AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Labyrinthe ! [scénar]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kimitsu Aku
~X6~
avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 31/03/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Le Labyrinthe ! [scénar]   Sam 26 Juil - 1:24



La semaine d'arrivée s'était déroulée sans encombre, le créateur était légèrement déçu de constater qu'il n'y avait cette fois ci qu'une petite poignée de retardataires et d'absents ce qui signifiait que les Akumu n'auraient pas le droit à leur petit porte à porte pour récupérer les charges réparatrices et que Sudden-Game ne ferait aucun bénéfice sur ce tour. Tout ceci n'arrangeait pas les comptes du jeu mais fort heureusement il pouvait endurer quelques pertes sans en subir aucune conséquence, sur court terme. Il suffisait donc d'éviter qu'une situation telle que celle-ci se produise trop régulièrement. La conclusion qui vint au créateur était d'inviter plus de personne vivant loin de la ville ou qui avait des difficultés pour se libérer, ceci augmenterait les chances d'obtenir plus d'absents et donc de récupérer des gains. Il songerait à appliquer cette règle une prochaine fois.

Le jeune psychologue était arrivé l'avant dernier jour de la semaine d'arrivée ; le mercredi. Il n'avait pas voulu arriver plus en avance, préférant traîner au sein d'Inaka en prétendant rechercher cette fichue maison marquée, alors qu'il savait pertinemment où elle était, après tout, il la possédait, ou plutôt le créateur de Sudden-Game la possédait. Kimitsu Aku, lui, ne connaissait rien de ce jeu et le peu de connaissance qu'il pouvait avoir lui venait de son très cher patient dénommé Mungo Baïka.
Il n'avait pas voulu arriver à la dernière minute non plus, évitant ainsi d'attirer l'intention sur sa personne en débarquant au dernier moment…Lorsqu'il n'y a rien à faire, le mieux est d'observer tous les joueurs qui se présentent et apprendre à les connaître par leur comportement, s'il ne les connaissait pas déjà, sans doute aurait ce été ce qu'il aurait fait puisque analyser était sa passion.
Bien qu'il n'était arrivé qu'avec un jour d'avance, le docteur psychique avait eu le temps de poser son regard sur toutes les créatures qui se trouvaient ici, il était plutôt satisfait des invités présents et il espérait avoir la chance d'approfondir les connaissances qu'il possédait sur toutes les personnes participantes mais il attendrait le début du jeu pour cela…En attendant, il avait trois jours pour se reposer avant que tout ne commence.

***


Aku se trouvait parmi une foule de joueurs encadrée par des hommes vêtus de noirs et portant un masque. L'impression qu'il avait de cette scène était celle d'être mené à l'abattoir ou tout simplement celle de partir en colonie…Deux sensations éloignées et pourtant si proches parfois. Il avait pour tout équipement son éternel accoutrement, pantalon, chemise, cravate, flanqué d'une canne et d'un chapeau. Le jeune homme avait cru bon d'augmenter ces accessoires décoratifs et se retrouvait avec trois bracelets de force, deux aux poignets et le dernier à la cheville. Il n'avait pas pour habitude d'en porter autant mais avec le jeu qui était à venir, c'était une précaution ; il allait peut être avoir besoin d'exploiter un maximum d'informations et d'observer plusieurs choses en même temps, alors mieux valait qu'il est le nécessaire avec lui.
Un sac en bandoulière reposait sur son épaule et contenait quelques effets personnels tels que des vêtements de rechanges, des vivres, un livre de psychologie, quelques cahiers, un bloc note, une trousse et un manga…Il y avait aussi une corde qui traînait par là, il ne savait pas pourquoi. A ses affaires personnelles venaient s'ajouter le matériel que lui avaient remis les maîtres du jeu et qui était le même pour tous les joueurs. Dans un petit sac noir, rattachable à la ceinture, au poignet ou ailleurs, se trouvait une oreillette avec un micro rattaché, une boussole, un jade, une bobine de fil transparent, un petit couteau suisse et une carte noire soigneusement enveloppée dans une pochette protectrice.
Dans un autre sac plus encombrant se trouvait une fine couverture et des vivres à peine suffisantes pour tenir une semaine, obligeant ainsi les joueurs à se serrer la ceinture pour les treize jours ou à affamer quelques joueurs.

Aku vérifiait si rien ne manquait, normalement tout était prévu pour que les manipulateurs puissent entrer en contact avec les joueurs, que les joueurs puissent avoir les informations nécessaires mais aussi que les joueurs fassent marcher un peu leur imagination avec le matériel donné ou simplement qu'ils survivent à ces petites vacances au cœur d'un labyrinthe…Le créateur en refaisant la liste du matériel avait la vague impression d'avoir oublié quelque chose mais il n'arrivait pas à mettre la main dessus, il regrettait que sa petite nièce ne soit pas près de lui pour l'aider à retrouver ce qui le tracassait. Il finit par se dire que ce n'était qu'une petite angoisse passagère qui disparaîtrait une fois le jeu commencer.

Que restait il à faire ? Les joueurs avaient reçu le matériel avec les légères instructions qui les accompagnaient, comme quoi il ne fallait surtout pas perdre les affaires prêtées et que s'ils se posaient des questions sur leur utilisation, ils le découvriraient en temps et en heure voulue. Le tout était de porter l'oreillette à tout moment tant qu'ils étaient à l'intérieur du labyrinthe. *A noter que l'important est cette oreillette.*
Le jeune homme entendait les dernières information qui se portaient sur le règlement. Ce dernier était simple.

"Aucun joueur ne quitte le labyrinthe avant la fin du jeu. Aucun joueur n'a le droit de faire usage de ses armes sur un autre joueur. Les ordres des maîtres du jeu ou des hommes masqués et vêtus de noir sont à être exécutés. Aucun joueur ne doit tuer ou démembrer un autre joueur qu'importe la situation. Aucun matériel ne doit être égaré, toute perte sera compensée par tous les moyens. Tout le reste est permis et les maîtres de Sudden-Game rappellent qu'ils ne prennent aucune responsabilité. Tout incident sera à votre charge, aucune plainte ne sera prise en compte. Nous allons à présent procéder à l'ouverture du labyrinthe. Alignez vous. Chaque entrée se fera toutes les dix minutes. Bonne chance à tous."

Aku inclina la tête lorsqu'il entendit l'encouragement qui annonçait le début du jeu. Il était en milieu de file, il avait le temps avant d'entrer, temps qu'il m'y a profit en curiosité, observant et les joueurs et les hommes masqués.

***


Une fois à l'intérieur du labyrinthe, le jeune psychologue enfila son oreillette, l'activa et toussota un coup. Il entendit une voix de l'autre côté, un sourire s'afficha sur son visage, il s'avança en errant dans les couloirs naturels de ce lieu. Où allait il aller ? Il n'en savait rien, il connaissait cet endroit par cœur, il avait juste à récupérer les jades mais ce n'était pas pour cette raison qu'il était ici. Lui, il était venu pour faire plaisir à une personne…Cette dernière se reconnaîtrait aisément.
*Aller, c'est parti, allons nous promener un peu !*
Aussitôt dit, aussitôt fait, Aku s'en alla errer dans le labyrinthe, attendant de faire des rencontres, en fait, il ne voulait rencontrer personne, sauf une, mais afin de pouvoir analyser les personnes, il allait devoir se cacher. *C'est ma manière de faire des rencontres ? Bon, où est-ce que j'ai le plus de chance d'apercevoir des gens…la fontaine !* Et il parti pour la fontaine, vers laquelle il se cacha dans un buisson, un bloc note et un crayon à papier en main. *Qu'ils mettent pas trop de temps, j'aimerais aussi m'amuser…* Aku ne put s'empêcher d'avoir un sourire pervers en repensant à la mission de quelques joueurs, il espérait maintenant qu'il ne serait pas déçu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudden-game.forumsactifs.com
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Le Labyrinthe ! [scénar]   Lun 28 Juil - 1:02

[Dédoublement]
==>La boutique Seishin

Décidemment, il y a vraiment des gens qui distribuent n’importe quoi dans les boites aux lettres. Gareth avait toujours cru que les prospectus, les publicités et les magazines de promotion étaient insérés par des gens sans vraiment d’autres moyens pour gagner un peu d’argent. Il avait beau avoir collé sur sa boite aux lettres un bel autocollant disant clairement de ne pas y mettre ce genre d’articles, chaque matin il avait la désagréable image de ces bouts de papiers aux couleurs vives destinés à se retrouver dans sa poubelle, quel gaspillage !
Deux jours après le départ de la charmante Tempérance, Gareth n’avait pas vraiment eu d’autre compagnie que son chat Koro et tous savent que les chats ont une conversation divertissante. Ce matin là, c’est avec une joyeuse mine qu’il alla s’enquérir des nouvelles du monde extérieur.
Mais quelle fut sa surprise lorsque le facteur lui-même sonna à sa porte pour lui refiler en mains propres une enveloppe, Gareth l’avait tout d’abord pris pour une carte postale, mais il se trompait. C’était une invitation à un « jeu », aucun destinataire, juste une invitation à son nom. Les colporteurs fouillaient même l’annuaire ! C’est décidé, il s’inscrirait sur liste rouge dès que possible…

Mais un instant… comment ce faisait-il que cette carte porte également une photo récente de lui… une photo qu’il n’avait jamais vu auparavant. Un haut-le-cœur le prit, une horrible sensation de trahison lui secoua le cœur.
*C’est pas possible… j’ai vraiment les cheveux qui fourchent ?!* Shocked
Eyh ! A part ta mise en plis, quelque chose d’autre ne te tracasse pas ?!
*C’est pas possible… quelqu’un me surveille en cachette !*
Gareth balaya frénétiquement la tête à droite et à gauche pour s’assurer que personne n’était dans les parages, munis d’un appareil photo. Paparazzi ou non, c’était assez inquiétant…

*Village Inaka… C’est où ce patelin ?*

___________________________


C’est avec une certaine angoisse que Gareth remonta le chemin jusqu’au petit village non loin de sa ville natale. Mais quelle ironie, il avait cherché pendant trois heures sur internet l’emplacement de ce petit paradis rural avant de comprendre qu’il ne se trouvait qu’à quelques kilomètres de chez lui. Oui, c’était ce que l’on écopait à ne pas vouloir quitter la ville où l’on a vécu toute sa vie : on ne connait rien du monde extérieur...
Bon, j’ai laissé Koro à la maison, fermé le gaz, la porte de la boutique est verrouillée à clé, je n’ai rien oublié d’important… Enfin je pense…
Ce devait être ici, Gareth en était certain. Non pas que son sixième sens se soit réveillé, mais il avait simplement remarqué l’incroyable foule de gens qui s’étaient agglutinés devant d’immenses haies bien taillées… le labyrinthe semblait-il. En descendant la route pour rejoindre cette foule en liesse, Gareth trébucha en découvrant là la troupe Akumu en train de s’occuper des participants. Il aurait voulu fuir immédiatement si seulement ils ne l’avaient pas repéré. Le jeune homme aux mèches blanches eut droit à de grands saluts de la part de ces acteurs aux méthodes peu orthodoxes, il fut aussitôt entrainé par l’un d’eux et se vit refiler un étrange paquetage sans pouvoir émettre un seul mot.

-Eh mais… J’ai jamais demandé à participer moi…

Mais sa voix n’était qu’un murmure inaudible. L’un des Akumus le poussa dans la file et il disparut aussitôt pour s’occuper d’une autre brebis égarée. Une expression de chien battu se tissa sur le visage du jeune homme.
*Mais qu’est-ce que je fais là ?!*

-Mais c’est ma souris !! Qu’est-ce que tu fais là ?!

Gareth eut à peine le temps de tourner la tête que cette dernière fut aussitôt ceinturée par deux bras puissants. Ecrasé par cette force brute, le jeune tatoueur se retrouva le nez collé contre la poitrine de son agresseur… cette odeur, il la connaissait…
*Non impossible !*
Avec toute la force qu’il pouvait déployer, le jeune étudiant s’extirpa tant bien que mal de cette étreinte affectueusement étouffante. Il croisa le regard débordant de joie d’une jeune femme de trente piges, cheveux bruns et sourire écarlate.

-Lilith ?! S’étouffa Gareth.

-Rhooo quand est-ce que tu vas arrêter de m’appeler par mon prénom à chaque fois qu’on se voit Garethichou ! Appelle-moi maman comme tout le monde !

Gareth se figea.
*"Comme tout le monde", hein ?
…*


-Toi aussi tu participes à ce jeu ma souris ? Demanda-t-elle, mais quelle coïncidence tu ne trouves pas !

En cet instant même, Gareth maudissait le destin de l’avoir embarqué dans cette aventure avec sa trop tendre mère, il regrettait presque son côté froid lorsque son père était encore parmi eux… Pourvu que ce jeu se termine vite…

-Ah ! Tara ! On est ici, viens nous rejoindre !

Lilith faisait de grands signes. Gareth ne repéra pas la personne à qui elle s’adressait avant qu’elle ne se présente juste en face d’eux. C’était une jeune fille qui devait avoir à peu près le même âge que Gareth, elle portait les cheveux courts, aussi noirs que les ailes d’un corbeau, ce qui renforçait d’autant plus le teint pâle de sa peau. Ses yeux étaient deux saphirs qui brillaient de douceur. Surpris de voir que sa mère comptait une telle connaissance dans son entourage, Gareth ne put que rester muet devant cette apparition.
*…So cu~ute...* I love you
C'est à peine s'il ne bavait pas sur place.
[Oui, notre grande asperge blanche a un petit faible pour les cheveux courts.]

-Alors ma puce, tu as fait le plein ? demanda Lilith.

Le tatoueur tourna subitement son regard sur la face polissonne de sa mère.

-Attends ! Comment tu l’as appelé ?! bredouilla Gareth, "ma puce" ?! Mais depuis quand tu donnes des surnoms pareils à des amies ?

-Hum ? Siffla Lilith avec une moue innocente, mais Tara-chan n’est pas une amie, c’est ta sœur.





Sous le choc, Gareth se mit à saigner du nez.

-J’étais sûr que je n’étais pas enfant unique ! hurla Gareth en pointant un doigt impérial devant le nez de sa mère, j’ai une sœur ?! Comment as-tu été assez fourbe pour oser me cacher son existence depuis tout ce temps !!

Un lourd silence s’était installé, la foule tout autour de la petite famille avait cessé de bavarder pour se concentrer vers ce vieillard à la chevelure fournie qui avait hurlé ainsi. Mais même source de tous ces regards, Gareth gardait cette posture de dénonciateur avec un air aussi abasourdi que niais. Il semblait comme figé dans le temps.

-Tu te trompes Garethichou ! Se reprit Lilith avec un sourire d’excuse, je me suis mal exprimée, Tara-chan est ta nouvelle demi-sœur. Je sors avec son père et elle s’est jointe à moi pour participer à ce jeu. C’est pas adorable ?

Le saignement de nez de Gareth ne cessait pas de s’intensifier, c’était trop de révélations d’un seul coup… S’il tombait dans les pommes à cause de cette perte de sang, ce ne serait pas surprenant.

-Enchanté de pouvoir enfin te rencontrer Gareth, ta maman m’avait beaucoup parlé de toi.

La dénommée « Tara-chan » lui adressa un sourire radieux en serrant ce doigt qu’il pointait comme si c’était une poignée de main. Les joues du jeune tatoueur virèrent au rouge, son esprit quand à lui était comme sur un petit nuage.
*Cuu~ute…* I love you

-Vous avez un petit air de famille, remarqua Tara avec un doux sourire.

C’est à ce moment précis que Lilith empoigna son fils sous le bras pour le ramener à sa hauteur. Autant le jeune homme grimaçait que sa mère souriait pleine de fierté.

-Oui tu as vu ! Parfois, les gens me prennent même pour sa fille !

Les deux jeunes femmes partirent d’un rire auquel le seul mâle du groupe ne prit pas part.
*Pas étonnant avec toutes les lotions que tu utilises ! Et puis tout le monde me prend pour un vieillard avec mes cheveux blancs, à côté de moi facile de te faire prendre pour plus jeune que tu ne l’es ! Vieille peau !*
Comme si elle avait deviné ses pensées, la (jeune) Lilith resserra sa prise et coupa l’afflux d’air pendant deux secondes. Mais l’amour maternel devait être interrompu par la voix doucereuse du présentateur qui s’échappait de l’oreillette qu’on lui avait fournie.

"Aucun joueur ne quitte le labyrinthe avant la fin du jeu. Aucun joueur n'a le droit de faire usage de ses armes sur un autre joueur. Les ordres des maîtres du jeu ou des hommes masqués et vêtus de noir sont à être exécutés. Aucun joueur ne doit tuer ou démembrer un autre joueur qu'importe la situation. Aucun matériel ne doit être égaré, toute perte sera compensée par tous les moyens. Tout le reste est permis et les maîtres de Sudden-Game rappellent qu'ils ne prennent aucune responsabilité. Tout incident sera à votre charge, aucune plainte ne sera prise en compte. Nous allons à présent procéder à l'ouverture du labyrinthe. Alignez vous. Chaque entrée se fera toutes les dix minutes. Bonne chance à tous."

Gareth resta immobile un instant.
*Comment ça « tuer », « démembrer » ?!*

-Allez ! Au premier de nos participants !
s'écria une voix.

Une main ferme agrippa Gareth au col et le vola à sa mère. Même si une vague de soulagement avait commencée à naître en lui, elle fut aussitôt dispersée par les récifs du refus.
*Non, je veux pas y aller !*
Trop tard, les deux Akumus qui l’avaient empoigné l’avaient tiré jusqu’à l’entrée du labyrinthe et jeté là comme une vieille chaussette. Lorsque Gareth se releva, la porte derrière lui avait été verrouillée, il était maintenant seul dans cet immense labyrinthe végétal, sans moyen de quitter la partie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Le Labyrinthe ! [scénar]   Ven 1 Aoû - 20:36

[Dédoublement]
==>La boutique Seishin

De nouveau, elle se retrouvait sur les routes. Elle avait quittée l’hôtel, dans lequel elle logeait depuis 2 jours, ce matin. Hôtel tout a fait correct, conformément à ce que Gareth lui avait dit. La soirée en sa compagnie avait été agréable mais elle ne voulait pas abuser des bonnes choses, en l’occurrence, l’hospitalité.

Si seulement elle avait su quelques jours auparavant qu’elle allait se retrouver à nouveau sur cette même route…Elle n’y serait d’ailleurs pas retournée si un étrange carton n’avait pas gâché son petit déjeuner. C’était une tartine de confiture dans la bouche qu’elle avait entendu un bruit suspect à sa porte. Elle avait alors fait voler sa tartine sur son lit, ce qu’elle regretta plus tard puisque sa bonne conscience lui intima de nettoyer la couette, pour se précipiter à la porte et l’ouvrir. Pour ne rien trouver derrière. Rien sauf une petite enveloppe à son nom à ses pieds. Enveloppe que sa curiosité, un des seuls défauts que son éducation n’avait pas su refréner, lui intima à son tour d’ouvrir. Quelle fut sa deception de n’y découvrir qu’un petit carton avec sa photo et une invitation à participer à un jeu…Elle qui s’attendait à recevoir le courrier d’un admirateur secret…

Son premier réflexe fut de se diriger vers la poubelle la plus proche dans sa chambre, après avoir refermé la porte, pour y jeter le courrier indésirable. Mais quelque chose l’en empêcha. Plusieurs choses même. Tout d’abord, qui pouvait être à l’origine de ce mot, puisque seul le gérant de l’hôtel et Gareth étaient au courant de sa présence ic ?. De plus, à aucun moment elle ne se rappelait avoir fournir son nom de famille, du moins son vrai nom de famille. A Gareth elle avait préférée de ne rien dire car elle ne le connaissait alors pas du tout, et au gérant elle avait donné un faux nom, elle ne savait pas pourquoi d’ailleurs, mais le fait est qu’il n’avait pas cherché à vérifier. Enfin, le contenu même du carton l’avait intrigué…Un jeu, disait-il mais quel genre de jeu ?

C’est en buvant sa tasse de chocolat chaud, qui lui brulât la langue par ailleurs, qu’elle méditait sur son courrier. Elle en était arrivée à la conclusion que soit il avait été envoyé par sa sœur, hypothèse qu’elle ne pouvait justifier mais qui lui mettait du baume au cœur, soit par un parfait psychopathe qui la suivait. Elle préférait la première idée, ce qui encouragea sa décision. Elle n’avait rien à perdre, juste du temps, et cela pouvait lui apporter beaucoup, du moins espérait-elle.

***

Elle avait pris à droite à la dernière birfucation, l’autre chemin la menant au point de départ de son aventure. Le gérant de l’hôtel lui avait gentiment et clairement indiqué comment rejoindre le village d’Inaka. Une fois arrivé dans ce qu’elle pensait être Inaka, elle fut impressionnait par le nombre de gens présents dans les rues. Elle traîna dans les rues, et se posa le temps de se restaurer. Elle vérifiait une dernière fois le contenu de son sac, qu’elle avait rempli un maximum de vivres et autres choses nécessaires, lorsqu’elle fut accoster par un groupe de types bizarres.

***

Elle était de nouveau seule, si ‘seule’ était le terme approprié pour définir sa situation au milieu d’une foule indescriptible et sans compagnie. Les types étaient partis, lui laissant un sac avec de nouvelles choses à fourrer dans son sac, déjà plein à craquer. L’oreillette mise en place, elle s’était mélangée à la foule pour tenter de se rassurer. Vaine tentative. Elle tentait de ne pas se faire marcher sur les pieds par la foule d’excités quand une voix dans son oreille se fit entendre, immobilisant la foule.

« Aucun joueur ne quitte le labyrinthe avant la fin du jeu. Aucun joueur n'a le droit de faire usage de ses armes sur un autre joueur. Les ordres des maîtres du jeu ou des hommes masqués et vêtus de noir sont à être exécutés. Aucun joueur ne doit tuer ou démembrer un autre joueur qu'importe la situation. Aucun matériel ne doit être égaré, toute perte sera compensée par tous les moyens. Tout le reste est permis et les maîtres de Sudden-Game rappellent qu'ils ne prennent aucune responsabilité. Tout incident sera à votre charge, aucune plainte ne sera prise en compte. Nous allons à présent procéder à l'ouverture du labyrinthe. Alignez vous. Chaque entrée se fera toutes les dix minutes. Bonne chance à tous.»

La foule se remit alors à bouger, pour former une longue file, et elle put enfin observer vraiment le labyrinthe. C’est alors qu’elle perçut un vague « Allez ! Au premier de nos participants !», et qu’elle aperçut que le « premier » en question avait des cheveux blancs et un long catogan.

*Gateh ??...*

Mais la porte s’était déjà refermé sur le premier participant.

*la suite n’est qu’une question de patience…*

***

Elle n’avait pas choisi le bon endroit de la file, et ses pieds lui faisaient mal à force d’attendre debout sans rien faire. Comme dans la file d’attente d’une attraction… Enfin elle voyait la porte se rapprochait. L’angoisse l’envahit à la même vitesse que la file devant elle se réduisait. Puis elle dut faire face à une poussée de panique : elle était devant la porte. La prochaine personne à entrer était elle. Quand les dix minutes furent passées, ce qui lui parut être en même temps trop court et une éternité, elle fut invitée à entrer dans le labyrinthe. Le bruit sourd de la porte se refermant se fit entendre, et elle se força à ne pas se retourner. C’est parti. Elle regarda autour d’elle, en avancant de quelques pas.

Trois chemin s’ouvraient à elle : tout droit, à droite ou à gauche. Elle décida d’aller de l’avant et marcha droit devant elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayame Koryu

avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 14/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Le Labyrinthe ! [scénar]   Mer 27 Aoû - 16:02

Les joueurs avaient beau faire la queue devant le labyrinthe, une sorte d'espace naturel s'était dégagé autours de l'un deux - lequel espace naturel était bien compréhensible si l'on considérait la chose maussade et hargneuse qui en occupait le centre. Koryu n'était pas heureux, et quand Koryu n'était pas heureux, le monde alentours non plus - certes, il ne pouvait agresser personne, mais les regards foudroyants qu'il adressait à quiconque osait l'approcher ou le bousculer étaient amplement suffisant pour glacer quiconque. Il y avait trop de monde, et en plus il avait dû passer une nuit dans une putain d'auberge avec pleins de gens dedans ! Et en pleine compagne, avec des putains d'oiseaux qui l'avaient réveillé à brailler sous ses fenêtres, les infâmes fils de pute !

Argh, penser au fric et la fermer. Le carton d'invitation du jeu promettait une récompense intéressante, et elle avait intérêt à l'être, sans quoi il y allait avoir des morts. D'ailleurs, l'espèce de putain de pervers qui avait pris une photo de lui lorsqu'il ne regardait pas ? C'était un futur cadavre en puissance. Putain de sale homo de merde. [l'auteur assume pleinement la paranoïa homoérotique de son personnage]

Il faisait chaud, à moins que ce ne soit de porter un T-shirt sans manche, un T-shirt avec manche et deux sweat qui soit inapproprié au temps (et bon, devoir porter deux flingues énormes, plus le matos fourni par les glandus en noir, plus quelques vivres en bonus, plus du matériel à dessin, plus des fringues... - bref, l'essentiel de survie du Koryu sauvage). Le roux pensa avec réticence à enlever peut-être une couche, mais il avait la flemme de poser son sac à dos pour ce faire.

Le type devant lui pénétra dans le labyrinthe. OK, c'était son tour dans dix minutes. Un grognement dédaigneux suffit à cacher sa (légère ! légère !) nervosité. Bon, au moins, c'était pas une forêt, donc il aurait pas du mal à se déplacer (bon dieu, il avait encore mal au pied rien que d'y penser. Ses plaies finissaient à peine de cicatriser ; Yumiko l'avait enguirlandé comme un poisson pourri lorsqu'il l'avait découvert occupé à saigner dans le noir en pleine forêt après son appel).

On finit enfin par appeler son nom et il pénétra dans le labyrinthe, l'oreillette déjà vissée en place...

... Ça lui rappelait un peu la fois où ils étaient allé à un parc d'attraction en famille lorsqu'il était petit, sauf que les murs étaient ici plus grands et la déco moins fun. Un peu déçu par l'absence de monstres mutants/zombies/attaquants agressifs, il considéra les trois directions qui s'offraient à lui d'un œil terne. Droite, gauche, milieu ? Ashura était à sa droite, Alucard à sa gauche ; s'il choisissait l'un des deux, l'autre arme serait jalouse, donc il résolut de jouer la carte de la neutralité et d'aller au milieu. Il fit quelques pas à droite pour repérer les possibilité d'avancement alors offertes, fit de même à gauche, puis prit le chemin du milieu après avoir tracé un rapide croquis du plan de l'entrée sur le carnet enfoncé dans sa poche gauche. Il était d'accord pour aller gambader dans les labyrinthes, mais pas sans avoir pris un minimum de précaution au préalable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Johnson Bridgess

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 09/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: Le Labyrinthe ! [scénar]   Dim 28 Sep - 15:38

Apres de longs mois de vie "normale" en cela qu'elle n'avait depouille ni trop ni trop peu de pigons pour etre poussee a modifier quoi que ce soit. Elle s'etait remise de l'aventure du cinema abandonne assez vite, de la meme facon que les animaux: en rangeant son souvenir dans le tiroir "choses traumatisantes", un recoin de sa memoire qu'elle visitait rarement de son plein gre. Le seul evenement qui meritait peut etre un peu d'attention etait la reception d'une etrange invitation.
Elle avait d'abord trie son courrier un jeudi matin, comme tous les jeudis matin faisant la meme eternelle decouverte ("oh...une facture....oh encore une facture...ah!...une facture deguisee...") et ses doigts avaient glisse sur le velour de l'enveloppe, toute simple et pourtant d'un papier de bonne qualite. Ses sourcils s'etaient fronces, elle avait glisse un ongle sous le replis et l'avait decoupe d'un mouvement sec. Elle avait extirpe avec precaution l'invitation.

"Ah une photo de moi, j'espere que c'est pas l'autre papi pervers d'en face..."

Elle s'admira pendant un certain temps pour determiner de quand datait la photo, etait ce un hasard que le jour coincide avec la rencontre de tous ces tares au cinema? Elle ne poussa pas plus avant sa reflexion, preferant ne pas permettre a la boite de Pandore de rependre ses maux dans son esprit deja assez desorganise (pour etre polie et ne pas tendre de perches aux autres Rpayeurs peu scrupuleux qui pululent sur ce forum). Il lui fallut un certain temps pour s'extirper de ses pensees narcissiques et pour lire avec interet le contenu de la carte.

*Un labyrithe? Ca ressemble a un scenario de film SM de mauvaise qualite...d'un autre cote celui qui a envoye ce truc doit forcement etre bourre de fric...si je gagne pas je pourrais au moins me faire un petit lot de consolation!*

La discution avec elle meme etait close, l'invocation d'un motif venal ne pouvait que couper court a un possible argument contraire.

Le jour venu elle prepara son sac:

"Aloooors...un livre, deux paires de chaussettes, un pull, ma trousse d'urgence, une pomme, nan deux pommes, un chapeau, un carnet, un stylo, une boussole, une troisieme pomme, des lacets, une quatrieme pomme, un canif, quatres plaquettes de chocolat, des gateaux....huuum ca m'a l'air d'etre bon...ah non...une cinquieme pomme, la c'est bon!"

Elle fourra tout ca pele mele dans son vieux sac a dos qui avait connu des jours meilleurs mais qui avait gagne en echange une forte...personnalite, du moins c'est ce que laissait penser sa fermeture qui n'etait plus d'origine, les differentes pieces qui dissimulaient des trous d'usure, les diverses decorations devenues ternes au fil du temps. Elle enfila un pantalon solide sous sa tunique habituelle et passa des bottes en cuir vieilles mais qui avaient, elles, pu profiter de quelques soins. Elle boutonna son manteau a col haut, extirpa ses longs cheveux et enfonca un bob gris qui la protegerai de l'orage qui se profilait a l'horizon. Elle prit ses clefs, ferma la porte en sortant dans un cliquetit de porte-clefs et pris l'ascenseur d'un pas assure, arrivee au rez-de-chausse, son esprit jusqu'alors occupe a determiner l'etrange absence de quelque chose d'aussi familier que sa main droite un soir d'hiver, se rendit compte qu'elle avait oublie deux bouts d'elle meme au quatrieme etage ou se trouvait sa chambre. Elle pris les escaliers et courrut comme elle pouvait se maudissant de la facon dont elle avait agence son materiel d'aventuriere dans son sac. Elle ouvrit la porte en trompe attapa d'une main Kiki qu'elle fourra dans une echarpe, qu'elle enroula autour de son cou et de l'autre rangea ses charentaises, une dans chaque poche. Puis repartit sur le meme chemin, sa morgue precedante totalement envolee desormais pour laisser place au remords de n'avoir pas pris le temps de prendre un deodorant.
Notre heroine, transpirante et puante, entreprit de detacher sa Vespa, recente aquisition, et prit la route en petaradant en direction d'Inaka, un petit village dont elle ne connaissait pas jusqu'alors l'existence.

Enfin arrivee elle rangea son casque et attacha le tout soigneusement. Elle s'aligna et decida que si elle etait suffisement dedaigneuse peut etre que personne n'oserait l'approcher d'assez pres pour la sentir. Elle jetta un regard assasin a deux dingues en tenue de videur de boite de nuit SM qui l'escorterent sans faire attention ni a sa hargne feinte, ni, apparement, a la forte odeur qui semblait flotter autour d'elle. Elle rejoint la queue et ayant oublie son MP3 elle decida d'observer les gens et ce qu'elle vit la desola: un associal roux, quoi que tres mignon semblait emaner un aura de haine que son metre soixante n'aurait pas laisse soupconner (elle avait l'impression de le connaitre), une espece de gamine timide qui avait l'air fortement empotee, et pour couronner le tout elle reconnu la tignasse blanche de son compagnon d'infortune du cinema (Ne parviendrait elle donc pas a se debarasser de cette histoire?). Elle soupira longuement et se resigna a attendre son tour, elle inspecta le contenu du sac qu'on lui avait donne (*ah ouaaaais en fait c'est comme Battle ROyale!!*), elle mit l'oreillette et une voix d'homme modifiee (*par un tres bon logiciel...le fourbe!*) annonca a tous les joueurs qu'ils n'avaient pas le droit de se tuer ou de se mutiler les uns les autres (*meme pas drole!!*) et par la meme occasion, la detrompa. Elle finit par rentrer a son tour, sortit son carnet son stylo et sa boussole, elle nota les couloirs et leurs directions puis s'engagea a gauche en sifflotant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atsuki Komaru

avatar

Nombre de messages : 3
Age : 21
Date d'inscription : 13/08/2008

MessageSujet: Re: Le Labyrinthe ! [scénar]   Lun 13 Oct - 16:09

Je me promenais dans Kyowamaro à la recherche d'une location de voiture. Je trouvais finalement un magasin de la sorte à la devanture miteuse. Je poussais la porte vitrée et fût acceuillie par un tintement de clochettes dérangées par le mouvement. Plusieurs modèles de voitures étaient exposés. Elles semblaient en bon état mais je ne me fiais pas à l'apparence. J'avançais jusqu'au comptoir où une dame à l'air revèche me salua d'un coup de tête sec.

- Heu... Bonjour ! Je voudrais louer une voiture.

- Oui, je m'y attendais ! En général, c'est ce que veulent les gens qui entrent dans ce commerce, mademoiselle !

Mal à l'aise, je me demandais si j'avais pu, dans les cinq dernières minutes, faire quelque chose qui l'aurait offensée. J'eu beau me creuser la tête, rien ne me vint à l'esprit.

- Quel modèle ? Combien voulez-vous payer ?

- Le prix n'a rien à faire ici. Hum... Est-ce que vous auriez un Santa Fe noir ?

Elle disparu à l'arrière, hors de mon champ de vision. Elle revint quelques minutes plus tard, une liasse de papiers à la main. Elle les déposa sans aucune façon devant moi et me tendit un stylo noir tout mâchouillé. Je le prenais du bout des doigts, un peu dégoûtée, je dois l'avouer. Elle me demanda de signer à trois endroits et de remplir plusieurs lignes avec mes informations personnelles.

Nom: Komaru
Prénom: Atsuki
Âge: 20 ans
Depuis combien de temps conduisez-vous ? 4 ans et demi
...

Une fois les questions répondues et les exigences de la dame comblées, elle me dirigea vers un hangar. Elle me lança des clés et je les attrapais. Elles atterrirent dans mes mains ouvertes avec un petit bruit métallique. J'embarquais dans la voiture et mettais le contact. Pendant ce temps la dame était allée ouvrir une porte assez grande pour laisser la voiture sortir. Elle ne m'accorda pas un regard lorsque je passais à côté d'elle. Je sortais dans les rues mal éclairées de la ville.

-------------------------------------------------------------------------

Je rentrais chez moi assez tard ce soir là. J'avais décidé d'arrêter prendre un verre dans une petite taverne près du magasin de location. J'entrais et mit le pied sur un papier glacé. Je manquais de tomber, l'alcool aidant. Je le ramassais, retirais mes souliers qui commençaient à me faire mal au pieds et me dirigeais vers la cuisine. Je déposais le carré de papier sur la table et montais me coucher.

-----------------------------------------------------------------
---------

En baîllant, je descendais les escaliers de bois franc ciré. Je m'étirais dans mon pyjama de soie noire et continuais ma descente. Je mettais de l'eau à bouillir pour mon thé matinal. Contrairement à plusieurs personnes, je ne buvais pas de café mais bien des tisanes diverses. Jugeant les effets des herbes naturelles meilleurs que ceux des grains bruns, je me faisais une infusion le matin plutôt que de boire une tasse du liquide noir. Mon regard vagabonda dans la pièce aux couleurs fades pendant que je faisais mentalement et, sans enthousiasme, l'inventaire de ce qui me restait pour le déjeuner. Je figeais dans mon élan lorsque je remarquais le papier sombre de la veille. Quelle ne fut pas ma surprise d'y voir ma photo ! Je me creusais la tête: quelle étais la dernière fois où j'avais acceptée de me faire poser ? Avec Koyoko... Je sentais mon coeur se serrer mais je repris le contrôle de mes émotions. Je prenais les informations et décidais de m'inscire à ce qui semblait être un jeu.

-----------------------------------------------------------------------------

Je roulais maintenant sur la route ou une brume d'eau s'élevait derrière le sillage des voitures qui roulaient à grande vitesse sur l'autoroute. Je jetais des regards fréquents vers le siège passager où une carte était étalée. Finalement, je réussissais à entrer dans le village Inaka sans trop de mal. Je suivais ensuite les indications pour se rendre au 'Labyrinthe'. Je débarquais et claquais la porte de la voiture. Je la barrais puis me fit escorter par deux types habillés en noir jusqu'à environ une dizaine de mètres de l'entrée. Je traînais mon sac, lequel contenait ma dague, quelques provisions, de l'eau et mes tisanes. Il y avait déjà cinq personnes, deux filles et trois garçons. Le présentateur fit une annonce, assez étrange par ailleurs, à laquelle je ne prêtais que très peu attention. J'avais compris l'essentiel: pas de meurtre ni de démembrement. Les autres concurrents entrèrent tous un après l'autres, certains forcés. On me poussa moi aussi dans le labyrinthe et je fus confrontée à un choix. Droite ? Gauche ? Tout droit ? Je choisissais la deuxième option et prenais la route silencieusement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-stephenie.forumsactifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Labyrinthe ! [scénar]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Labyrinthe ! [scénar]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Silverberg Robert - L'homme dans le labyrinthe
» PERCY JACKSON (Tome 4) LA BATAILLE DU LABYRINTHE de Rick Riordan
» le labyrinthe de pan
» [Fantastique/Épouvante] Le labyrinthe de Pan de G. Del Toro
» God Save The Queen et Le Labyrinthe de Morphée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sudden-Game :: Archives :: Messages supprimés-
Sauter vers: