AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Sam 5 Juil - 0:45




Bruits de pas résonnant sur le pavé, sons mats qui perçaient le silence de cette petite ruelle si peu éclairée.
On pouvait bien se demander qui avait une telle hâte de remonter cette rue engoncée dans l'ombre de hautes demeures de briques. Mais malgré les ombres qui envahissaient les environs, les rares lampadaires installés dans cette ruelle ne s'étaient pas mis à grésiller de leur lumière blafarde.
Il n'était donc pas si tard que ça... à peine 18h47 selon les aiguilles de la montre qui pendait au poignet du coureur.
Comme toutes rues plus ou moins marchandes, l'allée réservée aux piétons était encadrée par deux rangées de murs dont les vitrines des magasins et des boutiques scintillaient encore de marchandises. Quelques unes d'entre elles avaient abaissé leur rideau de fer plus tôt que prévu, il est vrai que les affaires n'étaient pas florissantes ces temps-ci, et puis cette ruelle n'avait rien d'accueillant: elle ressemblait plus à un coupe-gorge ou à une de ces allées à ne pas fréquenter la nuit et non accompagnée.
Mais malheureusement, les apparences sont très souvent trompeuses, Gareth connaissait très bien les environs, et jamais il n'avait eu à se plaindre du voisinage. Il était même ami avec nombre des personnes qui habitaient ou travaillaient près de sa boutique, et jamais il n'avait eu affaire à des actes de vandalisme dans ce "trou" comme certains néophytes l'appelaient. Il est vrai que si cette ruelle avait eu quelques percées de lumières supplémentaires et si elle n'avait pas été si étroite, elle n'aurait surement pas fait rebrousser chemin à certains habitants qui se promenaient dans les alentours.

Mais tant pis se disait le jeune tatoueur, il en avait l'habitude. Et puis, il s'ennorgueillait de voir que les quelques passants qui osaient s'aventurer dans cet étroit goulot venaient essentiellement chez lui pour gouter de son talent. Le bouche-à-oreille marchait plutôt bien, et c'était flatteur de voir que son travail était reconnu malgré l'aspect menaçant de son environnement de travail.
En effet, la petite boutique de tatoueur que tenait Gareth n'était pas bien reluisante de l'extérieur: les boiseries de la petite boutique avaient noircis avec le temps, jusqu'à s'effriter à certains endroits. Les vitrines, badijonnées de peinture blanche suite à une fermeture définitive reportée, avaient été gratté pour laisser apparaître les somptueuses calligraphies et superbes tableaux que la famille Seishin avaient put réaliser sur la peau de leur client. Le père, lorsqu'il était encore présent, avait l'habitude de dire que chaque client qui passait sur son billard était un tableau unique. Et à chaque gravure sur peau qu'il terminait, il avait l'immense satisfaction de photographier son oeuvre d'art et de l'exposer en vitrine.
Il avait naturellement déteint sur son fils qui suivait sa façon de penser et de travailler, comme un enfant qui s'amuse à sauter dans chaque trace de pas gravée dans le manteau neigeux.

"Frrrrrrrrrrr !"

"-Oui Koro-chan! Nous sommes à la maison, tu pourras bientôt savourer ton repas. Petit impatient va!"

Gareth posa la main sur son chapeau et le renversa. Lorsqu'il tint son couvre-chef entre ses mains, il s'amusa à flatter le ventre de son compagnon lové au creux de son nid de feutre.
Arrivé devant la porte de sa boutique, le jeune homme aux cheveux blancs enfoui sa main dans sa poche et en sortit un trousseau de clés. Il en dégagea l'une d'entre elles et l'inséra dans la serrure. Mais lorsqu'il chercha à tourner la clé dans la serrure, celle-ci refusa de tourner.
Surpris, Gareth força plus, mais sans aucun succès. Un doute s'insinua dans son esprit: il actionna la poignée. La porte s'ouvrit.

*Je n'ai quand même pas oublié de verrouiller la porte !*

Et si...

*...quelqu'un s'était introduit dans la boutique?*

Un frisson s'empara de son échine. Koro parut sentir la détresse de son maître et se mit à feuler nerveusement. Prit d'une furieuse crise d'humeur, le chat sauta de son perchoir et s'engouffra comme une flêche dans l'entrebaillement de la porte. Gareth n'avait pas eu le temps de le rattraper et hésita à entrer chez lui. Un reflet d'argent glissa entre ses doigts.

"-Si quelqu'un a décidé de violer mon sanctuaire, il va en prendre pour cher..."

Son scalpel fétiche en main, le garçon aux cheveux blancs passa la porte de sa boutique et s'engouffra dans le plus grand silence. Après avoir fait quelques pas, il tatonna contre le mur avant de trouver un interrupteur. Aussitôt actionné, les néons de sa salle de travail grésillèrent bruyamment avant de projeter leur lumière dans la pièce toute en longueur.
D'un oeil avisé, Gareth inspecta son intérieur tant connu. Tout semblait à sa place, son matériel de tatoueur reposait toujours près des sièges capitonnés où il accueillait ses clients, les tableaux qui constituaient les murs ne semblaient pas avoir bougé d'un poil, les étagères présentaient encore les immenses bocaux d'encre et les aiguilles stérilisées.
Même les miroirs accrochés aux murs ne semblaient révéler la présence d'un intrus.
Après avoir inspecté la pièce et vérifié que la porte qui menait à ses appartemments à l'étage du dessus étaient verrouillés, Gareth finit par accepter l'idée qu'il avait dû oublier de fermer la boutique correctement.

"-Pffff, quel idiot je fais..."

Le jeune homme à la tignasse de neige rangea sa lame et posa son derrière sur son fauteuil de travail, se renversant dessus afin de contempler le plafond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Sam 5 Juil - 23:42

Elle ne savait plus depuis combien de temps elle marchait. A vrai dire, elle ne voulait pas le savoir. Sa seule préoccupation du moment, c'était de vite quitter cette sinistre rue qui ne lui inspirait que des frissons.

Depuis son entrée dans la ville, elle n'avait croisé personne, à croire que cette ville était déserte.La majeure partie des magasins alignées le long de cette ruelle étaient fermés, se laissant apparaître leur produit qu'au travers de rideaux de fer, fort peu attrayant.Décidément, elle était pressée de quitter le quartier.
Son regard se baissa une nouvelle fois en direction de ses pieds: il n'était plus question qu'un maudit pavé ou qu'une vieille cannette ne la fasse chuter à nouveau. Son trou dans le pantalon lui était largement suffisant.

Toujours à la recherche d'un contact humain, elle tenta vainement de trouver une boutique encore ouvert: après tout, il n'était encore que 18h40...Hélas, sa recherche se révélait une nouvelle fois infructueuse. Elle continua donc son chemin et décida de chanter un peu histoire de se remonter le moral...Au bout de quelques minutes, elle s'attribua un petit temps de pose, bien mérité selon elle.Elle s'appuya donc le dos sur une porte de boutique, à défaut de trouver une marche pour s'assoir.

"Etrange forme pour des lampadaires" pensa-t-elle. Et ce fut la seule chose à laquelle elle eut le temps de penser puisque pour une seconde fois au cours d'une même journée ("ça fait beaucoup quand même"), la gravité l'attira irrésistiblement vers le sol. Une fois à terre, elle comprit que la porte sur laquelle elle avait pris appui n'était pas fermée et n'avait pas résistée sous son poids.

" Au moins une boutique d'ouverte" ne put-elle s'empêcher de marmonner.
Maintenant qu'elle y était elle décida de visiter un peu les lieux. La faible luminosité de la pièce ne l'empêcha pas de voir les étranges tableaux qui décoraient les murs. Cependant, elle n'en comprenait pas les motifs. Son regard fut ensuite attiré par de gros fauteuils capitonnés à côté desquels trônait une table avec des outils étranges. Une observation plus minutieuse lui permit de comprendre que c'était du matériel de tatouage. Les tableaux prirent alors tout leur sens. Sa découverte fut confirmée par la présence de nombreuses aiguilles ainsi que de ce qui semblait être de l'encre sur une étagère.

Du coin de l'œil, un étrange reflet lumineux attira son attention. Elle se retourna et c'est non sans surprise qu'elle découvrit que quelqu'un l'observa. La panique l'envahit et la tremblote commença à se saisir de son corps quand elle comprit que la personne en question n'était que son reflet. Quelle parano elle faisait!!Il y avait donc aussi des miroirs sur les murs...Elle aurait pu étudier encore un certain temps l'environnement qui l'entourait mais un bruit l'en empêcha. En effet, elle entendait quelqu'un courir au loin. Il lui fallait quitter l'endroit à l'instant.

Elle sortit donc précipitamment et courut se cacher...derrière une poubelle, seule cachette potable dans les environs. Malgré la panique, elle pensa à fermer la porte de la boutique derrière elle. Accroupie derrière la poubelle, pleine à en juger les odeurs, elle put observer la devanture de la boutique. Comme tous les autres magasins, la devanture était plutôt glauque, la boiserie de couleur sombre abimée par le temps, et les vitres laissant apparaître ce qui devaient être des photos de tatouages malgré les traces de peinture blanche. Pendant ce temps, les bruits de pas se rapprochaient.

Enfin apparu une grande silhouette, silhouette filiforme qui se dirigea vers l’entrée de la boutique. Depuis sa cachette, elle sentit l’anxiété qui envahissait petit à petit l’inconnu. Une fois cette personne à l’intérieur de la boutique, elle put en étudier les caractéristiques. La première chose frappante, et ce malgré l’obscurité était la couleur de ses cheveux : blancs. La longue mèche de cheveux qui tombaient dans son dos pouvait induire que cette personne était de sexe féminin mais la démarche et la stature qu’elle put distingué lui indiquer le contraire. Elle opta pour la seconde solution. Après tout, si il n’était pas trop vieux, elle avait peut être ses chances ? Elle maudit cette dernière réflexion.

A travers la vitrine, elle remarqua que l’inconnu semblait enfin se rassurer. Ceci, ainsi que la douleur dans ses jambes, la position accroupie n’étant supportable que quelques temps, ainsi que l’odeur des nombreux et divers déchets de la poubelle l’incitèrent à assouvir sa curiosité. Elle se releva donc de derrière et la poubelle et s’avança d’un pas décidé vers la boutique.

La main sur la poignée, elle respira un grand coup et ouvrit la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Dim 6 Juil - 0:46

Gareth avait à peine fermer les yeux qu’un son cristallin vint heurter ses jeunes oreilles, le doux son d’un carillon. Le même carillon accroché juste au-dessus de la porte, ce bruit si mélodieux qui annonçait la visite d’un client.

Client ? Ou alors la personne qui était entrée par effraction dans sa boutique ?! La fougue de Gareth remonta aussi vite que le sang lui monta à la tête. Aussi vif que l’éclair, il empoigna le manche de son scalpel et se renversa en avant pour sauter hors du fauteuil et accueillir son visiteur.

« -Ahaha ! Alors brigand !? Tu reviens sur les lieux de ton crime ! Avoue ! »

C’est surement ce qu’aurait balancé le jeune homme à la tignasse enneigée s’il n’y avait pas eu ce dur retour à la réalité, signifié par un BAM ! sonore :

En se relevant, Gareth avait posé son autre main libre sur un petit levier fixé sur la chaise capitonnée où il était allongé. Levier qui réglait le dossier de ce même siège. En enfonçant le levier à l’extrême, le dossier s’était rabattu en arrière avec une telle rapidité que Gareth fut entrainé par son propre poids et décrivit une douloureuse galipette arrière incontrôlée. Il se retrouva allonger de tout son long sur le plancher de sa boutique, sa tête se cognant contre le pied d’une étagère (dont les bouteilles d’encre alignées vibraient du choc et se rapprochaient dangereusement du bord… mais elles ne tombèrent pas sur le pauvre tatoueur. Dommage n’est-ce pas ?)

Le jeune homme ravala un juron et se recroquevilla en boule sur lui même, les mains jointes sur la bosse qu’il sentait germer sous ses doigts. Une douleur sourde soudait ses lèvres déformées par le choc inattendu.

Les larmes aux coins des yeux, Gareth, toujours aussi charismatique qu’à son habitude, agrippa le repose-tête du siège qui l’avait fait valser ainsi et se releva avec la plus grande difficulté. Il aurait mordu le cuir marron pour étouffer la douleur qui assaillait son crâne s’il son regard embué de larmes ne s’était pas arrêté sur la silhouette d’une jeune femme qui venait de passer le pas de sa porte.

S’il n’avait pas ces vertiges et cette sensation de flou, couplés à une horrible douleur, Gareth aurait cru assister à l’entrée d’une apparition angélique dans sa boutique.
C’est avec des yeux de bovins émerveillés qu’il fixa son nouvel hôte sans prononcer le moindre mot.
Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Lun 7 Juil - 19:17

Lorsqu'elle s'avanca à l'intérieur de la boutique, elle ne sut pas pourquoi mais le son du carillon la rassura. Pourtant, de tous les scénarios possibles concernant cette entrée qu'elle avait pu s'imaginer (chose qui était son fort!), pas même un instant ce qui se déroula n'aurait été imaginable.

Le son discret du carillon fut presque aussitot suivi d'une suite de BAM et de BOUM, dont le plus marquant ne fut pas celui du dossier du fauteuil sur lequel l'inconnu visiblement très maladroit était assis, mais bien celui de la tête de l'inconnu sur un pied d'étagère. Le temps d'un instant, elle crut même que les bouteilles d'encre allaient se renverser sur le maladroit, ce qui aurait eu comme effet, il faut l'avouer, de la faire exploser de rire. Cependant, l'homme se releva et elle put l'observer un peu mieux. Elle aurait pris plaisir à contempler le visage bien fait du jeune homme si celui-ci ne la dévisagait pas avec de grands yeux ébahis.
Les yeux ouverts comme des assiettes la gênèrent un peu. Beaucoup même. Dans son dos, son sac, dont elle avait presque oubliée la présence, se mit à trembler. Elle voulut alors tenter de dissiper le malaise ambiant.

"Salu.." commença-t-elle à bredouiller. Mais ce fut le moment que choisi une chose noire pour l'attaquer sauvagement de nul part. Le bête sauvage lui bondit sur l'épaule, des griffes acérées s'enfoncant dans sa peau si délicate. Dans la panique, son sac tomba, son contenu se renversant intégralement sur le sol. Par réflexe, elle enfonca ses mains dans ses poches à la recherche d'un petit tube cylindrique, mais la seule chose que ses doigts identifièrent fut le phoque en porte-clé.

"ppfff mais qu'espères-tu pouvoir faire avec ce pauvre porte-clé?"pensa-t-elle , un peu déconcertée.Mais des mouvements derrière elle attirèrent son attention.

Elle apercut alors la petite bête noire se précipitait sur une chose tremblante noire et blanche qui se trouvait au milieu de son porte-feuille, ses culottes et ses feuilles de cours notamment.

"Mon raaaat" cria-t-elle soudainement tout en bondissant sur la bestiole qui l'avait attaquée afin de l'empêcher d'avaler tout cru ce qu'elle considérait comme son rat . Après un certain nombre de griffures et de morsures, ce qui s'avéra être un chat dans une main, son rat dans l'autre, elle secoua ses cheveux et se releva.

"SALUT!!" put-elle enfin lancer au jeune homme, qui l'observait toujours comme si elle était une extra-terrestre.
" RRRRaaaaa toujours aussi ridicule!" râlât-elle en son for intérieur tout en rougissant," il faut que ça t'arrive quand y'a des beaux gosses!", observant successivement ses mains, son sac étalé par terre et le jeune homme les yeux toujours rouges de douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Mar 8 Juil - 23:31

Pendant un instant, à cause des larmes qui lui entravaient la vue, Gareth ne comprit pas vraiment la tornade s’étant abattu sur la jeune femme qui avait passé la porte de sa boutique. Dans un maelstrom de feuilles et de vêtements, le sac de la demoiselle sembla s’animer brusquement lorsqu’une ombre au pelage fauve lui sauta dessus avec un feulement strident.

Le sac atterrit sur le sol avec un bruit mat, son contenu tapissant le sol de la boutique, un éclair noir et blanc s’en échappa avec un couinement, zigzaguant sur le plancher pour échapper au gros matou qui s’était lancé à sa poursuite pour le croquer.

"Mon raaaat"

Gareth assista au bond de cette fille aux allures de lycéenne toujours avec des yeux ronds comme des billes. En quelques secondes, elle avait maîtrisé les deux petits animaux, les éloignant prestement l’un de l’autre pour que le fauve orange n’avale pas le pauvre rat terrorisé.

Etrangement, Gareth avait été impressionné. Peut être était-ce la douleur au crâne, les lueurs étranges qui palpitaient devant sa vision ou les larmes qui le brulaient, mais jamais il n’avait vu quelqu’un maîtriser son chat avec une telle dextérité. Il faut dire que Gareth n’avait jamais vu Koro aussi actif, lui toujours lové dans le feutre de son chapeau, son instinct de prédateur s’était-il réveillé ?

Le jeune tatoueur se releva prestement, tendant les bras pour récupérer la boule de poils qui feulait de rage devant son diner raté. Gareth l’agrippa par la peau du cou pour ne pas écoper de quelques griffures et le passa par la chatière de la porte qui menait à l’étage supérieur. Il verrouilla le loquet derrière l’animal pour qu’il ne revienne pas à la charge.
Une fois le problème réglé, Gareth rejoignit sa cliente qui s’affairait à ranger ses affaires éparses sur le sol. Le jeune garçon aux cheveux de neige s’agenouilla et aida la jeune fille dans son inventaire.
En lui tendant un paquet de feuilles, il lui sourit amicalement.

« -J’espère que Koro ne vous a pas trop fait peur mademoiselle, il est un peu indiscipliné en ce moment. »

Sans cesser de sourire, le tatoueur lui tendit sa main.

« Je m’appelle Gareth. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Mer 9 Juil - 19:20

Elle proofita du court instant que mis le jeune homme à bloquer son chat hors de la salle pour ranger les quelques affaires qu'un inconnu de sexe opposé ne nécessitait pas de voir. Voila que déjà, le maître du terrible animal revenait.

« -J’espère que Koro ne vous a pas trop fait peur mademoiselle, il est un peu indiscipliné en ce moment. » dit-il tout en lui tendant un paquet de feuille.

Elle s'empêcha de dire le fond de sa pensée qui fut à cet instant "p***** de b***** de chat! il m'a fait une frayeur folle! il mériterait d'être dépecer et écarteler!" et se contenta de ranger les feuilles dans son sac et de serrer la main de "Gareth". Cependant, sa politesse plus ou moins naturelle la poussa à se présenter à son tour.

"Enchantée! Moi, c'est Temperance Joh.. euh Temperance tout court, en fait!"

Au dernier moment, elle s'était retenu de dire son nom de famille. En effet, pour le moment, elle ne savait pas trop par où commencer ses recherches, ni comment. Et dans un futur plus proche, elle ne savait pas comment elle devait se comporter face à "Gareth aux cheveux blancs". Pouvait-elle lui faire confiance? Devait-elle tout lui expliquer? "Y avait-il des risques à tout expliquer" était plutot la question qui tourmentait la jeune fille.
Après tout, elle ne connaissait rien de cette ville et du rôle que pouvait y jouer sa soeur...

Dans le doute, elle préféra rester "Temperance sans nom de famille".

Le sourire du jeune homme, qui avait remplacé les yeux de la taille d'une soucoupe, la rappela à la réalité. Maintenant que la conversation était engagé, il fallait absolument dire quelque chose...mais quoi?

"euuh...tu es tatoueur, c'est ça?" dit-elle finalement après avoir remis une mèche de cheveux derrière l'oreille, tout en se relevant pour observer les bouteilles d'encres et les aiguilles ."j'aime paaas les aiguilles" pensa-t-elle, alors qu'elle essaie de trouver l'ordre de grandeur de la taille de celles-ci.

Son visage devait surement exprimer cette dernière pensée puisque qu'en se retournant pour observer son interlocuteur, celui-ci sembla amusé.

"Et non, je ne suis pas là pour me faire dessiner sur la peau" se sentit-elle obligée de rajouter.

Elle remit de nouveau sa mèche de cheveux rebelle en place. Pour éviter les questions, elle lanca alors de sa voix la plus naturelle possible:

"T'aurais pas de l'eau, s'il te plait? je meurs de soif!!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Lun 14 Juil - 21:22

Gareth nota le moment d’hésitation qu’avait eu la jeune fille en se présentant. Avait-elle délibérément oublié de mentionner son nom de famille ? Pourquoi ? Le jeune homme haussa les épaules.

*Qu’importe, lorsqu’on rencontre une personne pour la première fois, on se présente rarement par son nom de famille. Surtout entre adolescents…*

D’ailleurs, quel âge pouvait-elle bien avoir ? Gareth avait beau chercher à lui donner un âge précis, il n’arrivait pas vraiment à la cerner. Elle devait même être plus jeune que lui de quelques années. Dix-sept ou dix-huit ans peut être… Hum… une carte d’identité suffira. Le jeune homme ne voulait surtout pas être prit en train de tatouer une mineure dans sa boutique.

« Euuh… tu es tatoueur, c’est ça ? »

Lorsqu’elle se releva pour observer ses étagères, Gareth ne put s’empêcher de sourire devant la candeur de cette question. Où croyait-elle avoir atterrit en entrant dans sa boutique?

"Et non, je ne suis pas là pour me faire dessiner sur la peau"

*Arf…*
Tant pis, ça ferait une cliente de moins. Gareth qui espérait avoir quelques peaux à tanner pour éviter le diner de ce soir… Mais ça faisait toujours une personne avec qui discuter !
Lorsqu’elle lui demanda de l’eau, Gareth lui lança un « oui mais bien sûr » bienveillant. En se dirigeant vers l’arrière boutique, il redressa au passage le dossier du fauteuil qui avait ployé sous son poids. Il fit signe à la jeune Temperance de s’asseoir sur celui-ci. Mais voyant sa réticence à s’installer sur sa "table d’opération", le garçon à la toison blanche chercha à la rassurer.

"Mets toi à ton aise."

Et sur ces paroles, il quitta la compagnie de la jeune fille pendant quelques instants et se dirigea vers l’arrière boutique où l’attendait un frigo portable pas plus grand qu’une mallette de voyage. Il l’ouvrit et découvrit avec horreur à quel point il était vide. Mais heureusement, quelques bières étaient rangées sur le côté.

*Peut-être ne boit-elle pas…*

Gareth aussi évitait de boire de l’alcool, mais sinon à très petite quantité où avec un taux d’alcool infinitésimal proche du 0%.

*Bahh, ça fera plus convivial !*

Le jeune tatoueur en tira deux du frigo et en décapsula une. Un pschit assourdissant s’en échappa et une odeur amère emplit ses narines. Le relent de vieil alcool semblait avoir enveloppé la pièce en quelques secondes. Ce n’était pas ce à quoi Gareth s’attendait…

Il se mit à lire la date de péremption sur la capsule fraichement enlevée et eut un sourire crispé en voyant qu’elle avait dépassé la date limite de consommation d’au moins trois mois. Et il en était de même avec le reste du pack. Tant pis, ce serait jus d’orange pour ce soir.
Gareth s’empara de la brique de jus d’orange (elle, au moins, n’était pas périmée) et chercha dans un placard deux verres propres. Il rejoignit aussitôt la miss qui l’attendait et déposa son butin sur une petite table où il avait l’habitude de déposer ses engins de torture. Il remplit les deux verres et en tendit un à la demoiselle en face de lui. Il s’installa alors sur son propre tabouret de travail.

"Dites moi", fit-il avec un sourire, "si vous ne voulez pas vous faire tatouer, que faites-vous dans ma boutique à cette heure-ci ? Une si charmante jeune fille n’a rien à faire dans ce genre de coupe-gorge."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Mer 30 Juil - 12:45

Temperance regarda d'un air septique le fauteuil que l'on proposait son hôte...décodément, toutes ces aiguilles ne la mettaient pas à l'aise...

"Mets toi à ton aise." furent les derniers mots du jeune homme avant qu'il ne disparaisse à l'arrière de la boutique dans le but de chercher quelques boissons.

Elle respira un grand coup et se décida à s'assoir, en prenant soin de garder ses bars près de son corp...Sait-on jamais!

Elle tenta de se rassurer pendant que le tatoueur farfoullait dans la salle voisine. Enfin il réaparut, une brique dfe jus d'orange et des verres dans les mains. Son retour calma légèrement l'angoisse de la jeune fille.

"Dites moi", commenca-t-il avec un sourire...des frissons parcoururent Temperance et elle comprit que peut importe ce qu'elle ferait, la discussion en viendrait toujours à sa présence si tardive dans cette boutique sinistre. Elle réfléchit l'espace d'un instant à l'idée de l'assomer et de partir en courant ou bien de faire un strip tease pour le distraire mais elle éloigna raisonnablement toutes ces idées de la solution idéale...Il faudrait donc qu'elle trouve un mensonge crédible...ce qui n'était vraimment pas sa tasse de thé...

"si vous ne voulez pas vous faire tatouer, que faites-vous dans ma boutique à cette heure-ci ? Une si charmante jeune fille n’a rien à faire dans ce genre de coupe-gorge.", finit-il.

Les dernies espoirs que la jeune fille nourrissait encore s'envolèrent et la laissèrent un moment désemparée. Elle tenta de garder un visage serein, et réfléchit à toute vitesse.

"Je....J'ai....Je suis..... " bégaya-t-elle tout en rougissant..

*STOOOOP! reprend toi!!! respiiiiire*

Elle reprit son souffle et son explication.

"Je vais entreprendre des études de psychologie à la fac et je voulais donc me trouver un p'tit apart' en ville pour ne pas avoir trop de transport...mais en route j'ai eu quelques petits problèmes qui m'ont ralenti et je suis donc arrivée plus tard que prévu... Ta euuh votre boutique était la seule ouverte..je ne savais pas où aller car je ne connais pas cette ville...je me suis dit que le gérant de la boutique pourrait m'aider..."

En racontant son récit, elle évita le regard du jeune homme dont elle sentait le regard fixant. Quand elle eut fini, c'est avec désespoir qu'elle observa la réaction de son interlocuteur.

Comme il la regardait toujours sans rien dire, elle se sentit obligée de parler encore...

"Que ce soit clair, je ne demande pas l'aumône, je suis juste complètement pommée et un peu fatiguée...Je n'aime pas avoir à demander ça mais pouvez-vous m'aider?" . Tout en débitant la partie la plus vraie de son histoire, à savoir qu'elle était pommée et fatiguée, elle se sentit de plus en plus ridicule. Pas une seule seconde avant de partir, elle n'avait pensé à sa situation une fois la-bas...elle n'aurait pas éternellement de l'argent et ne savait pas où loger...

*ppfffffff, dans quelle galère j'me suis encore fourrée..?*

Elle jeta un regard sur le tatoueur, qui l'observait pensivement. Gênée, elle se leva et fit un tour dans la boutique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Jeu 31 Juil - 0:15

Pendant que la jeune Temperance lui racontait le pourquoi de sa présence dans sa boutique, Gareth ne cessait de scruter son beau visage constamment troublé par les paroles qu’elle lui délivrait. Le jeune tatoueur ne pouvait que constater que cette fille était extrêmement nerveuse. Ses yeux avaient ce tic étrange de toujours éviter de croiser le sien, constamment en retrait, toujours éloignée.
Raaah ! Qu’est-ce que ça pouvait être rageant de discuter avec une personne qui se sentait visiblement mal à l’aise en sa présence ! Gareth se sentait presque fautif de son état.

*Des études à la fac ? Elle est étudiante alors. Surement dans la même université que moi… vu qu’il n’y en a qu’une seule dans cette ville.*

"Ta euuh votre boutique était la seule ouverte..je ne savais pas où aller car je ne connais pas cette ville...je me suis dit que le gérant de la boutique pourrait m'aider..."

La miss était donc venue ici, dans cette ville, toute seule ? Gareth posa son regard sur l’unique bagage qu’elle portait avec elle. Lorsque tout son contenu s’était déversé sur le sol de sa boutique, Gareth n’avait rien vu d’autre que quelques feuilles de cours, du linge et quelques affaires personnelles, rien de bien anormal, si ce n’est la taille ridicule du sac. Une personne qui s’en allait faire ses études dans une autre ville avait plus de bagages que ça, pas un unique sac à dos.

*Et si c’était une fugueuse ? Mais peut-on être considérée comme fugueuse à dix-huit piges ? Bon au moins elle est majeure, ça veut dire que je ne risque pas de me faire incarcérer pour avoir recueilli une mineure chez moi.*

Une minute ?! "Recueilli" ? Gareth ne lui avait encore rien proposé et elle n’avait encore pas dit qu’elle voudrait rester chez quelqu’un qu’elle vient tout juste de rencontrer juste parce que sa porte était ouverte ! Et même si Gareth savait qu’il était quelqu’un en qui on peut avoir confiance, rien ne paraitrait plus louche s’il lui proposait de rester le temps qu’elle trouve un endroit où se loger.
Et c’est à ce moment là que Gareth luttait intérieurement contre deux avatars qui incarnaient ses craintes : la première serait de laisser cette gamine vagabonder dans les rues à cette heure-ci et risquer de rencontrer un type avec de moins bonnes intentions que lui ; la seconde était de passer pour un pervers à inviter une gamine perdue chez lui dans son appart et la dernière de ses peurs était de ne pas trouver un compromis entre ces deux chemins. >__<

"Que ce soit clair, je ne demande pas l'aumône, je suis juste complètement pommée et un peu fatiguée...Je n'aime pas avoir à demander ça mais pouvez-vous m'aider?"

*Et est-ce que j’ai le choix maintenant !! Suis-je condamné à être rongé par les remords pour ne pas avoir aidé cette fille en détresse ? Très peu pour moi…*

-Je… commença Gareth.

Mais Temperance s’était brusquement détournée de lui pour faire le tour de sa boutique. Mais comment vouliez-vous discuter facilement avec un être qui vous évite par tous les moyens ! >< Raah que les gens timides pouvaient être énervant, surtout lorsque deux personnes de ce même banc devaient se parler !
C’était étrange pourtant, Gareth n’hésitait jamais à aller à la rencontre des gens, mais lorsqu’il avait affaire à une personne timide, c’était comme si cette timidité le contaminait lui aussi, rendant les contacts encore plus difficiles.

-Si tu le souhaites, je peux te loger pour cette nuit, lança Gareth, il y a mon appartement au-dessus de cette boutique et tu peux y séjourner le temps que tu trouves un endroit plus... euh moins… enfin un endroit où tu te sentes chez toi !

*-Oh ! Tu veux jouer le chevalier servant au grand cœur, n’est-ce-pas ?
-Oh toi la ferme, ce n’est pas du tout ça !
-Moi je sais ! Il va abuser d’elle pendant qu’elle séjournera chez lui. Classique !
-Mais NON ! Et puis je vous ai pas sonné vous deux ! Je ne suis pas encore assez siphonné pour que mes consciences me disent ce que je dois faire !*


Gareth devait être vraiment fatigué de sa journée. Tellement fatigué qu’il n’avait même pas fait attention à la réaction de la jeune Temperance devant sa proposition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Jeu 31 Juil - 20:45

Appuyée sur la vitrine, elle essayait de se calmer. Le silence qui s’était installé pendant que Gareth réfléchissait à ce qu’elle avait raconté lui pesait…

Le timide «Je… » que prononça le jeune homme la ramena à la situation présente. Elle attendit quelques secondes avant de se retourner pour le laisser continuer. Ce qu’il ne fit pas.

Elle se sentait désespérée, et elle sentait petit à petit envahit par un sentiment récurrent chez elle …Il fallait une fois de plus que son passé revienne à ‘assaut…Nombre de fois elle s’était sentie abandonnée et en avait voulue à ceux qui l’avaient fait. Et aujourd’hui elle avait peur que cela ne se reproduise. Puis elle sentit que ce sentiment de rancune se transformait rapidement en une frustration profonde, qui bouillonnait au fond d’elle …et elle savait malheureusement ce qui se passait lorsqu’elle laissait ces choses la se produire…

« Si tu le souhaites, je peux te loger pour cette nuit, il y a mon appartement au-dessus de cette boutique et tu peux y séjourner le temps que tu trouves un endroit plus... euh moins… enfin un endroit où tu te sentes chez toi ! »

Les mots du charismatique bien que maladroit tatoueur retentirent dans sa tête comme un coup de tonnerre. Cela eu pour effet immédiat de calmer son puissant sentiment de frustration
Sous le coup de la surprise, elle se retourna. Elle eut juste le temps d’apercevoir son hôte pris dans ce qui semblait être un conflit moral quand les larmes lui montèrent aux yeux et fut prise de tremblements. Elle se sentit si soudainement soulagée qu’elle fit preuve d’une grande force morale et physique pour se retenir de lui sauter au cou. Heureusement que son interlocuteur semblait ailleurs, car la gêne prenait maintenant possession d’elle après avoir fait partir l’euphorie. Elle se retourna pour essuyer maladroitement ses larmes qu’elle ne pouvait plus retenir et remettre de nouveau sa mèche de cheveux derrière l’oreille.

Puis elle se calma. Aussi vite que tout ça était venu. Pour se mettre à réfléchir de manière rationnelle. Elle observa de nouveau Gareth. Il paraissait passablement fatigué et en lutte avec lui-même. Elle se rendit compte que sa présence n’était forcément bienvenue, et que c’en était même malpoli. Elle ne voulait en aucun cas être la cause d’une tourmente, c’était contre sa nature. Elle voulut résoudre le problème mais ne trouva pas la force de décliner l’invitation. Il dut s’avouer qu’elle attendait depuis longtemps une telle preuve d’amitié, même si le terme d’amitié était largement exagéré dans la situation actuelle. Et pas une seule seconde elle ne pensa que cela pourrait être une très mauvaise idée…

Afin de libérer le jeune homme de ce conflit dont elle devait être la cause, elle se lança.

« je ..comment dire….Voila. Je me rends compte que ma présence n’est pas forcément désirable, nous ne nous connaissons pas Et votre proposition pourrait être qu’une simple courtoisie de votre part…Seulement, si cela s’avère sincère, j’accepterais avec le plus grand soulagement l’invitation… »

Elle laissa sa phrase en suspens. D’un point de vue extérieur, sa décision pouvait paraître totalement irraisonnée. Etre loger le premier soir par un total inconnu dans un endroit inconnu…Mais elle avait étrangement une grande confiance en ce jeune homme. *Et après tout, on est adulte non ?*

Elle releva la tête, s’essuya la dernière larme qu’il lui restait et observa le visage étrangement neutre du tatoueur, étant donné la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Ven 1 Aoû - 1:28

Sincère ? Mais qu’allait-elle s’imaginer. Si Gareth lui proposait un endroit où dormir, ce n’était pas pour lui dire immédiatement après que la place n’était plus libre. Gareth fit semblant de ne pas voir les larmes de Temperance de peur de lui causer plus de gêne qu'elle n'en ressentait déjà. Au moins, il se sentait heureux de rendre le sourire à quelqu'un qui paraissait si triste et si fragile.

Une bien étrange jeune fille.

Mais le tatoueur commençait à voir l’habitude de rencontrer des gens étranges ces temps-ci, le cinéma ne lui apparaitrait plus comme avant.
Gareth se contenta de sourire.

-Eh bien parfait, si tu le veux bien, je vais te montrer ta chambre, suis-moi s’il te plait ?

Et Gareth enjamba les quelques mètres qui le séparaient de la porte d’accès à l’étage supérieur. Lorsqu’il posa sa main sur la poignée, il entendit derrière le panneau un feulement discret. Un frisson parcourut l’échine du jeune homme, un mauvais pressentiment…
Il ouvrit finalement la porte.

MRAAAOWWWW !

Et comme un boulet de canon orange et couvert de poils hérissés, Koro, qui avait attendu patiemment derrière la porte en remâchant sa colère d’avoir été privé d’un bon casse-croute par son maître, s’était enfin décidé à faire payer cette faute grave en lacérant la figure de son propriétaire.
Mais HOP ! Gareth avait pris son chapeau entre ses mains et intercepta en plein vol la petite bête furieuse, l’enfermant à l’intérieur de son cocon de feutre.

-HOME RUN ! Koro is out !

Mais l’animal ne s’avouait pas vaincu pour autant, continuant de gigoter et feuler comme un chat sauvage.
Et sans même se soucier de la réaction de Temperance devant son cri de victoire, Gareth lui intima de monter les escaliers en premier. Il s’occuperait de relâcher Koro une fois la miss montée à l’étage et après avoir bien fermé la porte derrière lui pour que le jeune chaton ne vienne pas embêter le familier de Tempérance.

-Tu peux monter, je m’occupe déjà de ce patachon et je te rejoins pour la visite, lança Gareth toujours souriant, tu n'as rien oublié en bas j'espère?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Ven 1 Aoû - 19:40

De nouveau, la boule de poil enragé lui avait fait peur…les chats n’étaient vraiment pas ses animaux favoris…Trop agressifs… L’exemple parfait était ce « Koro »…

Une fois que Gareth eut fini de clamer son slogan de la victoire *c’est bien un mec, tiens…*, il lui fit signe de monter l’escalier.

« -Tu peux monter, je m’occupe déjà de ce patachon et je te rejoins pour la visite, tu n'as rien oublié en bas j'espère? » proposa-t-il pendant que son chapeau subissait toutes sortes de pression de la part du prisonnier.

D’un coup d’œil, elle tenta de vérifier qu’il ne restait pas de lingerie à elle, le reste, elle pourrait toujours le récupérer plus tard…Elle entama donc l’ascension de l’escalier, dont les étroites marches grinçaient sous ses pas.
Le pied sur la dernière marche, elle quitta enfin l’ambiance oppressant de l’escalier pour déboucher sur un salon lumineux, contrairement à ce qu’elle pouvait attendre. Fatiguée par toutes les émotions de la soirée, elle ne se soucia pas de décortiquer la décoration de cette salle et repéra un canapé dont elle n’eut aucune difficulté à atteindre pour s’asseoir dessus. Elle posa son sac à ses pieds et ferma les yeux.

Elle aurait pu s’endormir si le fameux objet d’excitation du « Koro la bête de feu » ne s’était pas mis à gigoter dans son bagage. Ne désirant en aucun cas retrouver des trous dans ses vêtements ou dans ses cours, elle se résigna à le sortir de la, non sans avoir attendu d’entendre le bruit de la porte de la boutique claquée. Elle fouilla parmi ses affaires pour soudain sentir de petites dents, mais bien présentes, lui serrer le doigt à en atteindre le sang. Elle se mordit la lèvre pour ne pas crier et ressortit la main brusquement , faisant voler le petit animal.

La douleur passée, elle se décida à s’informer de l’état de son compagnon. Elle le retrouva de l’autre coté du canapé. A genoux penchée sur son rat, elle tentait d’identifier un semblant de mouvement de la part du rat. C’est alors qu’elle entendit la voix de Gareth.

« Me voila. J’ai enfermé Koro dans la boutique pour ne pas déranger ton ani… » commença-t-il joyeusement.

Il apperçut alors Temperance à genoux derrière le canapé. Elle se releva prestement, le rat assomé dans une main, son doigt endolori entre ses lèvres.

*quelle gourde tu fais, ma pauvre fille…*

Pour sa défense, elle tenta de s’expliquer : « J’ai voulu le libérer mais cette foutue bestiole m’a mordue… »
Le regard amusé de son interlocuteur la calma, et elle retourna s’asseoir sur le canapé, posant son rat à coté d’elle.

« Où est-ce que je m’installe ? » demanda-t-elle innocemment, puisuq’elle semblait être la bienvenue ici.

Gareth lui fit un signe et elle se releva pour le suivre. Tout en marchant, elle se rendit compte à quel point elle était petite, ou à quel point il était grand, ou les 2 peut-être. Le fait est que cela rendait son hôte impressionnant. Enfin, il s’arreta devant une porte qu’il ouvrit et laissa passer la jeune fille.

« Voici ta chambre, annonça-t-il solennellement, fais comme chez toi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Dim 3 Aoû - 0:00

-Voici ta chambre, fais comme chez toi ! lança Gareth.

Le jeune homme avait mené son invité dans une petite pièce qui au temps où son père habitait encore ici avait été l’ancienne chambre d’Ihro. Car en effet, à cette époque il lui arrivait de vouloir rester auprès de son paternel pour le voir travailler tard. A force d’habitude, cette pièce avait été amménagé pour lui afin de lui offrir un meilleur couchage que la ‘table d’opération’ du rez-de-chaussé.

Mais aujourd’hui Gareth était seul locataire de l’appartement, l’absence de son père avait entraîné de nombreux changement dont le déménagement de sa chambre dans une autre pièce, celle qui tenait lieu d’atelier autrefois.
Depuis, cette pièce était devenue une chambre d’ami, elle accueillait de temps à autre un camarade de la fac, ou Gareth y allait pour dormir lorsque Koro décidait que sa chambre devenait son territoire. Mais la plupart du temps, cette pièce restait vide et inoccupée, donc toujours propre. Tellement propre qu’elle devait être la plus clean de toutes les pièces de cet appartement.

Il n’y avait pour seule ameublement qu’un lit deux places, une table de chevet et dans un coin une vieille armoire où Gareth avait rangé quelques chaises pour gagner de la place dans son petit appart. Au dessus de la tête de lit se trouvait une fenêtre aux rideaux épais qui donnait sur la rue au-dessus de la porte de la boutique, Gareth s’en souvenait bien pour toutes les bosses qu’il s’était faite en se payant le battant de la fenêtre au réveil. Les murs tenaient de la couleur des rideaux : un papier peint indigo qui chaque matin semblaient s’illuminer sous les rayons du soleil.

*Une pièce sympathique pour une locataire d’une nuit.*

Gareth se retourna vers Temperance et lui intima d’entrer.

-Les draps sont propres et la literie confortable. J’espère que tu t’y sentiras bien. Pour indication, les toilettes sont au fond du couloir à droite, la salle d’eau est tout au bout et s’il y a un problème ma chambre est juste à gauche.

En signe de bonne conscience, Gareth décrocha de son trousseau la clé de la chambre d’hôte et la déposa dans la paume de sa jeune invité.

-Voilà, termina le jeune tatoueur, si tu as besoin d’autre chose ? Des questions peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Dim 3 Aoû - 23:16

Les clés en main, elle tenta de visualiser virtuellement l’agencement de l’appart, histoire de ne pas confondre la salle d’eau et la chambre de son hôte.

« Voilà, si tu as besoin d’autre chose ? Des questions peut-être ? »termina son interlocuteur.

Elle pensait avoir le minimum vital sur elle. Ce fut presque avec fierté * pour une fois que mon sac est complet !!* qu’elle s’apprêtât à lui dire que non, quand son ventre décida de prendre la parole en premier.
Ce fut un énorme gargouillis proche…proche…proche de rien de descriptible d’ailleurs, qui mis un terme à sa tentative de réponse.
Ce fut un ‘tantinet’ (très… léger… euphémisme… !) gênée qu’elle regarda Gareth…

« Vous auriez pas une bricole que je puisse manger ? il s’avère que j’ai un peu faim… » Prononça-t-elle avec une petite voix

Cela n’aurait pas pu se produire autrement, elle le savait, car voila que le jeune homme explosa de rire. Prenant conscience du regard mis gêné mis amusé de Temperance, il se reprit et observa la jeune fille.

« Bien sur ! Il doit bien rester quelque chose dans la cuisine… Et... je crois que tu pourrais me tutoyer maintenant, nan ? »

Elle acquiesça sans un bruit et suivi le tatoueur jusqu’au frigo, qu’il fouilla consciencieusement pour en sortir ce qui semblaient être des restes d’autres repas. Il prépara silencieusement deux assiettes et ils allèrent s’installer dans le canapé.

Comme elle ne voulait pas que la discussion ne se retourne vers elle, elle décidé d’entamer une dissection de la vie de ce jeune homme le plus intriguant qu’elle ait alors jamais rencontré.

« Et, d’après ce que j’ai compris, vous…tu es tatoueur…Ca fait longtemps que tu fais ça ? »Lança-t-elle, tout en avalant sa première bouchée, qui eut pour effet premièrement de soulager son ventre, et deuxième de la faire s’étouffer à moitié. Devant le regard d’incompréhension du jeune homme, elle comprit que ce fut d’avantage ses toussotements pour reprendre sa respiration qui avaient dominé les sons de sa phrase.
*Gourde, le retour…*

« Ça fait longtemps que tu es tatoueur ? » Reprit-elle.

Quand elle écouta la réponse de Gareth, qui fut qu’il tenait ça de son père, elle ne savait pas comment interpréter le visage du jeune homme. Elle avait l’impression de lire de l’admiration, de la tristesse du dégoût et tout plein d’autres trucs qui ne lui paraissaient pas franchement compatibles. Puis elle décida qu’elle n’avait jamais été douée pour lire sur les visages et abandonna son analyse, et sur rattrapa sur des miettes qui restaient dans son assiette.
Il en vint à parler rapidement de sa famille qui se résumait à ses parents, du moins à sa mère.

« Et à moins qu’elle ne me l’ait caché, je n’ai pas de frères ni de sœurs ! » plaisanta-t-il.

Encouragée par l’ambiance détendue qui semblait régner, elle renchérit avec enthousiasme.

« Oui, bah pour moi, à la maison, c’est comme si je n’avais pas de soe… »
Commença-t-elle.

Et la, elle sut qu’elle en avait trop dit. Pour lui faire passer le message, sa conscience lui assona comme un coup de massue sur le cœur. * Gourde, le retour 2…* Elle se referma alors brutalement, le sourire tomba et elle réfléchit à toute allure pour trouver un moyen de sortir de ce piège… Peu importe la manière dont elle essaierait de s’expliquer tout en changement discrètement de sujet, elle savait que le sujet reviendrait. Pour la deuxième fois de la soirée, l’idée d’une diversion par un strip tease lui traversa l’esprit, mais repartit aussi vite. Elle prit alors la décision radicale de…

« Et si tu me disais ce qu’il y a de sympa à visiter dans cette ville ? »


…changer totalement de sujet. *Gourde, le ret…je crois que vous avez compris le principe !*

Temperance ne chercha pas à détecter chez son interlocuteur la moindre curiosité, en fait, elle ne voulait pas savoir.

Puis, étonnamment, elle entendit Gareth lui répondre que c’était une bonne question et qu’il allait établir une petite liste. Ce fut avec reconnaissance qu’elle constata qu’il faisait un gros effort sur lui-même, ce qui lui parut compréhensible vu la situation, pour ne pas montrer sa curiosité.
Elle remit alors sa mèche de cheveux derrière l'oreille et sourit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Lun 4 Aoû - 23:57

« Et si tu me disais ce qu’il y a de sympa à visiter dans cette ville ? »

Gareth rejeta ses cheveux en arrière et posa sa tête sur le dossier du canapé. Son corps s’enfonçant de plus en plus profondément dans la chair brune du divan. Les yeux contemplant le plafond, Gareth se mit à réfléchirà tous les bons endroits que cette petite ville pouvait compter. Pour y avoir vécu toute sa vie, il la connaissait plutôt bien, mais il ne passait pas un jour sans qu’il ne découvre quelque chose de nouveau dans cette petite bulle qu’était sa vie.

- A vrai dire, on n’a pas le temps de s’ennuyer ici, il y a tant de choses à faire et à voir qu’élaborer une liste serait vraiment réducteur, avoua Gareth avec un demi-sourire. Il se passe sans cesse des événements sympathiques, il faut juste tomber dessus au bon moment et au bon endroit.
« Pas plus tard qu’aujourd’hui, un véritable truc de fou m’est arrivé au cinéma : encore mieux qu’un film d’horreur, j’ai cru que j’allais y laisser ma peau. Une troupe de types s’étaient amusé à nous terroriser moi et deux autres personnes dans la salle. Et puis ce soir je me retrouve en ta compagnie ; cette journée aura été assez spéciale.

*D’ailleurs je me demande si j’aurais l’occasion de revoir Kimitsu et Johnson…*

Plus il y pensait, plus Gareth se sentait mal à l’aise. Il avait quand même laissé Aku avec cette troupe de gens bizarres et puis la jeune fille qui avait disparu en plein cœur de l’action, qu’était-elle devenue finalement ? Il n’en savait rien et était parti sans demander plus d’explications.
Le sentiment qu’il en retirait semblait entraver sa gorge et étreindre son cœur comme un aliment qui une fois en bouche avait un goût horriblement amer.
Pour tromper son mal être, le jeune homme aux cheveux de neige posa ses yeux sur la jeune fille à ses côtés. Mais plus il la regardait, plus le feu désagréable qui pénétrait sa gorge se faisait intense. Au bout d’un instant à contempler ses traits, Gareth ne pouvait s’empêcher de se torturer les méninges.

*J’ai l’impression de l’avoir déjà vu quelque part… elle me rappelle quelqu’un…*

Mais il avait beau fouiller la foule de souvenirs qu’il avait accumulé, il ne parvenait pas à mettre la main sur ce petit quelque chose qui lui semblait si familier et pourtant qui lui échappait. Gareth avait jusque là refoulé la curiosité qui le piquait, mais puisqu’il avait partagé avec Temperance un peu de sa vie au cours de leur discussion, il se disait qu’elle pourrait surement en faire de même. Ainsi il pourrait peut-être écarter le brouillard qui encombrait son esprit.

-Mais raconte m’en plus sur toi, lança le jeune Seishin, tu as des projets dans cette ville ? A part la fac, que comptes-tu faire ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Mar 5 Aoû - 1:10

*arrrrrrrgggghhhhhhhhh.....* Ainsi sa stratégie n'avait pas marché...ce qui était très prévisible quand ele y repensait... Le fait est que la questio fatidique était là...

"Mais raconte m’en plus sur toi, tu as des projets dans cette ville ? A part la fac, que comptes-tu faire ici ?"

Et le jeune homme attendait une réponse, son regard la fixant à un point tel qu'elle fut mal à l'aise...Il semblait la dévisager... décidément, la curiosité était bien un vilain défaut...
A ce stade, elle ne cherchait même plus à cacher son stress... Si Gareth ne l'avait pas encore remarqué, c'est qu'il y avait du souci à se faire...
Il lui fallait maintenant trouver une réponse. Que comptait-elle faire à part la fac? Et en effet, la question se posait... Elle n'avait nullement l'intention de lui avouer qu'elle était à la recherche de sa soeur, elle avait peut être confiance, mais pas à ce point...Du moins, elle n'était pas encore prête à en parler...Mais elle décida de jouer (presque) franc jeu.

"A vrai dire, je viens ici pour étudier la psychologie à la fac, mais surtout pour quitter la maison familiale. La vie là bas devient invivable, surtout depuis le ... départ de ma mère. Je n'ai plus que mon père, qui ne le rend pas forcément. Alors, puisque j'ai 18 ans, j'ai décidé de tout recommencer, tout reconstruire. Ca ne va pas être trop dur, je n'ai pas franchement d'amis... Je vais vivre au jour le jour, pour répondre à ta question, et me construire une nouvelle vie. Mais pour ca, j'ai besoin de tourner une page, ce que je ne pourrais faire que lorsque j'aurai retrouver...quelque chose."

Tout en disant ça, elle tripotait dans sa poche droite son fameux phoque en pâte rouge. Comme elle sentait que cette réponse ne satisfaisait pas totalement son interlocuteur, après un instant de réflexion, elle rajouta:

"Je suis désolée, mais c'est quelque chose dont je n'ai pas l'habitude de parler, ce dont je ne pense pas être prête à faire. Je sais bien que ce n'est pas honnête de ma part. Tu m'a accueilli chez toi et tu n'as pas hésité à me parler de toi. Et je m'en veux terriblement."

Puis, comme prise par ses propres sentiments, elle sentit qu'elle bouillonait de l'intérieur. Voila que tout ce qu'elle avait accumulé voulait enfin se révéler. Et aussi soudainement que plus tôt dans la soirée, les larmes lui troublèrent la vue et elle se mit à trembler. Voila qu'elle se mettait à parler, sans pouvoir contrôler quoique ce soit. C'était en quelque sorte sa thérapie. Et ce qu'elle disait n'avait forcément une structure très claire...

"...ELLE m'a abandonné! Ils m'ont tous abandonné. il ne me restait qu'elle...elle hante mes nuits mais n'est plus sur aucun album photo ni dans aucune mémoire... la honte de la famille.. que je déteste mais qui me manque....." sanglotait-elle quand elle ne reprennait pas son souffle.

La voila maintenant qui jouait avec son porte-clé pour tenter de contrôler ses tremblements. Puis elle croisa le regard de Gareth. Celui qui l'avait hébergé. De honte, de culpabilité, de tout autre sentiment qu'elle n'aimait pas, elle voulut se reprendre. Elle se précipitat dans la salle d'eau ,histoire de se rafraichir le visage, et revint, calmée.

Elle se réinstalla, droite, dans le canapé.

" Tu dois me trouver bizarre, à pleurer tout le temps, et à cacher ma vie... Moi aussi je me trouve bizarre" commença-t-elle doucement.
"ELLE nous a abandonnée, puis ce fut au tour de ma mère de nous quittés. Alors pour repartir à zero, pour refaire ma vie, il faut que je le retrouve, que je règle mes comptes. Avec ELLE."

Voila. Elle avait tout dit En tout cas, tout ce qu'elle avait la force de dire. Le jeune tatoueur l'observait. Mais elle ne se sentait plus gênée. Elle était distante maintenant. Plus rien ne la touchait. C'était toujours k'effet que ca lui faisait. Quand CA explosait, il y avait toujours un moment de vide après. Heureusement pour Garteh, et pour elle au passage, CA n'avait pas explosé de la pire des manières...

Soudainement, elle se leva, se diriga vers le frigo, pris deux bières qu'elle trouva, les décapsula et en but une gorgée comme si sa vie en dépendait. Elle revint de nouveau prés du canapé et passa l'autre bière au jeune homme, qui ne la refusa pas.

"Mais je ne veux surtout pas casser l'ambiance!" conclua-t-elle jouyeusement.

Et elle reprit une gorgée, en se laissant tomber mollement dans le canapé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Ven 8 Aoû - 23:43

Devant les larmes de crocodiles de sa jeune invité, Gareth s’était un peu raidit sur son siège. Visiblement surpris que sa question puisse être source d’un tel chagrin. Le tatoueur se sentit gêné d’être la cause des perles qui coulaient de ses yeux, et encore plus gêné de ne rien faire pour la réconforter.

*Comment consoler une fille que je viens juste de rencontrer ? Je ne connais rien de sa situation et on est pas assez intime pour que je m’accorde le droit de câlinage pour la réconforter…*

Tout ce que Gareth pouvait faire était de lui passer la boite de mouchoir au pied du canapé. Il s’en empara et commença à la lui tendre, avant de s’apercevoir qu’elle était vide de ses petits carrés de soie blanche. Plus démuni que jamais, Gareth reposa la boite et posa ses coudes sur ses cuisses. Il referma ses mains sur son menton et garda les yeux rivés au sol, laissant la jeune Temperance se calmer d’elle-même.
Lorsqu’il leva les yeux de ses chaussures, il capta immédiatement le regard de l’adolescente. Regard qui traduisait tristesse, honte et culpabilité dans un même flot de reflets bleutés. Elle se leva subitement et alla rejoindre la salle de bain. Gareth jeta un coup d’œil pour s’assurer que tout allait bien, mais par respect, il resta derrière la porte puis rejoignit la pièce principale avant que Temperance ne quitte la pièce d’eau.
Elle revint et s’assit sur le canapé.

" Tu dois me trouver bizarre, à pleurer tout le temps, et à cacher ma vie... Moi aussi je me trouve bizarre"

Gareth voulut dire quelque chose de rassurant, du genre : « non ce n’est pas grave », ou encore « moi aussi il m’arrive de pleurer… » Non… finalement, il valait mieux ne pas alourdir son cas de grand sentimental, un homme se devait inébranlable, viril et rassurant, (du moins c’était la règle silencieuse que tous les mâles avaient juré de respecter depuis la fondation du monde humain^^) la boite de mouchoirs vide était déjà une preuve de son trop bon penchant aux larmes…

"ELLE nous a abandonnée, continua-t-elle, puis ce fut au tour de ma mère de nous quittés. Alors pour repartir à zéro, pour refaire ma vie, il faut que je le retrouve, que je règle mes comptes. Avec ELLE."

Et tout à coup, elle se leva et alla fouiller dans le frigo que Gareth conservait à l’étage. Tout aussi mal renouvelé en victuailles fraiches que celui du rez-de-chaussée, il fallait le préciser. Elle y trouva deux bières et s’en empara. Elle en offrit une au jeune homme.
L’adolescent aux cheveux de neige baissa les yeux sur la date de péremption.

*Trois mois !!!*

"Mais je ne veux surtout pas casser l'ambiance!"

Gareth se tourna vers elle, le visage horrifié.

-Tu ne devrais pas boire de ça, c’est…

Mais trop tard, la jeune fille en avait pris une gorgée et était tombée mollement sur le canapé !
Paniqué par la subite chute de sa protégée, Gareth posa sa bière encore capsulée sur la table basse et se posa aux côtés de Temperance. La forte odeur d’alcool fermenté s’échappait de la bouteille en verre qu’elle tenait encore fermement entre ses doigts. Gareth faillit passé l’arme à gauche en reniflant l’horrible arôme d’orge trop fermenté. Il y avait de quoi enivrer tout un troupeau d’éléphants.

*Ne jamais se fier à l’alcool…*

Pour plus de sécurité, le jeune tatoueur fit lâcher la bouteille que tenait Temperance et la jeta par la fenêtre. Il se retrouva à la caller contre le dossier du canapé et à la gifler [enfin… lui tapoter les joues plus précisément, on ne frappe pas les dames Rolling Eyes ].

*Heureusement que je n’en ai pas bu, qui sait ce qui serait arrivé ? On aurait pu se retrouver dans le coma éthylique tous les deux.*

-Hey ! Temperance, ça va ? lança Gareth sans s'arrêter d'essayer de la tenir consciente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Dim 10 Aoû - 21:15

Elle avait beau ne pas s’y connaître en alcool, elle sentait au goût très (et c’est un euphémisme) amère de la bière qu’elle ne devait pas être normale. Son estomac lui faisait lui aussi comprendre qu’il n’avait pas apprécier l’arrivée de ce liquide trop concentré en alcool à son goût. Elle crut l’espace d’un instant qu’il allait lui rendre la monnaie de sa pièce en même temps que son diner, mais cela n’eut pas lieu, pour son plus grand soulagement, car cela n’aurait pas été du plus bel effet auprès de Gareth... n’empêche qu’elle aurait bien repris une petite gorgée… Mais elle se retrouva confrontée à deux problèmes. Premièrement, elle se retrouva dans l’incapacité de bouger son bras, puisque celui-ci semblait soudain peser un certain poids…elle se savait un minimum musclée, mais à ce point la... Puis elle s’aperçut que même si elle avait trouvé la force de soulever son bras, elle n’y trouverait rien au bout. En effet, ses doigts ne tenaient plus rien. Pfffff, vraiment trop attentionné ce Gareth… Le problème de la bouteille aurait put être résolu, puisqu’elle en apercevait une qui semblait danser la salsa sur la table, mais son bras ne permettait pas d’aller la récupérer. Pendant ce temps là, elle tentait vainement de fixer son regard sur le tatoueur, qui était en train de lui tapoter les joues et de parler. Mais elle n’arrivait pas à comprendre ce qu’il disait… Elle n’eut pas le temps de tenter une analyse, puisque qu’elle se sentit sombrée, ou plus précisément elle sentit son corps s’affaler de tout son long sur le canapé, du moins, lui semblait-il.

*vraiment moelleux ce canapé *

Quand elle reprit conscience, elle était toujours allongée. Elle voulait encore dormir… Mais elle fut dérangée par une voix et une impression de promiscuité avec quelque chose…ou plutôt quelqu’un… Avec difficulté, elle entreprit d’ouvrir les yeux. Elle eut le temps d’apercevoir le visage d’un homme aux cheveux blancs. Mais il ne semblait pas vieux. Ses yeux ne supportant pas la luminosité ambiante, elle les ferma et voulut détourna son visage. Mauvaise idée, puisque qu’elle eut toute la difficulté du monde ne serait ce que pour soulever sa tête. Elle lui paraissait extrêmement lourde, comme si elle portait une perruque en bronze massif. Ce qui n’était pas le cas aux dernières nouvelles.

*Mais qu’elles sont les dernières nouvelles d’ailleurs ? *

Elle se savait allongée sur ce qui devait être un canapé, un inconnu veillant au dessus d’elle, et avec une horrible sensation dans son estomac. Elle observa une nouvelle fois le type aux cheveux blancs et croisa son regard. Elle le connaissait, ce regard. Réchauffant le cœur, mais qui lui provoquait une étrange sensation de froid et de malaise dans son estomac. Le film de la soirée défila alors dans sa tête. Son arrivée dans la boutique. Gareth. La bière. Puis plus rien. Elle était tombée dans les pommes, en déduisit-elle.

*Plus jamais de bières de ma vie…* se jura-t-elle

Elle ne savait pas combien de temps s’était écoulé. Elle eut juste la sensation que ça n’avait pas duré longtemps. Elle se força à se relever, ce qui prit un certain temps, vu le poids soudainement important de toutes les parties de son corps, notamment sa tête. Une fois bien callée dans le canapé, elle tenta de s’exprimer.

« J ..jmi..tanon..mvi… »

Devant le regard encore inquiet de Gareth, elle reprit, non sans avoir réveillée sa bouche encore pâteuse par quelques grimaces fort disgracieuses.

« J’ai jamais eu autant honte de ma vie… » finit-elle par souffler. « Et aussi mal au crâne » rajouta-t-elle avec une grimace qui était sensée être un sourire.

Puis elle réfléchit quelques secondes, puis se rappela lentement les très nombreuses anecdotes plus ridicules les unes que les autres qu’elle avait vécu. En fait, elle avait déjà connu pire, mais ce n’était peut être pas le moment d’aggraver son cas…

Ne s’étant pas inquiétée jusqu’à présent de la réaction du jeune homme, elle le regarda et tenta un sourire, histoire de le rassurer. Puis elle décida d’arrêter là les dégâts.

« Je crois que je vais aller me coucher »finit-elle par dire.

Pour joindre l’action à la parole, elle entreprit de se lever et de se maintenir relativement droite, ce qui n’était pas aisé vu l’état général dans lequel elle se trouvait. Gareth eut la bonne idée de se lever, et offrant son bras pour lui permettre de s’accrocher, ils se dirigèrent jusqu’à la salle bleue qui lui servait de chambre. Elle s’étendit sur son lit avec plaisir, relâchant tout les muscles de son corps, fermant les yeux.

Elle pouvait enfin dormir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Mar 12 Aoû - 22:15

Je crois que je vais aller me coucher.

Gareth acquiesça mentalement pour lui-même. Il était déjà suffisamment rassuré de voir Temperance tenir (presque) debout après une lampée de cette bière trop concentrée. Elle lui ressemblait en quelque sorte, enfin, elle rappelait à Gareth ce que lui avait connu avec l’alcool quelques années plus tôt.

Le jeune tatoueur entraîna doucement Temperance jusqu’à la chambre qu’il avait préparé pour elle, il avait bien trop peur de la laisser y aller seule, elle aurait put trébucher sur le chemin et se faire mal dans son état actuel.
Mais à peine s’était-elle allonger sur le lit que ses paupières tombèrent d’elles-mêmes et se scellèrent automatiquement. Elle dormait déjà. Gareth esquissa un sourire.

J’aimerais bien réussir à m’endormir aussi rapidemment qu’elle.

Le jeune homme commença à rebrousser chemin, mais il s’arrêta à mi-chemin de la porte. Il fut aussitôt submergé par un frisson qui lui glaça l’échine, il se frictionna les avant-bras pour se réchauffer.
Ces derniers jours avaient pourtant été chargé en soleil, une canicule sans précédent s’était même abattu sur la ville. Mais contrairement aux autres pièces de l’appartement, la chambre d’amis, elle, était constamment close toute l’année, rideaux fermés et radiateurs coupés pour éviter la perte d’énergie inutile. Par conséquent, c’était la pièce la plus fraiche de toutes.

En voyant Temperance allongée ainsi sur le lit, Gareth eut quelques remords de la laisser ici en proie au froid. Si elle attrapait la crève cette nuit, son séjour serait rallongé, ce qui n’arrangerait surement pas les affaires de la jeune étudiante. Et puis Gareth se voyait mal jouer le garde-malade.

C’est donc par pur élan de générosité (c’est ainsi qu’il cherchait à se persuader) qu’il s’assit au bord du lit et retira les ballerines que Temperance n’avait pas eu le temps d’enlever avant de tomber comme une masse. Il les déposa au sol, aux pieds du lit. Puis il se mit à tirer les draps sur lesquelles la jeune fille était allongée en faisant bien attention à ce qu’elle ne bascule pas du lit pendant qu’il s’afférait à tirer les draps. Cuite comme elle était, elle ne se réveillerait surement pas malgré le remue-ménage qu’opérait Gareth, il n’avait donc pas à s’inquiéter pour cela.
Lorsqu’il eut terminé, le tatoueur rabattit les couvertures sur les épaules de Tempérance et réajusta l’oreiller sous sa nuque. Gareth avait vraiment l’impression de s’occuper d’un enfant. En voyant la petite forme de Temperance emmitouflée dans les couvertures, le jeune homme ne pouvait refouler l’étrange sentiment qui le submergeait. Et cela le faisait sourire bêtement, et comble de tout cela, il n’arrivait pas à dégripper ses zygomatiques.

Il quitta finalement la pièce, fermant la porte derrière lui.
Songeur, le jeune Seishin regarda sa montre. Il était encore tôt… Tant pis, il profiterait de la présence de Tempérance pour aller se coucher plus tôt. Il descendit les escaliers et ferma toutes les portes et fenêtres de la boutique. Il passa un dernier coup de balai sur le carrelage avant de remonter les marches et d’ouvrir les fenêtres de l’étage afin de profiter de la fraicheur de la nuit.
Koro apparut aussitôt, sautant sur les canapés, puis dans le placard sous l’évier, là où se trouvaient ses croquettes. Gareth avait oublié que Koro n’avait pas mangé de la soirée. Il était trop tard pour réparer son erreur maintenant. Aussi se contenta-t-il de rejoindre sa chambre et de se désaper. Pas question de dormir à poil cette nuit, même s’il faisait chaud, avec un hôte dans les parages, il fallait savoir se tenir correctement. Il ouvrit la fenêtre de sa chambre et laissa les rayons de la lune naissante éclairer l’intérieur de sa chambre. Une brise fraiche passa sur sa nuque. Il défit le ruban noir qui nouait ses cheveux blancs en catogan, puis s’empara d’une brosse sur son atelier de travail qui comptait encre noir, stylos, plumes, pinceaux, crayons, papier, tissu… enfin bref, un véritable petit atelier de travail dans sa propre chambre. Il se peigna sommairement les cheveux, puis s’affala sur son plumard, les yeux explorant le plafond.

Il vit alors l’ombre féline de Koro se dessiner sur le plafond, comme à son habitude une fois la nuit tombée, il se perchait sur la balustrade de sa fenêtre. Ses yeux comme deux billes luminescentes qui fixaient l’horizon de toits que pouvait offrir la vue depuis la chambre de son maître.

Pour une fois, Gareth sombra rapidement dans le sommeil, Koro toujours assis sur la balustrade, unique témoin nocturne du spectacle de la ville endormi et de ce qui pouvait s’y dérouler une fois les lumières éteintes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Jeu 14 Aoû - 17:54

Détendue, Temperance profitait de la douce chaleur qui régnait dans le lit. Emmitouflée dans les draps, elle émergeait tout doucement.

*comment ça emmitouflée dans les draps??*

La jeune fille se releva d'un coup, prise par le doute, quand le destin décida qu'elle n'était pas assez réveillée. Pour remédier à ce problème, le crâne de l'étudiante alla se jeter contre le battant de la fenêtre, dont elle n'avait pas remarqué la présence au dessus de la tête de lit. Ce qui eut pour effet immédiat de faire retomber sa tête sur l'oreiller mais aussi de relancer la vive douleur qu'elle avait presque oubliée. La gueule de bois, c'est déjà pas cool, mais une bosse en plus...

Elle entreprit de se relever pour la deuxième fois, se méfiant cette fois-ci de la fenêtre. Adossée au mur, elle observa la chambre sous les premiers rayons du jour. Elle ne savait pas l'heure qu'il était, mais le soleil entamait sa journée. Le bleu des murs n'en ressortait que davantage. Elle se retourna pour contempler la vue qu'offrait la fenêtre. Elle donnait sur la rue, cette rue qui lui avait semblé si terrible hier soir. Tant de choses s'étaient déroulées depuis la veille...Elle contempla un certain temps cette rue, dont elle apercevait la fameuse poubelle derrière laquelle elle s'était caché, puis décida qu'il était temps qu'elle se lève. Extirpant tant bien que mal ses jambes des draps, dont elle ne se souvenait pas avoir eu la force de se glisser dedans, elle enfila ses ballerines, posées au pied du lit, dont là encore elle n'avait pas le souvenir de les avoir enlevé, et se dirigea vers son sac. Celui-ci, contenant le strict nécessaire à sa survie, montrait encore des traces de la soirée mouvementée: bien rangé au départ, il y régnait maintenant un désordre indescriptible. Patiemment, elle en sortit ses feuilles de cours qu'elle posa sur un coin du lit, ses vêtements sur un autre endroit du lit, et le reste en vrac sur le sol.

Elle choisit sans vraiment y porter une grande attention un tee-shirt et un pantalon propre, parce que le trou qu'elle avait dans celui-ci n'était pas des plus distingués, attrapa ses affaires de toilettes, et se dirigea vers sa porte. Une fois dans le couloir, sa porte fermée, elle observa ce qui l'entourait. Sur sa gauche, une porte. Au fond du couloir, deux portes. Malgré le mal de crâne, elle essaya de se remémorer ce que Gareth lui avait indiquait la veille.

« Les toilettes sont au fond du couloir à droite, la salle d’eau est tout au bout et s’il y a un problème ma chambre est juste à gauche. »

Elle se dirigea donc vers la salle d’eau, après avoir tenté d’identifier tout bruit d’activité dans l’appartement : elle semblait être la première levée. Ses vêtements en boule derrière la porte, l’eau brulante coulant sur ses cheveux, elle se doucha. L’eau chaude détendait ses muscles, et l’empêchait de penser à son crâne. Mais n’étant pas chez elle, elle ne s’autorisa pas une longue douche comme elle en avait le secret. Elle finit rapidement de se laver les cheveux par un jet d’eau froide et s’entoura de sa grande serviette de bain, qui lui prenait tant de place dans son sac. Après s’être rhabiller, elle se lava les dents avec insistance, afin de faire partir ce terrible goût d’alcool qui ne la quittait plus. Quand elle se considéra présentable, en tout cas, potable, elle retourna dans sa chambre, s’arrêtant une minute dans le couloir pour vérifier qu’elle n’avait pas réveillé Gareth. Refermant la porte derrière elle, elle se laissa mollement tomber sur le lit, tout en évitant ses cours. Les yeux au plafond, observant une mouche qui explorait cette salle, elle réfléchissait. Elle se souvenait la question que lui avait posé hier le jeune tatoueur, à savoir, ce qu’elle comptait faire ici. Dans un contexte proche, il fallait en effet qu’elle sache ce qu’elle allait devenir. Elle ne pouvait décemment pas rester ici encore longtemps. Elle devrait donc se résoudre à demander à son hôte l’adresse d’un hôtel. Mais comment allait-elle organiser ses journées ? Tant que les cours ne commençaient pas, elle se consacrerait entièrement à sa recherche. Comment allait-elle s’y prendre ? Déjà qu’elle n’en avait pas parlé à quelqu’un qui méritait apparemment toute sa confiance, comment pouvait-elle espérer se confier à un autre inconnu ? Que de problèmes en perspectives…

Pour tenter de dissoudre le malaise qui s’installait en elle, elle entreprit de remettre dans son sac tout ce qu’elle en avait sorti, ce qui lui permit de se rappeler de la présence de son rat, qu’elle avait assommé la veille. Elle l’étudia avec minutie avant de se rendre compte qu’il dormait. Elle le posa sur sa table de chevet, ouvrit la fenêtre pour aérer un peu sa chambre, profitant des bruits de la ville, qui la rassuraient.

Elle commençait à avoir faim. Mais elle n’avait pas l’intention de faire comme chez elle et d’aller se servir. Pour passer le temps, elle reprit de son sac ses feuilles de cours qu’elle venait de ranger, ferma la porte de sa chambre, et se dirigea vers le salon. Les jambes en tailleur sur le canapé dont elle avait tant testé le confort hier, elle relut donc pour la énième fois ses quelques feuilles la préparant à ses futures leçons en amphithéâtre. C’est ainsi que ses yeux repassaient de nouveau sur les mots « quelques notions de psychologie. »...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Ven 15 Aoû - 18:59

Ce n’est que lorsque les rayons du soleil commencèrent à réchauffer la plante des pieds de Gareth que le jeune tatoueur à la tignasse immaculée commença à grogner dans sa taie d’oreiller. Décidé à ne pas laisser le disque d’or le réveiller si facilement, le garçon passa la tête sous l’oreiller et chercha à rattraper les quelques miettes de sommeil dont il avait perdu momentanément la piste.

Mais il savait avoir suffisamment dormi et commença à dresser son échine hors des draps. Mais c’est à ce moment là qu’une ombre orange sauta du plafond et se réceptionna entre ses omoplates pour y planter ses griffes affutées de frais matin. Juste histoire de dire bonjour à son maître qui se cabra pour retomber sur le dos et écraser Koro du même coup. Le petit félin poussa un feulement agressif avant de s’extirper par miracle de sous la carcasse encore douloureuse de Gareth. L’animal disparut comme il était apparut, laissant Gareth maudire le monde d’avoir créé ces êtres ignobles.

Gareth décida finalement de ramener ses jambes sur le côté et de se lever. Il se passa la main dans les cheveux, les secouant vigoureusement comme s’il cherchait à en enlever le sable du sommeil qui lui collait à la peau. Mais qu’importe ce qu’il entreprenait, il gardait sa petite vision du matin et sa fougue des levés douloureux. Groggy, il se traina tant bien que mal hors de sa chambre, ses cheveux retombant sur son visage lui donnaient l’aspect d’un spectre ou du fantôme de la dame blanche.

-Cafééééééé… Mais le son qui sortait de sa gorge ressemblait plus à un râle d’agonie sans vie, renforçant du même coup son costume de fantôme.

Plus mort que vif, Gareth se hissa jusqu’à la cuisine et fouilla dans un placard pour y trouver une tasse propre. Il sortit sa tasse fétiche avec Simba dansant sur le fond de savane imprimé à la surface de la tasse.
Au passage, Gareth fit préchauffer sa plaque de cuisson et y déposa une poêle à frire. Une rapide visite dans le frigo suffit à trouver trois œufs qui paraissaient frais. Trente secondes après, la cafetière émettait l’arome subtil et enivrant du café chaud, le doux sifflement de son moteur rythmait le goutte à goutte. Et trois tranches de pains glissèrent dans la gueule du grille-pain. Mais Gareth n’eut pas le temps de sentir la chaleur naissante de l’appareil lorsque la poêle se mit à grésiller toute seule. A ce moment là, il cassa les œufs et les fit cuire sur la plaque à chaud.
D’un œil encore gagné par le sommeil, Gareth s’amusa à regarder le liquide amniotique devenir progressivement blanc sous la chaleur. Mais déjà la cafetière sifflait. Le tatoueur s’approcha de l’appareil, s’empara de la hanse et versa le sombre liquide dans sa tasse. Il fouilla alors dans sa « boite à sucre » et y piocha quatre beaux pavés d’un blanc aussi pur que ses tifs. Il les immergea dans le chaud liquide un par un, puis ramena vers lui le pot de miel qui trônait à côté de la cafetière. Il y plongea sa cuillère et ramena dans sa tasse une belle portion du liquide aux reflets d’or.

Schting !

Le grille-pain fit valser trois toasts de sa gueule fumante. Une assiette se présenta pour les recueillir. Puis le tour des œufs vint. Ils trouvèrent une place sur la surface dorée et croustillante des tranches encore chaudes.
Armé de son casse-croute du matin, le café dans une main, l’assiette de toast-up dans l’autre, Gareth se posa à la table et tata du confort de ses chaises. Il prit sa tasse de café entre ses deux mains et respira l’effluve aromatique du liquide noir. C’est après trente secondes de ce petit rituel qu’il repéra assise sur le canapé en face de lui la jeune fille qu’il avait recueilli hier soir. Son esprit encore embué se figea pendant quelques secondes, l’information de la présence de la jeune lycéenne tarda à lui revenir en mémoire.
En fait, il en avait oublié jusqu’à sa présence chez lui, oubliant du même coup qu’il était affublé de son seul caleçon. Mais le voile de pudeur qu’il avait l’habitude de tenir se teinta vite de vermeil sur ses joues et essayant de paraître le plus naturel possible, il croisa les jambes et sourit.

-Un peu de café, miss ? lança-t-il en levant sa tasse vers elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Dim 17 Aoû - 0:54

Schting

Le son étrangement familier qui se fit entendre dans le silence matinal ramena Temperance à la réalité. Levant pour la première fois les yeux de ses feuilles depuis qu’elle s’était installée confortablement dans le canapé, elle chercha l’origine de ce bruit. Elle ne fut pas longue à trouver. Debout, au milieu de la cuisine, entre le grille-pain et la poêle, se tenait le jeune tatoueur. Il venait visiblement de se lever, à en juger son état vestimentaire, qui se limitait à un caleçon, ce qui gêna dans un premier temps la jeune fille. : il faut bien avouer qu’elle ne voyait pas de beaux jeunes hommes aussi simplement vêtu tous les jours… En tout cas, cela ne semblait pas gêner le premier concerné, qui s’affairait comme si de rien n’était, ou plutôt comme si elle n’était pas là, à la préparation de sa collation matinale. Installé à table, le nez dans son café, il n’en finissait plus de contempler sa tasse ornée du plus célèbre des lions des dessins animés, sympathique certes, mais qui n’était pas des plus sérieuses. Puis, sans aucune raison apparente, Gareth releva les yeux et croisa enfin son regard. Temperance étouffa un rire quand le visage de son hôte vira de couleur. Il était clair que Morphée lui avait fait oublier sa présence.

«Un peu de café, miss ?»l'entendit-elle prononcer.

Par un gargouillis qu’elle réussit à garder discret, son ventre voulut dire oui. Mais elle se rappela qu’elle n’aimait pas le café.

« Euh non merci ! Je me contenterais d’un verre d’eau. »

Elle avait déposé à côté d’elle ses feuilles et se préparait à se lever. Maintenant qu’elle y repensait, l’odeur alléchante du pain grillé et des œufs cuits attisait son appétit. Elle prit donc l’initiative de se préparer seule ce qui constituerait le repas que l’on dit le plus important de la journée. Elle se leva, un peu trop vite au goût de son corps puisque aussitôt sa douleur martelât de nouveau dans son crâne. Elle ne tint pas compte de cette protestation et se dirigea droit vers le grille-pain, dans lequel elle inséra deux tartines. Pendant que celles-ci se la doraient tranquillement, elle se mit en quête de quelque agrément pour pimenter tout ça. La jeune fille chercha désespérément dans le frigo quelque chose qui ressemblait de près ou de loin à de la confiture, puis ayant fait son marché et après avoir récupérer ses tartines légèrement trop carbonisées, elle s’installa à son tour à table, en face du jeune homme. Elle ouvrit, avec un peu de difficulté, il faut bien l’admettre, le pot de ce qui devait être de la confiture de fruits rouges, qui n’avait pas du être utilisé depuis…un certain temps, et voulut en étaler sur son pain. Chose difficile quand on a ni couteau, ni cuillère, ni un quelconque ustensile. Elle se releva donc prestement à la recherche d’un couvert, arrêtant son choix sur une cuillère qu’elle trouva là, trainant dans un coin.

Retournant partagée son déjeuner avec son hôte, elle put enfin profiter du presque moelleux de son toast noirci.

Prenant bien soin d’avaler tout ce qu’elle avait pu ingurgiter dans sa bouche, elle voulut lancer la discussion, car écouter les mouches voler n’était pas sa tasse de thé. Cependant, aucune phrase correcte ne voulait se former dans son esprit. Un « tu as bien dormi ? » n’était pas des plus appropriés, n’ayant pas forcément un niveau d’intimité suffisant avec Gareth. Et tout autre « tu as prévu de faire quoi aujourd’hui ? » relevait du même problème.

Ce fut donc dépitée qu’elle referma sa bouche qu’elle avait préparée à l’action de parler, qu’elle rouvrit aussitôt pour avaler une nouvelle bouchée de confiture accompagnée de quelques miettes de pain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Lun 18 Aoû - 22:05

Lorsque Temperance le dépassa pour se préparer son propre déjeuner, Gareth parut soudain disparaître derrière sa tasse de café, ses épaules glissant sur le dossier de sa chaise comme s’il voulait se faire le plus petit possible.

*J’aurais du prendre quelque chose de plus habillé… Qu’est-ce qu’elle va imaginer maintenant…*


Le malaise de Gareth se dénotait par les bulles qu’il faisait dans son café bien malgré lui. Pour surmonter sa fébrilité soudaine, le tatoueur enfourna un toast dans sa bouche. Temperance le rejoignit bien vite en face de lui et pendant quelques instants qui parurent une éternité, ils restèrent là les yeux baissés sur leurs tartines respectives.

*Briser la glace… Briser la glace… Tout en restant le plus discret possible… Gasp…*

Gareth se passa nerveusement la main dans les cheveux. Son esprit encore mal réveillé par les vapeurs de café ne fonctionnait pas encore à plein régime, ce qu’il maudissait par-dessus tout en cet instant. Mais il leva malgré tout le regard de sa tasse et adressa un sourire à Temperance.

-Alors cette première nuit ? demanda-t-il, le matelas n’a pas été trop dur avec toi j’espère.

Mais derrière le sourire, le malaise. Qu’est-ce qu’il avait dit ?! “première” ? Mais qu’est-ce qu’il racontait ? Ce serait la seule et unique nuit qu’elle passerait ici, pas la peine de dire première ! C’était comme s’il lui proposait de rester une nouvelle nuit. Pourquoi sa langue avait fourché comme ça ? Avoir l’esprit embrumé n’arrangeait rien… Il aurait voulu se noyer dans son café, non, s’étouffer avec… Enfin bref, essayer de faire passer inaperçu cette faute de diction qui l’avait prise.
Aussi chercha-t-il à changer de sujet.

-Tu comptes faire quelque chose aujourd’hui ? lança-t-il innocemment.

Bien qu’ayant poser sa question, le jeune homme savait que Temperance cherchait un endroit où loger, ce serait surement sa première préoccupation selon Gareth. Mais au moins il entretenait la conversation et puis c’était pas tous les jours que l’on partageait son petit-déjeuner avec quelqu’un d’autre que son chat. D’ailleurs il n’avait pas pointé son museau depuis son raid matinal…

*Ah oui, jus d’orange ! Je l’avais oublié celui-là.*

Gareth se leva et ouvrit son frigo pour en sortir une brique. Puis il tira de son placard deux verres propres qu’il posa devant les chaises occupées. Il versa alors le liquide rouge de manière équitable dans chacun des verres.


Rouge ? Pour du jus d’orange ? Gareth renifla son verre, suspicieux de ce subit changement de teinte. Il ravala un soupir.

*Cranberry et fruits rouges… fiou….*

Mais Gareth ne se souvenait pas avoir transvasé du Cranberry dans une brique de jus d’orange… Décidemment, son réfrigérateur renfermait beaucoup de mystères.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Johnson Temperance

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 06/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Mar 19 Aoû - 0:30

Temperance fut soulagée quand Gareth brisa enfin ce silence si lourd. Heureusement qu’il était là pour étouffer à chaque fois le malaise. Malaise qui serait inexistant si ils ne s’étaient jamais rencontré, se ravisa –t-elle. Mais ce serait mentir que d’oser dire qu’elle regrettait cette rencontre.

L’utilisation de l’expression « première nuit » fit sourire Temperance, tandis qu’elle l’observait. Elle se convainquit que ce ne devait pas être volontaire, et même si cela avait été une proposition, elle avait pris la ferme décision de partir dans la journée. Elle essaya cependant de ne pas relever davantage sa boulette, sachant par expérience à quel point cela pouvait être gênant. D’une manière qu’elle connaissait fort bien pour l’avoir elle même expérimenté, il détourna la discussion. Pour introduire LE sujet qui tourmentait Temperance : la journée qui commençait, et ce qu’elle allait en faire.

Replongeant son regard sur sa tartine, ou plutôt, ce qui restait de son déjeuner, elle reprit une nouvelle fois le fil de sa réflexion concernant cette épineuse question. Elle se redressa, tendit les bras en arrière et attrapa ses cheveux encore humides pour en faire un chignon : les gouttes d’eau qui se laissaient tomber sur ses épaules nues la déconcentraient dans ses pensées. Mais sa mèche n’avait toujours pas dit son dernier mot, l’étudiante se résolut de nouveau à la passer derrière l’oreille. Sur ce, elle pouvait enfin se donnait toute entière à son problème. Elle se laissa comme temps de réflexion le temps que le tatoueur consacrait à son étrange jus d’orange, à en juger la brique, rouge…

Elle laissa son regard posé sur le jeune homme car elle avait déjà épuisé son quota pour sa tartine. Elle ne pouvait pas ouvertement pas lui expliquer ce qu’elle cherchait. Et puis de tout de manière, il était quasiment impossible qu’il la connaisse, parmi tous les habitants de cette ville. Si seulement elle vivait dans cette ville… La priorité était donc de trouver un autre logement ainsi qu’un plan de la ville. Ce petit détail qui pouvait paraître insignifiant n’était pas sans importance dans une situation comme la sienne : elle n’allait tout de même pas sonner à chaque porte pour demander son chemin. Et puis, il fallait qu’elle puisse se balader au gré de ses pas tout en pouvant rentrer à l’hôtel.

Son regard était toujours posé sur Gareth, mais elle était à présent déconnectée de tout ce qui pouvait l’entourait. Encore une fâcheuse manie, celle que de ne pouvoir se concentrer sans être ailleurs. Le fait était que son cerveau confectionnait et défaisait toutes sortes de planning pour cette journée. Si seulement elle savait par où chercher, par quoi commencer ! Produisant un important effort de mémoire, elle tenta de synthétiser les informations qu’elle avait en sa possession. En centre d’intérêt, il avait en ex-æquo le théâtre et l’équitation. Elle partirait donc de là. Pour me théâtre, elle essayera d’aller glaner quelques informations et d’observer. Pour l’équitation, elle ne comptait pas aller écumer les centres équestres à la recherche des listes des membres. Il fallait qu’elle trouve les clubs proposant randonnées et autres services. Mais elle aviserait de ça plus tard.

Quittant enfin son mode « off » pour reprendre contact avec le monde réel, elle chercha le regard de son hôte et lui exposa dans les (très) grandes lignes ses intentions.

« Hum…eh bien…il faut avant tout que je trouve un hôtel, non pas que je n’apprécie pas ta compagnie, rajouta-t-elle avec un sourire innocent, mais je n’aime pas m’incruster ainsi et je pense avoir été la cause de suffisamment d’animation en l’espace d’une seule soirée. »

Elle s’interrompit un instant pour remettre en place ses idées et construire une phrase ayant un sens.

« Je pensais ensuite partir à la découverte de cette ville…Il faudra d’ailleurs que je me procure un plan…Je comptais me balader dans les rues, me familiariser un peu à mon nouvel environnement… »finit-elle par lâcher.

*OUAIIS j'ai pas pleurer pour une fois *

Sa mèche de cheveux retombait une nouvelle fois devant ses yeux, lui chatouillant la joue au passage.

Elle n'avait cessé de fixer son hôte aux cheveux blancs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gareth Seishin

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 10/04/2008

Identité
N°:

MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   Mer 20 Aoû - 23:32

Gareth fit rouler la dernière goutte de son café dans sa tasse jusqu’à se que sillon noirâtre forme un cercle parfait au fond de la timbale. Il la fit chavirer, puis d’un rapide coup de langue happa la dernière perle noire. Il posa sa tasse devant lui et écouta avec attention sa jeune invitée.

« Hum…eh bien…il faut avant tout que je trouve un hôtel, non pas que je n’apprécie pas ta compagnie, mais je n’aime pas m’incruster ainsi et je pense avoir été la cause de suffisamment d’animation en l’espace d’une seule soirée. »
« Je pensais ensuite partir à la découverte de cette ville…Il faudra d’ailleurs que je me procure un plan…Je comptais me balader dans les rues, me familiariser un peu à mon nouvel environnement… »


Le tatoueur soutint le regard insistant de Tempérance, oubliant presque sa tenue décontractée. Il se passa la main sur la nuque et se massa, s’étirant sur sa chaise et déliant ses muscles encore endoloris.
Sa pensée se mit à courir sur le canevas de souvenirs de sa ville natale, carte assez incomplète de tous les lieux qu’il avait pu visiter dans sa courte vie. Il se doutait évidemment bien que cette pseudo carte ne servirait à rien pour quelqu’un qui cherchait où loger.

Il avait bien un énorme bottin avec toutes les adresses des hôtels du coin, mais en trouver un convenable et pas trop cher revenait d’un effort considérable. Et puis cette jeune Tempérance venait à peine d’arriver dans cette ville, elle mettrait un bon moment avant de trouver son bonheur…

*Tu pourrais l’aider…*

Gareth fallait qu’il s’arrête d’être pris de remord à chaque fois qu’une jolie fille avait besoin d’aide, il le savait, mais ne pouvait pas se détacher de ses principes. Et puis si elle ne trouvait pas de logement dans la journée, le jeune homme ne pourrait surement pas s’empêcher de lui proposer de rester une nouvelle nuit, il se connaissait trop bien. Et puis ça ne l’aurait pas dérangé, pour une fois qu’il y avait de l’animation dans son appartement. Mais il fallait d’abord penser au confort de Temperance.

-Si tu veux, glissa Gareth, comme je n’ai rien à faire aujourd’hui, je peux toujours te servir de guide dans cette ville et puis il est plus simple de trouver un endroit où loger si on est deux à chercher, non ?

Gareth enfourna son dernier toast dans sa bouche et fit passer la tartine par une gorgée de jus de fruit. Une fois son assiette vide, il la déposa dans l’évier, passant un coup d’eau clair dessus. Il se retourna finalement vers Temperance et se cala contre l’évier, lui adressant son éternel sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfictionart.over-blog.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La boutique Tatoo-Seishin. Entreprise Père-fils.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Dialogue entre Père & Fils ...
» La relation père-fils d'Angel et Connor
» Un sketch d'Alex Metayer
» Corriger la peinture d'une résine Dragon Ball Z
» Percy & Poseidon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sudden-Game :: Quartier Kita :: Les rues-
Sauter vers: