AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chambre N°3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yamaru Hina

avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 16/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Chambre N°3   Mar 22 Avr - 21:44

Hina grimpa le petit escalier en bois, dont les planches craquaient affreusement au moindre de ses pas. Hissant sa lourde valise derrière elle sans chercher à demander de l'aide à l'homme qui la guidait. Heureusement qu'il n'y avait qu'un seul étage à grimper.
Le propriétaire longea un long couloir et s'arrêta devant la chambre n°3 dont le chiffre en bois de frêne était usé comme s'il avait été gratté par du papier de verre. L'homme tira un trousseau de sa poche et joua avec la serrure de la porte. Aussitôt ouverte, il invita la jeune femme aux cheveux violet d'entrer d'un geste de la main.
Hina ne refusa pas l'invitation et s'engouffra dans la pièce.
La jeune femme fut surprise de voir le contraste entre l'apparente insalubrité de l'établissement et la netteté de cette petite chambre.

"-J'espère que vous vous y plairez le temps de votre séjour, toussota le propriétaire qui posa le double de la clef de l'appartement sur la commode, bonne journée mademoiselle."

Hina ne répondit que par un doux sourire, laissant l'homme fermer la porte derrière lui. La jeune femme fit glisser ses yeux dorés sur le mobilier. Bien que très simplement décorée, la petite chambre avait tout le nécessaire pour un séjour prolongé: un lit deux places à baldaquin aux rideaux pourpre tenait une belle place dans un coin de la pièce. Juste à côté, une petite table de nuit sur laquelle reposait une petite lampe de chevet en porcelaine.
Hina posa sa valise contre le pied de son nouveau lit et dégrapha sa ceinture sur laquelle pendait son ordinateur portable, pas plus grand qu'une feuille A4 et aussi léger qu'une plume. Elle déposa son bien le plus précieux sur la petite table de chevet, rangeant l'horrible petite lampe dans le tiroir de la commode près de la porte.
Elle tendit le cou vers une autre pièce.

*Hum... il y a même une cuisinière et un rechauffe-plat, comme le disait la publicité.*

De l'autre côté, on trouvait une salle d'eau avec toutes les commodités qu'une jeune femme pouvait souhaiter.
C'est avec une moue de gamine qu'elle sauta sur son matelas et ouvrit son ordinateur portable.

"-Maintenant, renseignons-nous sur cette petite bourgade... Il va bien falloir que je me trouve une petite occupation "légale" pour gagner ma croute. Et si je trouve à côté un petit emploi de hacker..."

Tout sourire, Hina pianota sur le clavier de son ordinateur, lançant une recherche sur le Net. Allongée sur le ventre, elle s'occupait en mordillant ses mèches violettes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kimitsu Aku
~X6~
avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 31/03/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Chambre N°3   Mer 30 Avr - 16:11



Deux journées et une nuit s'étaient écoulées depuis la petite aventure au cinéma, il y avait fait de belles rencontres, une patiente et un autre, Bridgess et Gareth, deux noms bizarres pour deux personnalités qui ne valaient guère mieux. Cela avait été une rencontre vraiment particulière mais il ne pouvait pas dire qu'il ne s'était pas amusé. La troupe Akumu avait fait des siennes mais il pouvait constater qu'elle progressait petit à petit, surtout l'éclaireur, X4 commençait à faire de jolie chose.

Aku repensait à cette petite soirée, il songeait aux petits détails qu'il pouvait critiquer pour permettre à ses pantins de se perfectionner encore et toujours, après tout il comptait beaucoup sur eux. Le jeune homme regarda autours de lui.

La pièce était sombre, seulement il y avait une infini de lumières de chaque côtés, derrière lui. Deux miroirs qui se faisaient face et une lampe qui se trouvait au centre. Lui, il se trouvait sur le mur, caché de tout cela, devant un écran d'ordinateur. Cette salle, c'était une salle pièce qu'il squattait de temps en temps pour venir surfer sur le net notamment lorsqu'il avait des messages à faire passer. Ce qui était le cas aujourd'hui. Il devait prendre contacte avec une personne, personne qui pouvait se montrer particulièrement dangereuse par sa profession et son expérience, alors il devait prendre ses précautions et faire son possible pour ne point être tracé. Heureusement il se débrouillait plutôt bien en informatique et avait de bonne connaissance qui pouvait l'aider à se couvrir seulement cela ne lui suffisait pas. Sudden-Game prenait de l'ampleur et les générations devenaient de plus en plus coriace, alors il lui fallait mettre la main sur une cette perle rare….

" Mademoiselle Katsu…, pardon, Yamaru Hina ?"
Aku parlait à haute voix devant son ordinateur, son écran affichait de nombreuses fenêtre, des logiciels qui lui permettaient de modifier sa voix pour que la personne à laquelle il s'adresse n'entende pas la réelle, des fenêtre ouvertes sur des pages nets, tout un bazar.
Le jeune homme avait manqué de prononcer le vrai nom de la demoiselle, ou plutôt il avait fait exprès de s'arrêter juste avant. Comment avait il réussi à obtenir sa réelle identité ? C'était une longue histoire et il gardait cela pour lui, personne n'avait besoin de savoir d'où il obtenait les informations, comment il les obtenait et encore moins ce qu'il possédait comme informations. Prudent il ne laissait aucun document traîner, tout était bien rangé et il retenait le maximum dans sa mémoire, c'était plus prudent.

Le jeune homme attendait une réponse de la part de la demoiselle. Il n'allait pas poursuivre pour le moment. Certain qu'elle ne pouvait pas avoir loupé son message car une fenêtre avait du s'ouvrir sur l'ordinateur de la demoiselle, le montrant lui à la caméra, lui….sous un masque, bien déguisé, il avait fait attention à ce que l'image de lui soit dans le noir, montrant juste le visage masqué. Ses cheveux se fondant dans l'obscurité. Sous cette image s'affichait les sous-titres, en une écriture simple et lisible.
Aku attendait une réponse, surveillant attentivement le fait qu'il ne se fasse pas tracer, tout en cherchant à pénétrer dans le système de la police, il devait trouver un criminel ou quelque chose dans ce genre là.

"Yamaru-san, répondez, je sais que vous êtes là."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudden-game.forumsactifs.com
Yamaru Hina

avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 16/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Chambre N°3   Mer 30 Avr - 17:03

Hina avait fermé les paupières pendant quelques minutes, somnolante. Roulée en boule comme un chat auprès du feu, elle serrait contre elle l’édredon de son lit à baldaquin, calmant sa respiration sur la masse de plume qui sentait bon la lavande. Son ordinateur toujours allumé sur le lit affichait un écran recouvert d’un entrelacs de fenêtres de téléchargements et de systèmes anti-virus. Une petite mélodie s’élevait des haut-parleurs de l’appareil, une musique douce et légèrement rythmée que les doigts d’Hina s’amusaient à reproduire sur un piano invisible. Etait-elle consciente que ces mains dansaient toute seule sur les notes de cette berceuse ? Peut-être était-ce un passe-temps pour elle. Elle avait tellement travaillé pour trouver un travail qui la correspondait qu’elle attendait calmement la réponse d’un possible employeur.

Une note grave perturba la douce mélopée, avertissant Hina qu’une nouvelle fenêtre s’ouvrait sur l’écran. Une sorte de fenêtre vidéo, mais l’image était si sombre qu’on aurait dit une tapisserie noire. Seul un masque semblait flotter dans ce rectangle noir. Mais Hina n’y prêta pas même attention, elle n’avait pas bougé d’un cil ses paupières ne s’étaient même pas entrouvertes… dormait-elle pour de vrai ? Assurément non puisque ses doigts continuaient de taper comme de petits marteau sur le même piano de sa petite berceuse.

" Mademoiselle Katsu…, pardon, Yamaru Hina ?"

Une fausse note fit trébucher la danse d’Hina. Sa paupière se souleva, une flamme dorée se mit à luire et à darder l’écran surchargé du portable. Elle ne fit rien, son visage n’exprimant qu’une moue neutre. Mais qu’importe le visage qu’elle affichait, de toute façon elle n’activait jamais la caméra intégrée à son pc, cela aurait été trop imprudent.

Elle avait bien entendu son nom. Une partie peut être, et vite ravalée par son contact, mais la personne qui s’adressait à elle semblait avoir retrouvé la trace de Katsumira… comment pouvait-il être au courant pour Yamaru ?
Elle passa nerveusement sa langue sur ses lèvres. Son plan pour se trouver une nouvelle identité lui avait semblé parfait, elle n’avait parlé de cela à personne et avait tout planifié pour que rien ne soit suspect. Quelqu’un aurait retrouvé le corps de la vraie Hina dans le congélateur ? Elle jeta un coup d’œil sur une fenêtre vidéo : une liaison directe avec l’ancien appartement d’Hina, pile devant le frigo.

Rien…

"Yamaru-san, répondez, je sais que vous êtes là."

Hina se redressa, ses cheveux violets tombant en cascade sur ses épaules. Avec une dextérité experte, Hina pianota sur le clavier de son ordinateur et activa le microphone extérieur. Pas la peine de camoufler sa voix, si cette personne savait qui elle était, alors il n’y avait aucune raison pour qu’elle masque ses paroles. Et puis la camoufler serait considéré comme un aveu…

« Qu’est-ce que c’est glauque ce masque ! Kyaaaa ! Si vous êtes un pervers passez votre chemin ! Et puis comment connaissez-vous mon nom?! Negiii-kun! Espèce d'idiot, je t'ai reconnu! »

Hina avait lancé cela avec un entrain qui contrastait furieusement avec la tête qu’elle tirait. On aurait dit la voix d’une grande gamine bienheureuse, le style parfait de la véritable Hina Yamaru à vrai dire… Mais sous cet entrain factice, Hina cherchait à maintenir sa couverture en collant parfaitement à sa nouvelle identité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kimitsu Aku
~X6~
avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 31/03/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Chambre N°3   Jeu 1 Mai - 1:16

Quelle belle réaction que celle de la panique, si Aku eu fait installer une caméra dans cette chambre, il aurait pu voir l'expression qui se trouvait sur le visage de la jeune fille. Il avait pu percevoir dans le fond de sa voix une petite once de peur, de frayeur, il la comprenait Cette pauvre demoiselle, elle avait tout bien prévu pour que personne ne puisse retracer son passé, pour que personne ne puisse distinguer la jeune demoiselle qu'elle avait remplacé avec elle-même et voici qu'une voix tout à fait inconnue et modifiée de surcroît laisse sous entendre qu'il connaît sa véritable identité. Y avait tout de quoi s'effrayer, cela était vrai et Aku l'admettait mais seul un sourire se dessina sous son masque, il aimait bien ses situations, en revanche il ragea contre lui-même, il aurait tellement voulu voir son visage au moment où elle avait pu entendre son nom prononcé par un étranger. Aku soupira intérieurement, il n'y pouvait rien, il y avait des moments où la perfection n'était pas possible, enfin c'est-ce qu'il tentait de se mettre dans le crâne pour ne pas s'en vouloir éternellement d'une petite erreur.

"Vous savez parfaitement Yamaru-san que je ne suis pas Negi-kun. Vous pouvez cesser cette mascarade et redevenir un instant votre propre personne."

La voix d'Aku était calme, il prononçait chaque mot calmement, il n'avait pas d'hésitation bien qu'il avait mis du temps à répondre, ceci était normal, il prenait son temps à chaque fois, prévoyant les moments où il serait surpris et mettrait du temps à répondre, comme ça, personne ne pouvait savoir si c'était de la surprise où simplement un temps de réaction ordinairement long. Ce n'était pas forcément futé, c'était juste qu'au moins il se sentirait moins précipité, moins étouffé, plus à l'aise. Ses mots coulaient, ils se posaient un à un, délicatement, ils prenaient leur temps, ils ne voulaient pas brusquer puis après un instant de silence, juste assez pour permettre à la jeune fille de retrouver son calme, de réfléchir un peu à ce qui se passe, le jeune psychologue reprit :

"Détendez vous, mademoiselle, votre identité resta sous silence."
Il marqua une pause, il prenait tout à fait son temps. A chaque silence, il lisait un morceau de l'article qu'il avait sous le nez, il devait continuer ses recherches mais pour le moment il ne trouvait rien d'intéressant. Il reprit donc la conversation.

"Je ne suis guère ici pour vous faire du chantage, mademoiselle, rassurez vous. J'ai une offre à vous faire."

Aku se tut, il se remit à la lecture de ses articles. Il prenait soit des nouveautés, il lisait avec attention tout ce qui se passait en ce monde, peut être y trouverait il quelques idées intéressantes pour un jeu, il poursuivait également ses recherches sur les meurtriers ou autre être qui pourrait lui servir pour ses petites amusements mais il ne trouvait rien, dans les deux cas.
Le jeune homme attendait une réponse de la part de la jeune femme, peut être voudrait elle qu'il s'explique un peu avant de prendre la parole mais il voulait s'assurer qu'elle avait pour le moment tout bien suivit et qu'elle allait lui fournir quelques mots pour l'obliger à poursuivre. En attendant il lisait et attendait une réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudden-game.forumsactifs.com
Yamaru Hina

avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 16/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Chambre N°3   Ven 2 Mai - 22:18

"Vous savez parfaitement Yamaru-san que je ne suis pas Negi-kun. Vous pouvez cesser cette mascarade et redevenir un instant votre propre personne."

Tsss.

Yamaru regarda plus attentivement le masque qui flottait dans les ténèbres. Mais la pénombre et la qualité de la vidéo ne laissaient aucun élément qui pourrait révéler l’emplacement actuel de son interlocuteur. Une pièce sombre… un masque… Rien de bien reconnaissable.

Tant pis, employons les grands moyens…

Yamaru enfonça une touche sur son clavier, une nouvelle fenêtre s’afficha sur son écran. L’image animée d’un chien, un husky au poil polaire, se mit à déambuler sur le fond d’écran bleu de l’ordinateur, faisant danser derrière lui sa queue fournie.

Allez wouf wouf, c’est l’heure de pister notre ami…

Tel un véritable maestro de l’informatique, ou geek pour faire plus court, Hina pianota une série de code faisant valser les 1 et les 0 ensembles, alliant les symboles et les lettres dans un langage qu’elle était la seule à comprendre.

"Détendez vous, mademoiselle, votre identité resta sous silence."

Oui détendons-nous l’ami, jouons à mon jeu préféré… le hacking…

Jamais Hina n’avait senti un tel sentiment de rage, pour qui se prenait-il ce type ?! Comment osait-il lui donner un tel ordre ? Et cette arrogance, cette attitude hautaine, supérieure ?! Croyait-il qu’il faisait preuve de générosité en taisant son nom ?! Il la prenait pour un vulgaire animal à qui on jette un os décharné pour le calmer… et ça Hina n’appréciait pas du tout, elle était hors d’elle. D’un geste de rage, elle fit claquer le tendon de cuir à son poignet, qu’est-ce qu’elle aurait aimé avoir la gorge de son interlocuteur à porté de main…
Elle enclencha la commande d’exécution. L’husky numérique disparut immédiatement par une trappe qui venait d’apparaître en plein centre de l’écran.

Allez fidèle compagnon, trouve-moi où habite cet énergumène.

"Je ne suis guère ici pour vous faire du chantage, mademoiselle, rassurez vous. J'ai une offre à vous faire."

Hina eut un sourire carnassier. Une offre ? Parle toujours… Hina tapa sur le clavier de son ordinateur. Elle piratait la borne wifi locale pour savoir le nombre de connectés sur le réseau ; 47 secondes 14 centièmes, 67 connectés dans la région. On pouvait déjà éliminer les détenteurs de connexion limité et tous ceux qui visitaient les sites X… son interlocuteur n’avait pas l’air de prendre son pied, même dans cette pénombre.
Un jappement échappa des haut-parleurs. Wouf wouf avait repéré l’individu, mais celui-ci semblait s’être équipé d’un logiciel qui empêchait le traçage de son ordinateur… pas d’adresse IP dans ce cas là… Pas de problème, elle avait d’autres moyens de le trouver…

"Vas-y Negi-kun, je t’écoute. Que veux-tu ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kimitsu Aku
~X6~
avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 31/03/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Chambre N°3   Mer 7 Mai - 21:55

Connecté sur un forum, le jeune homme était entrain de rédiger une réponse, il errait énormément sur les jeux en tout genre et lieu de discussion, utilisant des pseudos, mots de passe, âge, adresses, et ordinateurs différents afin que personne ne puisse jamais le retracer. Qu'une personne arrive à localiser l'endroit où se trouvait la machine était pour lui sans importance puisque tous ses ordinateurs sauf un se trouvaient dans des pièce comme celle où il se trouvait actuellement et que tous étaient dépourvus de toute information, il n'enregistrait rien, effaçait à chaque fois les archives, limite il ne les reformatait pas après chaque utilisation. Mais ce dont il se méfiait par-dessus tout c'est qu'une personne parvienne à trouver son identité. Une fois qu'une personne détenait son nom, son réel nom, elle pouvait tout savoir de lui et cette situation était pour lui hors de question.

Aku posta sa réponse, c'était un forum de type rpg sur lequel il incarnait un simple d'esprit qui posait maintes et maintes questions avec toute l'innocence qui pouvait exister en ce monde et lorsqu'il obtenait une réponse à sa question, il tentait de la démontrer par de longs discours qui mettaient de gros doutes dans l'esprit des personnages mais surtout des joueurs qui les manipulaient. Les forums et autres activités sur le net n'avaient pour lui qu'un but divertissant minime, ils étaient surtout sa source précieuse pour recruter des participants pour le seul et unique jeu qui à ses yeux avaient un réel intérêt, Sudden-Game ou SG comme il l'appelait pour faire plus court et pour éventuellement le glisser dans une conversation du genre "Tiens, Aya, as-tu vu SG aujourd'hui ? Il avait l'air particulièrement en forme…" ainsi sa nièce pouvait comprendre que le jeu se passait bien ou qu'elle devait aller voir ce qui se passait dans le jeu et y mettre son petit grain de sel, bien évidemment les initiales ne suffisaient pas toujours pour cacher l'identité du jeu alors lorsqu'il était en présence de personnes qui connaissaient le jeu, il avait un autre nom pour en parler sans que personne sauf ceux qu'il veut, peuvent comprendre.

Le jeune homme repéra sur un forum de discussion une proie qui pouvait être intéressante pour le jeu. Il retint son adresse, son nom et autres informations afin de décider plus tard si cette proie recevrait un prochain mail d'invitation. Son regard se posa sur une autre fenêtre, il remarqua que la demoiselle était entrain d'essayer de le trouver. Un sourire s'esquissa sur ses lèvres cachées et il songea que c'était bien essayé de la part de cette petite dame mais il n'allait pas se laisser repérer, pas tout de suite du moins, il verrait par la suite, s'il le ferait ou non, pour le moment il n'en avait pas l'intention.

*Apparemment elle m'a trouvé un nom.. Negi… C'est joli.*
"Vos talents…" Il marqua une courte pause, ses doigts pianotèrent rapidement sur le clavier et son regard glissa sur le côté de l'écran, observant vaguement le texte et les images qui défilaient, puis il reprit la parole. Cela n'avait duré qu'un instant mais il aimait beaucoup marquer des pauses permettant ainsi à l'autre de réfléchir et éventuellement d'intervenir. "Je suis à la recherche d'un pirate qui connaît son embarcation et l'océan sur lequel il navigue par cœur. Je veux un surfeur qui les yeux fermés peut se laisser porter par la vague sans se faire emporter dans les fonds parce que son équilibre l'aurait trahit. J'ai besoin d'un professionnel pour diverses causes pas toujours légales mais je doute que cela vous dérange. En revanche quelques détails risquent de vous déplaire. Vous devez être à ma disposition à tout moment à toute heure. J'exige une totale confiance de votre part, minimum de questions, maximum de travail et surtout j'exige que vous soyez fidèle. A la moindre trahison, je sévis et soyez sur que je suis sans pitié. J'impose beaucoup de contraintes, de règles, et je les modifie comme bon me semble."

Aku se tut un instant, il se remit à la lecture d'un texte, attendant quelques secondes afin que la demoiselle ait bien le temps d'assimiler tout ce qui avait dit mais pas suffisamment pour qu'elle puisse prendre la parole. Pour le moment c'était lui qui parlait et elle qui écoutait après elle aurait le droit à son temps pour poser ses questions, ses conditions ou tout autre chose qu'une personne pouvait bien vouloir dire. Le jeune psychologue reprit la parole, parlant toujours aussi calmement.

"Contre votre confiance, votre loyauté et votre disponibilité, je puis vous affirmer que je prendrais en charge tout incident au nom de ma personne. Si vous avez des soucis, vous avez le droit de faire appel à mes services et je tacherais de faire mon possible pour vous aider. Vous bénéficierez de temps libre, généralement donné sous forme de semaines ou de mois selon l'avancée des choses, et, à moins d'un évènement majeur, lorsque je donne du repos à mes employés, je ne les dérange pas une seule fois durant tout ce temps."

*Ce qui ne veut pas dire que je ne les ai pas à l'œil. Leur vie ne doit et n'a aucun secret pour moi surtout celle des autres.* Aku s'était de nouveau tut mais cette fois ci il ne reprit pas la parole, c'était à la demoiselle de poser des questions, d'agir, de faire ce que bon lui semblait. Il n'avait pas parlé du salaire, se doutant que peut être elle voudrait en toucher le premier mot pour placer sa barre. Ce n'était pas tant pour lui donner le salaire qu'elle désirerait mais plutôt une manière pour lui de voir s'il allait payer moins chère que ce qu'il voulait bien verser ou plus que ce qu'il avait prévu. Une personne aux dons de la demoiselle fixait souvent des bons prix, mettant ainsi en valeur le fait qu'ils n'étaient pas tout à fait n'importe qui et que tout le monde n'avait pas les moyens de les employer alors il verrait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudden-game.forumsactifs.com
Yamaru Hina

avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 16/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Chambre N°3   Sam 10 Mai - 17:27

D’une logique implacable, Hina raya de la liste des internautes suspects une trentaine de personnes qui ne pouvaient en aucun cas être son interlocuteur. Mais le nombre restant était encore trop important pour qu’Hina ne lance sa solution d’attaque. Le grand avantage d’Internet était que l’on pouvait interagir avec n’importe qui dans le monde en restant chez soi, qui pouvait dire que ce masque lugubre pouvait se trouver dans la même région qu’elle ? En tant normal, il aurait été au Brésil qu’Hina n’arriverait pas à le localiser avant un temps, mais elle avait réussit à récolter un indice : son interlocuteur se trouvait forcement à Kyowamaru. Comment pouvait-elle l’affirmer ?

Elle afficha sur son écran la carte de la ville et les schémas du réseau de bornes wifi qui la couvraient et la reliaient au monde. En sachant qu’une borne wifi était installée tout les 400 mètres pour assurer une liaison internet à tous les foyers, on pouvait imaginer le nombre incroyable de ces bornes dans une ville telle que Kyowamaru. La jeune hackeuse frappa quelques touches de son clavier et des petites empreintes de pattes rouges s’affichèrent sur le schéma et se mirent à relier certaines bornes entre elles comme dans un des ces jeux où l’on devait relier les points entre eux dans un ordre précis pour obtenir une image. Mais aucune image ne se dessina sinon un simple chemin de petites empreintes. Hina avait maintenant sous les yeux le trajet qu’avait suivit son fidèle husky numérique et par conséquent, la remonté du signal de son interlocuteur. La piste, après de nombreux bonds entre plusieurs bornes wifi, s’était immobilisée sur l’une d’entre elle, là où wouf wouf avait perdu la trace du signal. Son interlocuteur se trouvait forcemment dans le périmètre de cette borne, elle en était certaine.

Hina eut un grand sourire de satisfaction. Elle était toute proche de réussir sa chasse au trésor, elle n’avait plus que quelques pas à faire pour le débusquer.

Maintenant que je sais dans quel secteur son ordinateur émet cette liaison vidéo, je vais comparer avec les internautes que j’ai jugé suspect…

De nouvelles petites frappes symphoniques s’élevèrent du clavier, ses doigts dansant sur les touches et alignant les lignes de codes. Elle enfonça la touche « Enter » et une série de petits points verts apparurent sur la carte de Kyowamaru. Quatre personnes suspectes se trouvaient dans le périmètre d’autonomie de la borne wifi.
Hina frissonna d’excitation, elle le tenait, elle le tenait. Une dernière petite étape avant de lancer son attaque et elle pourrait pirater l’ordinateur qui émettait cette vidéo. Cette traque avait réveillé en elle ses instincts de prédatrices, elle imaginait déjà l’arome délicieux de sa future victoire, un pur délice l’envahit.

"Vos talents…"

Hina se tint immobile pendant un instant, laissant le temps au masque de continuer sa phrase. Elle avait tout son temps de toute façon, à quoi bon brusquer les choses lorsqu’elles sont inévitables.

"Je suis à la recherche d'un pirate qui connaît son embarcation et l'océan sur lequel il navigue par cœur. Je veux un surfeur qui les yeux fermés peut se laisser porter par la vague sans se faire emporter dans les fonds parce que son équilibre l'aurait trahit. J'ai besoin d'un professionnel pour diverses causes pas toujours légales mais je doute que cela vous dérange. En revanche quelques détails risquent de vous déplaire. Vous devez être à ma disposition à tout moment à toute heure. J'exige une totale confiance de votre part, minimum de questions, maximum de travail et surtout j'exige que vous soyez fidèle. A la moindre trahison, je sévis et soyez sur que je suis sans pitié. J'impose beaucoup de contraintes, de règles, et je les modifie comme bon me semble.
Contre votre confiance, votre loyauté et votre disponibilité, je puis vous affirmer que je prendrais en charge tout incident au nom de ma personne. Si vous avez des soucis, vous avez le droit de faire appel à mes services et je tacherais de faire mon possible pour vous aider. Vous bénéficierez de temps libre, généralement donné sous forme de semaines ou de mois selon l'avancée des choses, et, à moins d'un évènement majeur, lorsque je donne du repos à mes employés, je ne les dérange pas une seule fois durant tout ce temps."


Un emploi ?

Décidemment, la vie faisait bien les choses, à peine arrivée dans cette petite ville qu’Hina se voyait déjà proposé un travail qui lui correspondait parfaitement, mais elle était bien trop prudente pour se dévoiler trop tôt. C’était si alléchant… Et si c’était un piège ? Et tendu par qui ? Un détective ? La police ? L’armée ? Les fédéraux ? A force de se faire des ennemis, on finit par ne plus se demander qui cherche à vous poignarder puisque le monde entier est contre vous.

It’s me against the world today… chantonna Hina pour elle-même.

« Confiance ? Comment puis-je avoir confiance en quelqu’un qui voile son visage et qui me fait clairement comprendre qu’il connait ma véritable identité ? Avoue, dans cette situation, est-ce que tu te sentirais en confiance Négi-kun ? »

Et niveau fidélité cause toujours… je ne suis fidèle qu’à moi-même.

Mais malgré cela, Hina était plutôt intéressée par sa proposition, l’argent risquerait de lui faire défaut très peu de temps et cet hôtel n’était pas non plus gratuit... Par contre, elle ne pouvait pas dire qu’elle acceptait cet emploi au risque d’être écoutée par une autre oreille, ça aurait été comme un aveu. C’est pourquoi elle tapa à la va-vite un e-mail qu’elle adressa aux quatre individus qu’elle suspectait d’être son interlocuteur. Elle avait écrit sa lettre de telle sorte que seul le masque pourrait comprendre le sens de ces mots. Aussitôt tapé, Hina envoya le message d’une simple pression de la touche « Enter ».

Maintenant, voyons jusqu’où ta confiance s’étend mon cher ami…

C’est alors qu’Hina fit glisser le curseur de sa souris sur une petite icône qu’elle n’avait pas utilisé depuis un certain moment, elle cliqua dessus deux fois d’affilé et la caméra de son ordinateur s’activa. Maintenant, elle montrait son véritable visage, ou plutôt celui de sa nouvelle identité. Pour la première fois, Hina se rendit compte que sa caméra était d’une piètre qualité, quelle honte pour une pro de l’informatique !

« Je t’ai envoyé un e-mail Negi-kun et je suis certaine que tu l'as reçu. N’aies pas peur de l’ouvrir, il n’y a aucune mauvaise surprise à l’intérieur… Et pour gage de ce que je dis, je te laisse voir mon visage. J’ai fait le premier pas, à toi de faire le deuxième. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kimitsu Aku
~X6~
avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 31/03/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Chambre N°3   Mar 20 Mai - 1:07

Les premières paroles de la jeune fille fit sourire l'homme qui se trouvait derrière le masque. Elle marquait un point c'était certain seulement cette situation n'était pas à son avantage et l'argument n'avait sur l'ombre que très peu d'impact. Kimitsu n'était pas complètement bête non plus, quoi que dès fois c'était à se le demander. Lorsqu'on le voyait se comporter étrangement, mais qui voulez vous, les doubles personnalités avaient parfois du mal à vivre normalement. Heureusement son côté clair était plutôt calme et mauvais combattant, sinon leur tour de contrôle serait un vrai désordre et Aku deviendrait une personne aux yeux de la société complètement instable et lunatique, autant dire bon à enfermer. Oui, il pouvait s'estimer heureux, car même s'il était un être dont le seul sort mérité était de se retrouver derrière les barreaux, au fond d'un trou, seul et oublié, il avait la chance d'être une personne adoré par quelques misérables qui ne pouvaient se passer de lui. Il n'était pas à l'égal des dieux, loin de là, mais il avait entre ses mains quelques vies…Des vies sans valeurs mais si facilement manipulable, comme c'était agréable de se sentir puissant de temps en temps, vraiment, il pouvait s'estimer heureux.

Le jeune homme laissa la question se poser tranquillement et pendant qu'il entendait le bruit des touches de claviers s'enfoncer à vive allure, il en profita pour prendre la parole et prononcer quelques paroles comme ça, qui ressemblait à une conversation banale et qui pourtant avait un sens qui pouvait être une menace, une révélation ou tout simplement une information donnée ainsi, cadeau.

"Il est vrai que la situation n'inspire guère à la confiance. Peut être aurions nous du nous donner rendez vous…Il me semble que le bar de l'hôtel de Kita était plutôt convenable, récemment refait, c'est un endroit agréable pour une première rencontre. Situé non loin de quelques bons restaurants, nous aurions pu après un petit apéritif prendre un excellent dîner chez l'un des voisins et puis éventuellement revenir à l'hôtel et loué une chambre pour la nuit…J'aurais pris votre corps délicat dans mes bras, vous portant dans les vieux escaliers parce que vous auriez un peu trop bu et que marcher n'aurait pu été dans vos possibilités…Ooooh… Négi-kun est triste ! Il a loupé une belle occasion, peut être saura-t-il se rattraper. Après tout, l'hôtel de Kita n'est pas un endroit convenable pour une demoiselle comme vous. Non, pour vous il faudrait une jolie petite demeure, sécurisée simplement, pratique. Un endroit qui ne se fait pas remarqué et qui n'attire pas les regards. Un petit lieu où vous pourriez faire des allés et venus sans attirer le regard des voisins…Oui, cela vous conviendrait bien mieux qu'un petit hôtel miteux."

Son regard glissa sur une fenêtre qui venait tout juste de s'ouvrir, apparemment il avait un message, il arqua un sourcil, qu'est-ce que cela pouvait bien contenir ? Il doutait que ce fusse une méthode pour le tracer mais si le contenu de ce message demandait une réponse, peut être que cela signifiait qu'elle l'avait trouvé…tout n'était pas encore joué, et puis il était plutôt content, si elle avait réussi en effet à le localiser, cela lui prouverait qu'elle n'était pas une petite pirate…*Hum…* Aku regarda rapidement les nombreuses fenêtre qu'il avait sous les yeux puis il s'arrêta sur le visage de la demoiselle qui s'était dévoilée. Dommage, il connaissait déjà son visage, son passé, du moins une partie, son réseau d'informations avaient des failles de temps en temps et surtout, cette petite se débrouillait bien pour brouiller les pistes.

Aku cliqua sur sa boîte mail, il n'avait pas encore ouvert le message, son attention ayant été attiré par autre chose. Il venait à son grand regret de finir le dossier des criminel et aucun ne correspondait à ce qu'il recherchait, peut être était il trop compliqué ? Cela ne l'aurait guère surpris, que voulez vous lorsqu'une idée s'incruste dans son esprit s'il n'a pas exactement ce qu'il veut, il ne veut rien d'autre. Tant pis, il trouverait une prochaine fois, il ferma la page, effaçant tout ce qu'il avait à effacer au passage. Sa souris cliqua rapidement sur quelques croix rouges, et ses doigts sur quelques touches qui lui permirent de faire disparaître tout ce qu'il avait fait aujourd'hui. Son regard revient se poser sur la vidéo puis il prononça une simple phrase "Rejoignez moi.". Il n'ajouta rien d'autres et ouvrit le message qui lui avait été envoyé, il le lu rapidement avant de cliquer sur la touche répondre et de rédiger vite fait un e-mail qu'il envoya à Hina.

Maintenant, tout devrait se boucler rapidement. Il n'en avait aucun doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudden-game.forumsactifs.com
Yamaru Hina

avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 16/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Chambre N°3   Mar 20 Mai - 23:54

*Le… salaud…*

Aucun autre mot ne s’accrochait plus à l’image que se faisait Hina de ce type. L’entendre déblatérer une telle litanie de mots avait déjà été difficile à comprendre du premier coup, mais même après avoir fait rouler les mots maintes et maintes fois dans son esprit, Hina n’arrivait toujours pas à délabyrinther le ton et les paroles de son interlocuteur. Plaisantait-il ? Etait-il sérieux ? Se moquait-il d’elle ? Fantasmait-il ? Bigre, comme quoi elle n’était pas la créature la plus tarée sur cette fichue planète !
Mais ce qui lui inspirait une telle pensée était toujours cette impression qui ne cessait d’accompagner ce masque : il semblait au courant de tout ! Comment pouvait-il savoir qu’elle se trouvait dans cet hôtel-ci alors qu’elle venait tout juste d’emménager dans la journée ?!

*Mais nom de D…*

Hina se tint immobile pendant quelques instants, soucieuse. Ses yeux roulèrent doucement vers le plafond et elle se mit à scruter l’étendue immaculée qui planait au-dessus de sa tête cherchant un quelconque visage menaçant qui dardait ses yeux foudroyants sur elle. Hina n’avait jamais été croyante et se fichait d’une soi-disant vie après la mort, enfer ou paradis, elle savait qu’elle écoperait d’une sentence moins lourde une fois morte ; la vie était un tel enfer… un enfer de vices et de souffrances, mais néanmoins pleine de plaisirs.

En fouillant dans les lointains souvenirs de son enfance passée au Brésil –merveilleux souvenirs à vrai dire…- Hina se souvint du jour où son orphelinat avait reçu la visite d’une troupe de religieuses qui avait remis entre les mains de chaque pensionnaire un exemplaire d’une Bible illustrée. Ne sachant pas lire à cette époque, Hina s’était longuement attardée sur les gravures qui ponctuaient chaque page et elle avait été fortement impressionnée par les images qui représentaient le monde souterrain des enfers. Impressionnée non pas par la violence des scènes retranscrites et des supplices infligés aux damnés, mais impressionnée par cette quasi-ressemblance avec sa propre réalité, celle qu’elle vivait depuis toute petite.

*Réveille-toi ma fille ! Mais quelle crétine tu fais… je suis certaine que ce type me piste depuis l’aéroport, il lui a suffit de me suivre jusqu’ici pour savoir où j’habitais… mais comment m’a-t’il démasqué ? Comment savait-il qui j’étais ? Tsss, mais quelle bêtise j’ai bien pu faire pour me foutre dans un pétrin pareil !?*

Ce masque devenait dérangeant… raison de plus pour s’en faire un allié… ou pour le rendre aussi muet que sa dernière victime… Bah ! De toute façon, Hina avait envoyé sa réponse à son interlocuteur, ce n’était pas son genre de revenir sur une décision prise. Elle repassa sous ses yeux le modeste brouillon qu’elle avait tapé.

Citation :
J’accepte la proposition sous trois conditions :

-Salaire : 130.000 £ mensuel, tarif non-négociable.
-Une rencontre face à face, un lieu de votre choix (loin d’un commissariat de préférence), à visage découvert, pour une discussion sur la consistance de mon travail et les risques encourus.
-Un moyen rapide et efficace de vous contacter à n’importe quel moment et des réunions régulières.

Finalement, en y repensant à froid, Hina aurait aussi à discuter au sujet de cette « demeure sécurisée ». En plus de lui offrir un salaire, cet homme allait lui offrir un toit semble-t-il. Un employeur assez prévenant à vrai dire… mais pour quel foyer et quel loyer ?

*J’espère avoir bien fait en ne déballant pas mes valises…*

"Rejoignez-moi."

Hina se tint muette devant la fenêtre vidéo qui affichait son œil noir et anguleux. Devait-elle le rejoindre tout de suite à l’endroit où elle l’avait localisé ? Etait-ce sa réponse à son mail ?
Mais une sonnerie plaintive s’échappa des haut-parleurs du portable d’Hina, un nouveau message venait d’encombrer sa boite mail. Une réponse de son employeur. D’un rapide délié de l’index, la jeune femme fit glisser le curseur de sa souris sur le document électronique et l’ouvrit sans crainte.
Quelle information contenait-il ?

*Suspens…*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kimitsu Aku
~X6~
avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 31/03/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Chambre N°3   Mer 21 Mai - 1:32

Aku restait impassible, il était immobile, son regard droit sur l'écran, il observait le comportement de la demoiselle, elle avait l'air quelque peu surprise, un brin paniquée, inquiète peut être et c'était tout à fait compréhensible. La pauvre, elle s'était donnée tant de mal à disparaître, à couvrir ses traces, mais comment aurait il pu laisser une perle rare s'échapper ? Depuis le temps qu'il la traquait, l'observait, l'analysait, il était enfin heureux de l'avoir à porter de main. Elle semblait si proche, la saisir semblait soudainement si simple et pourtant il savait que cela allait lui demander de la patience, du calme et de l'argent. Rien de bien inquiétant dans tout cela, il avait l'habitude et il connaissait pire, bien pire…Ses pensées glissèrent sur un visage qui le fit sourire un petit moment. Son curseur glissa sur le message qu'il avait précédemment lu, il cliqua.

Aku relu le mail que la demoiselle lui avait envoyé, reprenant les termes un par un et songeant tranquillement à ce qu'il allait faire. Il en avait déjà une idée et de toute manière sa réponse était déjà envoyée mais il reconnaissait le fait que c'était plutôt raisonnable de la part d'Hina d'avoir posé de telles conditions. Le fait que la demoiselle veuille le rencontrer face à face ne le surprenait guère, il s'y était plus qu'attendu, il s'y était tenu prêt. Quel employé ne voudrait pas voir le visage de son patron avant d'accepter le travail proposé ? Pourtant elle travaillait dans l'illégal, elle devrait être habituée à ce que certains employeurs veulent garder leur identité secrète mais Aku n'y voyait que très peu d'importance. Bien sur, il allait se montrer, en chair et en os mais visage découvert….cela restait à prouver. L'art du déguisement était un art qu'il maîtrisait parfaitement, après tout n'était il pas l'un des fondateurs de la troupe Akumu ? Troupe professionnelle dans l'art du déguisement, du mensonge et de la manipulation ? Si, et il en était un membre à part entière. Les gens de talents pouvaient être énervant parfois mais si utile…Comme il était fier de lui !

Code:
Conditions acceptées.


Voila les deux mots que son email de réponse contenait. Il n'avait rien ajouté, constatant que tout le reste serait décidé lors de leur entretient, il avait déjà trouvé un lieu pour ce dernier. Un petit endroit sans intérêt particulier, un endroit qui ressemblait beaucoup à celui-ci, c'est-à-dire à une simple pièce avec aucun meuble, aucun signe particulier, sauf que là bas, il y avait deux chaises et un mur transparent à l'égal d'une fenêtre, qui divisait la salle en deux. Cela pouvait ressembler à une salle d'interrogation, d'observation ou une salle de rencontre dans une prison, et, d'une certaine manière, c'est effectivement ce qui s'y rapprochait le plus.

Aku laissa ses doigts glisser à vive allure sur le clavier, son regard parcourant les donnés qui se trouvaient sur son écran, il cliqua, et une petite lumière clignotante du apparaître sur l'écran de la pirate. Cette lumière représentait un bâtiment qui se situait écrasé entre deux grattes ciels, un lieu quasiment indétectable tellement il paraissait petit et si bien caché par les autres bâtiments qui l'entourait. Il était à l'opposé de la ville par rapport à Hina et le commissariat était relativement éloigné, ce qui répondait à la condition de la jeune fille. La petite loupiote clignota un moment avant que tout signal ne cesse.

"Venez donc prendre le thé avec moi, je vous attendrais."

La vidéo s'éteignit et Aku effaça rapidement toutes les données sur son pc avant de l'éteindre après s'être assuré qu'il n'avait rien oublié. Il avait une demi journée pour se trouver un costume convenable et se préparer à la futur rencontre. Cela signifiait qu'il avait assez de temps pour aller s'amuser avec sa nièce avant d'aller recruter une jeune hackeuse de talent et puis il aurait quelques heures de repos entre temps. Parfait, tout était parfait. Seulement, demain, à seize heure, il n'aurait pas intérêt de commettre la moindre erreur, normalement il n'y avait aucun risque et puis, rien dans cette rencontre ne toucherait à l'informatique alors, que risquait il ? Aku eut un sourire, il était temps de rentrer un peu et de réfléchir à autre chose. Dans quelle demeure allait il loger sa future employée ? Il avait bien une petite idée mais il verrait tout cela plus tard. Pour le moment, repos et peluuuuche !

La main d'Aku agrippa la petite peluche qui pendait à sa ceinture et il se mit à sautiller dans tous les sens dans la pièce avant de s'immobiliser net et de soupirer lourdement, la mâchoire serrée. Ce gamin commençait à être embêtant ces derniers temps…Apparemment il ne lui avait pas laissé assez d'occasion de s'amuser et il devait avouer que cela faisait plus d'une semaine qu'il ne s'était pas occupé de l'enfant qui était en lui. Le week end tombait vraiment bien…

*Hmm…Loupé, on est mardi…*

Aku haussa les épaules et s'en alla, il rentrait chez lui et allait s'enfermer dans sa salle de jeux. Il fallait calmer le petit avant l'entretient, question de séc…d'image.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudden-game.forumsactifs.com
Yamaru Hina

avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 16/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Chambre N°3   Dim 25 Mai - 17:46

L’ombre noir sur l’écran de l’ordinateur disparut finalement. Le masque avait coupé la connexion, laissant Hina seule dans sa petite chambre d’hôtel. Un sentiment de solitude s’imprégna doucement dans sa chair, collant à sa peau comme un liquide poisseux. Elle s’était tant plongée hors de ce petit monde fait de quatre murs que le retour à la réalité était similaire à une douche froide. Ah… les douches froides… aussi revigorantes que mordantes.
Les mains d’Hina entreprirent de reprendre la petite valse qu’elles avaient laissée de côté depuis l’irruption du mystérieux masque. Elles se mirent à danser sur les touches, glissant sur le pad de sa souris. Etait-ce un signe qui trahissait la joie qu’elle éprouvait à voir ses conditions respectées du premier coup et sans que son interlocuteur ne cherche à faire baisser ses honoraires ? Maintenant Hina était déçue, elle aurait dû demander plus.

*Tant pis, j’ai fixé un prix, je m’y tiendrai…*


Mais entre ce que l’on pouvait promettre et ce que l’on faisait, il y avait toujours un terrible écart. Et il était bien facile de rompre une promesse faite en son for intérieur et sans autre témoin que sa propre conscience… Et puis la mémoire peut vous jouer tant de tour ! Hina se mit en quête de son lecteur audio et chargea une de ses playlist favorite. Deux petites parenthèses aux couleurs de bronze encadrèrent son sourire enfantin.

Ses yeux semblables à deux soleils caressèrent ses valises qui n’avaient pas encore été ouvertes. Etrangement, Hina sentait le poids d’un regard invisible qui semblait transpercer le cuir bruni de la plus grande de ses malles. Là où elle conservait son trophée…

« -Arrête de me regarder comme ça ! » aurait voulu dire Hina, mais en faisant une rapide introspection dans ses pensées, elle se rendit compte qu’il aurait été idiot de se mettre à parler à une tête conservée dans du formol…
Mais Hina abaissa l’écran de son ordinateur –la musique continuait de tourner, laissant s’échapper les notes de Mad World à travers toute la pièce- et elle ramena ses jambes de l’autre côté du lit pour se lever et se diriger vers sa valise. Elle fit retentir le « zip » aigu de la fermeture à glissière de sa valise qui déversa sous ses yeux le flot de tissus de ses vêtements soigneusement rangés. Sans la moindre hésitation, elle plongea doucement la main entre les piles de ses habits et sentit un contact dur et froid. Hina ramena sa main sous la pile de vêtements et la souleva. Elle la déposa délicatement à sa droite, puis entreprit d’extraire la boite cylindrique en métal qui était caché sous la masse. A première vue on aurait dit une simple boite de gâteaux, mais après avoir dénoué le ruban et soulevé le couvercle, Hina en sortit un nouveau cylindre à la manière de ces poupées russes qui s’encastrent les unes dans les autres. Mais à la différence de la boite de pâtisseries étrangères, ce cylindre était enroulé dans un film noir fait de plomb, très rigide et extrêmement lourd d’ailleurs… Elle déshabilla le bocal de sa robe de plomb et put enfin contempler la face endormie de sa victime qui flottait dans le liquide verdâtre du formol : Yamaru Hina, la vraie.

Pourquoi avait-elle sentit la brûlure de son regard sur elle deux minutes plus tôt ? Les paupières mortes de ce visage décapité étaient closes ; et elle semblait dormir d’un si profond sommeil que Yurine eut des remords à l’avoir dérangé pour de telles futilités...


Mais… qu’est-ce qu’elle racontait ?!

"Si je continue comme ça, je risque de devenir folle…" lâcha-t-elle pour elle-même.

Et sans plus de précautions, Yurine rangea le bocal de sa petite Hina dans la boite de gâteaux et la replaça sous ses vêtements comme avant. Fatiguée, Hina alla se coucher. Demain serait une longue journée, il lui faudrait bien trouver un passe-temps qui la tiendrait occupé jusqu’à 16 heures à l’heure de son rendez-vous avec son futur employeur dans le quartier Minami. Un petit tour au centre-ville lui ferait du bien.
Yurine se roula en boule sur son lit sans prendre la peine de se deshabiller. Elle éteignit les lumières et laissa les doux ronronnements musicaux de son ordinateur la bercer.

"Bonne nuit Hina"

Et dans les ténèbres de son esprit, elle ne cessa de se répéter combien elle pouvait être stupide de parler à de la chair morte…


Salle Saku : Nouvelle employée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chambre N°3   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chambre N°3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Chandernagor, Françoise] La chambre
» Walt Disney World - Hôtels - Chambre 5 personnes
» ma chambre entierement relookee
» Le Capitaine Dadis Camara (Interview dans sa chambre à coucher).
» Votre chambre à vous !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sudden-Game :: Archives :: Messages supprimés-
Sauter vers: