AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Jeu 21 Aoû - 16:41

Elle avait tenu bon jusqu’à maintenant, sans grande difficulté, mais là elle sentait qu’elle était sur le point de craquer : les larmes commençaient à lui monter aux yeux. Elle préféra détourner le regard pour tenter de se calmer.

*JE NE VEUX PAS REDEVENIR UNE FONTAINE ! *

Respirant profondément, elle redirigea son attention sur Gareth et sa proposition. Appuyé sur l’évier, il semblait attendre une réponse. En fait, c’était même une certitude.

«Si tu veux, comme je n’ai rien à faire aujourd’hui, je peux toujours te servir de guide dans cette ville et puis il est plus simple de trouver un endroit où loger si on est deux à chercher, non ? ». Voila ce qui l'avait tant troublée.

Accusant la surprise résultant de cette phrase à laquelle elle ne s’attendait pas, elle se mit à y réfléchir plus sérieusement. Mais pour ca, elle préféra regarder ses mains, car le sourire du jeune homme, qui ne semblait ne plus le quitter, et le jeune homme lui même, la perturbaient. Comment se concentrer quand un type en caleçon plutôt bien foutu vous lance un sourire à en tomber ?

Jouant avec ses mains, elle put enfin avoir des réflexions sensées. A première vue, elle était tentée d’accepter cette aide. Après tout, il n’avait pas tort, il pourrait lui être utile dans sa quête première, un hôtel. Et puis cette journée serait toujours plus agréable à passer avec quelqu’un que toute seule. Mais cette présence allait aussi représenter un poids : tous ses projets de recherche de théâtres ou de centres équestres tombaient à l’eau. Elle ne se voyait pas lui expliquer qu’elle cherchait des centres de distraction alors qu’elle ne savait toujours pas où elle passerait sa prochaine nuit. D’un autre côté, refuser cette proposition était des plus déplacées. Cela serait plus que douteux…

*RRRaaaaaa qu’ils sont énervants ces gens trop attentionnés !! *

Elle regretta immédiatement ce qu’elle venait de penser. Ce n’était pas vrai. Elle était même heureuse que le jeune tatoueur veuille l’accompagner. C’était la première fois qu’un homme était resté aussi longtemps en sa présence et en redemande!

*un peu maso sur les bords…? * rigola-t-elle en son fort intérieur.

Cela la contrariait un peu mais elle était obligée d’accepter. Elle avait un peu l’impression d’être prise en piège, tout en ne faisant rien pour s’en défaire. Cependant, le remord la fit oublier cette dernière impression. Il l’avait tant aidé que la jeune fille ne voulait pas se montrer si peu reconnaissante.

Ayant résolu de manière provisoire le problème, elle s’étendit sur sa chaise, faisant craquer au passage les articulations que représentaient ses épaules, évacuant en même temps le malaise qui commençait à reprendre le dessus. Elle profita que ses bras soient en l’air pour détacher ses cheveux qui retombèrent légèrement sur ses épaules. Elle se leva, rangea sa chaise et prit son verre ainsi que sa cuillère. Elle se dirigea vers l’évier pour aller laver ce qu’elle avait utilisé et s'attacha à bien les rincer. Ceci terminé, elle chercha le regard de Gareth, et lui sourit.

« Marché conclu » glissa Temperance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Dim 24 Aoû - 0:03

« Marché conclu »

Gareth se contenta d’hocher de la tête en signe d’assentiment sans dire un mot. Il se contenta de soutenir le regard que lui avait adressé sa jeune invité. Puis sentant un frais courant d’air passer, il laissa échapper un frisson. Non pas qu’il faisait frisquet, mais surtout qu’il se sentait de plus en plus mal à l’aise à force de se balader avec un simple caleçon sur le dos.

Il montra du doigt le couloir d’où il était sorti plus tôt.

-Je prend une douche rapide et j’enfile quelque chose de plus habillé, lança Gareth tout de go, après on se lancera à la chasse à l’appart.

Lorsqu’il eut l’approbation silencieuse de Temperance, Gareth se dirigea immédiatement vers sa chambre sans oser se retourner. Lorsqu’il referma la porte derrière lui, son corps sembla vaciller et son épaule s’appuya lourdement contre le mur. C’était comme si un lourd fardeau avait soudainement décidé de s’abattre sur lui.

*Un pantaloooooon…. Viiiite !*

Maintenant loin des regards indiscrets, Gareth pouvait enfin laisser échapper la bouffée de stress qui lui avait étreint les entrailles pendant le court quart d’heure qu’il avait mis à parler avec la jeune étudiante EN CALEÇON ! Il avait réussi à garder sa contenance devant elle, mais un fois seul dans sa chambre il pouvait enfin évacuer cette horrible sensation de honte en laissant son visage se décomposer en une litanie de grimaces silencieuses.

C’est alors que ses jambes cessèrent de flageoler pour mieux le lâcher. Il tomba en avant, plantant ses ongles dans le mur pour se rattraper, mais ce fut tout un pan de papier peint qu’il emporta dans sa chute.

Maintenant couronné d’une bosse naissante, Gareth attrapa des affaires propres dans son armoire et entra dans la salle de bain avec la ferme attention de ne pas y rester trop longtemps pour une fois. Sa bosse, combiné aux effets de l’eau chaude qui coulait du pommeau de douche et de la quantité de café qu’il avait ingurgité avaient fini par le réveiller et lui remettre enfin les idées en place. Il s’étonna même de constater comment il se sentait bien malgré la sourde douleur qui lui transperçait le crâne. Une sorte de renaissance comme il s’amusait à le penser.

Une fois suffisamment propre, il s’extirpa de sous la douche et passa ses affaires après s’être convenablement séché. Il ressortit de la pièce d’eau dans un tourbillon de vapeur, une serviette toujours sur son crâne et une main vigoureuse en train de sécher ses tifs encore humides. Il était vêtu de son habituel complet jean-tee shirt-chemise, ni trop sérieux, ni trop débraillé, un subtil équilibre entre les deux.

-Je ne t’ai pas trop fait attendre j’espère ? lança le tatoueur avec entrain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Lun 25 Aoû - 19:17

Temperance se rassit en tailleur sur le canapé, après avoir été cherché son sac. L’espace d’un instant, elle se crut à l’origine du bruit sourd qui venait de se faire entendre, mais ne s’étant pas laissé tombé comme une brute, elle se contenta de se mettre à l’aise.

Pendant que le jeune homme se préparait, elle se décida à mettre à jour son « carnet de recherches » comme elle l’appelait. Elle avait en effet pensé qu’il valait mieux rendre par écrit tout ce qu’elle apprenait pour mieux pouvoir y réfléchir plus tard. Elle rangea donc ses feuilles de cours dans son sac pour en sortir un petit carnet noir à spirales. Ecoutant distraitement le bruit de la douche, elle ouvrit le petit livret à la couverture brillante et avec un stylo qu’elle avait glissé dans les spirales, inscrivit ces premiers mots sur la page blanche qui lui faisait mal aux yeux: « Bilan des Recherches ». Etant dans l’incapacité totale de le faire la veille, elle se devait maintenant de rendre compte de son premier jour d’investigations. Elle nota le peu de choses qu’elle avait alors appris, qui se résumait à la présence d’un tatoueur et d’un cinéma dans la ville. Elle inscrivait ensuite les premiers éléments de cette 2ème journée, à commencer par son impossibilité de vraies recherches par la présence de Gareth.

Tout en transcrivant ses pensées, elle jouait, absente, avec son porte-clé, alors dans sa poche gauche.

« Je ne t’ai pas trop fait attendre j’espère ? »

Une bouffée de chaleur l’envahit d’un coup d’un seul.

*Non…t’as même été trop rapide * pensa-t-elle avec un drôle de sentiment qu’elle pensa être de l’amertume.

Tout en contrôlant son sursaut, la jeune fille ferma aussi discrètement et rapidement que possible le carnet et se releva.

« Non ne t’inquiètes pas, je réglais quelques trucs ! »répondit-elle au jeune homme avec un petit sourire.

Elle se baissa légèrement pour attraper son sac et y fourra son carnet.

« Je vais juste chercher quelque chose et je suis prête ! » lança la jeune fille tout en se dirigeant à grands pas vers sa chambre.

Prenant soin de refermer la porte, elle vérifia une dernière fois qu’elle n’avait rien oublié dans la pièce, ne sachant pas si elle reviendrait jamais ici. Le soleil avait chauffé la pièce, la lumière se reflétant toujours sur le papier peint et les rideaux, invitant à se laisser porter par une douce torpeur. L’espace d’un instant, elle voulut s’allonger de nouveau sur le lit, et fermer les yeux, et elle crut même qu’elle allait le faire. Mais quelque chose en elle l’en empêcha. Elle resta plantée au milieu de la pièce quelques secondes, histoire de se reprendre, puis se remotiva.

Attrapant au passage son rat, qui dormait toujours aussi profondément et qui était la seule chose qu'elle avait oublié, elle ressortit tout aussi précipitamment pour se retrouver de nouveau en face du tatoueur aux cheveux blancs. Elle jeta alors un dernier rapide regard sur la pièce, s’arrêtant spécialement sur le canapé, vérifiant là encore n’avoir rien oublié et put enfin se déclarer prête.

« C’est parti » tenta-t-elle de dire sur un ton joyeux, mais qui ne lui parut pas crédible.

Sur ce, elle entreprit de descendre l’escalier, faisant doucement grincer les marches, pour se retrouver une nouvelle et dernière fois, supposa-t-elle, dans cette salle où se côtoyaient aiguilles, encres, et tableaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Mer 27 Aoû - 22:59

Une fois au rez-de-chaussée, Gareth fit le tour de sa boutique. Il vérifia que la porte de la réserve puis la ferma à clef. Il fit de même avec la porte qui menait à son appartement au-dessus puis laissa son regard se perdre sur les bouteilles d’encre posées sur les étagères. Avec un tic maniaque, il les fit glisser de quelques millimètres avant de s’estimer heureux de la distance qui séparait chaque récipient.
Puis il rejoignit Temperance qui l’attendait à la porte. Il retourna la pancarte en carton accrochée derrière la vitre sur « Fermé » puis s’engagea dans la ruelle. Le carillon résonna derrière le tatoueur qui verrouilla précautionneusement les trois verrous décorant le battant.

*Bon, j’espère que cette fois-ci la porte restera fermée…*

Gareth se tourna finalement vers la jeune fille.

-Je crois qu’on peut y aller.

Gareth allait remonter la rue lorsqu’un sifflement fendit l’air et s’abattit sur l’épaule du jeune tatoueur sous la forme d’un boulet de canon orange. Gareth chancela sous le choc, mais les griffes de l’animal se plantèrent dans la chemise de Gareth comme de petits grappins, puis la forme élancée de Koro se hissa jusqu’à l’autre épaule du jeune homme pour finalement sauter avec souplesse sur le sol pavé.
Ce fichu animal s’était bien fait attendre. Et Gareth qui avait espéré ne pas avoir à trainer ce patachon toute la journée sur sa tête…

*Bon, pour une fois j’ai laissé mon chapeau là-haut, pas d’excuse pour ce monstre…*

Et comme les mauv… bonnes choses ne venaient jamais seules, une ombre de feutre glissa sur les courants d’air comme une feuille morte avant de rouler sur les pavés devant Gareth…


*Celui qui a dit que tout ce qui tombait du ciel était béni ne devait pas avoir un chat fourbe…*

Gareth alla récupérer son couvre-chef et l’épousseta d’un revers de main. Il se retourna avec la ferme intention de ne pas se laisser avoir une nouvelle fois et faire le porteur pour ce pacha de chat. Mais lorsqu’il vit son compagnon glisser entre les chevilles de Temperance avec moult caresses.

Un sourcil suspicieux dansa sur l’arcade sourcilière du tatoueur. Un Koro tout calin était un Koro dont il fallait être méfiant… Il le savait d’expérience, et puis la solution était efficace et expéditive… Par contre, le frein de sa morale prit le dessus sur Gareth.

*Le kicker devant elle serait peu judicieux… et puis la SPA m’a d’un mauvais œil en ce moment…*

Il se contenta de garder un visage souriant… bien que les ronronnements hypocrites de l’animal se faisaient plus plaintifs à chaque seconde qui se déroulait. Etrangement, une lointaine voix couinait dans un coin de l’esprit de Gareth, lui conseillant de mettre à exécution son fameux remède.

-Allez, en route princesse, la chasse au logement n’attend pas !

Et sans se retourner, il prit la tête de leur expédition. Jeter un coup d'oeil derrière lui n'aurait fait que le tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Ven 29 Aoû - 23:11

Silencieusement, elle marchait dans les pas de Gareth. Tantôt elle regardait le sol, tantôt elle levait la tête au ciel.

C’était dans son habitude de regarder ses pieds quand elle marchait. De un parce qu’elle préférait savoir où elle mettait les pieds, et de deux parce qu’elle ne se sentait pas de taille à supporter le regard des autres passants. C’était un moyen pour se faire discrète.

Mais par une si belle journée, elle ne pouvait se résoudre à ne pas en profiter. Alors contractant simultanément un certain nombre de muscles, elle se forçait à lever la tête et le regard. Et à ce moment là, elle pouvait admirer le bleu du ciel, parsemé de trainés de nuages, semblables à des fils de coton. Et à ce moment là, elle respirait à pleins poumons un air qu’elle trouvait délicieux, si léger et si frais. Tout en essayant de donner un nom à la forme d’un nuage, tel une enfant, un pavé la rappelait à la dure réalité, en la faisant trébuchée.

Et elle recommençait alors à fixer son regard sur le bout de ses ballerines.

Tout en pensant à mettre un pied devant l’autre, elle observait la boule fauve si terrible qui slalomait actuellement entre ses jambes. Bien que ce petit chaton ronronnait tout en la suivant, elle n’aimait pas ça. Il avait déjà été cause de bien assez de frayeur, et elle ne lui faisait pas confiance. Elle décida de ne pas se focaliser sur la bête et, relevant les yeux, s’aperçut de son petit retard sur son guide pour la journée. Temperance accéléra donc le pas, sans pour autant manquer une miette de la petite ruelle. Le souvenir qu’elle s’en était fait n’était pas si erroné, la ruelle ne lui inspirant toujours pas une grande confiance, cependant, elle lui trouvait quelques charmes, notamment les pavés, si cruels envers elle.

La jeune fille n’aimait pas non plus le silence qui s’était instauré entre eux. Il était trop souvent là ces derniers temps à son goût. Mais elle n’arrivait pas à le rompre. Et ne le voulait pas peut être. Elle avait en effet toujours cette impression que le jeune homme s’était immiscé dans sa vie privée sans qu’elle puisse l’en empêcher. Elle avait beau essayer de passer outre cette sensation, une légère frustration s’était ancrée dans son esprit. Malmenée par sa profonde reconnaissance, certes, mais présente. Pour se rattraper, elle voulait mettre fin à ce silence. Il ne lui manquer plus qu’un sujet de discussion.

Alors, se jetant à l’eau, elle commença à raconter quelques anecdotes que lui rappelait cette rue, en prenant soin d’omettre celles qui lui seraient trop compromettantes.

« C’est comme une fois, quand j’avais 8 ans, je me suis perdue et… » débitait-elle entre autre avec entrain, faisant de grands gestes, et accompagnant le tout de diverses mimiques. Gareth eut ainsi droit aux nombreux moments de solitude de la jeune fille pendant son enfance, moments de solitudes que les parents aiment à raviver lors de grandes réunions de famille.

Puis, quand la source se tarît, c’est à dire, quand elle ne trouva pas de souvenirs dignes d’être racontés, elle se tut, gênée.

Ils n’avaient pas cessé de marcher. Et bien qu’elle se doutait que le jeune homme savait ce qu’il faisait, elle se posait beaucoup de questions. Elle profita de la présence de l’une d’entre elles pour relancer la conversation, qui n’était alors jusqu’à présent qu’un monologue.

"Alors, t’as une idée de où chercher cet appart ? "

*..Quelle originalité ma vieille…*

Sa mèche lui coupa soudain la vue de l’œil droite. Renonçant à la dompter, elle se contenta de tirer sur son tee-shirt pour dissiper son malaise. Baissant, le regard, elle croisa celui du chat.

*Pfffffff toujours là celui-là…* pensa-t-elle, tandis que cette vision ne dissipait guère son malaise, bien au contraire. Elle se pressa de détourner le regard, pour le fixer loin devant elle.

Et c’est avec un aussi étrange que soudain sentiment de sérénité que la jeune fille leva les yeux au ciel, décidée à profiter de cette journée. Elle respira un grand coup, une légère brise soulevant délicatement ses cheveux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Mar 2 Sep - 23:32

A marcher ainsi dans les rues, Gareth donnait l’impression de connaître les moindres recoins de ce dédale urbain. Pour avoir traversé de long en large sa ville natale, il avait réussi à en dresser une petite carte mentale plus ou moins fidèle (il arrivait quand même à se perdre malgré tout ; et il se félicitait de ne pas s’être perdu pour le moment).

*Tiens ? Je savais pas que cette rue donnait sur une impasse…*

Enfin bon, il lui arrivait de temps en temps que sa carte soit faussée par un sens de l’orientation quasi-inexistant et un repérage visuel assez pitoyable. Mais jamais il ne s’était perdu trop longtemps… juste quelques heures… à un ou deux jours près… enfin…

"Alors, t’as une idée de où chercher cet appart ? "

Le jeune tatoueur pivota sur ses hanches et jeta un regard vers sa jeune amie qui trottinait derrière lui. Koro s’empêtrait dans ses jambes avec un tel entrain que marcher avec lui relevait du casse-pipe. Gareth était admiratif de voir que Temperance tenait toujours debout sur ses deux jambes malgré la présence du chat enroulé à ses pieds.

-Eh bien pour tout dire, je ne connais qu’un endroit où chercher.

Sans plus d’explication, il tourna l’angle de la rue. Deux rues plus loin, il se souvenait encore de l’allure coquette de la batisse. Huit ans auparavant, lui et son paternel y avaient envoyé une bande d’amis qui étaient descendu en ville pour assister à la convention des tatoueurs de la région. Et ils n’avaient pas été déçu de leur nuit. Pas cher et très correct, que rêver de mieux?

-On tourne à droite et…

Gareth se figea presque instantanément lorsque ses yeux rencontrèrent la face noircie par les années de l’établissement sur lequel il était tombé. Pendant un instant, il crut qu’il s’était trompé de chemin. Mais lorsqu’il vérifia l’adresse, il ne put que tirer une grimace. Ça avait tant changé depuis la dernière fois… le respectable petit hôtel était devenu une sorte de planque crasseuse digne d’être le repère de quelques dealers…

*Ça faisait plus respectable dans mes souvenirs… le temps a pas été très clément… m’étonnerait pas qu’elle soit hantée…*

Un subtil frisson grimpa le long de sa colonne vertébrale en plantant ses griffes acérées sous sa peau comme si…

-KORO !!

D’une main ferme, Gareth plongea la main dans la fourrure du petit animal et le délogea de ses omoplates avant de le reposer avec fermeté sur le pavé.
Il se tourna finalement vers la jeune fille et lui présenta l’hôtel.

-Il paye pas de mine, mais il est très confortable.

*Enfin… il y a huit ans peut-être…*

Gareth commençait à prier pour que cet hôtel soit resté aussi respectable que dans ses souvenirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Mar 16 Sep - 21:23

Bien qu’elle sache que ce qu’elle trouverait n’aurait rien avoir avec la maison familiale, la vue de la façade malmenée par le temps lui pinça le cœur. Temperance prenait davantage encore conscience de la folie de son projet. Mais il était maintenant trop tard pour reculer. En l’occurrence, elle ne pouvait se permettre de faire la fine bouche. Gareth lui avait certifié qu’il était confortable, alors elle le croyait. En tout cas, elle voulait le croire. Pour s’en convaincre davantage, elle s’avança, d’une démarche qu’elle voulait sûre, jusqu’à l’entrée du bâtiment, tout en se retournant vers le jeune homme. Elle lui fit un sourire, comme pour le remercier et pour lui dire qu’elle allait se renseigner. Elle ne savait pas si son sourire réussissait à communiquer autant de choses, mais l’intention y était.

Poussant délicatement la porte, scrutant le moindre signe d’activité, et écoutant pour la deuxième fois en deux jours le doux son de clochettes, elle s’approcha lentement de ce qui servait d’accueil. C’était un comptoir en bois, qui semblait dater, mais qui en imposeait. Elle y aperçut un présentoir servant de support à une feuille plastifiée, qu’elle supposa renseigner sur les tarifs. Elle tendit donc le bras en sa direction. Elle n’était pas loin de l’attraper quand une voix grave l’interrompit.

« Puis-je vous aider, mademoiselle ? »

Elle releva la tête et croisa le regard de celui qui devait être le gérant de l’hôtel. La cinquantaine d’après ses cheveux poivres et blancs, le visage un peu fermé, mais étrangement rassurant, il observait la jeune fille.

« Euh oui, je voudrais savoir si il reste des chambres, et à quel prix…» expliqua-t-elle doucement, toujours aussi intimidée quand il s’agissait de parler à des inconnus.

Ce que lui proposait l’hôtelier lui semblait honnête. Les prix étaient dans ses moyens, tant que celle-ci ne prenait pas racine dans cet hôtel, ou qu’elle trouvait un travail pour réalimenter ses réserves. N’ayant de toute manière pas le choix, elle demanda donc à pouvoir occuper l’une des ces chambres pendant minimum une semaine. L’hôtelier, attrapant un trousseau de clés bien garni, il l’invita à le suivre.

Elle savait qu’à partir de maintenant, elle ne pourrait compter que sur elle-même. Elle ne reverrait surement plus Gareth, ou alors ce ne serait que le fruit du hasard. Cela lui provoquait un petit pincement au cœur, mais elle devait aller le remercier et lui dire au revoir.

Elle fit donc signe au gérant de l’hôtel de bien vouloir l’attendre quelques instants, et fit quelques pas en direction du jeune homme aux cheveux blancs pour le rejoindre. Mais elle s’arrêta net quand elle aperçût du coin de l’œil comme une flamme se faufiler. En fixant plus précisément son regard sur l’origine de ce phénomène, elle croisa le regard perçant de Koro.

*Il ne me manquera pas celui-la… *

Dans son estomac commençait à se former une boule. Elle avait un mauvais pressentiment, mais lequel ? Secouant fermement la tête avec l’espoir que cela pourrait effacer ce sentiment, elle repris sa marche. Enfin… Elle put faire un pas, avant d’être contrainte de s’arrêter.

Koro n’était plus en train de l’observer sournoisement.

Non.

Il était maintenant fermement agrippé au jean de Temperance, toutes griffes dehors pour un meilleur maintien. Sous l’effet de la surprise, la jeune fille resta quelques instants muette, ébahie, les yeux grands ouverts fixant le terrible fauve. Puis, un déclic ayant comme eu lieu, elle respira à pleins poumons avant de partager au monde la légère gêne qu’elle ressentait au niveau de sa jambe *OUUUUAIIIIILLLEEEEEEEEEUUUUU *, se traduisant par un cri aigu qu’elle réussi par la force du saint esprit à contenir un minimum. Et pendant qu’elle faisait ses vocalises, le chat continuait son ascension.

Comprenant qu’utilisait ses cordes vocales n’arrangeaient en rien la situation, elle entreprit tout d’abord d’arrêter de gémir, puis, voire même, en même temps de chercher une méthode pour mettre fin à ce calvaire. Car il était clair maintenant que Koro était à la recherche du rat, qui se trouvait dans le sac, et se trouvant encore au niveau de la cuisse, il lui restait un petit bout de chemin.

Temperance se résolut donc à sacrifier ses mains et s’attela à détacher la bestiole de son pantalon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Mar 23 Sep - 21:29

Suivant de près sa jeune amie, Gareth entra à son tour dans la sombre demeure sans pouvoir réfréner le frisson qui lui courait sur l’échine. Si le jeune tatoueur avait jugé la façade assez lugubre, l’intérieur semblait un peu plus rassurant, “un peu plus“. Les tentures semblaient assez âgées, les rideaux laissaient filtrer une lumière jaune qui rendait l’atmosphère plutôt… inquiétante. Ce qui rendait Gareth anxieux. [Oui, le jeune homme n’était pas un grand passionné des trains fantômes et encore moins des maisons hantées. Les sueurs froides ? Très peu pour lui.]

Mais dans son étrange psychisme, Gareth n’était pas le moins du monde effrayé. Dès son entrée, son regard avait accroché un tableau qui pendait au mur, en face du comptoir vers lequel Temperance s’était dirigée.
Laissant de côté la discussion entre le gérant et l’étudiante, Gareth s’émerveilla des entrelacs d’arabesques de peinture rouges et bleues qui couraient sur la toile tendue. Même s’il n’avait aucun goût pour l’art moderne, le jeune homme à la blanche toison ne se lassait pas de regarder ce tableau. Ces longs filets de peinture qui dansaient dans un chaos total lui procuraient un incroyable sentiment de sérénité.

Il baissa la tête et chercha la signature de l’auteur, mais ne la trouvant pas, il retourna légèrement le tableau, espérant secrètement y trouver la réponse. Mais alors qu’il y jetait un coup d’œil, un petit point blanc attira son attention à l’autre bout du couloir : un petit garçon de 8 ans à peine s’agrippait à l’angle du mur et le regardait fixement. Gareth se sentit mal à l’aise en soutenant le regard de ce petit gars haut comme trois pommes. C’est alors que le jeune garçon lui adressa un sourire radieux et l’invita à le rejoindre.

Gareth se redressa doucement, amusé de ce comportement, mais alors qu’il faisait un pas vers lui, le petit bonhomme avait disparu dans l’angle préférant prendre ses jambes à son cou.

*Hey ! Attends !*


Et Gareth s’était élancé à sa poursuite alors que Koro s’était jeté sur Temperance pour croquer son rat. Une fabuleuse diversion que Gareth mit à profit involontairement en poursuivant l’ombre blanche du gamin.

C’est qu’il courrait vite ce petit monstre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Dim 5 Oct - 0:08

Sifflant, il ne voulait pas s’avouer vaincu. Pourtant, à plus d’un mètre du sol, suspendu au bout du bras de Temperance qui le regardait avec haine, Koro n’avait aucune chance de reprendre l’avantage.

Sentant sa main meurtrie, elle se débarrassa d’abord du chat en le lançant dans la rue (*ça retombe sur ses pattes, c’est bien connu*) et fermant avec précaution la porte, elle put enfin porter attention à ses blessures. Rien de bien méchant. Quelques griffures qui auront vite fait de partir.

Et en parlant de partir, elle se rendit compte que quelqu’un l’avait déjà fait, à son plus grand malheur. En effet, Gareth ne se trouvait plus dans la pièce. Alors qu’elle comptait le remercier, lui dire au revoir. Elle dut avouer que son absence soudaine lui fit un pincement dans le cœur. Bien que la soirée et la matinée ne fut pas des plus facile, sa présence avait tout compte fait était agréable voire bienfaisante. Et voilà qu’il la laissait, sans un au revoir. Elle vérifia de nouveau qu’il ne s’était pas caché derrière un rideau, pour n'importe quelle foutue raison, ou derrière un canapé. Elle était de même sure qu’il n’était pas dans la rue, elle l’aurait aperçue en se débarrassant de son foutu chat.

Se retournant vers le comptoir, elle se dit que l’hôtelier avait du repartir à de quelconques activités administratives, en attendant un signe de sa part puisqu’il ne s’y trouvait plus. Elle s’apprêta à le rappeler quand elle se retint. Elle aurait vraiment voulu revoir une dernière fois Gareth. Pour faire son deuil en quelque sorte. Mais elle ne savait pas si elle devait ou pouvait le suivre. Peut être était-ce volontaire de sa part, peut être qu’il ne voulait plus la voir. Peut être devait-elle simplement suivre l’hôtelier jusqu’à sa chambre, et se laisser tomber sur le lit dans l’espoir de s’endormir jusqu’au lendemain. Et quand bien même elle le rechercherait, elle ne savait pas où est-ce qu’il pouvait être. Bien que le couloir lui semble la seule issue possible.

Quand son regard s'accrocha sur le tableau en face du comptoir, une vague de rage déferla en elle. Ce tableau, qui avait été l'objet de l'attention du jeune homme, ce tableau la narguait, l'air de dire "il s'est intéressé à moi, au moins". Bien qu'elle sache pertinemment qu'un tableau ne disait rien, et même qu'un tableau ne narguait pas les gens, elle avait décidé qu'elle n'appréciait quère ce tableau des plus insolents. Pour tenter d'étouffer cette terrible sensation, elle se força à décrocher son regard de cette oeuvre et à le ballader dans le reste de la pièce.

En proie à divers sentiments partagés, le doute prenant petit à petit le dessus sur le reste, elle resta plantée au milieu du hall, attendant un signe quelconque du ciel, du chat (* a nan, pas le chat*), des tentures, même, mais un signe pouvant lui donner matière à réflexion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Mar 7 Oct - 23:53

*Braaaaaaa…… Reviens……*

Presque vautré sur les marches de l’escalier, Gareth tentait désespérément de rattraper ce môme depuis trois bonnes minutes. L’enfant l’avait fait courir à travers les étages, empruntant les couloirs et les escaliers si vite que le jeune tatoueur arrivait à peine à garder la distance qui les séparait sans jamais réussir à la diminuer.
Mais Gareth était hanté par cette silhouette blanche qui courrait devant lui, figure enfantine qui le harcelait de son rire cristallin. Il aurait pu cesser sa traque inutile. Cette course-poursuite était la chose la plus puérile que Gareth ait faite de toute sa vie (et pas la dernière XP), mais il ne pouvait pas se résoudre à abandonner la partie. Un sourire s’étira sur ses lèvres, faisant danser une goutte de sueur qui perlait sur sa joue.

-Sale gosse … soupira Gareth.

Il s’adossa contre le mur, plus exténué que jamais. Du coin de l’œil, il aperçut l’apparition blanche de l’enfant qui pénétrait dans la pièce au bout du couloir. Une chambre…
Il était coincé ! Il n’avait plus aucune possibilité de s’enfuir !
Mouahaha !

Aussi furtif qu’une ombre, le jeune homme aux cheveux blancs glissa le long du mur jusqu’à la porte entrouverte. L’embrasure laissait la lumière blafarde filtrer entre les panneaux de bois, laissant traîner son ombre lumineuse sur le parquet. Le tatoueur posa sa paume sur le battant et le poussa brutalement, ouvrant la porte à la volée.
Gareth pénétra en trombe dans la pièce et balaya du regard le contenu de la chambre. L’atmosphère était lourde, les teintures devant les fenêtres laissaient à peine passer la lumière, une lumière blafarde et pesante. Les meubles étaient couverts de lourds drapés blancs, les faisant ressembler à une horde de fantômes errants dans ce minuscule réduit.
Mais on avait beau regarder, il n’y avait pas âme qui vive.

*Il n’a quand même pas disparu…*

De l’autre côté de la pièce, une autre porte était entrebâillée sur un nouveau couloir, là par où l’enfant avait réussi à s’échapper. C’est ce que Gareth imaginait. Il poussa un soupir, fatigué de cette traque et s’assit au creux du voile blanc qui recouvrait le fauteuil.

-Kyaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !!!

Le tatoueur se jeta en avant, autant apeuré par le hurlement strident que par le fauteuil qui s’était soulevé sous lui. Gareth se ramassa sur ses coudes et tourna la tête avant de voir l’immense drap blanc quitter le fauteuil et se précipiter sur lui. Mais le jeune homme ne bougea pas d’un pouce, trop effrayé par les ombres et les plis du drap qui dessinaient les traits d’un visage déformé.

O______O


Un soulier s’écrasa sur son visage. Sa vision se brouilla pendant une seconde, le temps que l’apparition s’échappe par la porte d’où Gareth était apparu. Le cri de terreur continua de résonner longtemps après que le drap fou soit sorti en écrasant le jeune homme sur son passage.
Le tatoueur resta là, sur le plancher, dans un état plus que cadavérique, le teint pâle et les yeux fixant le plafond, la bouche légèrement entrouverte de stupéfaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Mar 14 Oct - 13:37

« Kyaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !!! »

Temperance n’eut soudain plus le contrôle d’aucun muscle de son corps. Le cri strident qui venait de retentir dans les couloirs et le hall provoqua l’abandon du navire de la part de toutes ses forces, et elle se retrouva alors assise par terre, la bouche grande ouverte, les bras tremblants.

*Pour un signe, ça c’est du signe *

Quand elle demandait au ciel un signe, elle s’attendait plutôt à un vague mouvement de la tenture, ou un faible courant d’air. Pas à un hurlement suraigu à la faire littéralement tomber par terre. Mais il avait au moins le mérite d’être clair : elle allait se lancer à la recherche de Gareth. Bien qu’elle ait du mal à assimiler cette voix à celle de Gareth, elle ne pouvait pas croire à une coïncidence. Le fait qu’il est si soudainement disparu sans raison avait forcément un lien avec ce qu’elle venait d’entendre. C’est du moins ce qu’elle voulait croire. Elle était décidée à découvrir ce qui se cachait là dessous. Du moins, elle le serait une fois qu’elle serait sur ses deux jambes. Ce qui n’était pas à priori gagné, puisque toujours assise en plein milieu du hall, ses mains ayant toujours la tremblote.

Avec précaution, elle entreprit de se redresser, et prenant appui sur un dossier de canapé, elle vérifia que ses jambes étaient de nouveau opérationnelles. Ses yeux ayant retrouvés leur hauteur habituelle, elle put enfin se concentrer sur ce couloir qui l’attendait. Essayant de reprendre de l’assurance, elle se dirigea vers le couloir, vérifiant par un regard en arrière que le gérant ne l’attendait pas. Arrivée à l’angle du mur, elle réfléchit à la direction à prendre. Le couloir qui se présentait face à elle ne lui disait rien. Il lui inspirait même un peu de crainte. Elle se résigna à prendre le couloir perpendiculaire, bien que celui-ci ne lui inspirât rien de meilleur.

S’enfonçant dans les dédales des couloirs, elle tentait vainement de se calmer. Elle n’était pas fan des films d’horreur, et bien qu’elle sache que ce n’était que le fruit de l’imagination de cinéastes, elle priait pour ne pas en devenir l’héroïne d’un de ces films, dans les quels la jeune fille en détresse se retrouve généralement à courir peu vêtue, en plein milieu de la nuit dans un coin désert. Elle progressait lentement, tentant désespérément de repérer un son, plus discret que le cri suraigu, lui indiquant une quelconque activité dans les environs. Quand des portes étaient entrouvertes, elle jetait un regard indiscret à l’intérieur des salles, espérant y apercevoir un signe de vie. Car depuis qu’elle cheminait dans les couloirs, l’endroit s’était révélé assez silencieux et désert.

Elle avait parlé un peu vite, car un grincement la fit alors sursauter bruyamment. Tout en respirant profondément pour se calmer, elle regarda autour d’elle pour en trouver l’origine. Elle était actuellement dans une salle qui devait être une chambre à en juger le lit qui y trônait en plein milieu. Tournant sur place, elle observa ce qui l’entourait, et jugea que le bruit ne pouvait venir d’ici. Il n’y avait aucune trace d’une quelconque présence ici. Toute trace serait en effet vite ressorti sur l’épaisse couche de poussière qui recouvrait toute la surface plane de la salle et de son contenu. Elle en déduit donc que le grincement qu’elle avait entendu devait provenir de l’étage au dessus.

-CRAAAAAC

Sursautant pour la deuxième fois, son hypothèse se révéla être confirmée, puisque le craquement qui venait de retentir prenait naissance dans le plafond. Se sentant soudainement oppressée par une pièce aussi renfermée et sombre, elle sortit rapidement pour respirer un peu dans le couloir. Les bruits qu’elle avait entendus n’étaient pas le fruit de son imagination, elle en était sure, bien que cela ne la réjouisse pas. Elle savait en effet qu’elle devrait monter, puisque qu’il se passait des choses à l’étage supérieur. Elle se dirigea donc vers l’escalier, au fil des couloirs, la peur au ventre, tripotant distraitement son porte-clé.

Puis elle s’arrêta. L’escalier se dressait, majestueux, devant elle. Elle mit fermement la main sur la rampe, pour ne pas avoir d’autre choix que d’avancer, et posa doucement son pied sur la première marche. Fermant les yeux, elle souffla brusquement, et entreprit l’ascension, qui lui paraissait sans fin. Tout ce qu’elle voyait au bout de cet escalier était un bout de couloir, qui ne faisait que passer devant. S’arrêtant sur la dernière marche donnant sur le palier du premier étage, elle effectua un rapide état des lieux. A sa droite et à sa gauche, le couloir. Derrière elle, un autre escalier, pour passer dans les étages supérieurs. Décidément, elle n’aimait pas ca…À part des grincements, elle n’entendait rien.

Tout ce stress la fatiguait. Elle savait qu’elle devait continuer son exploration des lieux, puisque quelqu’un s’y trouvait. Il y avait forcément quelqu’un.

*Un client.*

L’idée lui vint à l’esprit aussi soudainement que tardivement. Il était normal qu’elle entende des grincements de porte et des craquements de parquet, puisque c’était un hôtel, et qu’il y avait donc des clients. Elle s’en voulut alors d’avoir eu aussi peur. Quoique…Des clients ne restent pas dans la journée dans leur chambre. Et des clients ne font pas si peu de bruit.

*aaargh*

Toutes ces idées se bousculaient dans sa tête. Elle avait besoin de remettre un peu d’ordre dans tout ça, pour ne pas devenir folle ou parano. Elle devait se poser. Se reposer. Et réfléchir. S’allonger. Sur un lit. Des lits, il n’y avait que ça ici, puisqu’elle était dans un hôtel. Elle se dirigea donc vers la première porte qui se présentait, posa sa main moite sur la poignée, et l’actionna avec toute la fermeté qu’elle put trouver en elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Mar 11 Nov - 20:54

hj: je suis désolééééééééééééééééééé >_<""""

Dans son demi-coma, Gareth, tétanisé par la peur et la surprise de ce spectre qui lui avait martelé le visage était resté allongé sur le sol à fixer le plafond. Depuis combien de temps se trouvait-il dans cette position ? Même lui ne le savait pas, la perspective du temps avait disparu de son esprit. Seul son instinct d’herbivore avait primé à cet instant : « fais le mort et attends que tout redevienne calme. »

Et il obéissait à son instinct… Et même s’il avait voulu affronter ce dernier, son corps n’aurait surement pas répondu. Les muscles bandés, le cœur battant toujours la chamade, le teint blanc jusqu’à se confondre avec la couleur de ses cheveux, le cerveau mis sur pause…



[Press play]

Le jeune homme prit une longue bouffée d’air frais, puis expira avec la même lenteur les spasmes qui courraient sur son épiderme. Un tout petit peu calmé, le cerveau oxygéné, le tatoueur commença à se repasser les instants d‘avant sa chute et son piétinement.
Un hurlement suraigu, un drap qui s’agite, une paire de baskets qui lui écrase le visage… Il n’y avait qu’une seule solution logique à toute cette affaire, Gareth en était persuadé :

*Cet… endroit… est hanté…*

Le jeune homme étouffa la pensée qu’il avait prononcé dans son for intérieur comme s’il redoutait d’invoquer le fantôme qui l’avait bousculé. Mais du même coup, il se rendit compte que ses cordes vocales demeuraient silencieuses, pas le moindre son ne voulait en sortir. Le choc l’avait rendu aphone.

*Tant pis pour ma gorge, le son reviendra plus tard… le plus important pour le moment, c’est de quitter cet endroit. Il faut que je fasse sortir Tempérance de là.*

Sfrouch Sfrouch Sfrouch…

*?*
* "Sfrouch Sfrouch" ?*


Un bruit de pas glissant sur la moquette parvint aux oreilles du jeune homme. Quelqu’un semblait remonter le couloir derrière la porte. Gareth se raidit lorsqu’il cessa d’entendre le bruit de pas. Il s’était tut juste devant sa porte…
Si Gareth avait eu assez de force, il se serait levé, mais la seule chose qu’il parvint à faire fut de croiser les doigts en espérant de toutes ses forces que son agresseur fantomatique ne soit pas revenu lui rendre visite.

La poignée tourna lentement. Le jeune garçon grinça des dents. Le battant s’entrouvrit légèrement et buta contre le crâne de Gareth. Les cordes vocales de ce dernier n’eurent pas la force de pousser un petit cri de douleur. Le pauvre Gareth n’avait même pas la possibilité de convulser tellement son corps était figé dans cette torpeur. Privé à la fois de sa voix et de son corps, il se contenta de se mordre la lèvre.

*…aïe…*

La porte se referma… pour s’ouvrir encore plus brutalement ! Le battant percuta de nouveau la tête de Gareth, une fois, deux fois, trois fois ! La personne de l’autre côté de la porte semblait même en train d’enfoncer le panneau de bois avec son épaule !

Au bout de trente secondes de coups d’épaule ravageurs, le corps de Gareth avait été déplacé de dix bons centimètres sur le sol de la pièce. La plinthe de la porte paraissait même s’être encastrée dans son crâne à l’emplacement même où une bosse ensanglantée émergeait de son cuir chevelu, teintant ses cheveux de quelques mèches rouges.
Le visage baignant dans une flaque de sang naissante, Gareth sentait qu’il allait s’évanouir sous la chape de douleur qui écrasait son cerveau.

*Achevez-moaaa… !*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Lun 17 Nov - 0:15

Le visage contre le velours, le nez inhalant l'odeur de renfermé imprégnée dans la couverture, la position n'était certes pas des plus confortables, mais elle convenait à Temperance. En fait, le simple fait d'être allongé sur le lit lui convenait. Car bien qu'il ne se soit rien passé, le simple fait de s'être lancé dans cette aventure lui avait demandé beaucoup d'énergie. Ou tout du moins ce qu'elle avait considéré jusqu'alors comme une aventure. Car elle n'avait rien trouvé, et peut être pas beaucoup cherché. En tout cas, l'occasion était trop belle, et le lit confortable à souhait. Elle serait bien resté ainsi des heures, chose dont elle se serait sentie moins coupable, si seulement elle avait suivi l'hôtelier lorsqu'il lui attribuait sa chambre. Mais pour le moment, elle se satisfaisait de cette chambre inoccupée. Et elle comptait rester la, encore un certain temps...Gareth était bien assez grand, il pouvait se débrouiller...et puis rien n'indiquait qu'il y ait un quelconque problème, elle s'était sûrement fait des films, comme à son habitude...

...

* OOOOoooh des parquets volants dirigés par un chat aux dents de 20 cm...*


Elle mit une vingtaine de secondes pour sortir de son demi-sommeil. Tout ca à cause d'un bruit sourd, répétitif...Elle se releva d'un coup pour tenter d'identifier plus précisément ce son, qui, après l'avoir réveillée de manière fort désagréable, maintenant l'inquiéter. Assise droite comme un i sur le rebord du lit, les pieds touchant à peine le parquet couvert d'une descente de lit, ses yeux s'acclimataient doucement à la pénombre pendant que ses oreilles tentaient de déterminer l'origine de ces coups. L'étage. Elle en était persuadée. Et hélas, cela ne présageait rien de bon. Car maintenant, Temperance se sentait obligée d'aller se renseigner, voire se plaindre.

C'est au moment où elle réussit à rassembler toutes les forces qui avaient bien voulues revenir qu'elle se rendit compte qu'il manquait quelque chose...

*Le bruit*

La jeune fille n'entendait plus les coups sourds. Pour la bonne et simple raison qu'il n'y avait plus de bruit. Etrangement, cela fut une source de motivation supplémentaire, ce qui se concrétisa par sa soudaine rapidité à rassembler le peu d'affaires qu'elle avait éparpillé, qui se limitait donc à son sac. Décidée, elle se dirigea vers la porte, passa la tête dans le couloir pour une petite reconnaissance, et referma la porte derrière elle. Elle se dirigea donc vers l'escalier, le regard baissé, comme hypnotisée par les motifs de la moquette. Ses yeux se relevèrent au moment où elle atteignit les escaliers. Elle jeta un regard vide vers l'escalier descendant, l'idée de l'emprunter n'ayant même pas fait son retour. Elle s'agrippa donc à la rampe de l'escalier montant, comme pour se donner un peu plus de courage, et posa son pied droit sur la première marche.

Voila que se présentait de nouveau à Temperance deux chemins: le couloir de droite, ou le couloir de gauche. Ne voulant pas prendre une mauvaise décision, elle décida de ne pas en prendre. Elle attendit quelques instants, comme ailleurs. Et c'est l'esprit dans les vapes qu'elle se mit à marcher, ou plutôt traîner des pieds, ne reprenant vraiment ses esprits qu'en plein milieu d'un couloir, entourée de portes toutes identiques, à l'exception des chiffres sur les portes. Elle se planta alors une nouvelle fois au milieu du couloir. Mais cette fois, elle avait tous ses esprits. Elle réfléchissait même.

Où allait? Tournant la tête à droite et à gauche, la solution lui paraissait hors de portée. Elle soupira et laissa perdre son regard dans les profondeurs du couloir. Quand son regard intercepta un mouvement. Un faible mouvement, discret, silencieux, mais elle l'avait vu. Un petit cri s'échappa de sa bouche grande ouverte. Plus nerveux que de peur, mais suffisamment audible pour que l'ombre au fond du couloir s'arrête. Temperance le sentait, l'ombre la regardait.

*ouuuups*

Elle ne savait pas quoi faire....Fuir à toute vitesse dans l'autre sens, ou aller à sa rencontre?Et pourquoi pensait-elle tout de suite que cette personne, lui voulait du mal? A peine avait-elle eu le temps de peser chacune des options, que deja elle voyait l'ombre disparaître dans l'obscurité. Spontanément, elle fit quelques pas dans sa direction. Mais elle s'arrêta net. Son subconscient lui indiquait qu'il fallait qu'elle s'arrête. Prudemment, elle observa les alentours, et son regard se bloqua sur une porte en particulier. Cette porte précisément, car c'était la seule porte entrouverte de l'étage, mais aussi la seule porte entrouverte d'où s'échappait un léger sifflement, un son grave, un son qui ne la rassurait guère.

Mais la curiosité la rongeait. Elle rongeait la peur qui jusqu'alors lui nouait l'estomac.

Temperance avança sa main, qui pour une fois ne tremblait pas, et poussa légèrement la porte. Celle la ne s'ouvrit guère plus, butant sur quelque chose avec un bruit sourd. Elle passa alors la tête dans l'ouverture, mais ne distingua rien de bon...Encore une salle où la luminosité n'était pas sa principale qualité, et qui ne devait pas souvent être occupée. Au centre, elle apercevait un fauteuil, recouvert d'un linge blanc...Elle passa le reste de son corps dans l'ouverture pour finir le tour d'horizon de cette salle.

Sur le sol, à ses pieds, quelque chose attira son regard. Une tâche. Une tâche rouge sombre. Son estomac se resserra, et le sang se mit a battre dans la tempe de Temperance. A contrecoeur, elle rechercha l'origine de cette tâche. Des cheveux blancs, tachés de sang.

-"GAAAAREEEEETH"

Elle se précipita à terre, pour évaluer l'état du jeune homme, qui ne devait pas, au regard du sang qui avait coulé, être excellent. Maladroitement, elle tenta, comme dans les films, de prendre le pouls, ce qui lui permis de se rassurer un minimum.

*Il est encore vivant! ouuf*

-"Gareth, tu m'entends? alleeez! dis moi que tu m'entends, réagiis! Je t'en priiie! Fais quelque chose!"

Elle ne faisait même pas l'effort de contrôler sa voix, qui tremblait et atteignait des sommets dans les aigus.

Dépoussiérant les trépas de sa mémoire pour en ressortir les restes des cours de secourisme qu'elle avais suivi quelques années plus tôt, elle vérifia la position de la tête du tatoueur sur le coté, tout en le cherchant le moindre signe de réaction.

Au fond d'elle même, et malgré la panique que lui induisait cette situation, elle fut honteusement heureuse de revoir le jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Sam 22 Nov - 22:58

-Gareth.

Plongé dans son monde de ténèbres, le jeune homme entendit une petite voix dans le lointain. Un murmure qui le rappelait doucement de son sommeil éphémère. Mais la douce chape de soie qui engourdissait ses membres ne l’encourageait pas à ouvrir les yeux. C’était si agréable de rester blottit dans cet état, cet instant précieux entre le songe et la réalité qui vous pousse à rester dans votre lit les matins pluvieux.

-Gareth.
-Naan… laisse moi dormir encore un petit peu, steuplé m’ma~an…

La voix s’était tût un court instant, laissant doucement place à un bourdonnement sourd qui s’intensifiait de plus en plus. Gêné, le tatoueur fronça des sourcils et leva doucement la tête. Les yeux encore encrassés de sommeil, il se les frotta vigoureusement et fixa du regard la silhouette qui se tenait au-dessus de lui.

-C’est quoi ce bruit ?.. Encore la bonne qui fait son ménage en écoutant Elvis ?
-Allons mon lapin, tu n’entends pas ?

Gareth chercha à rassembler toute son attention sur ce bruit de fond. Petit à petit, il lui semblait distinguer des paroles, non un nom en particulier se détachait du chahut général.

-Gareth ! Gareth ! Gareth !
-C’est quoi ce raffut… pourquoi on hurle mon nom ?
-Allons ma souris ! Ce sont tes camarades de classe, ils sont venus pour te décerner ton diplôme de médecine !
-Heing ?!

Immédiatement, les membres de Gareth se raidirent et il sentit comme des chaines se nouer autour de ses chevilles et le tirer de ses draps de satin. Paniqué de se voir trainer ainsi sur le sol, le jeune homme tâta des doigts n’importe quelle prise où s’accrocher.

-Non ! C’est pas possible ! J’en suis qu’à ma première année ! Je ne peux pas être diplômé maintenant ! J’ai tout fait pour foirer mes exams ! Je me suis forcé à ne répondre à aucune question ! J’ai feint d’être l’idiot de la classe pour retaper encore et encore ! Je ne peux pas recevoir mon diplôme ! Je ne VEUX pas !

Comme un loup pris au piège, il chercha à se débattre, mais rien ne pouvait ralentir sa douce glissade. Il voyait la silhouette de cette jeune femme qu’il avait pris pour sa mère lui adresser un long sourire et lui faire un signe de la main comme un adieu.


-"GAAAAREEEEETH"

Gareth ouvrit les yeux doucement, battant ses paupières engourdies. Sous la lumière tamisée qui régnait dans cette pièce qu’il retrouvait, il voyait au-dessus de lui un visage qui lui était bien familier, mais immédiatement, aucun nom ne lui vint à l’esprit. Son esprit était si engourdi par la perte de sang et le sommeil qu’il en était encore à analyser les traits de celle qui se tenait à son chevet.

-"Gareth, tu m'entends? alleeez! dis moi que tu m'entends, réagiis! Je t'en priiie! Fais quelque chose!"

Le jeune homme sentit deux mains encadrer sa tête, leur contact était doux et chaud… Mais elles n’arrivaient pas à couvrir la sensation de froid qui se répandait sur le haut de son crâne. Il remua des lèvres silencieusement et leva doucement quelques doigts pour rassurer cette jeune fille dont la voix résonnait comme un écho dans sa tête.
Il chercha à se relever en posant un coude au sol, mais ses forces ne s’étaient pas restaurées pendant sa courte sieste. Il adossa son crâne contre la porte qui l’avait réduit dans cet état pour doucement glisser son dos contre le battant. Adossé à la porte, la tête à hauteur du visage de Tempérance, il se prit le crâne entre les mains, mordant sa lèvre inférieure.
Il remonta sa main droite, se couvrant tour à tour le visage pour ensuite passer les doigts dans sa chevelure de neige. Sous ses doigts, il ne sentit pas tout de suite le contact du sang qui coulait de sa blessure et se repassa la main sur le visage, traçant trois longs sillons rouge sang tout le long de son visage. Ce n’est qu’à ce moment là qu’il perçut la teinte vive du grenat sur le bout de ses doigts.

*… C’est quoi… ça ?..*

Un pic de douleur le ramena à la réalité plus durement qu’une église atterrissant sur son crâne.

*Mince… qu’est-ce que je fous ici…*

C’est alors qu’il capta le regard de sa jeune amie. Il crut lire de l’inquiétude, mais vu son état de mi-somnolence, il n’aurait pas réussi à différencier une émotion d’une autre. Il remua les lèvres pour dire quelque chose de rassurant. Mais à son grand désespoir, ses cordes vocales n’avaient toujours pas recouvré leur résonnance. Excédé, c’est un cri de carpe qui s’échappa d’entre ses dents, personne n’aurait sur dire si ça avait pu être une phrase ou un juron.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Sam 13 Déc - 17:06

Effrayée, elle voyait sans vraiment voir, elle entendait, sans vraiment entendre. En fait, non. Elle n'entendait pas. Elle n'entendait pas pour la bonne et simple raison que le jeune homme n'émettait aucun son, mis a part ce cri que seul lui-même pouvait interpréter.

Temperance était cependant rassurée, car Gareth avait repris conscience, et avait pris conscience tout court de son état. Le tatoueur avait réussi a se redresser légèrement, mais semblait en piteux état, ce qui était assez compréhensible au vu la blessure béante qui semblait les narguer depuis les hauteurs du crâne du jeune homme. Maintenant que son hôte était réveillé, elle ne savait plus quoi faire. Il devait se faire soigner. Elle devait appeler une ambulance, le samu, les pompiers. Mais ses mains refusaient de se déplacer, ses jambes s'alliant elles-aussi à cette rébellion. Elle ne pouvait que continuer de regarder le jeune homme.

Elle ne sut pas combien de temps elle resta dans cette position, à genoux à côté de Gareth, mais elle se rendit soudain compte qu'elle était debout, en train de marcher en plein milieu du couloir. Ses pas l'avaient mené à l'endroit ou se trouvait l'inconnu avant qu'il ne s'enfuit peu de temps avant. Elle s'arrêta quelques instants, se demandant ce qu'elle fichait la. Les dernières choses dont elle se souvenait été le tatoueur blessé dans la chambre. Puis plus rien. Elle regarda ses mains, qui étaient propres. Elle les avait donc lavées. Sans en avoir aucune preuve, elle avait aussi la conviction d'avoir fait quelque chose pour aider le jeune homme. Peut être avait-elle appelé de l'aide, ou peut être lui avait-elle fait un bandage, en tout cas, elle savait qu'il ne risquait à priori plus rien. Du moins c'est ce qu'elle pensait.

Elle reprit sa marche, sans vraiment savoir où ni pourquoi. En fait si. Elle savait pourquoi. Elle voulait retrouver cette ombre qu'elle avait aperçu, et dont elle était persuadée qu'elle était a responsable de l'état de Gareth.

Le couloir qu'elle suivait maintenant était plongé dans l'obscurité presque totale, ne débouchant sur aucune fenêtre, les ampoules semblant soudainement toutes hors d'usage. A l'affût du moindre bruit, Temperance avançait prudemment. Ses muscles se contractèrent lorsqu'elle sentit un courant d'air froid lui caresser la peau. Ça devait donc dire qu'une porte était ouverte. Ses yeux s'étaient assez accoutumé à la luminosité ambiante pour pouvoir se repérer, mais pas assez pour remarquer les différentes nuances de noir. Elle dut donc se résoudre à tâter les murs avec sa main pour pouvoir trouver cette porte. Tandis qu'elle progressait, avec une certaine réticence, sa main droite frôlant le mur se trouvant sur sa droite, elle se raidit quand elle entendit des bruits de pas. Elle ne pouvait pas en déterminer l'origine, mais elle était certaine que quelqu'un, sur le même étage, était en train de courir. Comme elle était persuadé d'avoir été capable de sentir si une personne avait croisé son chemin, elle était convaincue que celui qui était en train de courir ne pouvait qu'être plus loin encore dans le couloir. Elle continua donc son chemin, jusqu'à sentir dans la paume de sa main le cadrant d'une porte. Elle avança donc la main dans la salle ouverte, pour trouver un interrupteur. Elle trouva péniblement une petite protubérance métallique sur le mur, et elle put ainsi faire grésiller l'ampoule fatiguait qui pendait du plafond.

Cette salle ne semblait pas être une chambre, puisqu'aucun lit ne trônait au milieu de celle-ci. Elle fit un rapide état des lieux, l'ambiance blafarde de la salle ne la rassurant pas. Elle aperçut alors, sur sa droite, entre deux armoires qui prenaient appuis sur les murs, une porte légèrement entrouverte. Elle s'en approcha, et la poussant légèrement du bout des doigts, elle se rendit compte qu'elle donnait sur une autre salle. Tandis qu'elle y pénétrait prudemment, elle se rendit compte que cette salle, elle, était bien une chambre, dont la fenêtre était ouverte, et dont la porte qui devait donner sur le couloir était ouverte. Sur le sol, des traces de pas encore récentes se démarquaient sur la poussière. Un doute soudain l'emplit.

* La personne qui a courrait été donc....derrière moiiiii?*

Sa prise de conscience soudaine la figea net. Un terrible noeud se forma alors dans son estomac. Alors que Temperance était entre deux portes, la personne qu'elle cherchait l'avait contournée en passant par ces salles communicantes. Elle était donc repartie dans l'autre sens. Vers la chambre où se trouvait Gareth. Vers Gareth.

Horrifiée, Temperance se rendit alors compte qu'il était toujours probablement seul, incapable de bouger, et sûrement en danger.

Et tandis que la culpabilité la rongeait, elle se précipitait dans le couloir, pour rejoindre au plus vite le jeune tatoueur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Jeu 18 Déc - 1:17

Assis sur le lit de la chambre, Gareth se prit la tête entre les mains tant le bourdon qui résonnait dans son crâne faisait du raffut. Maintenant qu’il s’était redressé, son mal de crâne s’était quelque peu calmé, mais bouger ne faisait que réveiller la douleur assassine qui dormait sur le sommet de son crâne.
D’un doigt nerveux, il toucha la plaie et sentit le contact d’une bande de tissu gorgé de son sang.

*Aïe…*
*Il faudra qu’on m’explique pourquoi les blessures à la tête saignent si abondamment…*
[-Pour un type qui fait médecine… -Oh ça va la ferme !!]


Le pansement sommaire qu’avait réalisé Tempérance semblait tenir en place. Où avait-elle pris ce morceau d’étoffe, Gareth ne le savait pas. Sur le moment, il avait été trop sonné pour se souvenir d’où provenait cette compresse de mousseline sortie de nulle part. Il s’était laissé faire docilement entre les mains de sa jeune amie sans prononcer la moindre plainte, c’est dire comment elle s’était appliquée à la tâche. Lorsqu’ils sortiraient d’ici, Gareth lui offrirait quelque chose pour la remercier.

*M….. ! J’ai totalement oublié de lui dire qu’il fallait qu’on sorte de cet endroit !*
[-Et comment tu voulais lui dire quoi que ce soit ? T’es aphone en ce moment, vieux. –Mince c’est vrai…]


Pour se le prouver à lui-même, Gareth chercha à prononcer quelques paroles, mais toujours aucun son ne se décidait à sortir. Juste un murmure inaudible arrivait au bord de ses lèvres… C’était déjà un bon début.
Gareth fixa la tâche rouge qui souillait le sol au pas de la porte. Seule trace qui restait de sa douloureuse mésaventure [Sans compter ta pastèque fendue…]. Concentré sur la flaque encore fraiche, Gareth se remémora l’attitude étrange de Tempérance. Après l’avoir aidé à se poser sur le lit, elle était… tout simplement partie. Pourquoi ? Le jeune homme ne le savait pas. Elle s’était évanouie comme ça, sans explication. C’était étrange…
[-T’es pas le mieux placé pour dire ça… -Mais je te parle à toi !?]

A l’instant, Gareth se sentit incroyablement fautif… Avait-il dit quelque chose de mal ? Ou pire… avait-il oublié de dire quelque chose ?

*C’est vrai, je n’ai pas pu la remercier pour son aide. [-Tu étais muet et alité jte dis…]
Si elle ne m’avait pas trouvé noyé dans mon sang, je serais peut être mort à l’heure qu’il est. [-T’abuses un peu, mon vieux…]
Je suis horrible !!!! [… Rectification :« Pitoyable »…] Elle a du mal le prendre ! [Mais quel …]*


Dans le couloir, un bruit de pas résonnait. Ce seul écho coupant court à la lamentation de Gareth dont le sourire était revenu s’étirer sur son visage.

*C’est elle ! Gareth, mon petit gars, maintenant assume tes conneries et va t’excuser !*

Il sauta sur ses deux jambes comme soudainement guéri de son mal de tête puis il s’élança vers la porte d’entrée pour cueillir la jeune fille qui devait juste se trouver devant le seuil.

*Je me pendrais à son cou pour lui faire un câlin-surprise, puis je m’inclinerais très bas pour lui demander pardon ! Au moins, même si je suis muet comme une carpe elle comprendra mon message ! [-Elle va surtout croire que tu es un détraqué doublé d’un satyre… Un conseil, n’essaye pas…]*

Mais trop tard, le tatoueur actionna la poignée et ouvrit le battant de la porte à la volée. Sans regarder devant lui, il se jeta en avant.
Son œil droit se cogna alors sur le canon d’un fusil pointé droit sur lui.

*...*
*Ce n'est vraiment pas mon jour de chance...*
T.T
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Ven 26 Déc - 0:07

Courant, ou plutôt se déplaçant avec la plus grande rapidité que lui permettait le déplacement sur la pointe des pieds, Temperance faisait marche arrière. La panique avait tellement pris le dessus dans son esprit qu'elle avait fait office de seul maître à bord, et la jeune fille pouvait maintenant affirmer que la panique ne remplaçait pas une bonne boussole. Elle était perdue. En tout cas, elle avait pris le mauvais couloir. Elle revenait donc sur ses pas pour réparer cette erreur, erreur qui lui faisait perdre un temps qu'elle redoutait être précieux. Elle dépassa alors l'intersection à l'origine de son retard, et repris la bonne direction.

Son intuition lui disait d'accélérer le pas, ce qu'elle fit. Cependant, elle ne tarda pas à s'arrêter net en plein milieu du couloir. En effet, elle apercevait d'ici une ombre qui se tenait droit devant la porte qui devait être celle de la chambre où elle avait laissé Gareth. Pour changer de ses bonnes habitudes, elle avait une boule dans le ventre. Mais ce noeud dans l'estomac ne jouait pas dans la même cour que les noeuds précédents. En d'autres termes, la jeune fille sentait que cette fois-ci, c'était sérieux. Pas le sérieux qu'induisait un couloir sombre, ou un escalier grinçant. Non non non. Cette fois-ci, Temperance avait l'intuition qu'elle, et Gareth en même temps, étaient fourrés dans de beaux draps.

Malgré l'obscurité ambiante, un éclat lumineux attira le regard de la jeune étudiante.

*Un truc sombre, brillant, cylindrique...suivi d'une partie plus épaisse...d'une crosse...tenue par une main...un doigt sur la gâchette...*

Comme dans un film d'action, au moment fatidique, elle eu comme un zoom en avant, sur le revolver qui était pointé sur le visage encore ensanglanté du tatoueur.

....

*Owwowwoww....Jaimepascajaimepascajaimepasca....questcequejevaisfairequestcequejevaisfairequestcequejevaisfaiiiiiiiiiire!!!!*

La panique atteignait son apogée. Pire. Temperance était passée au delà de la panique. Elle était dans un état où elle ne se rendait plus compte de rien.

Après un rapide replis stratégique, elle s'assit, le dos contre le mur, le visage entre les mains. Elle n'était pas dans un film d'action, elle n'était pas un super héros de américain, et elle ne savait décidément plus quoi faire. Déjà que jusque la, ça n'avait été que de l'impro totale...

Dans de vagues tentatives pour trouver une issue à cette situation des plus irréalistes, elle se voyait, entre autre, se précipiter sur l'agresseur, lui arracher l'arme des mains, l'amener auprès des autorités, et sauver Gareth. Mais c'était un de ses plans foireux dont l'inspiration lui venait sûrement de ces films d'action dont elle parlait précédemment, et qui n'étaient donc en aucun cas appropriés.

Prudemment, Temperance fit légèrement dépassé sa tête de l'angle du couloir, pour observer la situation actuelle. Elle la retira rapidement, de peur de tourner de l'oeil, bien que ce ne soit pas dans ses habitudes. Elle se redressa légèrement contre le mur, puis se laissa retomber comme une masse, toutes ses forces l'abandonnant. Sa respiration était saccadée, et des larmes commençaient à brouiller sa vue.

Fermant les yeux, elle espéra se réveiller d'un mauvais rêve, et pria de toutes ses forces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Mer 7 Jan - 0:35

Un rêve… Oui, c’était certainement un rêve…
Mais en sentant le toucher glacé du canon du fusil contre sa joue, Gareth ne pouvait que savourait la douce bile de la réalité lui déchirer la trachée et lui soulever le cœur.
*Mais… quel cauchemar…*
[-Décidemment, tu te fourres dans de drôles de situations ces derniers temps, mon vieux… tu pouvais pas avoir une vie calme ?]
Cherchant de faire preuve du plus grand calme, Gareth ravala sa salive en suivant des yeux la longue ligne du canon. Au bout de celui-ci, le jeune tatoueur trouva là un vieil homme aux cheveux grisonnant.
*Mais c’est… le maître d’hotel ?*
En effet, l’homme qui les avait acceuilli à l’acceuil avec un si grand sourire tenait à présent un fusil pointé sur lui, le doigt sur la gachette.
-Et si on discutait calmement ? demanda Gareth.
Mais le son qui s’échappa ne fut qu’un gargouillement inaudible qui ne dépassa pas l’antre de sa bouche.
[TU ES APHONE. Combien de fois dois-je le répêter ?]
Gareth voulu faire un geste, mais le fusil se rapprocha inexorablement de son œil.
-Bouge ne serait-ce qu’un cil et je te crame la cervelle.
silent
-Oui m’sieur…
Le vieillard enfonça le bout du canon dans la cage thoracique de notre asperge blanche pour le pousser à l’intérieur de la pièce.
-Assieds-toi.
Gareth s’éxécuta, posant son derrière sur le duvet poussiéreux.
-Où est ma petite-fille ?
*Hein ?*
[O__O Qu’est-ce que tu as encore fait ?]
*Maiiiiis qu’est-ce que j’en saaaais !? T’étais là non ?!*

-Koa ?
Mais le volume de sa voix et la surdité de son interlocuteur au gros calibre ne permettait pas à la conversation de s’installer.
[Essaye le langage des signes, ça pourrait mieux fonctionner que la langue des carpes…]
*Si je lève le petit doigt il va me truffer de plomb !*
[Alors sors-toi de ce merdier !]


-OH MON DIEU !! NON VAS-T’EN !!
Devant la mine décomposé de Gareth qui fixait un point derrière le maître d'hotel, le vieil homme se retourna violemment et pointa son arme, prêt à tirer sur celui a qui le jeune homme s'était adressé.
-Mais…
Il n’y avait rien.
Lorsque le majordome se retourna de nouveau. Il ne vit rien non plus… Gareth avait disparu… et la fenêtre était ouverte…

***

[Mince… Je savais pas qu’on était au troisième étage… C’est hauuuuuut dis donc…]
[Tiens au fait. Tu as retrouvé ta voix? Félicitations.]

-La ferme... Je me concentre sur la goutière !....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Sam 10 Jan - 20:06

Rouvrant les yeux, comme pour chercher du regard un peu de courage qui trainerait dans le coin, la jeune fille joua quelques instants avec sa mèche de cheveux. Puis, tel un automate, elle se leva.Toujours collée au mur, elle se rapprocha de l'intersection, pour voir comment avait bien pu évoluer la situation.

* Je ne veux pas voir ca, je ne veux pas voir ca...*

....

Rien. Elle ne voyait rien. Non elle n'était pas devenue aveugle, il n'y avait juste rien à voir. Personne ne se tenait dans le couloir, un fusil à la main. A croire qu'elle avait rêvé. Temperance caressa le doux espoir que ce qu'elle avait vu n'ait été qu'une hallucination. Elle fit quelques pas timides en direction de la chambre, tout en prenant soin de longer le mur, par mesure de précaution.

Elle n'était plus qu'à un bras de la porte, et toujours rien de suspect n'avait pointé le bout de son nez.


"-OH MON DIEU !! NON VAS-T’EN !!"

Le bout du canon d'un fusil apparut presque aussitôt de l'embrasure de la porte.

Ne faisant définitivement plus qu'un avec le mur, l'étudiante retint du mieux qu'elle put sa respiration. Elle en aurait mis sa main au feu, c'était Gareth qui avait crié. Mais comment avait-il pu bien savoir qu'elle était la.

*...... Il ne le savait pas*

Elle croisa les doigts pour que l'agresseur ne sorte pas vérifier dans le couloir. Elle fut exaucé, puisque l'arme disparut.

Malgré l'état de fébrilité dans lequel elle était, Temperance se voulait parfaitement lucide. Elle analysa alors les éléments qu'elle avait sous la main, pour tenter de trouver une hypothétique solution. Elle savait, de un, que Gareth était dans la pièce, de deux, qu'il semblait en meilleur état à en entendre le son de sa voix, et de trois, qu'il y avait dans la même pièce que lui une personne qui ne devait pas lui vouloir du bien d'après la présence de l'arme à feu.

Rentrer dans la pièce lui semblait la plus mauvaise des hypothèses. Elle ne savait pas où se situer chacun des protagonistes de cette histoire, ce qui rendait cette action des plus risquées, ne possédant par ailleurs aucun moyen d'agir une fois à l'intérieur. Prévenir d'autres personnes restait une solution prudente, voire intelligente, s'il ne fallait pas passer devant la porte, au risque de se faire voir par l'agresseur. A moins que..

* Mon téléphone*
Elle eut beau tâter toutes les poches de son pantalon, tous les replis de ses vêtements, elle ne le trouvais pas.
* Et meeerde, je l'ai laissé dans la chambre*

Elle n'avait donc pas le choix, il lui fallait donc passer devant l'ouverture. Telle une illumination, une question lui vint à l'esprit. Que ferait-elle une fois cet obstacle franchis? L'escalier n'était certes pas très loin, il n'était pas des plus silencieux. Elle aurait vite fait de se faire repérer, poursuivre, voire ...

Sa main rencontra un petit objet dur dans sa poche. Un porte-clé rouge. Son porte-clé rouge. L'escalier. Le porte-clé. Les marches de l'escalier. L'escalier n'était vraiment pas très loin...

***

Le basket n'avait jamais été son truc. En fait, tous les sports où il fallait être adroit, où il fallait savoir viser, ces sports là n'avaient jamais eu ses faveurs. Pourtant, à ce moment là, elle espéra qu'il lui restait quelques vagues vestiges de ces heures de souffrance. Elle serrait aussi fort que possible son porte-clé, tandis qu'elle respira profondément. Elle se sentait soudainement terriblement oppressée. Le stress. Elle leva le bras, cligna longuement des yeux, et, retenant sa respiration, Temperance mit toutes ses forces dans le mouvement de son bras et de son poignet.

...

Toc...toc...toc. Le porte-clé commençait sa course folle dans l'escalier.

*Yeeeees*

Elle eut à peine le temps de savourer sa réussite, qu'elle dut de nouveau se plaquer contre le mur. Le fusil ne tarda pas à apparaître, ainsi que le reste de la personne. Elle n'eut cependant pas le plaisir de le voir, puisque un réflexe particulièrement inutile lui commanda de fermer les yeux pour ne pas se faire voir. La jeune fille ouvra de nouveau ses paupières quand elle n'entendit plus que les pas de l'agresseur dans l'escalier. Elle se dépêcha d'entrer dans la chambre, et prit le temps de bien fermer toutes les issues, comme les portes et les fenêtres. La porte principale et la porte de la salle de bain étant bien verrouillées, par précaution, elle se dirigea vers la fenêtre, qui était ouverte. Elle s'apprêta à la fermer quand elle baissa le regard sur la rue. Mais sur le rebord extérieur de la fenêtre, elle aperçut...

*Des mains??!!*
Elle regarda plus attentivement, en se penchant davantage.

*Gaareeth??!!*

La surprise lui coupa momentanément la voix. Jusqu'à ce qu'elle reprenne ses esprits, et qu'elle avance ses mains en direction du tatoueur.

"Gareth! C'est moi! C'est Temperance! Je...Essaye d'attraper mes mains, je vais te tirer de la" murmura-t-elle le plus fort possible à l'intention du jeune homme.

*Tout du moins...je vais essayer*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Lun 19 Jan - 23:57

Jamais Gareth n’avait pensé que se cramponner ainsi à une fenêtre était si effrayant. Il avait vu tant de vieux navets où le héros de l’histoire se pendait à un rebord à plusieurs centaines de mètres d’altitude et se déplacer dans une forêt d’immeubles sans éprouver la moindre peur. Ce qui semblait si facile pour le commun des héros était déjà angoissant pour notre jeune tatoueur qui restait perché à dix mètres au-dessus du sol. C’était déjà hyper impressionnant…

[Mais quelle idée aussi de sauter par la fenêtre…]
*T’es marrant, il bloquait la porte !*
[Et la seconde porte ? Celle par laquelle tu étais entré dans la chambre en poursuivant le môme…]
*… j’ai pas remarqué…*
[… tant pis, cherche comment descendre.]


D’un pas malhabile, Gareth chercha à prendre un nouvel appui sur la gouttière, mais à peine fit-il un pas que cela arracha un cri strident à la plinthe de métal qui ne semblait pas apprécier le poids-plume de Gareth.

[Avoue que tu as abusé sur les croissants ce matin…]
*Crevure… T.T*
*N’empêche, ce n’est pas trop fatiguant d’être là. J’imaginais que ça aurait été plus dur de faire ce genre de chose. Finalement c’est assez facile !*


Schclong !

*Comment ça ‘Schclong’ ?*

Dans un horrible grincement, la gouttière s’affaissa sous le poids de Gareth qui fut aussitôt aspiré par le vide. La longue plinthe métallique s’écrasa dans la cour intérieure avec un fracas de tous les diables. De son côté, Gareth s’était fermement cramponné à son rebord de fenêtre, tous ses muscles bandés au possible pour ne pas s’écraser dix mètres plus bas. Les pieds balançant frénétiquement dans le vide, sans aucun appui, Gareth tentait désespérément à se hisser par la seule force de ses bras, mais en vain.

*Ahaaaaaaaa~ ! C’est plus dur que dans les feuilletons à la télé !*

Le jeune tatoueur regarda nerveusement les pavés qui semblaient l’attirer irrésistiblement. Oui, la chute risquait d’être douloureuse, Gareth pouvait le deviner rien qu’en sentant son échine se couvrir d’une sueur froide.

"Gareth! "

Le jeune homme leva instinctivement la tête vers le doux murmure qui l’appelait. Il vit alors un visage familier qui le fixait de ses charmants yeux bleus, puis deux petites mains qui se tendaient dans sa direction.

"C'est moi! C'est Temperance! Je...Essaye d'attraper mes mains, je vais te tirer de la"

*Je suis sauvé ! Very Happy *

Gareth allait s’emparer d’une des mains que lui tendait sa jeune amie, mais une petite voix le ramena brutalement à la réalité : combien pesait-il ? Peut-être le double de la jeune fille. Comment pouvait-il espérer qu’elle le hisse jusqu’à la chambre. A moins qu’elle ne lui ait caché une force berserk… ou alors un passé d’haltérophile catégorie poids plume.
Comme quoi il valait mieux en savoir plus sur les personnes qui dorment dans votre maison!

*Si la vie pouvait être faite de bonnes surprises ! ><*

-Tu… tu es sûre de toi ? Glapit Gareth entre deux battements de cœur.

*Ahaaaaaaa… j’ai les muscles en mooooousse~ Bobooooo x.x*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Sam 24 Jan - 2:15

-Tu… tu es sûre de toi ? Glapit Gareth

...

Evidemment que son plan n'était pas parfait, son plan ne pouvait pas être parfait, elle n'était que Temperance, pas une de ses héroïnes de films américains. Et il est vrai qu'elle n'avait pas vraiment réfléchi à certains points, son geste avait été spontané. A y regarder de plus près, remonter Gareth ne serait pas tâche aisée.

Soudainement, telle une bourrasque de vent lui giflant le visage, elle sentit le feu grandir en elle...Un feu..de frustration...Un feu d'injustice.

....*Comment...comment peut-il..?*....

L'interrogation du jeune homme résonna dans sa tête tandis que ses joues commençaient à brûler, et que ses mains se mettaient à trembler. Sa vue se troublait, et ses mâchoires se contractèrent. Comment le tatoueur pouvait être aussi injuste envers elle! Elle, la pauvre jeune fille qui faisait tout son possible pour l'aider! Comment pouvait-il oser douter d'elle, alors qu'elle risquait beaucoup pour lui! Comment pouvait-il seulement émettre un avis, dans une telle situation!...La jeune fille en perdait presque le cours de sa pensée, la colère lui brouillant tout sens logique.
Tout ce qu'elle savait, c'est qu'elle ne supportait pas la réaction du jeune homme qui pendait dans le vide juste sous ses yeux. Ce n'est pas parce qu'il l'avait dépanné, qu'il avait été généreux envers elle, qu'il avait eu PITIE d'elle qu'il pouvait s'estimer redevable de quoique ce soit! Elle ne l'avait pas forcé à quoique ce soit, elle aurait très bien pu le laisser tout seul dans les couloirs, si elle ne craignait elle-même pas pour sa vie.

Une main crispée sur le rebord de la fenêtre, elle essuya rageusement les larmes qui faisaient leur apparition de l'autre main. Elle sentait qu'elle perdait le contrôle, que sa colère prenait le dessus, que ce n'était maintenant plus la petite, et légitime, question de Gareth qui le principal combustible de ce feu. Elle savait qu'elle était en train de jeter de l'huile sur le foyer avec tous ses autres ressentiments.

"Si je suis sure de moi??? Bien sur que non je ne suis pas sure de moii! Si tu as une autre idée, vas-y, fais en moi part, je t'écoute volontiers!! N'hésites surtout pas! Je suis toute ouïe! Si tu veux, j'te laisse descendre tout seul, c'est bien le chemin le plus court après tout! Ou si tu veux, je vais te chercher un escabeau! Mais je te rappelle qu'il y a un fou furieux armé qui doit sûrement être à ta recherche! Alors quand tu auras décidé de la meilleure solution, préviens moi, je verrais ce que je peux faire!" débita-t-elle d'une seule traite, rageusement, les yeux embués de larmes de colère.

Une brise lui caressa doucement le visage, lui donnant froid là où les larmes coulaient. Cela eut l'effet d'une douche froide. Pendant l'espace d'un instant, elle se vit, comme si elle était hors de son corps. Elle se voyait, les traits tirés par une haine injustifiée. Elle faisait peur. Ses esprits reprenaient leur place, elle y voyait un peu plus claire.
La jeune fille inspira profondément, les yeux fermés. Puis elle expira longuement, comme pour chasser ce feu de sa tête. Elle avait eu de la chance de s'arrêter à temps. Qui sait ce qu'elle aurait pu faire si elle ne s'était pas calmée. Qui sait si elle n'aurait pas, dans sa rage, délibérément décrocher les mains de Gareth, pour le faire descendre encore plus vite. Essuyant une dernière fois les larmes de son visage, espérant par la même occasion effacer la colère des ses pupilles, elle reprit son souffle, et regarda Gareth.

"Non je ne suis pas sure de moi...Mais...je n'ai pas d'autres solutions à te proposer sur l'instant...Je...
" murmura-t-elle tandis qu'elle détournait son regard du jeune tatoueur aux cheveux blancs.

Elle ne cessait de réfléchir à une autre idée, une corde, une échelle, quelque chose qu'il pourrait agripper, ou sur lequel prendre appui.

Elle plongea son regard coupable dans le vert des yeux de Gareth.

"...Je....Désolée...
" marmonna honteusement Temperance.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Mar 27 Jan - 16:16

"...Je....Désolée..." marmonna honteusement Temperance.

Pendant le court instant qui s’était déroulé sous ses yeux, Gareth n’avait plus prêté attention à la douleur qui lui sciait les membres, sa peur de chuter dans le vide avait elle-même décidé de s’éclipser. Toute son attention était désormais portée sur Temperance. Sur l’instant, son léger problème à propos de l’apesanteur terrestre lui paraissait désuet.
Le fait de voir son amie exploser tout à coup l’avait scotché sur place ; invraisemblablement, une part de lui-même se sentait coupable des larmes qu’elle avait versées… il sentait encore le contact humide de ses larmes sur ses doigts.

[Tu es un monstre !!]
*Oh ça va ! Arrête de me culpabiliser ! Je le suis déjà suffisamment…*


Pourtant, le jeune tatoueur ne se trouvait pas vraiment de raison pour culpabiliser, il avait poursuivi un courant d’air, croisé un fantôme, on lui avait labouré le crâne à coups de porte démoniaque, un vieillard avait failli lui faire sauter la calebasse et il manquait de tomber d’une fenêtre… en fait, il se trouvait plutôt à plaindre…
Mais en y repensant… il avait embarqué Temperance dans cette série de catastrophes, elle aurait pu partir à tout moment, sauver sa propre vie en le laissant à son sort. Mais elle avait sacrifié ce droit pour lui venir en aide.
A cette pensée, un trait glacé lui traversa l’estomac.

*Je suis un monstre d’égoïsme !*
[Hey ! C’est ma réplique !]


Gareth sentit alors ses paupières se lester de plomb, ses yeux le démangeaient, des picotements caractéristiques commençaient à affluer. Nan ! Il n’allait quand même pas se mettre lui aussi à pleurer ! Non, il ne voulait pas se montrer aussi fragile dans un moment pareil… Et pis mince ! Ses yeux commençaient à devenir vitreux… et il ne pouvait même pas s’essuyer d’un revers de manche dans cette position.
Dans un ultime effort pour contenir ses émotions, Gareth leva les yeux vers la belle brune.

-C’est moi qui suis désolé… Je…

[Et flûte, c'est le moment de la séquence émotion...]

Raaaaah les larmes commençaient à couler ! Se retenir ! Se retenir ! Gareth baissa les yeux, ses mèches blanches tombant sur son visage qui commençait à se creuser sous l’érosion massive de ses larmes.

-Je ne voulais pas te blesser… murmura Gareth d’une voix cassée par les larmes, j’avais juste… peur de t’entrainer dans ma chute… pardon... je...

Dans un ultime effort de calmer le chevrotement de sa voix, Gareth enfouit son visage contre son épaule pour éponger les larmes qui avaient coulé. Quel idiot… il n’avait jamais eu l’intention de l’impliquer davantage dans ses problèmes, et malgré lui… les choses s’étaient nouées ainsi…

-Bon… je pense qu’il n’y a qu’une seule solution…

La main droite de Gareth relâcha sa prise sur le rebord de la fenêtre. Pendant un instant, Gareth crut qu’il allait tomber pour de bon mais il savait d’avance que son unique lien avec la vie n’allait pas supporter bien longtemps son propre poids.
Il tendit sa main libre vers la jeune fille.

-Moi,… je crois en toi, Temperance, lâcha t’il avec un sourire franc, je suis certain que tu vas y arriver. Je te fais confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Lun 23 Fév - 0:12

Désolée désolée pour le temps de réponse..je recommencerai plus, promis ^^'

Il avait fallu un regard pour figer Temperance. L'instant précédent, le feu qui avait fait rage en elle continuait haineusement à lui tordre l'estomac, et la seconde suivante, elle se sentait comme si elle avait pris un bain de glace. Il avait suffi un simple regard de Gareth pour passer d'un extrême à l'autre. D'un regard, et de quelques larmes qui se voulaient discrètes.

Gareth, le tatoueur aux cheveux blancs, celui qui l'avait accueilli alors qu'elle n'était qu'une paumée, qui l'aidait à s'installer, qui avait été attaqué, qui était pendu dans les air, ce Gareth pleurait.

*...Je dois vraiment être horrible...*

Elle se sentit terriblement mal. Elle se rendit davantage compte de son erreur. Elle n'aurait vraiment pas du s'énerver.

Elle était consciente que le jeune homme lui parler, en tout cas, essayer, mais elle n'écoutait pas. Elle n'arrivait pas à détacher son regard du visage de son ami, et son attention était concentré sur les larmes qu'il tentait de cacher. Elle n'écoutait pas, et elle ne voulait pas écouter. Elle ne voulait pas écouter car elle avait peur, soit que le jeune tatoueur veuille s'excuser, chose qui embarasserait terriblement la jeune fille, qu'il s'énerve, ce en quoi il aurait tout à fait raison mais qui ne l'aiderait pas à reprendre contrôle de ses émotions, ou qu'il dise une chose qu'elle ne voulait pas entendre. Peut être que de pas l'entendre ferait que ce ne serait pas vrai, que le jeune homme n'était pas suspendu à la fenêtre, que seule elle pouvait l'aider. Hélas, sa crainte devenait de plus en plus réelle.

C'est avec horreur que Temperance regarda Gareth décrochait sa main droite pour la lui tendre. Elle détourna son regard du visage du jeune homme, pour se concentrer sur sa main. Elle ne prêtait pas attention à la voix du tatoueur. Elle savait ce qu'il demandait. Et elle n'aimait pas ça. Mais elle n'avait pas le choix.

Bien que ce fut elle qui quelques instants avant réclamé ce sentiment, elle pensait maintenant que la confiance de Gareth était très mal placée. Comment elle, jeune fille frêle de 18 ans, pouvait remonter ce jeune homme en pleine forme qui devait peser sensiblement plus lourd qu'elle. Mais le temps n'était pas aux regrets. Il ne tiendrait pas longtemps dans cette position, et c'était à elle de jouer.

Ces réflexions n'avaient duré que quelques secondes, ses mains se tendant automatiquement pour attraper celle de Gareth. Elle voulait se concentrer, mais cela ne servirait sûrement à rien. Elle inspira donc profondément et ferma les yeux. Concentrant toute sa force dans ses bras, elle tira d'un seul coup le bras du jeune homme.

-KYYYYYYYYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH!!

Elle savait pertinemment qu'en aucun cas ce cri l'aiderait à le remonter, mais elle n'avait pas pu s'empêcher, face à l'effort physique qu'elle produisait. Elle pensa, un peu tard, au conséquence de ce cri.

*Oups...si il ne savait pas où nous étions, maintenant, l'agresseur ne doit plus avoir de doute...*

Mais cela lui parut dérisoire, et elle reconcentra toute son attention ce qu'elle faisait. Elle mit tout son poids en arrière, tirant une nouvelle fois la main de son ami. Elle sentait ses pieds glisser et en profita pour les caler contre le mur. L'espace d'un instant, elle regretta d'avoir critiquer tous ces héros de dessins animés ayant les pieds sur la porte et tirant sur la poignée. Elle écarta de nouveau vite fait ses pensées, car elle sentait déjà glisser la main du jeune homme. Elle resserra sa prise, et contracta une dernière fois tous ses muscles. Son dos, ses abdos, ou ceux qu'elle avait, et ses bras ne semblaient pas très coopératifs, mais elle passa outre les revendications de son corps, pour tenter de sauver Gareth. C'est le minimum qu'elle pouvait faire pour lui.


Quand elle rouvrit les yeux, elle était les fesses à terre. Ses bras commençaient déjà à se plaindre douloureusement, et elle avait du mal à reprendre sa respiration. Elle jeta un coup d'oeil autour d'elle, pour apercevoir les fameux cheveux blancs ainsi que leur propriétaire.

-GAREEEEETH!! s'écria-t-elle, la voix pleine de soulagement et de regret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sudden-Game :: Quartier Kita :: Les rues-
Sauter vers: