AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Temperance Johnson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Temperance Johnson   Ven 4 Juil - 18:09

Nom : Johnson
Prénom : Temperance
Surnom : Tempy
Age et date de naissance : 18 ans , 4 mai
Sexe et sexualité : Féminin, hétérosexuelle

Famille : Son unique sœur est partie alors qu’elle n’avait que 10 ans. Sa mère est morte 2 ans après, d’un cancer. Depuis, son père l’élève seul.
Métier : En première année d’une fac de psychologie
Arme : une sarbacane, avec des fléchettes empoisonnées.

Hobbies : L’équitation
Aime : Chanter, faire du théâtre, lire, marcher dans la forêt, prendre un bain de soleil, la liqueur de litchis, rire de rien.
Déteste : être malade, la mode, le froid, le latin.
Compagnon : un rat noir et blanc

Sa plus grande phobie :Mourir
Son plus grand désir :trouver un homme
Son point faible :elle est très influençable, malgré ce qu’elle en dit
Son point fort :elle est patiente et discrète


Physique : D’une apparence plutôt quelconque, elle passe inaperçue. De taille moyenne, elle ne dépasse pas les 1m65. Elle est de corpulence normale. Sa peau est claire, ce qui contraste avec ses cheveux bruns foncés. Ceux-ci descendent jusqu’à sa taille, en ondulant avec légèreté. Son visage, ovale, est grave. Ses joues sont peu rebondies et ses pommettes rougissent quand elle rit. Un sourire s’étire presque constamment sur son visage, bien que ses yeux bleus semblent vides. Sa garde-robe est plutôt simple. Principalement composée de pantalons larges et de tee-shirt imprimés banaux, elle aime cependant à revêtir une tenue élégante (généralement une jupe et des ballerines) afin de se faire remarquer. Nombreux sont les gens lui affirmant qu’elle est jolie mais celle-ci n’en croit pas un mot
Mental : La mort de sa mère relativement peu de temps après le départ de sa sœur ont enraciné en elle une grande angoisse de la mort. Ces deux disparitions nourrissent sa crainte de tout perdre, notamment son père. La seule présence de son père durant la fin de son adolescence a causé un manque de repères stables qui la rende influençable. Bien qu’elle en soit consciente, elle est régulièrement manipulée, ce qui pour conséquent une légère paranoïa. C’est une des raisons pour lesquelles elle ne se confie pas beaucoup à ses proches. Elle est au contraire douée d’une grande capacité d’écoute, qu’elle met au service de ses amies. Elle n’arrive cependant pas à en faire de même car elle a tendance à s’estimer moins importante et intéressante. Elle garde donc tout pour elle. Mais face à une émotion trop importante, tout ce qu’elle a emmagasiné sort de manière brutale, par une forte crise de larmes et de colère, qu’elle n’a pas la capacité de contrôler, suivi d’un moment de calme apparent pouvant cacher des intentions plus violentes. Elle peut à ce moment s’en retrouver totalement différente, elle qui, normalement, est d’une nature discrète. Et c’est pendant ces crises qu’elle se sent presque le mieux car à ce moment-là, elle se sait regardée.
Autres :elle garde toujours sur elle un étrange porte-clé, constitué d’un phoque en pâte à modeler durcie rouge

Histoire : Tout en marchant vers une destination encore inconnue, en suivant le seul chemin qui se présente à elle, elle se repasse le film de sa vie. Enfin, le film de son enfance. Car du haut de ses 18 ans, elle ne prétend pas avoir tout vécu.
Sa petite enfance fut paisible, calme, heureuse. Elle se souvient encore de ce moment où elle était entourée de sa sœur, de son père et de sa mère. Les échos de leurs rires retentissaient encore dans sa tête. Puis, l’adolescence venant, ce n’étaient plus les rires qui la marquaient le plus mais les cris. Chaque jour un peu plus, un fossé séparait sa sœur de ses parents. La vie ne tournait plus qu’autour des bêtises de sa sœur. Chaque jour elle écoutait sa mère se plaindre de cet « échec » et chaque jour elle observait les changements d’humeur de sa sœur. Et petit à petit elle la voyait s’éloigner. Jusqu’au jour où elle partit. Cette sœur qu’elle avait tant idolâtrée, la voila qui l’abandonnait. Cet évènement douloureux fut accompagné par l’annonce d’un cancer chez sa mère, cancer incurable et à un stade déjà avancé. Désormais la vie ne tournait plus qu’autour d’elle-même.

Une sensation de gravité étrange réveillât brusquement Temperance de ses pensées et lui permit de se rendre compte qu’elle se rapprochait bien trop vite, à son goût, du sol. Etalée de tout son long sur les graviers et la terre, elle compris qu’une pierre avait décidé de s’interposer sur le chemin de son pied. Elle maudit cette fichue pierre et son fichu pied qui n’était même pas capable de détecter une pierre. Tout en se relevant, elle sentit le vent la piquer de manière plus intense au niveau du genou. « Manquait plus que ça !un trou dans mon pantalon ! » Décidément cette journée commençait mal ! Vérifiant que personne n’avait pu se délecter de cette magnifique gamelle digne des plus grands bêtisiers, elle reprit son chemin, ainsi que le cours de sa pensée.

Le départ de sa sœur et l’annonce du cancer provoquèrent un changement des relations au sein de la maisonnée. Elle était devenue l’espoir de la famille et il fallait satisfaire le besoin de fierté de celle-ci. Temperance ne fut pas toujours à la hauteur des espoirs. Pas souvent même. Puis survint la mort de sa mère. Cela anéantît son père, avec qui les relations s’étaient tendues. Il lui reprochait beaucoup, et elle lui reprochait beaucoup. « Tu deviendras comme ta sœur » était l’expression la plus utilisée par son père vers la fin. Mais pour Temperance, cela ne voulait rien dire : elle ne connaissait rien de sa sœur, que des rumeurs. Aucun souvenir, juste une longue étreinte dans ses bras la veille de son départ. Et un phoque en pâte rouge, qu’elle avait pris pour habitude de garder sur elle. Peut être pour continuer à croire en la présence de sa sœur. C’est son absence qui poussait Temperance à se trouver maintenant sur un chemin inconnu, vers une destination inconnue. « Et avec un trou dans le pantalon » ronchonna-t-elle. Avec son seul sac, son porte-clé étrange et pour seul indication un nom de ville, elle se lancait à la recherche de sa sœur. Elle allait se perdre dans cette ville pour mieux se retrouver.

Elle releva la tête, incitée par une douleur à la nuque proche du torticolis. Au loin, elle apercevait les premières constructions de la ville.

Comment avez vous connu le forum :par Bridgess Jonhson
Vos disponibilités :une fois par semaine
Votre email : L'adresse a été prise.

FICHE VALIDEE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Temperance Johnson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sudden-Game :: Hors Jeu :: Passports-
Sauter vers: