'elle. Voila comment il fallait faire les adieux, et ce n'était pas autrement.
Le jeune homme fit un demi tour sur lui même puis il se mit en route, il sentait que son frère était tourné vers le rouquin et continuait de lui faire de grands signes jusqu'à ce qu'ils fussent hors de vue. Le jeune homme pensait qe son cadet allait être plus calme à présent qu'il se retrouvait seuls tous les deux mais il s'attendait à un ou deux commentaires avant le silence. Il ne se trompa nullement.

_ Je l'aime bien ce Koryu, il est divertissant ! Un peu bizarre mais amusant !
_ Hum, si tu le dis.
_ J'espère sincèrement le revoir bientôt ! Même si j'ai l'impression qu'il nous aime pas beaucoup...

Kyû continua de marcher en silence, écoutant ce que Wai racontait..

==> Ailleurs.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Coincé dans la nature... Au secours !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Coincé dans la nature... Au secours !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Déchet dans la nature
» Une épave dans la nature.
» Petite promenade dans la nature
» qu'aimez vous dans la nature??
» photographier la faune dans la Nature

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sudden-Game :: Archives :: Messages supprimés-
Sauter vers: